sur le web

Un répit pour le papier ?

Libération relève que la diffusion de la presse-papier s’est améliorée en 2007, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps :

(noir)En 2007, quotidiens et magazines ont gagné des lecteurs, selon les enquêtes publiées hier par AudiPresse (1). L’audience de la presse quotidienne a progressé globalement de 1,9 % et celle de la presse magazine de 1,2 % par rapport à la période juillet 2006-juin 2007.

(/noir)

Gros recul sur le long terme

(noir)Si l’étude d’Audipresse apparaît comme une bonne nouvelle, pas de triomphalisme. «La presse ne reprend pas vraiment par rapport à son taux de pénétration dans la population, puisque ses ventes ont diminué de 10 % en quinze ans quand la population a augmenté de 15 %», a notamment commenté hier Nadine Toussaint-Desmoulins, de l’université Paris-II-Panthéon-Assas, lors d’un passionnant colloque à la Bibliothèque nationale de France sur «les Mutations de la presse».

(/noir)

“L’avenir de la presse se joue à court terme”

(noir)L’avenir de la presse, chahutée par la baisse de la publicité et par l’épanouissement de la Toile, se joue à court terme. «Personne ne peut dire sérieusement ce que sera le paysage médiatique dans dix ans, mais il devient évident que d’ici seulement à cinq ans, il aura connu une véritable révolution», écrivent de leur côté les journalistes Bernard Poulet et Vincent Giret dans la revue Débats (janvier-février 2008). Leur long article décrit l’inversion d’un système qui a fait vivre autrefois les médias : le financement par la publicité. «Le monde des médias est en train de changer de base. Car, pour la première fois depuis l’apparition des masses-médias à la fin du XIXe siècle, la publicité, source principale de revenus pour la presse imprimée, pourrait bientôt se passer de l’information pour véhiculer ses messages.» Ainsi, selon eux, l’intérêt pour l’information va aller décroissant, les annonces se déplaçant sur les portails à forte audience.

(/noir)