le salon

SmallBrother.info : quand c’est un humain qui fait pour vous le tri de l’info…

SmallBrother.info est tout un nouveau site français (ouverture au public aujourd’hui) qui propose une approche inédite de l’information en ligne: la sélection de l’information d’actualité, tirée des sites de presse et des blogs, selon un tri effectué par des humains sur des critères de qualité. La méthode est clairement opposée – et alternative – à celle des algorithmes de tri automatisé des moteurs de recherche d’actualité, tels que Google News, Google Blog Search ou Wikio, et autres Digg et Digg-like…

Cette approche répond très directement à une problématique défendue par ce blog depuis l’origine : face aux insuffisances criantes des solutions robotisées basées sur des critères de popularité (qui ne font que brasser le bruit et démultiplier la cacophonie), il existe un avenir pour l’agrégation humaine – qualitative – de l’information en ligne.

Ce site s’ouvre au public aujourd’hui lundi. Ses promoteurs, dont je suis le projet de près depuis quelques moi, et j’ai envie de leur donner un coup de pouce, ont accepté de répondre à mes questions sur novövision…

La démarche de Grégoire Chalopin, Tarek Daher, et Stéphane Charbit, les promoteurs de SmallBrother.info, est clairement celle de l’agrégation humaine de l’information en ligne, telle qu’on en défend l’intérêt sur ce blog :

“Quand l’info devient liquide…” (mars 2008), et qu’elle est consommée “à l’unité” par les lecteurs qui accèdent directement à chaque article, en zappant les “pages d’accueil”, le “modèle” d’accès à l’information proposé par les portails “traditionnels” des sites de presse est dépassé.

L’avenir du journalisme : tu seras un agrégateur humain, mon fils (mai 2008), présente une alternative intéressante à la robotisation de la sélection des informations, qui reste encore insuffisamment explorée.

– la réflexion se précise : “L’enjeu de l’info en ligne : moissonner et partager des liens” (août 2008), et des projets en ce sens mûrissent actuellement un peu partout : “Des journalistes en réseau, pour contrer Digg et Google” (à propos des projets Publish2 et Zutopik)…

SmallBrother.info est le projet le plus abouti que je connaisse, allant dans cette direction aujourd’hui.

Je suis tombé sur ce projet par hasard (presque par erreur) il y a quelques mois, alors qu’il était en première phase d’élaboration (je n’entretiens aucun lien quelconque avec ses promoteurs, autre que l’intérêt désintéressé que je porte à leur projet). J’ai respecté le secret qu’ils m’ont demandé jusqu’à ce qu’ils soient prêts. C’est le cas aujourd’hui.

Pour prix de mon silence, je leur ai demandé de répondre à ces quelques questions à l’occasion du lancement du site. C’est Stéphane Charbit qui me répond, au nom de ses collègues Grégoire Chalopin et Tarek Daher :

narvic – Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ? Aviez-vous des rapports avec le monde de la presse et de l’information auparavant ou venez-vous d’un tout autre secteur ?

(noir)Stéphane CharbitSmallBROTHER.info a été fondé au début de l’année 2008 par 3 jeunes entrepreneurs: Grégoire Chalopin, Tarek Daher, et moi-même, Stéphane Charbit. De parcours académiques différents, nous sommes tous les 3 en contact avec le monde des médias en général : Grégoire dirige une agence de Web design, Tarek est consultant médias dans un cabinet de conseil et je suis banquier d’affaires, dans le secteur des médias et télécommunications.

(/noir)

Comment décrivez-vous brièvement le service que vous proposez et qu’apporte-t-il à ses utilisateurs ?

(noir)J’aime beaucoup cette phrase de Laurent Laplante, « Si en effet, Internet a beaucoup à offrir à celui qui sait ce qu’il cherche, le même Internet est tout aussi capable de compléter l’abrutissement de ceux et celles qui y naviguent sans boussole», extrait de son ouvrage Ignorant par abus d’information, qui présente bien l’enjeu de notre projet.

(noir)Plus concrètement, le projet de SmallBROTHER.info est parti d’un double constat: l’information de qualité (sites de presse, médias en ligne, blogs…) est très présente sur Internet ; mais elle est noyée dans une masse importante de contenus identiques ou très proches.

(noir)Le service que nous offrons est triple: un gain en termes de qualité de l’information, dans la mesure où tous les articles sont sélectionnés par une équipe de gens qualifiés ; un gain de temps par la centralisation et la hiérarchisation de l’information sur un site unique, à partir de plus de 600 sources ; et enfin un service plus interactif et personnalisé : à travers les chaînes d’actualité, les membres de SmallBROTHER.info pourront à terme constituer leur propre journal.

(/noir)

Quel est le profil, à votre avis, de l’utilisateur susceptible d’être intéressé par votre service ?

(noir)Tous les internautes qui s’informent sur Internet (d’après les estimations, cela concerne quotidiennement 15 millions de personnes en France) sont susceptibles de devenir des membres de SmallBROTHER.info.

(noir)Nous nous positionnons comme un site d’information, et nous espérons donc séduire ces Internautes. Bien sûr, tous ne feront pas le même usage du site. Certains viendront juste lire des articles, d’autres participeront (en contribuant, créant des chaînes, commentant…). Notre souhait est qu’à terme le développement de l’aspect participatif incite toujours plus d’Internautes à être des membres actifs de SmallBROTHER.info.

(noir)En termes de contenu, nous avons choisi un éventail de sources très large : elles sont de toutes orientations et de toutes sortes. A cela s’ajoute le nombre de rubriques (16 à l’heure actuelle) qui permet aussi que, quels que soient ses centres d’intérêts, l’utilisateur y trouve du contenu qui lui soit adapté (sur SmallBROTHER.info on peut ainsi trouver des articles sur le sport, la mode, ou encore les sciences).

(noir)Si l’on veut résumer, nous avons tout fait pour que SmallBROTHER.info puisse attirer le plus grand nombre d’Internautes possible.

(/noir)

Quel rôle sont appelés à jouer les utilisateurs dans le fonctionnement du site ?

(noir)Si SmallBROTHER.info n’est pas un Digg-like, il s’inscrit dans la tendance de développement du modèle contributif et d’appropriation de l’information par l’utilisateur.

(noir)Nous faisons d’abord appel au jugement critique des membres, ce sont eux qui valideront la qualité et la pertinence de notre sélection à travers plusieurs outils (vote, note, commentaires, et la création d’une corbeille qui permet de sortir un article de la sélection).

(noir)Ils sont également les moteurs de l’espace communautaire – avec les chaînes d’actualité, ils peuvent créer un groupe sur le thème de leur choix, et en partager le contenu avec tous les membres inscrits à cette chaîne. Si par exemple un membre du site adore les chroniques d’Eric Le Boucher dans Le Monde, il pourra créer une chaîne sur ce sujet ; les membres posteront ces chroniques ou tout autre article pertinent qui s’y rapporte, et un débat pourra alors s’engager. C’est un pas supplémentaire qui permet de passer d’une information locale et limitée de chacun à une information exhaustive et nuancée d’une communauté.

(noir)Enfin, il ne faut pas oublier que les utilisateurs peuvent aussi soumettre un article. Parce que nous n’avons pas la prétention de pouvoir déceler tout le contenu de qualité qui existe sur Internet, il est essentiel que les Internautes jouent leur rôle. L’espace Publiez leur est réservé. Nous espérons bien que par ce biais nous pourrons offrir aux lecteurs encore plus de contenu de qualité et que nous, SmallBROTHER.info, pourrons découvrir de nouvelles sources.

(/noir)

Comment vous est venue l’idée de proposer un tel service ? Vous êtes les premiers à le faire en France, à ma connaissance. Vous êtes-vous inspiré d’exemples étrangers, s’il y en a qui corresponde à votre projet ?

(noir)L’idée est venue simplement d’un groupe d’amis qui prenaient plaisir à s’envoyer les articles qu’ils jugeaient intéressants. Le moment nous semblait également être le bon du fait de trois évolutions concomitantes dans le paysage de l’information sur Internet : le mouvement du « tout gratuit » des sites de presse, parti des Etats-Unis (New York Times en septembre 2007) ; la multiplication des sources d’information en ligne avec l’apparition de médias du Net (Rue 89, Bakchich, Mediapart…) et l’explosion du nombre de blogs d’information ; et enfin, le développement du modèle contributif (Digg-like), qui place les membres au cœur des sites d’information.

(noir)Nous avons repéré une démarche proche de la nôtre, aux Etats-Unis : NewsTrust, fondé par des journalistes et anciens journalistes. Il s’agit également d’une sélection d’articles réalisée par des contributeurs, mais davantage dans l’optique d’une évaluation des journalistes et de leurs travaux.

(/noir)

J’ai cru comprendre que votre démarche était professionnelle. Quel modèle économique envisagez-vous pour financer votre plate-forme ? (sans révéler de secret 😉 ) Quelle est la nature de vos coûts principaux : les infrastructures, les salaires ?

(noir)Les coûts principaux sont en effet les infrastructures et les salaires, notamment pour ce qui concerne le développement technique du site, assez complexe.

(noir)Concernant notre modèle économique, sans en dire plus que nous ne le pouvons, nous nous orientons vers une formule entièrement gratuite pour l’utilisateur, sans recours à la publicité pour le moment, financée par des services complémentaires, la presse et les entreprises étant des clients naturels.

(noir)Ce que nous souhaitons vendre, au-delà des impératifs que nous avons pour faire fonctionner notre plate-forme, c’est un savoir-faire. Pensons que le Reader’s Digest, créé en 1922, emploie 220 personnes en France et est lu chaque mois par plus de 3 millions de Français !

(/noir)

Quelles relations entretenez-vous avec les sources que vous citez ? Pour les sources professionnelles, celles protégées par le droit d’auteur, dans quel cadre légal se place votre activité (reprise avec autorisation, partenariat, reprise libre dans le cadre du droit “de citation”…) ?

(noir)Nous respectons strictement les critères du droit de courte citation, aussi bien sur un plan législatif que jursiprudentiel. En effet, l’insertion du texte sur SmallBROTHER.info est partielle (il s’agit du titre de l’article et de 100 mots au maximum extraits de son contenu), clairement attribuée à son auteur (indication du nom et du logo de la source, mention de l’auteur de l’article), et dans un but que tout le monde peut comprendre. Néanmoins, nous sommes très attentifs aux évolutions législatives sur ce point, et, dans un souci de bonne entente, nous retirerons une source de notre champ de recherche si la demande nous en est faite.

(/noir)

Estimez-vous que vous pourriez représenter une concurrence, ou bien être taxé de parasitisme, par les sources que vous citez, ou bien considérez-vous plutôt que vous êtes complémentaires ?

(noir)Je ferai une réponse différente selon les sources dont nous parlons. Concernant les blogs, nous considérons être dans une relation de partenariat avec eux. Notre objectif est double : asseoir la crédibilité des blogs comme source d’information (dernier exemple en date, la reprise par une grande partie de la presse de l’information de Maitre Eolas sur la dénonciation d’un sans-papiers), et promouvoir leur existence.

(noir)Concernant la presse, nous souhaitons là aussi nous inscrire dans une relation gagnant-gagnant dans la mesure où nous allons rediriger des lecteurs vers leurs sites. Nous envisageons, par exemple, de leur proposer un service de revue des blogs, service qui commence à apparaître ci et là, intégré à leur site.

(noir)Nous espérons éviter finalement l’accusation de parasitisme par le simple fait que nous ne reproduisons pas l’article que nous référençons. Si le visiteur souhaite le lire, il doit se rendre sur le site source ; qui bénéficie alors indirectement du trafic généré sur SmallBROTHER.info.

(/noir)

Votre ambition est-elle de remplacer Google News ? 😉 Plus modestement, quel objectif vous êtes-vous donné ? A partir de quel moment considérerez-vous que votre entreprise sera un succès ?

(noir)Nous avons l’ambition de devenir un portail majeur d’accès à l’information en France. Notre premier succès sera de convaincre les internautes de la qualité de notre sélection, et ainsi de leur donner envie de s’informer à travers SmallBROTHER.info. Nous visons également à démontrer que la qualité d’une sélection faite par des hommes, des « aggrégateurs d’information », ne peut être atteinte par des algorithmes informatiques. Ensuite, nous ne voyons pas de limite à l’extension de ce modèle, aussi bien sur un plan géographique, que dans une logique de duplication pour d’autres types de contenus.

(/noir)

(propos recueillis par mail le 28 août 2008)

Allez-donc y jeter un oeil et dites-moi si ce projet vous intéresse et s’il répond à un besoin jusque là insatisfait…

19 Comments

  1. Le financement a priori si il est sans publicite pourrait donc se faire en vendant les listing d’informations collectes a l’inscription ( nom, prenom, profession, centre d’interet etc…) ?

    C’est ecrit dans le “TOS” , mais il serait probablement judicieux d’en debattre? Cela dit il y a du chemin a faire avant de constituer un listing important et ayant une valeur ajoutee.

    Et je ne suis pas sur de bien comprendre le sens de cette phrase :
    “financée par des services complémentaires, la presse et les entreprises étant des clients naturels. ”
    En quoi la presse ou les entreprises vont elles etre clientes ? je ne comprends pas tres bien le mecanisme sous jacent.

    Une question manque il me semble dans cette interview : quels sont les criteres de selection des articles ? les informations des articles mis en avant sont elles verifiees, recoupees ?

  2. J’aurais sincèrement voulu pouvoir tester ce nouveau produit mais pas de chance : je ne suis pas capable de l’exploiter sur un petit écran (le design n’est pas “fluide”). Même en 800 ça coince, alors sur un mobile …
    Désolée, je repasserai quand je disposerai d’une machine standard.

  3. Quelle bonne nouvelle : je me souviens qu’une étudiante à l’ESJ Lille m’avait montré ce projet il y a un an… J’attendais des nouvelles, les voici. Merci!

  4. Aie je viens de visiter le site.
    Bon, par exemple le “dossier” université d’été à la Rochelle (somptueuse appellation pour 4 liens nus qui se battent en duel), je ne vois pas de valeur ajoutée par rapport à Google News, les mêmes liens (sauf qu’il y en a plus sur Google et que cela n’est pas gênant, voire plus riche). Pas de commentaires des liens, pas de justification des choix des liens, pas l’once d’une hiérarchisation des liens, etc…

    Bref je retourne à Google, la sélection d’articles est plus fournie.

    P.S. Une grosse erreur média Web à signaler quand même sur le site, une sorte de splash page qu’on est obligé de fermer avant de pouvoir accéder vraiment au site.
    Un excellent exemple de bad user design. Et ca existe encore…

    Trop d’animation javascript qui sont là pour faire joli, mais cachent l’accès direct à l’information.

    Présentation hors des standards existant des sites d’informations, ou plus généralement de 90% des sites sur le Web.

    Ce site accumule quand même les erreurs d’amateur en design Web.

    Bref joli à l’oeil mais compliqué et pénible à naviguer et le contenu semble se faire attendre.

    >>> au boulots donc les gars, pour aller chercher les petits liens à la mimine, qu’on en profite tous 😉

  5. Je te trouve un peu dur avec ce site.

    Le but semble être la sélection qualitative des articles, une sorte de revue de presse, donc en effet pour la quantité il faudra repasser, c’est le principe

    Quand à la présentation “hors des standards existant” je comprends pas si c’est en bien ou en mal… faut pas toujours copier ce qui se fait non ? Ca paraît même plutôt bien de proposer des alternatives à “90%” (?!) des sites…

  6. Bon, je crois avoir compris : il s’agit d’une revue de presse, un service qui exige des spécialistes pour chaque domaine répertorié, plus de la vitesse.

    Avec, en plus, de l’animation Web 2.0, notamment le match quotidien entre deux opinions.

    Et ça, ça me déplaît franchement parce que le débat, si débat il doit y avoir, devrait se faire chez l’un et l’autre des opposés, pas sur un site tiers.

    Je me défais difficilement de l’impression qu’il s’agit d’une enième invention pour exploiter le contenu des autres.

    (Pardon pour ce vilain soupçon qye quelqu’un pourra certainement laver en un tournemain pour démontrer qu’il y aura une valeur ajoutée).

  7. Désolé Richard, mais le Web est orienté utilisateur. Moins il a à réfléchir pour naviguer sur un site et donc à accéder au contenu qu’il recherche, plus il en est reconnaissant.

    Trouvez moi un quotidien qui détonne par rapport aux règles de présentation de l’information. Tout le monde est d’accord pour le lecteur puisse le mieux possible naviguer dans les pages.

    Le contenu n’est hélas pas encore là : on a les articles des grosses marques de la presse quotidienne.
    J’ai déjà cela avec mon google reader, et Google News me fabrique d’ailleurs le RSS suivant une requête de mots-clés et l’inclus dans mon reader.

    Si j’ai des liens favoris, sélectionnés à la main, pas besoin de me “casser la nénette” non plus, j’ai sur une page à adresse fixe générée par Google, la publication de mes articles favoris du moment, accessibles à tous et repérable par RSS.

    Tout cela pour dire que tant que ce genre de site n’ira pas chercher les perles d’analyse au delà des grands quotidiens et des nanards de la blogosphère francaise archi-connue, bah la suite d’outils proposée par Google et d’autres aggrégateurs sera toujours plus puissante.

    Une dernière question sur ce site, où sont les liens RSS du contenu de ce site ?
    Il y en a ? il y en n’a pas ?

    Si c’est une décision politique pour faire rester l’utilisateur sur leurs pages, bah c’est une décision catastrophique au niveau de la visibilité du site.

  8. la démarche est excellente même si les diverses réactions méritent d être prises en compte surtout que la personnalisation des choix semble en cours

  9. @ Garçon

    La question sur les critères de tri manque en effet parmi celles que j’ai posées. Mais au delà des principes qui pourraient être affichés, ce n’est qu’à l’usage que le tri se révélera pertinent ou non.

    Sur le financement, les informations annoncées restent en effet évasives. Je comprend l’expression de “services complémentaires”, comme le projet de proposer un service aux sites web existants. Mais je n’en sais pas plus que toi…

    @ thierryl

    Comme d’habitude, j’admire votre capacité à avoir un avis définitif et tranché sur tous les sujets quels qu’ils soient (et de préférence un avis négatif et blasé). Votre capacité à deviner avec tellement d’assurance ce que va faire ou ne pas faire , devenir ou pas devenir, ce site vieux à peine de quelques heures et sur lequel vous avez passé tout au plus quelques minutes, est proprement stupéfiante.

    Il n’en reste pas moins que vous faites un mauvais procès à ce site et que vous ne le jugez pas sur ce qu’il est, mais sur l’idée que vous vous en faites, pire même sur l’idée de ce que vous estimez qu’il devrait être. Soyez un peu plus curieux des autres et indulgents avec ceux qui tentent des choses nouvelles.

    @ Szarah

    Une revue de presse (et de blogs) ? Oui, je crois qu’il s’agit bien de quelque chose comme ça, avec des liens. 🙂

    —-

    Sur les sujets qui m’intéressent et que je connais un peu (regroupés sur le site sous la rubrique médias), la sélection de liens me parait pour ma part pertinente (d’ailleurs il y a plusieurs liens vers ce blog, ce qui est tout de même un vraie preuve ! 🙂 ).

    Je crois par ailleurs que ce serait une erreur de demander à un tel site d’être plus pertinent sur chaque thématique que les réseaux de blogs spécialisés sur le même thème, qui auront toujours une longueur d’avance et ne s’adressent pas au même public.

    La comparaison avec Google News (avancée par thierryl) me semble manquer de pertinence : la hiérarchisation de l’information proposée par Google News est souvent absurde et ce n’est pratiquement jamais le lien vers l’article le plus pertinent qui est mis en avant.

    Google News ne peut être conçu que comme un outil de premier défrichage sommaire, qui demande ensuite un travail de recherche et d’évaluation important pour ressortir une information valable du magma proposé. Il n’est donc réellement utile qu’à des utilisateurs avertis qui disposent de temps et de connaissances préalables (les autres peuvent avoir l’impression d’être informés par Google News, mais ce n’est pas le cas).

    Il me semble que le projet de SmallBrother s’adresse précisément à des gens qui veulent s’épargner ce travail de défrichage à la main, en s’adressant à des humains qui leur proposent ce service. Et ça, c’est nouveau.

  10. Soit, l’intention est louable et le nom est sympa, ne jetons pas le bébé avant d’avoir changé ses couches (ou quelque chose comme ça).

    Puis-je suggérer tout de même de soumettre l’estimation de l’ergonomie, un élément importantissime de l’équation, à un forum de webmasters routinés : que ce soit le Hub ou WRI, ils sauront être impitoyâââbles (mais justes).

    (Je n’interférerai pas : je pars en retraite au soleil).

  11. @ thierryl

    Relisez-vous avec du recul, vous comprendrez peut-être ce que je tente de vous dire, avec plus ou moins de diplomatie jusque là, mais depuis un moment déjà.

    Vos interventions sur ce blog sont de manière quasiment systématique négatives (même si vous ne vous en rendez peut-être pas compte, c’est possible…) et toujours sur le même registre : moi je sais tout et je suis blasé de tout, sur à peu près tous les sujets et à peu prés envers tout le monde.

    C’est du moins mon avis sur vos commentaires, et j’ai bien l’intention de continuer à l’exprimer ici comme je l’entends. Même si c’est pénible à vos oreilles (vous vous autorisez des jugements définitifs ici sur les autres que vous qualifiez de “durs” et que je juge pour ma part comme simplement péremptoires, devrais-je donc demander pardon de ma franchise ?) Et ça ne concerne pas spécifiquement les jugements que vous portez à mon sujet ou au sujet de mes opinions. C’est malheureusement général ici. Une nouvelle illustration aujourd’hui…

    J’avoue que je ne comprends pas très bien les gens qui manifestent de telles tournures d’esprit (je les considère même pour ma part comme un biais de l’esprit).

    Je vous encourage à développer votre pensée de manière plus positive, en nourrissant, par exemple, votre propre blog, des découvertes intéressantes que vous avez pu faire, des idées constructives que vous souhaiteriez partager. Et je vous assure que je viendrais en discuter avec vous sur pièces, si vous le souhaitez.

    Deux dernières mises au point :

    Comme indiqué dans la présentation de ce blog, je ne suis aucunement méfiant par principe vis à vis d’internet et des technologies en général, ni aucunement béat par principe non plus. Et plutôt partisan de l’ouverture sur la fermeture. Vous vous trompez grandement si vous pensez autre chose de moi, et je le regrette, car ça signifie que je me suis mal fait comprendre, en tout cas que je n’ai pas été compris.

    Secondement, je n’ai pas conçu cet espace d’expression comme un lieu ouvert à tous les vents pour épancher des états d’âmes et des “ressentis”, mais pour participer à un dialogue sur des arguments.

    Au plaisir de vous lire sur votre blog…

    PS: si vous ne souhaitez pas laisser de mail, indiquez au moins un nom ou un pseudo, que l’on sache qui parle…

  12. Je suis toujours gêné de donner mon avis là-dessus car ce genre d’initiative est louable et cela doit être très excitant de faire partie de l’aventure.
    sur le financement : Le modèle éco est peut-être tout simplement celui d’une boîte de veille pour entreprise qui se positionnerait intelligence collective des internautes, etc. cela peut faire très bien devant un client (mais sur ce créneau cybion avec Agoravox me paraît mieux placé).
    sur l’ergonomie et le parcours de lecture du site je rejoins la plupart des commentaires précédant. C’est séduisant au premier regard, pas très facile à l’utilisation. D’autre part, je comprends la logique éditeur mais pas le bénéfice consommateur (désolé pour cette phrase 😉 Perso cela ne me donne pas envie à la différence d’un wikio où faire un onglet me prend 5 secondes.
    Comme d’habitude, la question est celle de l’effet de réseau nécessaire au rythme de croisière du site. Or comme sur la home rien n’est clairement orienté communauté (ce qui semble l’argument avancé dans l’interview) quid de l’amorçage de la pompe ? (j’attends les RP blogueurs 😉

  13. Encore une fois deux idées s’opposent :
    – Calquer le projet sur ce qui existe déjà en terme de physionomie des sites d’informations (ce que l’on retrouve d’ailleurs plus ou moins sur small brother dans l’onglet rubriques)

    – Ou se démarquer par un interface et une plate-forme à vocation plus communautaire et ludique et cependant assez facilement navigable quand on s’y fait. Ce point n’est d’ailleurs pas si annodin si l’on considère que le site veut se démarquer AUSSI par la forme.

    Les précédents commentaires, aussi compréhensibles soient-ils, font trop abstraction du fait que le site puisse exister à terme (?) grâce à la participation des internautes, de tous bords.

    Peut-être est-ce là que se situe la pertinence et l’originalité du projet moins que dans les détails graphiques ou autres considérations javascriptiques.

  14. En fait le principal reproche de notre ami Thierry, qui s’attaque maintenant aux couleurs de police (jusqu’où ira-t-il ?!) serait que le projet soit ambitieux… ça aussi c’est très léger.

    “ceux qui vont vous voir suivent déjà dans leurs agrégateurs” : tu connais déjà la cible ? tous les internautes utilisent des agrégateurs? tous connaissent l’ensemble des sources utilisées ?

    “je vois pas la différence avec un blog qui fait sa revue de presse” : t’es sûr? pas même dans le format ?

    “on a surtout des désœuvrés”: là par contre on sent que tu connais ton sujet.

  15. Tous,

    Un message pour préciser que Richard ne fait pas partie de l’equipe de SmallBROTHER.info. Nous remercions tous ceux qui ont bien voulu se pencher sur ce nouveau site et réagir sur ce blog. A nouveau, le premier défi de smallbrother.info est de convaincre de la qualité de notre sélection. Evidemment moins exhaustive que celle d’un aggrégateur informatique, elle vise a proposer les meilleurs articles, a rendre intelligible pour tous un sujet donné, et ce en diversifiant au maximum les sources d’information.

    Stephane CHARBIT

Comments are closed.