sur le web

Si les Wallons frappent à la porte…

Il est un fait que c’est amusant que le même jour Le blog de Vinz et Le Vinz de blog publient un billet sur le même sujet, alors que leurs centres d’intérêts habituels et respectifs sont plutôt éloignés…

C’est peut-être qu’on commence à se pencher sérieusement en deçà du Quievrain sur la question d’un éventuel rattachement de la Wallonie à la France…

Les Wallons y pensent de plus de plus (Le Soir, de Bruxelles) et les Français ne semblent pas rejeter l’idée (La Voix du Nord, de Lille)…

Ça donnerait cette nouvelle carte de France :

On en n’est bien entendu pas encore là du tout. Mais bon, il faudrait tout de même commencer à y réfléchir sérieusement. Si demain les Wallons frappent à la porte, qu’est-ce que les Français répondent ?

Etonnant que les médias français parlent si peu de cette question…
—-
Mise à jour (mercredi 30 juillet 2008) :

On commence à en parler 😉 Via [Embruns et ses commentateurs] :

– Jean Quatremer (Coulisses de Bruxelles) : “Belgique : les Francophones en faveur d’un rattachement à la France” :

(noir)“Le tabou du « rattachisme » est tombé.”

(/noir)

– Sophie de Ravinel (le Figaro) : “Ces élus français qui plaident pour un «rattachement»”

– Une série de cartes très instructives, détaillant les scénarios possibles de dislocation de la Belgique : “Maps: What after Belgium?”

19 Comments

  1. “Etonnant que les médias français parlent si peu de cette question…”

    😉
    Non pas vraiment étonnant.
    Imagine que dans la maison d’à côté, un mari et sa femme s’engueulent sans cesse, et bien que cela dure depuis longtemps, ils ne se soient jamais séparé.
    Comme tu as échangé quelques sourires avec elles, tu vas aller raconter dans tout le quartier que si elle frappe à ta porte et bien tu sera en mesure de l’accueillir volontiers comme ta nouvelle compagne.
    Cela donne à peu près cela comme impression au niveau de l’élégance et du tact diplomatique.
    😉

    Ce qui fait que même en cas de demande des Wallons, la réponse de l’Etat francais risque d’être un non ferme et définitif, de peur de passer pour un semeur de zizanie intéressé par une extension de son territoire avec à la clé une augmentation de ses députés européens, ce qui risque de faire très plaisir aux allemands.
    Je pense même que le silence radio des autorités françaises sur la crise de la Belgique n’est pas innocent.
    Surtout ne pas s’en mêler…

  2. Et puis, elle est vraiment pas belle cette nouvelle carte de la France, Où il est passé mon bel hexagone ?

    :-p

  3. Amusant, oui. Moi ça fait longtemps que je parle de la situation belge, mais je suis content de voir que d’autres s’y mettent 🙂

    Les medias français parlent très peu de la crise belge (alors même que que TF1, France2, France3 émettent -et sont assez regardées- en Belgique francophone), parce qu’elle est assez compliquée, et par manque d’images.

    Pendant des mois, on n’a quasiment pas parlé de la crise (2 minutes en fin de JT de TF1, rien sur F2, pour la 1ère démission de Leterme).
    Mais quand il y a une manif belgicaine qui réunit 30 000 personnes dans Bruxelles, ça faisait de belles images, alors là on a eu des reportages un peu partout nous expliquant que les belges étaient attachés à leur pays. Sans dire que 30 000 personnes pour un tel enjeu c’est pas énorme (80 000 personnes à la marche pour Joe, 35 000 à chaque match des Diables Rouges), et surtout qu’il y avait très peu de flamands (ce qui est assez gênant pour un symbole d’unité).

    Quelques semaines plus tard, il y avait eu aussi le numéro de Libé spécial Belgique, avec des photos illustrant l’unité belge prises à Louvain La Neuve. Assez marrant quand on sait qu’on a construit cette université parce que les flamands avaient chassé les francophones de Louvain.

    @Ivan :
    Annexer la Wallonie nous permettrait surtout de récupérer Michel Daerden.
    Niveau sport, l’idéal serait d’annexer également Bruxelles, pour récupérer le RSC Anderlecht (2 Coupes des vainqueurs de coupes, 1 Coupe UEFA, 2 Supercoupe d’Europe).

  4. @ Vinz

    Les exemples que tu cites sont axés sur “la crise belge”. Je m’étonne que les médias ne se saisissent pas de la question “que pensent les Français d’un rattachement ?”

    Et aussi, comme le signale Thierryl : qu’en pensent les autres Européens ? Quel changement dans le fonctionnement de l’Europe ?

    Quels changements en France même au niveau politique, économique, social, culturel (et aussi sportif 😉 ) ? etc.

  5. Ça fait quand même la Une du Figaro, mais sur le point de vue wallon (en confondant d’ailleurs Wallons et Belges francophones, ça fera plaisir aux Bruxellois).
    Le Figaro et Libé parlent assez souvent de la crise belge. Mais à part ça, c’est le calme plat.

    Les medias français ne parlent pas plus de ce sondage qu’ils ne parlent de la crise belge, parce qu’ils ne se rendent pas compte de la gravité de la situation. Sans doute un peu parce qu’on ne parle de Bruxelles que comme capitale de l’Europe, jamais comme celle de la Belgique.

    Dur de demander aux Français ce qu’ils pensent du rattachement alors qu’ils ne connaissent rien ou presque du contexte (la crise belge).

    Qu’en penseront les pays européens ?
    C’est clair que certains regardent avec angoisse la crise belge et l’éventuelle indépendance de la Flandre, par peur que cela donne des idées à des régions indépendantistes (la Catalogne en Espagne, l’Écosse au Royaume-Uni).
    Cela pourrait rappeler le mauvais souvenir de l’Europe napoléonienne à d’autres (Allemagne).
    Même s’ils n’ont pas leur mot à dire, on peut se douter des pressions diplomatiques qui seront exercées sur les flamands, puis sur les français et les wallons, pour éviter ce redécoupage.

    Sur les conséquences en France, ls Wallons eux-même ne savent pas trop : certains parlent d’un statut à l’Alsace-Lorraine (avec conservation de lois particulières votées pendant la période de non-appartenance à la France), d’autres d’un état associé (comme la Polynésie Française) où ils conserveraient leur roi. Et en France, on se dit qu’on a encore le temps d’y réfléchir d’ici à ce qu’on arrive à ces questions…

    Mais c’est vrai que cette question est tout de même assez importante, et qu’il est étonnant de pas voir de vrais reportages sur cette crise et cette éventuelle conséquence (importante pour la France) dans les medias les plus populaires.

  6. C’est un pur hasard qui fait qu’on a parlé tous les deux de ce sujet 😉 Personnellement, j’ai commencé à le rédiger sans même avoir les nouveaux sondages, je les ai découvert lors de mes recherches !
    Comme le dit Thierryl, si les médias français n’en parlent pas, c’est parce que la population française ne s’y intéresse fondamentalement pas encore. Et il s’agit là d’une question très délicate. Je suis pour que la classe politique française se taise, ne dise rien car nous n’avons pas à nous immiscer dans les affaires intérieures d’un pays allié et ami. Nous devons attendre que le peuple choisisse, et en ce moment, les Belges sont désorientés. Une fois seulement que les Wallons demanderont en masse un rattachement, alors le peuple français par la voie de ses dirigeants pourra se positionner, même si j’ai peur qu’il y ait un gros fossé entre la population française et ses dirigeants car comme je le disais dans mon billet, beaucoup de questions se posent et les Français n’ont pas encore toutes les cartes en main pour saisir les tenants et aboutissants.

  7. Il n’y aura jamais de rattachement.
    Ce n’est pas l’intérêt stratégique de la France.

    Au contraire, une petite Belgique Wallonne qui conserverait son Roi et Bruxelles, serait naturellement soutenue par la France, dans sa phase de transition. Notamment pour éviter que Bruxelles ne soit réclamé par les flamands.
    Et cela ferait un pays supplémentaire francophone allié dans l’espace européen.
    Donc tout bénef, sans avoir à connaître les problèmes d’intégration d’un espace francophone très proche certes, mais distinct.
    Par exemple, nous n’avons aucun intérêt à nous mêler, ni à reprendre, des zones d’influences africaines entretenues par les belges, car leur colonisation n’a pas laissé dans ces territoire un souvenir impérissable.

    De plus, oserais-je rappeler, les belges francophones sont très attachés à leur Monarchie, et le Français sont des républicains.
    Le scénario d’intégration pure a donc ses limites historiques et culturelles.

    L’autonomie dans une France aussi, car la Belgique francophone perdrait ses prérogatives d’Etat et donc son poids dans les institutions européennes, ce qui donnerait un territoire sans obligations et donc ni responsabilité particulière, financièrement aux dépens de la France, et sans pouvoir politique au sein de l’Europe.
    Genre scénario catastrophe ou marché de dupes pour l’Etat français si vous voyez ce que je veux dire.

    Quant aux “pressions” sur la France qui dicteraient sa conduite, mévoui : un pays qui a siège permanent au Conseil de l’ONU, la dissuasion nucléaire, et la deuxième présence diplomatique au monde.
    Mouarf, cela me fait doucement rire,

    C’est sur qu’on n’est pas les Etats-unis (Dieu nous en préserve) mais il y a bien pire.

    On a connu aussi pire dans l’espace Européen, par exemple la scission entre la Tchéquie et la Slovaquie, l’explosion de la Yougoslavie en quatre pays distincts et bient$ot cinq.
    Aucun n’a demandé de rattachement particulier à un autre pays.

    Cet article de Blog, surement mieux informé que je ne le suis confirme bien quelle serait la position de la diplmomatie française, ainsi que l’intérêt de la France.

  8. Il y a de toute manière des lois civiles belges qui seraient totalement incompatibles avec celles de la France, même avec un système de droit local comme en Alsace-Moselle (je connais un peu, j’ai vécu trente ans en Alsace) : droit à l’euthanasie, droit à l’insémination artificielle, mariage homosexuel pour ne citer que les exemples les plus hénaurmes. Cela introduirait une discrimination entre les citoyens d’un même pays et la cour de justice européenne ferait obligation d’une normalisation par le haut, donc par l’alignement sur la loi belge pour tous les citoyens français qu’ils soient d’origine belge ou française. Totalement impensable pour nos politiques bien réacs à la Vanneste, à moins qu’ils ne se rendent pas compte du gros piège dans lequel ils tomberaient. Ce serait l’annexion de la France par la Belgique !

  9. @ Thierryl

    Pour connaître un peu les Balkans, la division de la Yougoslavie n’a-t-elle pas débouché, à cette heure, sur la création de sept Etats souverains et non quatre ou cinq ?

    Quant à la question du rattachement, elle reste envisageable pour le Kosovo vis à vis de l’Albanie…

  10. Mouais faut arrêter de déssouder la France à tout va. L’auto-flagellation cela suffit.
    Je ne doute pas un instant que ces lois arrivent un jour en France aussi, et cela ne fera pas une différence de vie globale pour le pays, car elles adressent des cas particuliers et minoritaires.
    Seulement elles ont un coût certain dans l’encadrement et le suivi administratif pour deux d’entre elles.
    Sinon, c’est bien de se prendre pour un pays extrêmement social et à la pointe dans cette matière, mais il ne faut pas que cela se fasse à coup d’emprunts aux banques mondiales par Bercy, et au détriment de la qualité de vie des générations futures qui auront à s’expliquer avec la dette.
    Si on parle de responsabilité écologique, il existe aussi dans le même ordre d’idée une responsabilité économique des générations actuelles pour les générations futures.
    Jusqu’ici, parce que nous avons connu les 30 glorieuses, on a tapé allègrement dans la caisse par anticipation pour des progrès sociaux tels que nous sommes arrivés à un masse et des montants de retraites que la future population active ne pourra pas assumer.
    Aujourd’hui, l’augmentation de la dépense publique qui n’est pas un investissement collectif pour l’avenir (éducation, recherche publique, université, technologies d’entreprise, etc.) c’est confisquer du bien-être et du salaire aux enfants et petits-enfants qu’on voit se balader dans les rues, insouciants.

  11. @Narvic
    Ouaip, Slovénie, Croatie, Serbie, et Bosnie. et le Kosovo en suspens… s’il y en à d’autres… je veux bien…
    Il me semble que le Monténégro a son autonomie, sans être un état indépendant de la Serbie (ces deux peuples s’entendent relativement bien.)

    Quant à la demande de rattachement du Kosovo à l’Albanie, bah, cela me paraît difficile
    étant donné que l’Albanie ne décolle pas économiquement malgré les aides internationales ininterrompues (vous avez dit mafia ?)
    Et tant que la protection des minorités serbes face aux tentations génocidaires de l’armée Kosovar nécessitera une présence internationale.
    Sans compter qu’il n’y a pas que les minorités serbes qui craignent cet avènement, il y a aussi des minorités d’origine turque, qui risquent aussi pour leur peau, et ne pourront peut être pas, au mauvais moment, s’échapper par la frontière macédonienne.
    (On ne va pas déstabiliser la Macédoine, pour faire plaisir aux Albanais.)

    Evidemment, s’il y a lachage de ces minorités par la communauté internationale, bah faudra préparer, en prévention, un joli tribunal international pour génocide, et une fois que la pureté albanaise sera officielle sur le territoire du Kosovo, et qu’il s’agit en fait de la même population, il n’y aura plus de problème pour le rattachement et la constitution d’une grande Alabanie.

    Globalement, l’Europe voit cela d’un mauvais oeil, l’administration américaine, moins, car l’Albanie s’est toujours soumise au jugement et demandes de cette dernière, notamment en participant de son plein gré à la coalition contre l’Irak.

  12. @ Thierryl

    Disons que vous oubliez la “Macédoine” (nom contesté par la Grèce) et que les déclarations d’indépendance du Monténégro et du Kosovo sont effectives…

  13. Oui c’est vrai, Narvic
    L’indépendance du Monténégro s’est bien passée en 2006.

    Donc cela fait 6 pays, exact.

    On peut certes parler d’indépendance du Kosovo. mais il y a encore des pays (et non des moindres en terme de population globale) qui s’opposent en toute légalité ONUsienne à l’indépendance du Kosovo.

    Mais bon, un pays est-il vraiment indépendant “sous contrôle de la communauté internationale” ?
    lorsqu’il faut maintenir des forces étrangères sur son sol pour empêcher les habitants de s’entretuer sur place ?

    C’est un peu comme parler de l’Irak aujourd’hui, resterait-elle nation indépendante si les forces américaines se retiraient… à quoi assisterions-nous ?

  14. Et encore, je ne parle pas de tensions sécessionnistes qui perdurent en Bosnie-Herzégovine (Serbes, Croates et Musulmans – avec un “M”, la nationalité, selon les critères locaux, pas la religion !) en Macédoine (minorité “albanaise”), voire en Serbie (Hongrois de Voïvodine)…

    C’est compliqué, les Balkans. encore plus que la Belgique… 😉

  15. Bah non, la communauté internationale dans son ensemble n’a pas ratifié son indépendance.
    Surtout que si on regarde la carte c’est plus de la moitié de la population du globe qui s’en tient à la résolution de l’ONU et ne peuvent donc en tout respect de la légalité internationale reconnaître le Kosovo comme Etat indépendant.
    Mais au bout du compte, c’est vrai on s’en fout, c’est les US qui déterminent qui a raison ou a tort.

    A voté 7 !
    😀

  16. mmmh…
    Je crois que les serbes sont sur la voie de la normalisation : quel intérêt auraient-ils d’aller plus loin qu’une opposition de façade, en ont-ils les moyens ?
    les bombes américaines sur leurs civils ou les aides européennes accompagné du développement de leur économie ?
    La deuxième solution me paraît évidemment bien plus raisonnable.

  17. Les Serbes de Bosnie ne sont pas satisfaits du statu-quo. Les Serbes du Kovoso pas plus. Du coup les Serbes de Serbie ne sont pas satisfaits non plus. La tension régionale persiste et n’est maintenue “sous-contrôle” que par la présence militaire de l’OTAN.

    Pour couronner le tout, il ne faudrait pas qu’ils énervent tous les non-Serbes de Serbie !

    Sans parler des Albanais, Musulmans, Croates, Macédoniens, Hongrois, Turcs, Grecs, Bulgares, Turcomans, etc., etc.

    Ce pays a beau être petit, c’est une vraie mosaïque ! Très loin de nos perceptions d’Etats-nation d’Europe de l’Ouest dont la formation remonte à des siècles…

Comments are closed.