sur le web

Qui a tué la blogosphère ?

Le célèbre blogueur américain et écrivain Nicolas Carr estime aujourd’hui, sur son blog Rough Type, que s’il y a toujours des blogs, et même de bons blogs, la blogosphère elle-même n’existe plus. Il se demande qui a bien pu la tuer…

Les plus gros blogs sont en voie de normalisation et d’intégration au monde des médias “mainstream”. L’idée qu’ils pouvaient constituer une alternative se révèle illusoire et naïve.

C’est un vrai requiem pour la blogosphère…

(noir)“Ce vaste forum intime, en roue libre et étonnant, où des écrivains individuels faisaient part d’observations, de pensées et d’arguments, en dehors des limites des médias traditionnels, a disparu. Presque tous les blogs populaires aujourd’hui sont des entreprises commerciales avec des équipes de rédacteurs, qui font des opérations publicitaires agressives, des sites gonflés, avec des stratégies de self-linking. Certains sont bons, certains sont ennuyeux, mais faire valoir qu’ils font partie d’une “blogosphère” qui se distingue des «médias mainstream» ressemble de plus en plus à un acte de nostalgie, si ce n’est pas d’auto-illusion.”

(/noir)

Les blogs principaux sont devenus “mainstream”, ils sont devenus des médias eux-aussi. Beaucoup d’entre eux se sont professionnalisés, en perdant “beaucoup de leur personnalité originale”. La plupart des blogs du top 100 de Technorati sont devenus, pour Nicolas Carr, “des magazines en ligne” et non plus des blogs.

Les blogs “bizarres et informels”, écrit par des particuliers, “existent toujours, mais ils ont été poussés vers la périphérie”. “Technorati a recensé 133 millions de blogs depuis qu’il a commencé l’indexation en 2002. Mais au moins 94% d’entre eux sont en sommeil”. Selon son dernier rapport sur l’état de la blogosphère, seulement 7,4 millions de blogs ont posté un message ces 120 derniers jours, et seulement 1,5 million sur les 7 derniers jours. Il y a en réalité “bien de moins de blogs que nous le pensions.”

Nicolas Carr voit l’histoire des blogs suivre celle de la radio, avec une explosion de radios amateurs (qui fait penser à l’explosion des “radios libres” en France au début des années 80), qui a fait place à un paysage dominé par un nombre relativement restreint de sociétés de médias, qui ont été influencées par ces amateurs.

Les pratiques issues des blogs, elles-aussi, ont influencé les médias (la généralisation de la pratique des commentaires à toutes les publications en ligne par exemple).

(noir)“Mais l’idée populaire que les blogs pouvaient se révéler une alternative, voire une attaque dévastatrice, contre les les médias s’est avérée naïve.”

(/noir)

(noir)“Qui a tué la blogosphère? personne. Sa mort a été naturelle, et annoncée.”

(/noir)

—-

Lire aussi, sur novövision : “La blogosphère mise à nu par ses observateurs, même”

—-

La situation est probablement différente en France aujourd’hui. Je m’efforce pour ma part, par exemple, que novövision reste un blog, selon l’idée que je m’en fais… Mais la blogosphère francophone est peut-être appelée à suivre à son tour ce chemin. Qu’en pensez-vous ?

23 Comments

  1. Pourquoi ai-je l’impression que ce post ramène la question des commentaires au premier plan?

    Ah, oui, parceque je ne crois pas que sadlyno (par exemple) pourrait exister sans ses nouveaux contributeurs, ni sans ses commentateurs pleins de sarcasmes.

    Je continues de croire que les blogs, quand ils savent les gerer, offrent aux commentateurs une place un peu spéciale et surtout du sang frais pour leur contenu.

    Je ne connais guère les classements technocrati ou autres, mais je sais que Dkos, huffpost… ne sont rien sans une abondance de commentaires sur chaque sujet. Bien loin du courrier des lecteurs.

  2. “Presque tous les blogs populaires aujourd’hui sont des entreprises commerciales avec des équipes de rédacteurs, qui font des opérations publicitaires agressives, des sites gonflés, avec des stratégies de self-linking”

    > pas du tout d’accord avec son raisonnement. La “blogosphère”, si elle existe, c’est la “longue traine”, LES blogosphères, les réseaux dans le réseaux. Il parle là, lui, des métablogs et média plus ou moins sociaux, mainstream. C’est un regard très américano-centré !

    tu le dis toi-même : “Les blogs principaux sont devenus « mainstream »”. Et les “blogs principaux” , ce n’est pas la blogosphère ! vision éllististe pour le coup. On aurait dit germanopratine ici. Silliconvaline ?

    “La plupart des blogs du top 100 de Technorati sont devenus, pour Nicolas Carr, « des magazines en ligne » et non plus des blogs.”

    > encore une fois, oui. Evidement. Mais rien à voir avec le titre de ton – de son – billet 😉

    “1,5 million (de blogs ont été actualisés) sur les 7 derniers jours”

    > la voilà la (les) blogosphère (quoi que technorati soit aussi particulirement américano-centré) !

    Quand au parallèle avec les radios amateurs (comment s’appelait ce film génial, déjà ?) je l’ai souvent fait, mais avec le recul, j’avoue qu’il est aussi déplacé que de chercher un obama français… Au fil du temps, la référence à la freepress m’ait apparu plus juste (impact culturel majeur et précurseur mais se fond ensuite notre une autre novation)

    « Mais l’idée populaire que les blogs pouvaient se révéler une alternative, voire une attaque dévastatrice, contre les les médias s’est avérée naïve. »

    ah bon ? es-tu sûr de penser cela ? Narvic ?! Je veux dire, par blog, on entend bien “expression et réputation online” ?! Il m’avait semblé pourtant que drudge report avait fait plus d’audience le soir de l’élection du président des états unis que le new york times. mais oui sans doute, les blogs ne sont une alternative à rien, les médias sociaux sont sans avenir (pas comme si un président de la première puissance mondiale envisageait de battir sa présidence sur l’un d’eux, hein 😉 et twitter; deliciious et le linkjournalism sans potentiel destabilisateur ou rénovateur pour le journalisme et les marques de médias…

    Narvic ?!

  3. @ Nicolas (I see dead journalists)

    C’est un point de vue apporté dans le débat. :-))

    J’en reviens à ma thèse sur la collision des galaxies : deux galaxies (celle des blogs et celle des médias) entrent en collision lente. Elles s’interpénètrent et s’hybrident : les deux s’en trouvent modifiées.

    Je ne crois pas que la blogosphère sortira inchangée de cette affaire en cours, et je ne suis même pas sûr que ce ne sont pas les médias qui sortiront vainqueurs, en récupérant le phénomène et en le diluant.

    C’est bien là que ça se passe en tout cas… Je n’ai pas l’intention de les laisser faire en tout cas : je continue le combat. :-))

  4. Heureusement qu’il y a ta phrase de conclusion. Effectivement, le constat ne me paraît pas très adapté à la France.

    « Mais l’idée populaire que les blogs pouvaient se révéler une alternative, voire une attaque dévastatrice, contre les médias s’est avérée naïve. »

    Eh bien, il en faut du temps pour s’en rendre compte. Qui peut vraiment croire que les blogs sont capables de faire la nique “aux medias” (radio, TV, presse tout conjugué ??), compte tenu des moyens en homme et en $ ? Cette opinion était naïve dès l’origine.

    “Les medias” ont chacun la capacité d’être une source d’information unique. Aucun blog ne peut suffire intégralement à un internaute. Quant à croire que les internautes sont prêts, en un nombre suffisant, à lire une bonne dizaine de blogs régulièrement…

    Par ailleurs, faut-il regretter, dans cette optique, que certains blogs s’agrègent ?

    Enfin, ce n’est pas la première fois que l’on annonce la mort des blogs (avec une nuance, là, soit). On l’avait déjà fait quand certains blogueurs se lassaient, et ont annoncé le remplacement des blogs par… Twitter.

    L’annonce de la fin des blogs va-t-elle devenir un marronnier de la blogosphère ?

  5. Et je précise “monsieur le juge”, car “votre Honneur” c’est outre-Atlantique.

    Je vais commencer par faire acte de contrition (je n’ai lu auparavant aucune des références de ce billet, pas même la collision des galaxies). Ensuite je vais avoir un tout petit peu honte d’avoir réinventé la roue dans mon billet onirique.

    Après je vais le dire ouvertement : j’ai bien assez à lire avec la blogosphère française, gourmand comme je suis je deviendrai trop boulimique si j’allais voir ce qui se passe dans la langue de Britney Spears.

    Je ne crois pas à la mort des blogosphères (mes fameuses populations de différentes nations amérindiennes), mais bel et bien à un reflux vers des marges au gré de l’avancée des colons médiatiques.

    Que de nombreux blogs soient inactifs est un secret de Polichinelle, que certains tentent l’aventure de la professionnalisation aussi, même s’ils sont rares dans l’Hexagone.

    En revanche je ne suis pas d’accord sur l’idée des galaxies qui entrent en collision : les tailles sont disproportionnées (pas en nombre de personnes ou en audience, je parle de crédibilité, de capital d’image et de sympathie, de puissance de feu pure).

    Je ne crois pas que les médias broadcast soient très affectés par les blogs, ils les dévorent goulûment quand ça les sert mais ils ne leur font aucune concurrence. Ils sont les épices qui donnent du goût aux plats qu’ils servent, ça change un peu. La presse papier est dans une autre situation, en raison de son impossibilité à réagir rapidement.

  6. « Mais l’idée populaire que les blogs pouvaient se révéler une alternative, voire une attaque dévastatrice, contre les les médias s’est avérée naïve. »

    Je crois que cette idée n’a jamais été populaire au delà d’un certain cercle d’observateurs médiatisés. L’idée que les blogs peuvent concurrencer les médias traditionnels appartient à quelques « gourous » du milieu — c’est à eux d’assumer cette naïveté et de tirer les conclusions de leurs prophéties marketing passées. Je suis sûr que 99,99 % des gens qui ouvrent un blog n’ont pas l’intention de révolutionner le monde des médias, d’en faire leur profession ou même d’en tirer un moindre revenu. Bien entendu, les lois de puissance qui régissent notre petit monde font qu’on entend plus le 0,01 % restant mais ce petit pourcentage n’est aucunement significatif de l’intégralité du monde des blogs. J’ai l’impression de toujours répéter la même chose 😉

    Quand au peu de blogs actifs par rapport aux inactifs, je pense (sans preuves) que la proportion a toujours été à peu près la même la même. Peut être même qu’il n’y a jamais eu autant de blogs actifs (selon Technorati) qu’aujourd’hui, avec ces 1,5 millions d’unités.

    En revanche, j’aurais envie d’aller plus loin en pensant qu’il y a sans doute bien moins de lecteurs de blogs qu’on nous le laisse encore entendre (80 % de visites qui ne dépassent pas 10 secondes ; la plupart des billets des flux RSS dont on ne lit que le titre ; les chiffres artificiellement gonflés par le référencement, etc.). La blogosphère est (a toujours été) probablement survendue, pas seulement sur le nombre de blogs actifs, mais aussi sur le nombre de lectures (? du nombre de visites ou de visiteurs), c’est à dire sur son influence réelle dans l’univers des médias. Pour l’instant, seuls les annonceurs semblent s’en rendre compte via un faible retour sur investissement constaté (ce qui induit un CPM en baisse) et les gourous du web, qui sont généralement les premiers à profiter financièrement du système sont encore peu prolixes sur ce sujet. Bizarre. On préfère annoncer pour la énième fois de « la mort des blogs », c’est plus choc, même si ça ne veut rien dire. À mon avis, ce n’est pas la blogosphère (le monde des blogs) qui est morte, mais simplement l’idée qu’ils s’en faisaient, à quelques uns.

    Je pense que ce qui est exprimé dans ce billet ne se réfère pas à une notion de changement d’usages mais au simple fait qu’on commence à observer le monde des blogs de manière un peu plus réaliste.

    (Avis de simple observateur, non expert du milieu.)

  7. Faux débat, la blogosphère n’a jamais existé que dans la tête de quelques communicants. La généralisation des plateforme de publication a simplement permisde créer un nouveau territoire d’expression. Territoire qui s’est segmenté rapidement entre blogs professionnels, journaux intimes, espace de discussions, forums etc..
    Le blog n’est pas un concept opérationnel. La vraie distinction a toujours été entre professionnels et non professionnels. Différence de nature pas de qualité.
    Les blogs ayant une vocation à générer des revnus ou servir d’exposition à une expertise professionnelle se rangent naturellement dans le camp des medias professionnels. Par qu’ils ont la même ambition.

    Le blabla sur la mort de la blogosphere indique simplement que les publicitaires sont en train de passer à autre chose.
    Les blogs resteront.

  8. “Les blogs principaux sont devenus « des magazines en ligne » et non plus des blogs.

    Les blogs « bizarres et informels », écrit par des particuliers, « existent toujours, mais ils ont été poussés vers la périphérie. ».”

    Erreur ! Erreur ! Erreur ! 3 fois erreur. Notre ami n’a pas compris que nous ne sommes plus sur la terre ferme mais dans l’eau ! Les blogs sont comme une vague sur laquelle il faut surfer un temps puis abandonner pour en prendre une autre. Il s’accroche à ses vieux sites sans s’apercevoir qu’ils sont morts sur la plage et ne reviendront plus.

    Les blogs sont des flux comme la vie. Il n’y a pas de “centre” ni de “périphérie”. Moi-même je vais rester quelques temps ici puis m’en irais dès qu’il n’y aura plus rien d’intéressant, comme cela arrivera forcément, pour aller vers du nouveau. La notion de “média de référence”, comme autrefois le Monde par exemple, n’existe plus. Et c’est bien.

  9. Beaucoup de choses intéressantes dans vos commentaires.

    Une idée générale semble se dégager : ce n’est pas une réalité aux contours bien délimité qui disparaît, mais une idée qu’on s’en faisait (que certains s’en faisaient) et qui ne correspondait peut-être pas à grand chose de tangible…

    Ce serait donc le projet d’une blogosphère qui s’évapore, et pas l’existence d’une blogosphère qui n’a peut-être jamais existé…

    —-

    C’est peut-être plus compliqué que ça tout de même : un nouvel espace d’expression publique intime et personnel a bel et bien émergé, et par de multiples aspects c’est un espace très différent de celui des médias.

    La nouveauté, qui apparaît avec internet, c’est que ces espaces qui étaient autrefois nettement séparés (personnel, amateur, intime / professionnel, public, etc.) se déploient aujourd’hui sur un terrain commun unique (ce que le chercheur F. Rebillard appelle “un dispositif de communication global”). Par exemple : les photos de la soirée électorale d’Obama se retrouvent sur la même plate-forme (Flickr) que les 50 photos du chat de Miranda.

    L’idée que ces deux mondes sont alternatifs l’un de l’autre, et que l’on allait voir une substitution, était très sûrement une illusion :

    C’est l’illusion même du Web 2.0 ! :-))

    Le contenu généré par les utilisateurs se substituant à celui des professionnels : tous journalistes, tous auteurs de littérature, tous musiciens, tous tout !

    C’est cette bulle-là qui se dégonfle…

    —-

    Cela dit, cette nouveauté de l’exposition de l’intime et du personnel dans le même espace que le professionnel et le public entraîne des conséquences et modifient les pratiques dans les deux domaines.

    Il y a bien, à mon sens, une certaine naïveté qui est bien présente dans les blogs et qui fait souvent l’intérêt de cette forme d’expression qui se trouve malmenée par trop d’exposition publique et qui ne peut faire autrement que de “se replier à la périphérie”.

    Elle n’aurait peut-être jamais dû en sortir d’ailleurs : trop de lumière lui est toxique. Je suis persuadé que je ne suis pas le seul blogueur à me faire ce genre de réflexions : plus l’audience de ce blog augmente, plus son lectorat se diversifie, plus il est intégré au monde des médias qui le citent et renvoient vers lui une partie de leur propre audience, moins je me sens libre d’écrire de la même manière qu’au début, plus je retrouve les mêmes contraintes que je connais dans les médias classiques et qui conduit vers une auto-censure permanente…

    Je poursuis l’expérimentation dans ce laboratoire, mais je vois bien que ce projet se modifie en avançant et qu’il est bien difficile de tenir la spontanéité et la liberté en même temps que “l’exposition médiatique”…

    C’est un peu le “syndrome Versac” qui me travaille… 🙂

  10. Narvic “ce projet se modifie en avançant et qu’il est bien difficile de tenir la spontanéité et la liberté en même temps que « l’exposition médiatique »…
    C’est un peu le « syndrome Versac » qui me travaille…”

    Exactement.

    Je vis la même chose chez moi. Je m’installe avec ma famille dans un bel endroit près de Paris, très vert avec de nombreux avantages. Puis les gens s’aperçoivent aussi que l’endroit est bien et vienne s’y installer. le quartier se densifie, devient de moins en moins agréable, les immeubles moches arrivent, et je déménage. Pas grave, puisque le prix du m2 a augmenté avec sa fréquentation. (les gens adorent les immeubles glauques) 🙂 Je fais à chaque fois une plus-value mais je me tire quand même. A quoi sert de vivre dans un endroit que l’on n’aime plus ?

    Il en sera de même pour ce blog. Bientôt les pubs vont apparaitre. Ou bien son auteur sera parti avant parce qu’il en aura marre, comme Versac (lui semble plutôt avoir eu peur). Pas grave encore, j’irais ailleurs.

    Finalement un blog est un port, nous y sommes comme des marins, provisoirement. On picole ensemble, on joue avec les filles, puis on repart. tout va bien.

  11. Les émoticones fonctionnent ! Les émoticones fonctionnent !

    Ce sont les mêmes raccourcis que sur AVox.

    🙂 😉 😮 🙁 :-(( :-)) :-/

  12. AHAHA ! :-> Il marche aussi celui-là. Je sens que ce site est pour moi. je vais lui exploser ses stats, vous allez voir. Cela va être énorme. Patron ! C’est ma tournée ! :o)

  13. Le cas Versac était quand même particulier car il souffrait d’attaques personnelles, de lynchages militants et d’une certaine forme de jalousie propres à son exposition mais aussi à sa thématique politique (sans doute la plus trollée du web — Loïc Le Meur pourrait en témoigner également). Dieu merci Narvic, il me semble que tu n’en es pas encore là, enfin j’espère (?). De plus, à la différence de Versac, tu bénéficies d’un anonymat qui devrait protéger un minimum ta liberté d’expression, non ?

    Sinon, une pensée tout de même pour ces centaines de petits blogs qui s’éteignent chaque jour dans l’indifférence générale, justement… parce qu’ils ne sont pas assez lus ! Nous évoluons décidément dans un monde cruel 😉

  14. Pour tout vous dire, ce billet suscite des conversations très intéressantes (auxquelles je participe) dans des recoins fort discrets de la blogosphère, qui ne sont même pas référencés par Google et n’apparaissent même pas chez Wikio, et ne sont jamais cités par les médias, qui ignorent même leur existence… 🙂

    Mais je ne vous donnerai pas l’adresse. Justement !

    Il existe des lieux dans la blogosphère qui ont choisi la discrétion et dont le non-référencement est volontaire. Mais si ! 😉

    Ce sont des lieux auxquels ne mènent aucune autoroute du web. On y accède par des chemins de traverse, on les découvre parfois par hasard…

    Cette blogsphère-là est bien vivante elle-aussi. Elle est précieuse à mes yeux. Mais elle est fragile. Il faut veiller sur elle et ne pas la bousculer.

    Pour cela, il faut tenir les médias à distance d’elle et fermement les empêcher d’y mettre les pieds. B-)

  15. Précision :

    Ces blogs discrets ne se cachent pas. En tout cas pas de moi. Quand ils me citent, ils me le font savoir, et je le lis dans les “referers” de ce blog, qui m’indiquent les liens qui pointent vers mon blog.

    C’est une toute autre manière d’appréhender la blogosphère. Vraiment comme une toile, un tissu de liens et de renvois interpersonnels, de blog à blog. Cette logique est totalement anti-médiatique et radicalement nouvelle.

    C’est ça que je souhaite, pour ma part, préserver.

  16. Les pionniers sont souvent nostalgiques. Ce Nicolas Carr est peut etre aussi en dépression. Pas si rough que ça le type…

    La blogosphère ne meurt pas. Elle bouge, elle évolue. Elle est vivante quoi.

    Elle s’enrichit chaque jour de blogs nouveaux, innovants. Elle est une source inépuisable pour ceux qui recherchent une info différente de celle des médias mainstream.

    Que certains blogs veulent rejoindre les médias “traditionnels” est logique et tant mieux. Ils vont les régénérer. Mais ils seront immédiatement remplacés par des centaines de blogs. Pas toujours facile à dénicher, d’accord avec Narvic. Il faut y passer du temps, avoir l’oeil, et les faire découvrir à ceux qui s’intéressent plus à l’information qu’au classement par les audience (ce n’est pas à ça que sert media-link ?).

    Et Carr se gourre. Il y a une énorme différence entre les blogs et les radios libres. Les secondes avaient besoin d’argent pour vivre (matériel, diffusion, équipe), alors que la plupart des blogs se fichent d’avoir un modèle économique. Ca les rend drolement plus résistants que le moral de Nicolas Carr.

    Jacques Rosselin
    VENDREDI

  17. Peut-être ne faudrait-il pas simplement aller chercher les blogs sur Technorati… L’esprit des blogs existent toujours… Au tout début seul le bouche à oreille permettait de s’y retrouver et de dénicher les blogs inspirés… C’est toujours pareil.

  18. PLAGIAT :
    http://voldemots.blogspot.com/ http://www.petassecapitaliste.fr/ et femme libre comme si de rien n était ;D & http://kanya.over-blog.com/ et…http://www.penelope-jolicoeur.com/page/4/, le trône, quelle merveille de sagacité. Ah y a ça, aussi 😀
    http://www.traou.net/blog/,copine de tarquine,grandeclasse comme d’habitude…. ah,cesblogs du pouvoirs qui lynchent lesgens qui s’expriment avec l’argent public…. allez hop,et puis ça aussi…http://plagiat.ec-lille.fr/… tiens, encore un truc de la ” blogosphère ”
    : http://histrion.agapi.free.fr/index.php?2008/11/29/149-fde
    ” le processus commence par un bon bottage de fesses molles. Surmonter les faiblesses. Pousser la chair récalcitrante.
    Heureusement que la musique existe en ma petite boite magique! ” (sic – vol de mots, ca méritait de circuler ce genre de trucs – Il parait qu’il faut une licence créative pour voir protéger ses textes
    de plagiat de dernière dame de france…) et puis tiens encore de l’analogie : http://www.vinvin.org/2009/02/avec-la-nano-de-chez-tata-tas-bobo-au-cucul-.html – Pourtant Ce gros guignol ferme les fenêtres : http://www.vinvin.org/ – Il trie les commentaires quand on parle de ce qui le dérange,
    un gros scandale public par exemple, manque d’humour l’abruti, pas sport. Bon, et si finalement on parlait lynchage, plagiait comme devrait en rendre
    compte tous ceux du peuple qui ferait la même chose plutôt que de se lever le matin pour le financer comme on le lui commande ? On trouve aussi ça aussi sur le web : http://din.d.flowright.free.fr/blognote/ – des dessins de chiottes en pagaille, le genre qu’on peut
    faire avec des mises sur écoutes.

  19. @ nina

    Vous pouvez me dire le rapport que votre commentaire peut bien avoir avec le sujet de billet ?

    Vous utilisez ce blog comme une tribune personnelle pour faire part à la Terre entière de vos états d’âme : vous vous êtes trompée d’endroit. Ici, ce n’est pas une place publique, c’est un salon, et c’est MON salon.

    Des commentaires comme le vôtre n’y sont pas les bienvenus : des accusations de plagiat lancées en l’air (sans argumentation ni justification, sous un billet sans rapport avec cette question), des jugements à l’emporte pièces portés sur d’autres blogueurs tout aussi respectable que vous, et la cerise : votre pur fantasme sur “les blogs du pouvoirs” (SIC) qui n’existent pas et n’ont jamais existé.

    Qui a tué la blogosphère ? Mais des gens comme vous, évidemment !

    Des gens comme vous, incapables d’entrer dans une véritable conversation, cantonnés dans la dénonciation virulente et agressive, et dans le monologue exalté.

    J’étais à deux doigts d’effacer ce commentaire (qui ne respecte pas le règlement intérieur de la conversation sur ce blog) : finalement je le laisse, car il témoigne bien de la fragilité de l’espace si particulier que sont les blogs. La conversation est précieuse, et voilà bien un exemple de pratiques qui la tuent… 🙁

Comments are closed.