net et news

Que faire en cas de crise de blog ?

Moi (assis sur ma chaise, regardant mes pieds, un goutte de sueur coule sur ma joue et tombe) : Bonjour, je m’appelle narvic et je suis blogodépendant depuis trois ans.

Les autres (assis sur des chaises réparties en cercle au milieu de cette pièce défraichie, un peu nue et froide, qu’est la salle polyvalente. Leur sourire figé est un peu étrange, ils ont l’air un peu absent) : Bon–jour nar–vic.

Moi : J’ai réussi à cesser de bloguer presque un mois d’affilée entre le 10 février et le 8 mars 2010, mais je viens de faire une rechute. Auparavant j’avais déjà réussi à m’arrêter entre le 23 juillet et le 13 septembre 2099. Je ne perds pas espoir et je vais tenter à nouveau d’arrêter.

Les autres : Bra–vo nar–vic.

L’animateur du groupe : Aujourd’hui, quelqu’un vient rejoindre notre groupe. Je vous propose de l’accueillir. Elle s’appelle xxxxxxxx.

– Moi + Les autres : Bon–jour xxxxxxxx.

– L’animateur : C’est à toi xxxxxxxx. Raconte-nous ton histoire.

– xxxxxxxx : Bonjour, je m’appelle xxxxxxxx et je suis blogodépendante depuis le xxxxxxxx …

(je ne peux rendre publique le reste de cette séance dont les propos sont confidentiels. Les participants sont anonymes et leurs noms ont été masqués ou changés. Si vous souhaitez adhérer à notre association, veuillez laisser vos coordonnées ci-dessous et nous vous contacterons en toute discrétion. Si vous ne souhaitez pas le faire tout de suite, prenez tout de même ce petit vade mecum que nous avons réalisé pour nos membres : “Que faire en cas de crise aiguë de blog ?” Il est tiré de l’expérience de nos membres et il a été validé par un comité médical.

Extraits :

Premières mesures en cas d’urgence :

– Ôtez immédiatement ce doigt, que votre regard fixe de manière hypnotique, de la touche rouge de votre clavier destinée à effacer totalement et irrévocablement votre blog, cette touche que votre doigt caresse doucement depuis maintenant plus d’une heure et 27 minutes d’affilée.

– Redressez-vous sur votre chaise. Cherchez sans délais dans votre environnement immédiat une personne, ou à défaut un animal familier, et essayez de croiser son regard. A défaut caresser une plante peut convenir, à la rigueur. Il faut que ce soit quelqu’un ou quelque chose de VI-VANT.

– Essayez de rester le plus longtemps possible le regard détourné de l’écran et les mains loin du clavier. Respirez lentement et profondément. Si vous sentez que le calme revient, que votre rythme cardiaque ralentit, essayez alors de parler, de dire quelques mots, n’importe quoi, ce qui vous passe par la tête, à la personne, l’animal ou la plante qui est avec vous. Ne craignez pas d’être ridicule en parlant avec une plante : si vous en êtes là, c’est qu’il n’y a justement personne d’autre de VI-VANT dans votre environnement immédiat.

(…)

Quelques conseils pour bien mener sa cure à long terme :

– Votre objectif dans cette première phase de la cure est de vous détourner de votre blog, jusqu’à ce que vous finissiez par l’oublier réellement. Vous pourrez considérer que cette première phase sera accomplie le jour où vous réaliserez subitement, comme par surprise, que vous n’aviez pas pensé à votre blog une seule fois depuis plus de 48 heures consécutives. Vous pourrez essayer alors de passer en seconde phase de la cure.

– Pour parvenir à ce résultat, des mesures assez radicales s’imposent, des changements importants devront intervenir, qui pourront être difficiles et douloureux, dans votre vie quotidienne. Il convient tout d’abord de suspendre votre blog, d’en prévenir vos lecteurs par un court billet (inutile de vous étendre. Ce billet doit être COURT !), ce qui est une manière de prendre vos lecteurs à témoin de votre décision, en sachant que malgré cette rupture leur silence vous accompagnera dans votre démarche : leur silence, même, vous soutiendra. Suspendez les commentaires, de manière à être certain que vous ne serez pas tenté de chercher à les lire, puisque – c’est garanti – il n’y en aura pas !

– Il pourra être nécessaire également, dans un premier temps, de s’abstenir d’utiliser certains services qui pourraient être trop liés à votre activité de blog (agrégateur, réseau social…). Vous devrez vous fixer un protocole impératif pour la consultation de vos courriers électroniques : une seule fois par jour, à heure fixée d’avance. Chaque heure de retard, gagnée jour après jour dans la consultation de votre messagerie, sera déjà comme une petite victoire et un pas supplémentaire vers votre guérison. Les premiers jours de la cure, il pourra s’avérer nécessaire, pour les cas les plus graves, de peut-être même aller jusqu’à l’abstinence complète d’internet, et peut-être même de toute approche d’un écran et d’un clavier.

Bonne chance à vous, et sachez que vous pouvez contacter à tout moment votre correspondant référant de notre association, qui vous accompagnera durant toute cette période de sevrage.

(…) )