sur le web

(Quand un commentateur de) Médiapart juge ses commentateurs médiocres !

(orange)Mise au point (jeudi 13 mars, 0h40): David Dufresne, de Mediapart ( Disclaimer: David Dufresne est aussi le concepteur de la mise en forme de novövision, que je lui ai repiquée sur son site, comme c’est indiqué en pied de cette page. Merci encore Davduf… 😉), publie en commentaire sur Mediapart, une mise au point au sujet du post qui a soulevé ma colère : l’auteur est en réalité une commentatrice de Mediapart, ce qui n’était indiqué nulle part, le billet ayant même été publié sous la signature générique “Mediapart”, qui engage, selon l’usage professionnel, l’ensemble de la rédaction. Ca va mieux en le disant, à partir du moment où on le dit quelque part ! Reste que la rédaction de Mediapart n’indique pas sa position vis à vis de ce commentaire de lecteur, qui reste toujours aussi contestable qu’à la première seconde… Donc j’ajoute, cette mise au point, et je maintiens le reste du billet en l’état.(/orange)

Le futur journal en ligne Mediapart n’est pas satisfait de ses commentateurs et le leur dit sans détours: ils sont médiocres et indignes de l’ambition que le site a de lui-même. Diantre !

(noir)Cette modération qui est effectuée de préférence à posteriori (à priori pour les sujets sensibles) ne semble pas toujours mettre Mediapart à l’abri d’une certaine médiocrité des commentaires, peu compatible avec l’ambition affichée par ses créateurs.

(/noir)

Emmanuelle Caminade pointe deux formes de cette “dérive de la participation”: “la paresse” et l’”égocentrisme aristocratique” des commentateurs du site. Bigre !

On aura rarement vu un média traiter ainsi ses propres lecteurs, surtout quand il se revendique comme “participatif”. S’ils nont rien d’intéressant à dire : “Autant se taire !” leur conseille-t-on !

Le journaliste Pierre France, qui fut le premier à réagir en ligne à cet étonnant article, développe son argumentation sur son blog “On est mal”, et il a la gentillesse de me citer, ce qui indique bien à quel point son point de vue est intéressant :

(noir)La réaction est normale, les fondateurs de Rue89 avaient fait le même constat un an auparavant : excités par l’idée (qu’ils avaient partagée avec Edwy Plenel et François Bonnet) de proposer une tribune aux citoyens, ils avaient fait le pari que les Français, qui écrivent sur AgoraVox ou sur leurs millions de blogs, n’attendaient qu’un vecteur amélioré pour publier leurs informations, forcément oubliées ou méprisées par les journalistes traditionnels.

(noir)Hélas, la réalité est toute autre. Comme le décrit très bien Narvic, personne n’a encore trouvé ces fameux journalistes amateurs, ou journalistes citoyens.

(/noir)

Pour ma part, je me demande si cette réaction de Mediapart ne témoigne pas tout de même d’une forme d’arrogance, de la difficulté des journalistes à descendre de leur piédestal pour se retrouver dans l’arène, au milieu de leur propre audience… C’est une manière guère polie, quoiqu’il en soit, d’engager la conversation en ligne.