objectif blog

Programme – 1/4. Objectif blog : un atelier d’écriture

Pour sa saison 2, novövision change de nature. Ce n’est plus tout à fait un blog désormais. Ou c’est une autre forme de blog que la précédente. S’il reste mon laboratoire personnel, ce sera désormais moins celui de mes expérimentations et de mes observations sur le web, qu’une sorte d’atelier d’écriture, m’aidant à mettre en forme mes pensées sur les trois thèmes sur lesquels j’ai envie de poursuivre en ligne aujourd’hui ma réflexion à haute voix.

Me voilà avec une saison 2 sur les rails, et désormais quatre nouvelles rubriques à alimenter :

Après le journalisme
Chronique de la vie d’un Nolife
Le chemin de Tarnac
Objectif blog

Chacune donnera lieu à son propre billet en quelque sorte… inaugural, pour tenter d’en préciser le projet. Car chacune de ces rubriques est un “chantier” particulier de mes réflexions à elle toute seule. Il n’est pas impossible que des croisements se produisent, mais ce n’est pas si grave que ça.

Il s’agit en réalité de trois “chantiers” distincts, presque trois blogs dans un, la quatrième rubrique, Objectif blog, étant à la fois le fourre-tout/vide-poche de ce blog et le “lieu” où je vous donne des nouvelles de sa petite cuisine interne (restent fidèles au poste la Blibliothèque et la Librairie).

C’est donc par lui que je commencerai ma série de billets-programme. Qu’est ce que ce blog désormais ?

Un blog débranché de l’actualité

La différence, peut-être la plus importante de cette nouvelle expérience par rapport à la première, sera son fonctionnement très largement déconnecté de la petite actualité du net, que j’ai pourtant suivie avec beaucoup d’attention ces dernières années. Si ça reste encore un blog, ce sera, quoiqu’il en soit, un blog assez… “débranché”. Débranché du web de flux et de “la tyrannie du temps réel”, pour tenter de me concentrer sur le fond…

Je n’entends pas poursuivre réellement, en tout cas ni avec le même rythme, ni avec la même “productivité”, ma revue de liens, ni mes comptes-rendus de lecture du web sous la forme de billets. narvic.fr a désormais disparu. Ma sélection de liens Délicious est rapatriée sur une rubrique spécifique de novövision. Celle-ci n’a pas encore trouvé ni son titre, ni sa présentation. Des modifications techniques sont encore à intervenir dans le code informatique de ce blog en ce qui la concerne. Ce chantier reste ouvert, mais il n’est désormais plus vraiment une priorité.

Ça signe d’une certaine manière ma prise de distance avec le journalisme de liens (comme avec le journalisme en général, d’ailleurs. B-) ).

Trois rubriques, pour trois chantiers de réflexion

Je vais avoir l’occasion de détailler chacun d’eux par la suite : chacune de ces trois rubriques correspond à un thème de réflexion différent.

Après le journalisme : il m’arrivera surement de placer encore par ici de temps à autres quelques billets de pure réaction, s’il m’arrive d’avoir envie de réagir à un sujet d’actualité en relation avec l’objet initial de ce blog (l’avenir du journalisme sur internet), mais ça n’en sera pas le thème principal.

J’ai déjà esquissé le cheminement qui m’a conduit à ce “point de rupture du journalisme”. J’éprouve le besoin d’en faire aujourd’hui une sorte de synthèse, mais en me plaçant dans l’optique inverse de celle qui avait été la mienne auparavant.

Ma problèmatique n’est plus tant aujourd’hui de me demander ce que va devenir le journalisme et comment le sauver, mais de réfléchir aux causes de sa disparition, et surtout à ce qui va le remplacer : comment l’information sera-t-elle produite, diffusée, reçue, dans un monde de l’information où les journalistes ne sont plus des acteurs de premier plan…

Chronique de la vie d’un Nolife : j’ai abordé ma réflexion sur internet sous un angle qui m’était personnel, et même intime, celui du journalisme, mais c’était tout de même un petit bout de la lorgnette.

Je me suis ouvert en chemin à une foule de nouvelle problématiques qui m’étaient inconnues, auxquelles je n’avais pas attaché d’importance auparavant. Des questions philosophiques : le virtuel, en tant que tel, la temporalité de la communication, le sens de la mondialisation par les réseaux, l’intelligence collective, notre rapport à la technique, l’“idéologie d’internet”… Des questions de société : identités numériques, voire virtuelles, réseaux sociaux et communautés en ligne…
Des questions politiques : cyberdémocratie, nouveaux activismes, contestation des élites et nouvelles aristocraties. Des questions économiques, ou juridiques aussi…

Ce sont tous ces thèmes que je voudrais aujourd’hui approfondir, mais plus à mon propre rythme et à celui de mes lectures, que sous l’angle de l’actualité et sous sa… pression, mais toujours à travers l’expérience si singulière que représente cette immersion personnelle dans les réseaux, qui formera une sorte de fil rouge de cette rubrique.

Le chemin de Tarnac : je voudrais retracer ici un cheminement personnel et une réflexion politique. Celle-ci est née sur ce blog, depuis internet, mais elle me mène aujourd’hui bien ailleurs…

Elle m’est inspirée par la situation de ma génération, celle des “immigrants du numérique”, mais celle aussi des “enfants de la crise”, de “la fin de l’histoire” ou de “la fin de la modernité”. Mais je m’intéresse aussi à ces générations qui ont suivi la mienne.

Je nous sens profondément marqués par une sorte de perspective sans avenir dans ce monde, de futur sans horizon, placés dans une oscillation permanente, mais instable, entre retrait et rébellion. Mais je nous sens également à la porte d’un nouveau monde, un nouveau monde possible auquel nous aspirons en tout cas, qui prend forme sur internet, réceptacle de rêves dont certains semblent insensés. Un nouveau monde dont je ne suis pas tout à fait assuré qu’il ne soit pas en définitive… purement virtuel. Est-ce le chemin qui nous conduit tout droit à la Matrice, ou bien celui de l’émancipation ?

C’est à tenter de trouver une issue à ce dilemme, avant qu’il ne vire à l’impasse politique, pour ma génération et celles qui suivent, que je voudrais m’attacher.

Un atelier d’écriture plutôt qu’un blog

Ce blog n’est ainsi, vous voyez bien, plus vraiment un blog, plus tout à fait un blog. Je le conçois désormais plutôt comme une sorte d’atelier d’écriture personnel en ligne.

J’ai tiré de novövision l’expérience très positive du blog comme moyen de développer dans le temps une réflexion complexe et de lui donner peu à peu forme, de l’organiser. Le blog tire sa richesse pour ça, à mon sens, du fait que l’on y formule une pensée progressivement, petit à petit, brique par brique, mais chacune de ces briques n’est pas un brouillon puisque qu’elle est publiée.

La seconde richesse est celle de l’interaction, avec le lecteur, et le commentateur, avec d’autres blogueurs… Ça conduit à une forme d’écriture en réseaux, très enrichissante, même s’il faut parfois supporter aussi le troll et les polémiques…

Le blog produit ainsi une écriture moins formelle, moins définitive, que celle, par exemple, de l’imprimé. C’est une écriture en chantier, ce qui me semble un bon outil pour formuler une pensée en train de se faire…

Une autre forme de partage

Je suis bien conscient que cette forme de retrait (ce n’est pas un départ, mais juste un peu de recul, juste un pas en arrière) n’est pas une stratégie d’audience pour ce blog. :-)) Loin d’une certaine forme de vacarme trépidant de la partie la plus active, et parfois agitée, de ce monde des blogs tournés vers le flux de l’actualité, c’est à une autre forme de partage que je vous invite.

Je souhaiterais tisser avec vous des liens plus réguliers, durables, un lieu où les échanges sont calmes et plus propices à la réflexion en commun.

Et pour inaugurer cette démarche nouvelle, pour moi, je vais donc commencer par couper le lien automatique qui annonçait la publication de mes nouveaux billets sur Twitter ou Friendfeed. Je n’annoncerai plus systématiquement désormais (mais seulement à l’occasion) mes billets par ce canal, sur lequel il est assez probable que je me fasse d’ailleurs plus rare à l’avenir.

Reconstruire une nouvelle audience

Je ne suis finalement pas très intéressé par les lecteurs “de passage”, ceux qui viennent en coup de vent, sans vraiment savoir où ils mettent les pieds. Je ne suis pas convaincu que ce qu’ils peuvent trouver ici leur soit vraiment utile. Ce sont les lecteurs qui reviennent qui m’intéressent. 😉

Je m’attends bien entendu à un effondrement de l’audience de ce blog dans les semaines à venir. B-) Ça me ramènera d’une certaine façon à ses débuts, fin 2006-début 2007, quand son audience était confidentielle ([Je me souviens que j’ai parfois éprouvé plus de satisfaction à avoir 50 ou 100 lecteurs pour quelques uns de mes premiers billets, que 5 ou 10.000 pour d’autres par la suite.)]. Le même travail qu’au début m’attend donc aujourd’hui, celui de reconstruire une nouvelle audience. Elle n’atteindra probablement jamais celle que novövision a pu atteindre à ses heures de gloire passée. :o) Mais mon ambition est qu’elle soit curieuse, attentive et intéressée, avec l’espoir qu’elle devienne… fidèle.

2 Comments

  1. Cela peut paraître paradoxal mais c’est du coup la première fois que j’ai envie de commenter votre blog (ce qui n’enlève rien à l’intérêt que je lui portais jusqu’alors). L’idée qu’un blogueur à grosse audience prenne le risque d’être moins lu/moins vu, ou lu différemment, et ce en s’extrayant de la tyrannie de l’instantané, je trouve ça courageux et surtout très très rassurant. Cela me parle beaucoup, me réconforte. J’irais jusqu’à dire que je le perçois comme une forme de militantisme, d’engagement citoyen, les prémices d’un courant (pour en faire un concept, d’aucuns le baptiseront peut-être un jour le slow blog !?…), qui trouvera j’en suis sûre ses adeptes et son public, probablement plus important que vous ne le croyez…
    Pour des raisons difficiles à expliquer je trouve aussi que 2010 est une bonne année pour ça.
    Merci donc pour ce tournage de page, qui est, en ce qui me concerne, une des meilleures actus de ces derniers jours 😉

  2. Simplement merci pour tout ce travail et plus que ravi de voir apparaitre la rubrique “Les Chemins de Tarnac”.

    Au plaisir de vous lire.

Comments are closed.