diversion

Pourquoi j’ai quitté Spip pour WordPress

 "blog" par inju (cc)
“blog” par inju (cc)

Deux remarques préliminaires, pour tenter de déminer un terrain piégé :

• Je sais bien que ces questions de choix d’un logiciel de publication sur le web (pour un blog, par exemple) peuvent susciter parfois des échanges assez vifs. Chacun est attaché au logiciel ou à la plateforme qu’il a choisie et qu’il connait bien. On comprend que l’on puisse avoir à cœur de le défendre et d’en vanter les mérites. Je ne voudrais donc pas que ce billet ajoute une pierre à une polémique du genre “Spip, c’est génial et WordPress c’est pour les nazes”, ou l’inverse.

Spip, c’est très bien, et WordPress aussi ! Ce sont deux logiciels libres, ouverts et gratuits, qui fonctionnent très bien, mis au point et perfectionnés par des communautés de développeurs fidèles et motivés, le plus souvent bénévoles et totalement désintéressés. Qu’ils en soient tous remerciés. Moi, je ne suis pas un geek. Je suis bien incapable de mettre les mains dans le cambouis du code (que j’ai toujours trouvé, par ailleurs, très salissant, et que j’ai toujours eu, pour ma part, beaucoup de difficulté à considérer comme de la “poésie”…). Je me contente donc d’utiliser, comme un pur consommateur, les outils que l’on met gentiment à ma disposition, et je tente de les adapter comme je peux à mes propres besoins.

• Second point, je n’ai pas pris ma décision de migrer de Spip à WordPress à la légère, sur un coup de tête ou sous l’effet d’un mouvement de mode. Ce projet me travaille en fait depuis plus d’un an : vous voyez que j’ai pris le temps de réfléchir. Quand j’ai commencé à sentir quelques limites que le choix de Spip imposait aux développements de mes projets avec novövision, je suis allé voir un peu ailleurs. J’ai donc lancé, à la fin de l’été 2009, un second blog éphémère sous WordPress, qui tournait en parallèle avec novövision, et qui m’a permis de comparer les deux. J’ai estimé finalement que WordPress était un meilleur outil pour me permettre de faire ce que MOI, j’avais en tête.

Mais comme je n’avais pas l’intention de faire une croix sur novövision, d’abandonner ce qui était déjà en ligne en coupant les ponts (et les liens), et que je ne me sentais pas non plus de “recommencer tout à zéro”, avec une nouvelle plateforme et un nouveau nom de domaine, je me suis donc posé la question de la migration. J’ai cherché en ligne des solutions de migration simple (c’est à dire : à ma portée), sans rien trouver de vraiment convaincant. J’avais donc renoncé à cette idée.

J’ai donc tenté, durant cette année, de faire quand même avec “mon” Spip. Je l’ai mis à jour dans sa dernière version. J’ai exploré les nouvelles possibilités d’habillage par thèmes, désormais disponibles également pour Spip. J’ai passé en revue (et testé) tous les plugins disponibles pour ajouter de nouvelles fonctions à novövision. Mais ça n’était toujours pas ça.

La solution m’est venue quand Thierry Crouzet est arrivé à mon secours, pour piloter cette migration que je ne savais pas faire tout seul. L’opération est aujourd’hui largement engagée (lire “Migration de Spip vers WordPress: le plugin qui m’a sauvé la mise”). Ce blog “tourne” donc aujourd’hui sous WordPress, sans que je n’ai perdu ni les textes, ni les commentaires, ni les liens hypertextes, accumulés depuis trois ans sur novövision. Je n’ai qu’un peu de nettoyage à faire, quelques textes présentant quelques désordres typographiques.

J’en viens donc à mes motivations pour ce changement de moteur. Je ne renie pas les qualités de Spip, qui est un excellent logiciel de publication, particulièrement bien adapté, par exemple, pour de gros sites éditoriaux avec beaucoup de textes, notamment multi-auteurs et multilingues. Je ne renie pas non plus la remarquable plasticité de Spip, pour organiser des hiérarchisations de publication très sophistiquées, de manière plutôt simple (dés lors qu’on a compris les rudiments de son langage de programmation spécifique, ce qui est tout à fait à la portée d’un non-geek comme moi. D’autant que le code est en français !). Je n’ai aucun reproche à faire à la communauté des développeurs de Spip, et j’ai toujours reçu une aide rapide et efficace quand j’en ai demandé dans les forums, pour résoudre des bugs et autres problèmes techniques.

En fait, je ne peux pas reprocher à Spip de ne pas être ce qu’il n’est pas, ou ce pourquoi il n’a pas été conçu avant tout. Or Spip n’est pas, avant tout, un logiciel de publication de blog. Il sait le faire certes assez bien, mais sur ce point, il ne le fait pas aussi bien que WordPress, qui, lui, est surtout conçu pour ça.

Je ne peux pas reprocher non plus à Spip de ne pas avoir autant d’adeptes que WordPress, qui contribuent tous azimuts à en faire chaque jour un peu plus la plateforme de publication de blog la plus inventive et réactive à des besoins ou des envies spécifiques… à des blogueurs.

Certes, Spip s’adapte, mais pour ce que je recherche, il le fait souvent avec retard, de manière moins complète et efficace.

• Ainsi les fonctions sociales, au cœur de la vie du blog ou dans ses interactions avec la blogosphère et les réseaux sociaux : WordPress propose des solutions manifestement supérieures à celles de Spip dans la gestion des commentaires, des commentateurs, ou même de la communauté réunie autour d’un blog (cf. Buddypress, par exemple), ainsi que dans l’intégration des réseaux sociaux dans un blog (cf. Backtype, par exemple).

• Dans les fonctions de publications rapides ou automatisées, WordPress propose également des solutions très supérieures à ce que l’on trouve sous Spip (je pense par exemple au “bookmarklet” de publication de WordPress intégré à la barre du navigateur, ou encore à l’intégration entre Delicious et WordPress, pour des publications automatiques, etc.).

• Chose essentielle s’il en est pour un blogueur, les fonctions de statistiques de fréquentation et de backlinks sont également bien plus nombreuses et variées sous WordPress.

• En matière de design de blog, on trouve également des solutions “toutes faites”, ou prêtes à être adaptées, bien plus nombreuses, variées (et jolies !) que sous Spip, notamment pour les thèmes dits “magazines” (comme celui que j’emploie aujourd’hui). L’organisation des pages et la hiérarchisation des publications sont certes moins sophistiquées que sous Spip, mais tout cela se gère sous WordPress de manière bien plus simple, sans entrer dans le code, par de simples jeux de plugins.

• Le caractère très fortement plus international de la communauté réunie autour de WordPress fait également que des solutions nouvelles, liées, par exemple, à des services du web nouveaux, sont bien plus rapidement proposées que sous Spip.

• Je ne vais pas faire ici une liste des plugins qui existent sous WordPress, et pas sous Spip, permettant de faire évoluer constamment son blog en lui ajoutant de nouvelles fonctionnalités, car Spip ne tiendrait manifestement pas la comparaison sur ce point. Certes, beaucoup de ces plugins sont des gadgets, mais c’est précisément ça que je cherche !

novövision reste pour moi une expérimentation. C’est la plateforme à partir de laquelle j’essaie, je teste, je tente… Un work in progress et un banc d’essai. Et c’est aussi un jeu. Et pour tout vous dire, je m’amuse déjà plus avec WordPress, que je ne le faisais dernièrement, après trois ans de Spip…

Je vous détaille dans un prochain billet mes projets, avec ce nouveau jouet, pour engager la Saison 3 de novövision…

37 Comments

  1. Salut Narvic,

    Avant tout, merci d’avoir pris le temps d’expliquer ton choix et de saluer les développeurs des deux engins (WP et Spip). Une dernière fois, je te souhaite plein de bonheur, et de jeu, avec WP. Tu en auras, c’est sûr, notamment sur le plan des gadgets que tu appelles de tes vœux. Je dis tout cela sans aucun esprit moqueur — pour une fois. Sur ce pla, c’est évident: WP est trés outillé. Idem pour les templates.

    Comme tu le soulignes, il est bien question, ici, d’usages, de perspectives, de solutions toutes prêtes ou non, de bidouilles, de choix qui vont bien au-delà d’une affaire de carrosserie. Personnellement, Spip, pour en être un vieux compagnon de route, me va politiquement mieux. Mais c’est une vieille histoire. Il y aussi la question des failles de sécurité, du workflow de la copie et de la publication, de l’usage écologique des serveurs (mais si: http://www.spip-blog.net/CMS-et-sites-a-fort-trafic-parlons-chiffres.html), etc.

    Pour le reste, Narvic, continue à t’amuser et à nous régaler.
    Bien à toi.

    Davduf.

  2. Merci de ton témoignage également. Je te souhaite bonne continuation avec ce nouvel outil et lirais tes retours d’expérience avec attention.

  3. Bonsoir,

    Moi aussi j’ai commencé avec spip pour un site communautaire de SEL, et j’aurai continué avec car je trouvai ce cms génial. Mais ceux de mon assoc’ n’ont pas suivi mon engouement, et j’ai arrêté pour faire un site statique qui correspondait mieux aux adhérents…
    Puis j’ai découvert WordPress, et maintenant j’en suis accro…

    En tout cas merci pour ce billet très bien détaillé !

    DavidT – Affiliation-Systeme

  4. J’utilise SPIP quasi-systématiquement pour mes projets perso. Toutefois je gère aussi deux blogs à l’aide de Dotclear et de WordPress après avori tenté d’utiliser SPIP à cette fin.

    Je partage cette approche consistant à constater qu’un outil spécialisé en blog est tout de suite plus satisfaisant, ne serais-ce que pour la multitude de gadgets prêts à l’emploi proposés par la communauté, mais aussi pour des éléments d’interface adaptés. Par exemple la sélection des tags, au hasard est (un peu) plus simple que la sélection des mots clés SPIP, même si les mots clés SPIP sont beaucoup plus puissants et polyvalents, quand on ne veut que des tags, une interface très spécialisée est agréable.

    De la même manière je juge étonnant le choix de WP pour gérer un site de type “presse”. J’ai testé des thèmes WP de ce type sans être convaincu pour ce type d’usage.

    Plus largement je suis très partisan de ce type d’outils de migration : ils démontrent l’un des intérêts du logiciel libre qui est de ne pas être prisonnier d’une solution technique et de pouvoir, en ayant accès à toutes les informations nécessaires, de disposer à sa guise de ses propres données.

    Finalement, ce que je regrette le plus en lisant ce billet est que je ne connaisse pas d’outil de migration vers SPIP depuis d’autres plateformes populaires, même si j’ai déjà vu des sites adopter cette démarche.

  5. Nous reconnaissons tous à Spip de grandes qualités. Si certains CMS ont disparu, d’autres ont remarquablement évolué comme WP. Et si Spip n’est pas destiné avant tout à éditer un blog, WP dépasse largement les limites fonctionnelles d’un simple blog. Le choix entre Spip et WP est donc devenu plus compliqué, surtout si l’on intègre les extensions (plugins) disponibles pour ces deux CMS.

    À ce stade, il me semble qu’il manque à Spip une interface privée davantage « personnalisable » permettant également de mieux intégrer les extensions. De manière tout à fait anecdotique, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi on ne pouvait pas affecter un mot-clé à tous les « objects » de Spip, comme les auteurs. Les documents mériteraient également d’être gérés comme un objet à part entière.

    Longue vie à WP et à Spip (que je continue d’utiliser fidèlement) !

  6. merci pour ces précisions. Perso je suis plus Joomla que Spip (combine les plugin et les thèmes de WP et une bonne partie de la flexibilité de Spip (même si dans le genre, c’est pour moi la réf.)).

    Juste une remarque : pour les commentaires, l’invasion des twits est pénible et nuit à la lecture (et à la participation).
    Je trouve d’aileurs qu’en cela l’invasion de twitter sur les blogs tue l’échange asynchrone, et d’une manière générale asphyxie la discussion (sans être désagréable, je me fous totalement que machin ait fait suivre tel ou tel article ; par contre j’aime bien lire l’avis qu’à pris le temps de temps de laisser bidule sur ce même article).
    Merci pour la qualité générale de vos publications sur ce blog.

    1. Twitter fait partie désormais de l’écosystème des commentaires d’un blog. Il me parait utile de “ramener” sur le blog cette partie de la conversation qu’il génère, mais qui se tient ailleurs.

      Cela dit, ça pose des problèmes de lisibilité, en effet.

      Les “tweets purs” sont rassemblés et publiés en fin de la colonne des commentaires, derrière les “commentaires maison”. Mais les “recensions de tweets” effectués par topsy sont en effet glissés à l’intérieur du flot. Je cherche une solution pour les rejeter à la fin, de manière à ce que le flux de commentaires maison soit bien distinct.

      Merci pour le compliment. 😉

  7. @ Gilles

    Entre ceux qui me reprochent de faire des billets trop longs et ceux qui me reprochent de manquer de précision, je ne sais plus où donner de la tête.

    Commentaire posté sur narvic

  8. Qu’Olivier Müller ose dire que l’Ipod a sauvé le monde de la musique ma fait doucement rigoler.
    Combien coute t il d’acheter tous les morceaux contenu dans un Itruc ???
    Cher, très cher, trop cher !
    D’ailleurs si l’Itruc a sauvée l’industrie du disque, pourquoi cette dernière a t elle fait pression sur les parlementaires pour faire passer l’Hadopi (1, 2) ?
    Monsieur Muller, arrêtez donc de nous dire qu’Apple est un sauveur !!!! ou justifiez vous !!!
    Comme il est dit dans le billet Apple ne roule que pour lui et ses actionnaires ( Aujourd’hui, la capitalisation d’Apple est presque celle de Microsoft !!!)

    Commentaire posté sur narvic

  9. Cher eCesar, je n’ai pas parlé de la musique, mais de la musique en ligne, ce qui n’est pas la même chose. Et je n’ai pas parlé d’Apple, mais de son produit, ,ce qui n’est pas non plus la même chose.

    Je vous invite donc à un peu plus d’attention à ce qui est écrit avant de bondir sur les « !!! » et autres « ??? ».

    Cordialement,

    OM

    Commentaire posté sur narvic

  10. Don Quichotte de tous poils vous voila ressorti. Il n’y a pas de débat possible sur la question de savoir si l’ipad va sauver la presse ou non, puisque depuis la fin des années 60, la presse des principaux pays de l’OCDE voit son audience se déliter (avec une nette accélération ces dernières années) et ce n’est pas un ecran de plus qui y changera quoi que ce soit. La question de savoir si l’app store/itunes peut sauver la presse ou pas est une autre question. La réponse, a mon sens, est qu’il peut y contribuer s’il est exploite judicieusement, ce que malheureusement bien des éditeurs ont oublie de faire.

    La vraie question est de savoir si c’est la presse ou le journalisme qui doit être sauvé. Dans le premier cas, c’est un plan de redressement industriel a fond perdus qui devra être mis en place afin de permettre a l’ensemble de l’industrie papetière, des réseaux d’imprimeries, de distribution et de vente de subsister en dépit d’une érosion du lectorat qui se fera de plus en plus pressante dans les dix prochaines années.

    Dans le second cas, il faut abandonner le « pulp » a l’histoire et rediriger les investissements et les politiques de développement sur le digital en exploitant les outils et les techniques qui permettent de générer les revenus. Revoir l’organisation structurelle des journaux et des magazines – qui n’a guère changée depuis plus de 200ans – et faire les efforts nécessaire pour cibler le public déjà présent sur le net etc etc etc etc. Bref changer de peau.

    Qui est prêt a changer de peau? Qui est prêt a se lancer dans cette aventure?

    Ceux qui n’auront ni le courage, ni la vision pour entamer au plus vite cette transition, condamnent leurs employés et avec eux le journalisme.

    Ceux qui ont compris cette révolution sont les magnas de demain.Par ailleurs:

    iTunes lancement 2005
    iPhone v.1 lancement 2007
    iPhone v.3G lancement 2008
    iPhone v.4 lancement 2010
    iPad v.1 lancement 2010

    Qui peut me dire ce qu’il se passera dans 5ans… dans 10ans? Peut etre vous battrez vous alors pour sauver l’ipad…et ce sera encore un combat a perdu.

    Commentaire posté sur narvic

  11. Marrant, ça fait plusieurs fois que je me dis que j’aimerais bien un google news alternatif. Même principe, mais pondéré par une petite équipe de journalistes, chroniqueurs et spécialistes en tous genres (sciences, droit, éco, religions, arts) qui font « remonter » des sujets a leur avis digne d’intérêt. Ca me permettrait de m’ouvrir à des contenus plus originaux, sans perdre la flexibilité du principe de l’outil google news (rangé par thèmes puis par sujets identiques, et si le sujet m’intéresse, je peux consulter tous les articles en rapport)
    Et vous savez quoi : je crois bien que je serais prete a payer pour ça…

    Vous me direz qu’il y a CoZop, mais instinctivement je préférerais une véritable équipe qui peaufine ses choix et gère l’harmonie de l’ensemble.

    En fait, mon média payant idéal serait :
    – une page d’accueil avec un édito du moment + des colonnes de type google news mais au contenu personnalisé,
    – des plates-formes thématiques de blogs sélectionnés pour leur qualité, avec des liens directs vers les articles conseillés du moment
    – beaucoup de multi-média : autour du dernier film qui ma tant plus (Io Sono l’Amore) je peux trouver l’interview de TIlda Swinton, mais aussi un lien vers ses bouquins sur amazon, l’affiche du film, les bonus (ceux qui sortiraient sur le DVD), les rushes du prochain film, les fichiers mp3 des musiques de John Adams, les dates des prochain concert pres de chez moi avec du J Adams au programme (hop, lien direct vers la fnac pour réserver mon billet, et vers Evite pour proposer à mes potes) le tout organisé en peartree, bien plus logique et instinctif que les colonnes.
    – des émissions type télévision (interviews, docu) et type radio (quand j’ai plus le temps de lire mais que le sujet m’accroche, hop, je télécharge sur ipod et j’attrape mon bus
    -…

    Commentaire posté sur narvic

  12. La folie autour de l’iPad s’est largement calmée.

    La sortie officielle s’est déroulée Hier en Belgique, et vous savez quoi? Une simple file de 30 personnes à l’ouverture du premier revendeur Belge. Comme tu le dis si bien, fabriquer une application sur iPad n’a aucun intérêt pour un quotidien. Enfin, presque, l’avantage d’une application, c’est qu’elle peut permettre de stocker les articles en mémoire, mais je suis certain que les sites se mettrons d’ici quelques années à proposer le stockage des articles en cache. C’est faisable en HTML5.

    Pour moi, il faut revoir l’économie général de la presse . Créer du contenu et le diffuser sont 2 domaines différents. On ne parle plus de recopier ce qu’on a écrit sur le papier, mais on parle de convergence et de multimédia.

    Aujourd’hui, pour réaliser de l’information, il faut des articles de fond, des reportages vidéos et des interviews radio, en plus de cela, il faut offrir l’occasion à l’internaute de publier également du contenu complémentaire.

    Une fois tout ce contenu obtenu, il faut le formater pour le papier, l’internet la télévision, la radio, la mobile, l’iPad, …

    Mais quelle presse peut être efficace simultanément dans tout ces domaines?

    Non, il faut un marché équitable entre les fournisseurs de contenu et les diffuseurs. Quoi de mieux que de pouvoir disposer de toutes l’actualité provenant de plusieurs type de sources qualitative réunie de façon cohérente dans la même application?

    PS: Merci de m’avoir cité (malgré le « b » en trop dans mon nom )

    Commentaire posté sur narvic

  13. Bonjour Narvic, j’aimerai savoir comment avoir la même présentation que toi ? Est-ce que tu peux m’envoyer le thème zippé ?
    Ou est-ce bien plus compliqué que ça ?

    Commentaire posté sur narvic

  14. Gaetan, il s’agit du thème « minimalist » pour WordPress, que tu peux télécharger ici.

    J’ai juste un peu modifié la typographie, en intervenant dans la feuille de style, et traduit le thème en français. Le reste, ce sont des fonctions ajoutées par des plugins supplémentaires.

    —-

    Edit: réflexion faite, j’ai pas mal modifié le fichier de la « sidebar », car l’affichage par défaut et l’ordre des catégories ne me convenait pas. Mais c’est très simple à faire. Dis moi si tu as besoin d’un peu d’aide.

    Commentaire posté sur narvic

  15. Génial le thème !
    J’adore !
    D’apres ce que j’ai vu c’est un thème payant.
    Est-il possible d’avoir le nom (ou le lien)
    En tout cas bon choix, j’aime bien le coté sobre (qui ne l’est pas tant que ça en fait…)

    Commentaire posté sur narvic

  16. Oups !!
    Je l’ai vu ce matin, et maintenant (13h30) je n’ai pas pris la peine de regarder les autres commentaires avant de poster… Ca m’apprendra…
    désolé….

    Commentaire posté sur narvic

  17. L’austérité de rigueur en ces temps mornes a même gagné novövision … à quand l’ascèse d’un alphabet réduit à douze lettres ? (chiche !)

    Très beau thème, vraiment ! Et merci de nous tenir aussi largement informés de l’évolution du moteur de ce blog (mais est-ce un blog ?) et de sa carrosserie.

    [ Suggestion : augmenter le nombre de lignes de la zone de saisie des commentaires. ]

    Commentaire posté sur narvic

  18. @ Szarah

    Je retiens le conseil, et vais de ce pas replonger dans le cambouis du code…

    Sinon, cette austérité n’est en réalité que de façade. C’est une feinte, pour tromper les percepteurs en tous genres qui pourraient, en cette triste époque, tomber sur le râble des sites trop riches.

    Si on écarte un peu les branches, on découvre un véritable sapin de noël… J’ai même probablement abusé des décorations et autres gadgets dans la barre de navigation. Je vais peut-être devoir être un peu plus raisonnable.

    Sinon, mon annuaire web est réapparu… [Edit: et je t’y ai trouvé une petite place… ]

    J’ai encore un paquet de sites à y ré-intégrer depuis la précédente version. J’ai aussi pas mal de nettoyage des textes encore à faire. Mais c’est tellement rébarbatif que je n’en fais qu’un peu chaque jour. Et après, je me détends en jouant avec les gadgets de wordpress…

    Commentaire posté sur narvic

  19. Rien ni personne ne sauvera la presse s’ils continuent de s’entêter et surtout ne pas chercher à s’imprégner du médian.
    Pourtant, le potentiel de mise en scène est fantastique sur l’iPad (tout comme sur le Web d’ailleurs), mais ceux qui s’en donnent la peine sont une minorité. Parmi cette minorité, certains font mieux que pleurnicher sur le sort et pointer du doigt la technologie.
    Prétendre que l’iPad est une révolution émane de ceux qui ne connaissent pas la marque fruitée. Donnez moi une autre marque qui a autant de révolutions à son actif (Apple II, Macintosh, iPod, iPhone) ? Foutez la paix à l’iPad qui est un merveilleux joujou au potentiel quasi illimité et c’est déjà pas mal. Ce n’est pas le Messie !

    Commentaire posté sur narvic

Comments are closed.