sur le web

Pourquoi il faut s’opposer à la riposte graduée

Excellent dossier réalisé par les journalistes d’Ecrans.fr/Libération sur le projet de loi “Olivennes”, dite aussi “Hadopi”, instaurant “la riposte graduée”, prétendant lutter contre le téléchargement illégal, par la mise en place d’un système de surveillance du net et de répression des internautes, et qui est présenté aujourd’hui au Conseil des ministres.

« Création et Internet » : Les défauts d’une loi, par Erwan Cario

La victime de ce projet voué à l’échec sera la création artistique elle-même.

(noir)“Alors, pourquoi s’entêter à mettre en place un arsenal répressif d’une telle pesanteur ? L’industrie musicale a déjà fait preuve d’une passivité rare en refusant de s’adapter aux évolutions technologiques. (…) Et les majors du disque s’arc-boutent sur la défense d’un modèle voué à l’extinction. S’il leur faut encore dix ans pour réagir, les évolutions se feront sans elles. En espérant juste qu’elles n’entraînent pas trop de monde dans leur chute.”

(/noir)

L’Europe contre le projet français, par Sébastien Delahaye

Le tour des législations dans les pays voisins.

Riposte graduée? : le pire du pire? ? par Bruno Icher

Projection en 2009 et anticipation des effets de la riposte graduée, si elle était mise en place :

(noir)“La loi Création et Internet, présentée comme la solution miracle par Christine Albanel, soutenue par les principaux acteurs de l’industrie du disque, a eu l’effet exactement inverse à celui escompté. Le texte, présenté en Conseil des ministres le 18 juin 2008 dans une version amendée par le Conseil d’Etat, n’avait pas prévu les innombrables dérapages qu’il a provoqués.”

(/noir)

Contre la chasse aux internautes !

« Libération » publie un appel de parlementaires socialistes contre le projet de loi antipiratage :

(noir)“Socialistes, nous nous dressons donc aujourd’hui contre ce projet disproportionné et dangereux, relevant d’une vision rétrograde et conservatrice de la société de l’information. Nous refusons de voir ouvrir, avec HADOPI, une nouvelle chasse aux internautes. Nous refusons que l’argent public soit dilapidé dans un dispositif voué une nouvelle fois à l’échec. Nous appelons à la mise en place d’une juste rémunération apportant une véritable garantie aux créateurs.”

(/noir)

Christophe Espern : « L’industrie du disque essaye d’éponger la mer avec une serpillère » par Astrid Girardeau

Christophe Espern est membre fondateur de La Quadrature du Net, et membre du Conseil d’Orientation du Forum des Droits sur l’Internet.

(noir)“Nous demandons au gouvernement d’abandonner son projet mort-né et un moratoire d’un an sur ces questions. Nous demandons que la présidence française de l’Union Européenne soit l’opportunité pour qu’un vrai débat démocratique se tiennent en Europe sur le sujet pour que des solutions assurant la protection des droits fondamentaux du public et la rémunération des créateurs soient mises en place.”

(/noir)

Musique : Les jeunes Britanniques veulent bien payer pour partager par Camille Gévaudan

L’étude sur la relation qu’entretiennent les Britanniques de 14 à 24 ans avec la musique, commandée par British Music Rights (représentant les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) va à l’encontre des idées reçues :

(noir)“A la surprise générale, le président de British Music Rights, Feargal Sharkey, n’a évoqué ni la terrible crise de l’industrie du disque ni la mort programmée de la musique comme il semble en avoir l’habitude. Il a au contraire annoncé que “l’industrie de la musique devrait tirer des conclusions très optimistes de cette étude innovante. Avant tout, il est clair que les jeunes mordus de technologie sont aussi passionnés de musique que leurs aînés et la considèrent avec autant de sérieux. Contrairement à ce qu’on croit, ils sont eux aussi prêts à payer pour en profiter. Mais seulement si on leur offre les services qu’ils demandent.”

(/noir)