sur le web

Pour une agence de presse des liens

Les journalistes américains engagent une réflexion de fond sur l’avenir – et même la nature – d’un métier bouleversé par internet autrement plus approfondie et innovante que la complainte à laquelle se cantonnent bien souvent les journalistes français face au monstre du web.

Tout est dans la sélection des liens sur le web et leur partage. C’est le nouveau terrain du journalisme assure une bande d’allumés réunis autour du projet Publish2, parmi lesquels on compte quelques pointures du journalisme américain en ligne. Ils en appellent aujourd’hui à la création d’une nouvelle agence de presse coopérative des journalistes partageant leurs liens…

“Est-ce que les algorithmes vont rendre les éditeurs humains obsolètes ? Non, si les journalistes collaborent.” Le journaliste blogueur Scott Karp, sur Publishing 2.0, poursuit sa croisade de l’homme contre la machine, que je relaie complaisamment sur ce blog à chaque fois que j’en ai l’occasion…. 😛

(noir)Giving over the function of choosing links, of filtering the web, to an algorithm is an implicit devaluation of the quality of human judgment, of what makes an individual editor’s perspective so interesting.

(/noir)

Adaptation libre : Laisser la fonction de choisir les liens et de filtrer le web à un algorithme est une dévaluation implicite de la qualité du jugement humain.

Scott Karp pense avant tout aux journalistes, qu’il accuse de “démission” face à Google et aux autres. Je ne crois pas, quant à moi, que les journalistes soient les seuls humains en mesure de filtrer le web. Mais j’aime bien l’idée que ce soient des humains qui s’en chargent plutôt que des machines.

Le mot “magique” n’est pas “algorithme”, c’est “collaboration”, qui permet réellement à l’homme de rivaliser avec la machine. Car seuls des humains savent appréhender “le pouvoir éditorial du lien”

Et pourquoi les journalistes ne se lanceraient-ils pas eux aussi dans cette bataille ? Ne sont-ils pas capables de s’organiser eux-aussi en réseaux, pour réunir leurs liens et les partager. C’est l’appel insistant aujourd’hui de Scott Karp à ses confrères américains, et il pointe un certain nombre d’initiatives qui vont dans ce sens.

Il ne s’agit au fond que de proposer une autre forme de “fil d’information”, et ça, les journalistes savent le faire depuis toujours…

Une nouvelle “Associated Press” des journalistes

Sur le même blog (Publishing 2.0 est le repaire des adeptes du projet Publish2, dont j’ai abondamment parlé ici : « Des journalistes en réseau, pour contrer Digg et Google » ), Josh Korr en appelle aujourd’hui à la création d’une nouvelle forme d’agence de presse associative entre journalistes, “The New AP”, “la nouvelle Associated Press” (la grande agence de presse Associated Press est une coopérative de journaux).

Il se réfère directement au remarquable travail de “journalisme de liens” de Matt Thompson sur la crise financière (“The Money Meltdown”), signalé par Jeff Jarvis, dont j’ai parlé ici (C’est tous la même bande mouillées jusqu’au cou dans le projet Publish2 dans lequel on retrouve Scott Karp, Josh Korr et Jeff Jarvis. Matt Thompson est leur copain…).

C’est bien à une révolution fondamentale de la manière de travailler des journalistes qu’ils en appellent. On est bien loin du “Grenelle de la presse” français…

Même si cette démarche commence à convaincre des “institutions” comme le Wahington Post, et que même en France, lemonde.fr et lespost.fr s’y mettent à leur tour, c’est à une réflexion d’une autre ampleur qu’invitent ces journalistes américains. C’est la nature même du métier des journalistes et du service qu’ils rendent à la population qu’ils invitent aujourd’hui à remettre totalement en question.

1 Comment

  1. d’une certaine façon le travail de ce nouveau journaliste se rapproche du documentaliste et du travail de bibliographie.
    l’éditorialisation des liens suppose une structuration de la connaissance et une adaptation au contrainte du lecteur. (Il faut pouvoir distinguer les documents en fonction de leur accessibilité et de leur fiabilité)

Comments are closed.