la cuisine

Peut-on se passer du trafic généré par Google ?

Ma décision de bloquer le référencement de ce blog par les moteurs de recherche est-elle une si bonne idée que ça ? Un débat très intéressant se tient en commentaire du billet où j’annonçais vendredi cette décision. Un certain nombre d’arguments avancés m’incitent à réfléchir : cette mesure vaut-elle vraiment le coup ? Les avantages qu’elle présente à mes yeux sont-ils suffisants pour justifier les inconvénients que certains soulignent avec justesse ?

Je me suis aperçu que je manquais finalement d’informations précises sur l’ampleur réelle du phénomène de “pollution” produit par les moteurs de recherche dans le lectorat de ce blog. Alors, je suis allé en chercher, en me plongeant (comme tout bon blogueur 😉 ) dans les statistiques de fréquentation de novövision…

Le taux de lectorat “polluant” ramené ici par Google peut finalement être évalué à 14% du lectorat total. Mais les moteurs de recherche ramènent aussi 20% de lecteurs intéressants, dont je me prive… Alors ai-je vraiment fait le bon choix ?—-
Mise à jour (lundi 14 juillet 2008) :

Après mures réflexions, un intense dialogue avec mes lecteurs, et quelques calculs statistiques que vous trouverez ici, j’ai décidé de revenir sur ma décision de cesser mon référencement par les moteurs de recherche tels que Google.

Pour ce qui est de Wikio, rien n’a changé. Je suis dé-référencé de ce site, je ne figurerai plus dans son classement, et j’en suis fort content. 😉
—-

Quelle quantité de trafic les moteur de recherche m’apportent-ils et de quelle nature est-il ? J’ai tenté d’entrer dans le détail.

En proportion du trafic total, voilà les données dont je dispose :

Avril 2008

Mai 2008

Juin 2008

Juillet 2008

Il faut probablement mettre à part le mois de juillet (inachevé), car la faible part du trafic issus des moteurs s’explique par la proportion prépondérante qu’a pris dans le trafic global une série de liens vers novövision depuis quelques sites à fort trafic (Versac, Embruns, Authueil, Marianne2, 20minutes.fr, lepost.fr), ce qui ne se produit pas tous les mois ! 😉

Hormis cette exception, le trafic en provenance des moteurs de recherche représente donc entre le quart et le tiers du trafic global de ce blog.

J’ai cherché à entrer dans le détail de ce trafic en étudiant de près la nature des requêtes effectuées pour parvenir ici. J’ai pris le mois de juin comme référence, et le moteur Google (qui représente à lui seul 93% du trafic total issu des moteurs sur ce blog). Je me suis concentré sur les 300 premiers mots-clés différents (par ordre décroissant du nombre de requêtes), qui correspondent à 600 requêtes au total (598 exactement), un nombre me paraissant commencer à être significatif, malgré les approximations de ma méthode. 🙂

J’ai classé ces 600 requêtes en quatre catégories, correspondant à mon appréciation de la nature du trafic auxquelles elles correspondaient :

les requêtes “de navigation” : 16%. Je classe ici les requêtes sur les termes “narvic”, “novovision”, “narvic blog”, “nonovision” (je connais fort bien les plaisantins que cette dernière requête amuse ! Ils se reconnaitrons. :)) ). Je les attribue, pour l’essentiel, à ceux qui utilisent (comme je le fais moi-même) Google comme outil de navigation, pour accéder à un site connu sans passer par les favoris, ni entrer l’URL du site directement dans la barre d’adresse du navigateur, mais qui composent dans la zone de recherche un mot-clé dont ils savent d’expérience qu’il ramènera le site recherché dans les premiers résultats de la page de réponse de Google. Il s’agit donc d’un lectorat d’habitués, ou, en tout cas, de lecteurs qui connaissent déjà ce blog et ne viennent pas par hasard.

les requêtes “précises et pertinentes” : 30%. Je classe ici les mots-clés correspondant à une question précise et qui conduisent à un contenu sur ce blog pertinent (à mon sens) par rapport à cette question. De nombreuses requêtes, par exemple, tournent autour de l'”affaire Gougenheim” et mènent directement vers le billet que je lui ai consacré. De la même manière, toutes les requêtes portant sur des noms propres de personnes citées dans les billets, les noms d’auteurs et les titres des livres dont j’ai fais une note de lecture, des thèmes précis sur lesquels j’ai fait des billets (la responsabilité des blogueurs, la corruption dans la presse, la préparation des états-généraux de la presse, l’exposition Vlaminck au Sénat ou des photos de La Défense en été…). Le moteur de recherche se révèle pertinent dans ce cas, son référencement est efficace. J’estime donc que les visites de cette nature relèvent d’un lectorat qualifié. Même si la visite est ponctuelle, elle a un sens. Peut-être certains des visiteurs ont-ils découvert novövision de cette manière et deviendront des lecteurs réguliers…

– les requêtes “générales et pertinentes” : 12%. Je classe ici des requêtes ne constituant pas une question précise et ne cherchant donc pas une réponse précise, mais des interrogations de type “thématique”, correspondant à des thèmes souvent abordés sur novövision et pour lequel le lecteur me semble susceptible de trouver ici des informations intéressant sa recherche. Il s’agit par exemples de requêtes du type “l’avenir du journalisme”, “la mort de la presse”, le “marketing éditorial”, les “blogs d’info”, “les journalistes francais et l’évolution de la presse”, “site de journalisme en ligne”, “journalisme d’opinion et objectivité”, “rôle journaliste aujourd’hui”, etc. Le lectorat ramené par ce type de requête est réellement très intéressant pour ce blog. Il s’agit d’un lectorat intéressé précisément par la thématique que je développe ici, et Google lui indique novövision comme un lieu de ressources liées à cette thématique, qu’il ne connaissait peut-être pas auparavant.

– les requêtes “sans pertinence” et “les fausses routes” : 42%. Je classe ici tout le fatras merdique de Google.

-* Toutes les requêtes absurdes, sur lesquelles je doute que le pauvre Google soit en mesure d’apporter la moindre réponse pertinente. Un petit florilège de non-pertinence de la question : “se fai prendre par derriere sur second life”, “test avenir que sera tu dans le monde du métier”, “glandouiller”, “être méchant”, “site qui ma supprimer”, etc. On ne s’en lasse pas. Enfin si justement, on s’en lasse un peu…

-* Plus embêtant, les très nombreuses “fausses routes” sur lesquelles Google entraîne ses utilisateurs, en raison d’un référencement qui apparaît pertinent, mais qui en réalité ne l’est pas et ne conduit l’utilisateur qu’à une déception. Le meilleur exemple que j’ai sous la main concerne Firefox3. J’ai participé au concours de téléchargement de ce navigateur et publié le jour même un petit billet encourageant les retardataires à participer, avant l’heure de clôture du concours : trois lignes, une image et un lien. J’ai eu le malheur de titrer ce billet “3 raisons de télécharger Firefox maintenant” (les raisons en question relevaient de la boutade et n’étaient en rapport qu’avec l’actualité ponctuelle de ce jour-là !). Depuis, Google envoie des dizaines et des dizaines de lecteurs vers ce billet, où ils ne trouvent finalement aucune raison pertinente de “télécharger Firefox maintenant”, du moins me semble-t-il… On peut multiplier les exemples de ce type, ils sont nombreux.

Taux de “pollution” de ce blog par Google : 14%

Au bout du compte, la “pollution” de mon blog par Google peut être évaluée à 42% du trafic renvoyé par le moteur vers novövision, soit 14% du trafic total.

Les 58% restant des lecteurs renvoyés par Google, soit 20% du trafic total, forment au contraire un lectorat intéressant, qui se décompose comme suit :
– 5% de lecteurs “navigateurs”, qui savent qu’ils veulent venir ici.
– 10% de lecteurs “chercheurs ponctuels”, auxquels novövision est susceptible de répondre à la question posée, et qui reviendront peut-être…
– 4% de lecteurs “chercheurs-découvreurs”, qui “découvrent” en novövision un lieu de ressources en rapport avec la thématique qui les intéresse.

La décision de cesser le référencement de ce blog par Google est donc susceptible d’entraîner une chute d’un tiers de son audience, ce qui n’est pas grave en soi et peut être compensé par la recherche d’un autre lectorat plus qualifié. Plus embêtant cependant, pour me prémunir de 14% de “lecteurs polluants”, je me prive de 20% de lecteurs intéressants…

Les 5% de “lecteurs navigateurs” sauront bien venir par un autre chemin, mais je leur impose de modifier leur pratique, ce qui ne constitue pas franchement un encouragement à revenir. 😉

Le plus embêtant reste tout de même ces 15% de lecteurs “nouveaux” ou “spontanés” que ramènent tout de même Google sur ce blog de manière pertinente. Non seulement ce n’est pas négligeable, et il est un peu absurde, en effet, de refuser de mettre à leur disposition les contenus présents sur ce site, alors qu’ils correspondent à leur recherche. Plus qu’absurde, c’est même dommage, et j’avoue que j’ai un peu de mal à trouver finalement une bonne raison de le faire. Et de plus ce lectorat forme un “vivier” de nouveaux lecteurs réguliers potentiels, dont il est aussi absurde de se priver.

Dans la balance, le rapport avantages/inconvénients de ce non-référencement se montre finalement différent du sentiment général que j’en avais. J’ai peut-être fait un mauvais calcul, ou plutôt l’absence de calcul m’avait peut-être amené à prendre une décision… excessive, ou pas très pertinente.

C’est l’argument majeur que vous m’avez renvoyé en commentaire : pourquoi priver ce blog de ces lecteurs, et priver ces lecteurs de ma lecture ? 🙂 Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Dois-je revenir en arrière ? Qu’en pensez-vous ? (c’est tout simple à faire, ça prend trois minutes !)

—-
PS: Notez bien que ma question ne porte que sur les moteurs de recherche. Je n’ai pas l’intention de revenir sur ma décision de sortir du classement Wikio, dont l’effet dans la galaxie des blogs me parait toxique. Il est aujourd’hui bien plus confortable pour moi et plus conséquent de ma part de le dénoncer, et de souligner des dérives qu’il symbolise, de la place où je suis aujourd’hui. :-))

11 Comments

  1. Je lis régulièrement vos articles depuis quelques semaines, et si les gens sont comme moi (ce dont je doute, mais ça me fait plaisir d’exposer mon cas), les choses ne sont pas aussi simples. J’ai quelques blogs dans mes feeds rss, dont notamment Embruns qui ratisse suffisamment large pour m’emmener sur d’autres blogs, sur lesquels je viens directement après, voire que je mets dans mes feeds.

    Donc la séparation du traffic via son referer sur des requêtes ponctuelles peut sembler pertinente, mais sur la durée, les “pertes”, que ce soient des lecteurs intéress(ants|és) ou de la pollution risquent d’être plus difficile à évaluer. Il serait certainement intéressant d’évaluer le turn-over du lectorat régulier. S’il y a beaucoup de départs/arrivées, c’est forcément que ces lecteurs sont arrivés là à un moment où un autre, et il faudrait savoir d’où.

    Enfin bref, à votre place, je laisserais le référencement Google, en essayant de l’affiner pour ne pas voir des articles peu représentatifs trop bien classés (je n’y connais pas grand chose en référencement mais il parait que tout est possible 🙂 ). Wikio peut être toxique sinon, c’est évident.

    Bonne continuation quoiqu’il en soit

  2. ma position est : vive le snobisme ! Laissez les gens intéressants CHERCHER votre blog ; ils n’en seront que plus intéressants !

    (je trouve le noir-au-blanc de vos commentaires toujours aussi atroce ! C’est aussi pour sélectionner les lecteurs ?)

  3. Et pour les utilisateurs qui n’utilisent ni moteur de recherche, ni favori, ni adresse dans la barre ad hoc, ni agrégateur, mais la fonction historique comment se classent-ils ?

  4. @ Yves

    Je suis déjà bien conscient que mes phrases à rallonges et mes billets souvent démesurés en découragent plus d’un 🙂

    Sinon, sur le fond noir : il y a en même qui font ça pour les fonds de billets aussi ! Je voudrais pas dénoncer…

  5. Historique, comme frappe dans la barre d’adresse ou favoris… Tout ça entre dans la catégorie “accès direct”.

    Mon idée est juste qu’une petite partie du trafic issu des moteurs est en réalité elle aussi une forme d’accès direct, qui n’est comptée comme telle dans les stats. C’est tout 🙂

  6. ah, je comprends mieux le mini-billet sur “l’esprit scientifique”… 😉

    Je vois trois raisons de garder ton trafic Google :

    – tu as objectivisé les choses, Google apporte plus de trafic intéressant que de pollution. Au passage c’est une étude fort intéressante que tu nous livres là, je ne connaissais pas d”équivalent livré par des blogueurs. J’adore de genre de calculs, je ne l’ai pas fait pour mon blog car j’ai justement toujours eu le sentiment que Google m’apportait un trafic assez qualifié (du type “général pertinent” que tu évoques ci-dessus)

    – le sens de l’histoire est que Google gagne en pertinence. Les moteurs s’améliorent avec le temps. Et même si je dis une grosse connerie, en refaisant le point à intervalles réguliers, tu pourras voir si tu as toujours un rapport trafic qualifié / trafic pourri positif.

    – se priver de Google c’est prendre le risque de fonctionner en vase clos. Les sources de nouveaux lecteurs seraient principalement les autres blogs (je fais l’hypothèse que les blogs continueront à linker largement plus que les médias en ligne, et que les médias en ligne n’apportent pas forcément beaucoup plus de lecteurs que les gros blogs). Et la blogosphère n’est pas un univers si ouvert que ça. Etant donné la thématique couverte sur Novövision (je serais tenté de dire en gros l’avenir des médias), il serait dommage d’avoir un lectorat essentiellement composé de blogueurs et de leurs lecteurs, même si ce sont ceux qui apportent le plus à la discussion (donc à la réflexion)

    Voilà pour moi !

  7. Tout a fait d’accord avec le 3eme point de Francois.

    Et puis est-ce-que la “pollution” n’est pas uniquement dans les statistiques?
    Il ne me semble pas que les lecteurs conduits ici par hasard par Google (ou autres) laissent des commentaires succeptibles de polluer les conversations… Ce ne serait donc qu’un “bruit statistique” 😛

  8. @ Andromède

    Cette idée de “bruit statistique” est bien vue. Aujourd’hui ça ne regarde finalement plus que moi, puisque j’ai enlevé tous les compteurs que j’avais mis sur toutes les pages… 😉

    Mais je garde un oeil attentif sur mes statistiques, car c’est très riche d’enseignements sur le fonction du net. :o)

  9. Sans vouloir verser dans le cirage de pompes mutuel avec Andromède, je suis bien d’accord avec son point 😉 : qui est-ce qui te trolle sur Novovision ?

    Les visiteurs non qualifiés apportés par Google ne restent en général que quelques instants sur ton site… Ce ne sont pas eux qui sont susceptibles de gâcher ton beau site avec des commentaires à la con.

  10. Bon, allez, j’enlève mon fichier robots.txt !

    (ce qui empêche le référencement, NDLR)

    Ce serait dommage que les billets de mon nouvel invité sur novövision soignent ignorés de Google. :-))

  11. A propos de Google, ce n’est pas tant le moteur qui n’est pas assez pertinent que les utilisateurs qui ne savent pas en tirer le meilleur parti.

    Pisani aborde parfois le thème de la littératie informatique. Quel pourcentage d’utilisateurs sait se servir correctement des éléments de syntaxe google aussi simples et utiles que les guillemets ou site: ?

    On peut donc espérer qu’avec la progression de ces savoir-faire, le trafic parasite diminuera avec le temps.

    Sage décision néanmoins. Merci !

Comments are closed.