la chambre

Ne t’inquiète pas, je n’ai pas froid

“Ne t’inquiète pas, je n’ai pas froid.” C’est ce que vient de me répondre ce SDF auquel j’ai donné la cigarette qu’il me demandait, en lui proposant du feu, ce qu’il ne me demandait pas.

Mais pourquoi m’a-t-il dit ça ?Il a accepté mon feu. Ce qui lui évitait de fouiller dans sa poche. Alors qu’il était déjà bien emmitouflé dans son sac de couchage, allongé dans une embrasure de porte, cette nuit, quelque part dans Paris. Il était 2h30, dans une rue encore passante à cette heure, et il ne dormait toujours pas.

Pourquoi m’a-t-il dit ça ? Alors que moi, je n’ai rien dit. Si ce n’est “bonsoir” et “bien sûr“, en lui tendant cette cigarette… Et puis j’ai rajouté quelque chose… “Veux-tu du feu ?” Et c’est là qu’il m’a dit : “Ne t’inquiète pas, je n’ai pas froid.”

J’ai dit “Bonsoir”, et je n’ai rien ajouté.

J’ai poursuivi ma route en m’interrogeant. Pourquoi m’a-t-il dit : “Ne t’inquiète pas, je n’ai pas froid” ?

Je me dis, maintenant que je suis rentré chez moi, au chaud, assis devant mon écran, que, probablement, il voulait éviter que la conversation ne s’engage, et qu’ensuite elle ne dégénère. Que je lui demande des nouvelles de sa santé et que je lui propose d’appeler le SAMU Social. Oui, je pense finalement que c’est ce qu’il voulait éviter. Et c’est pour ça qu’il m’a dit : “Ne t’inquiète pas, je n’ai pas froid.”

Il me demandait un cigarette. Et je la lui ai donnée. Il ne me demandait rien d’autre, et surtout pas ma compassion.

Mais de la compassion, j’en avais à revendre… Il n’en voulait pas, alors c’est vous qui l’aurez. Car lui n’a pas de connexion internet. Il ne saura jamais ce que je viens de vous dire.

Bonne nuit à vous aussi. J’espère qu’il dort, maintenant.

3 Comments

  1. Je n’étais évidemment pas sur place, je n’ai vu ni son regard, ni sa condition, mais cela n’aurait-il pas pu être une sorte d’humour de dérision ?

    – “Veux-tu du feu (un feu de cheminée – pour te réchauffer) ?
    – Non merci, je n’ai pas froid.”

    La dérision est une arme redoutable pour échapper au quotidien.

  2. je partage l’avis de jrm, il est bien possible que ce fut un trait d’humour ( ma première réaction en te lisant fut un sourire quant a sa rhétorique face a ton “veux tu du feux?”)

    En tous les cas merci pour ton témoignage sans cible 😉 ( jeu de mots de piètre qualité, mais assumé)

  3. Vous avez peut-être raison… Sur le coup, je ne l’ai pas pris comme ça.

    En fait, plutôt que d’essayer de me placer de son point de vue pour comprendre ce qu’il voulait dire, je me suis vu moi-même à sa place et ça m’a fait frémir de m’imaginer dormir allongé dans la rue à 2h30 du matin, une nuit d’avril, sans parvenir à dormir.

    C’est un billet d’humeur qui parle finalement plus de moi que de lui…

Comments are closed.