revue web

Moins de journalistes, mais bien plus techniciens [Media Trend]

via La programmation, l’avenir du journalisme ? – Media Trend.

Ce billet de Marc Mentré rebondit, en quelques sortes,  sur le mien posté ici récemment : Illusions et malentendus sur le journalisme de données. Le traitement des données dans une optique journalistique (information d’actualité) exige des compétences très pointues en mathématiques, statistiques et programmation informatique. La plupart des journalistes ne les possèdent pas aujourd’hui, mais de nouveaux cursus de formation comme journalistes/développeurs sont lancés actuellement aux USA.

Il reste que cette forme d’automatisation du journalisme (lire aussi sur novövision : Journaliste ? Redevenir un auteur, ou laisser la place aux robots… ) risque de laisser bien des journalistes d’aujourd’hui sur le carreau…

Le profil du journaliste-technicien se développe au détriment du généraliste. Et ça n’annonce rien d’autre que ce que Bernard Poulet qualifie “d’euthanasie à terme de la classe moyenne des journalistes” : des auteurs vedettes et des techniciens super qualifiés d’un côté, des prolétaires dans des usines à infos et des auteurs précaires de l’autre…

Ou bien : Avenir du journalisme : rompre avec l’industrie, retour à l’artisanat ? – mai 2009…

Marc Mentré sur MediaTrend :

“La Medill School a fait le choix de former des programmeurs/développeurs au journalisme. Ceux-ci « walk a mile in the journalists’ shoes » selon la belle expression de Rich Gordon, le directeur des formations numériques. Dans une interview à Journalism.co.uk, il explique que tous les journalistes devraient avoir, a minima, une bonne connaissance de la technologie:

Le savoir-faire technologique, ou au moins un minimum de connaissances en technologie est le minimum nécessaire aujourd’hui pour être embauché comme journaliste. (.…) Cela ne signifie pas que tous les journalistes doivent être des programmeurs. Les reporters doivent rester des « collecteurs de faits » (en utilisant les méthodes traditionnelles tout comme les outils de recherche en ligne), et aujourd’hui, ils doivent être capables de présenter leurs stories sous de multiples formes. Le problème, quelque soit la manière dont vous le présentez est qu’il y aura moins de journalistes dans le futur. En même temps de nombreux nouveaux types d’emploi seront inventés comme notre journaliste-développeur.”[C’est moi qui souligne]

8 Comments

Comments are closed.