la cuisine

Mesures radicales contre la dérive des blogs

Je poursuis ma réflexion sur l’avenir des blogs, après les décisions de Fred Cavazza, de sortir du classement Wikio, et de Nicolas, d’achever Versac…

Après avoir décidé de supprimer les compteurs partout, j’en viens maintenant à des mesures plus radicales…

Ce blog sera donc désormais non-classé, et non-référencé.—-
Mise à jour (lundi 14 juillet 2008) :

Après mures réflexions, un intense dialogue avec mes lecteurs (en commentaires de ce billet), et quelques calculs statistiques, j’ai décidé de revenir sur ma décision de cesser mon référencement par les moteurs de recherche tels que Google.

Pour ce qui est de Wikio, rien n’a changé. Je suis dé-référencé de ce site, je ne figurerai plus dans son classement, et j’en suis fort content. 😉

—-

Une nouvelle blogosphère s’impose aujourd’hui, basée sur une audience de masse drainée par des noms devenus des marques, des marques dont la notoriété a été établie hors du web, à la radio et à la télé, des Morandini, Aphatie, Birenbaum, etc., et se trouve aujourd’hui importée sur le net.

Cette blogosphère joue l’audience, et rien d’autre, à tout prix. Et tous les moyens sont bons, même les plus vils. Elle n’entretient aucune relation réelle avec son lectorat : pas d’interactivité, pas d’échange, pas de dialogue…

Cette blogosphère-là me déplaît. Profondément. Viscéralement.

Je la juge malsaine. Je n’ai pas envie d’en être.

Je persiste à croire que l’intérêt des blogs est dans le rapport différent qu’ils permettent d’établir avec les lecteurs. Que c’est par la crédibilité qu’on acquiert à la longue, et à l’usage, sous le regard vigilant et pas toujours tendre des lecteurs, qui ont à tout moment le pouvoir de s’exprimer, de corriger, de contredire, que les blogs rénovent en profondeur l’ensemble du débat public, et accessoirement le monde de l’information.

Je cherche à préserver ce blog de ces dérives, et tente d’identifier les unes après les autres les “failles” qui pourraient le conduire dans la mauvaise direction. Pour essayer de les colmater avant que le bateau ne coule…

Cette histoire de compteur était une mauvaise idée. C’est réglé.

J’ai fait une petite entrée dans le classement Wikio des blogs ce mois-ci. Ça n’a pas encore réellement provoqué de dégâts sur l’audience de mon blog, mais renseigné par l’expérience de Fred Cavazza, j’ai préféré prendre les devants, et prévenir plutôt que guérir, ce qui est toujours plus difficile :

J’ai donc, à mon tour, demandé ce soir à Pierre Chappaz de bien vouloir me retirer de ce classement où je n’aurais fait qu’une bien éphémère apparition.

Le classement Wikio n’est pas la seule source de “pollution” de l’audience de mon blog (selon le terme fort de Fred Cavazza) que j’ai identifié : Google en est une autre.

J’ai donc pris des conseils auprès de spécialistes avisés, pour mettre en place des mesures qui font obstacle au référencement de ce blog par les moteurs de recherche qui ne m’amènent qu’un lectorat perdu ou dérouté, en tout cas sans intérêt.

Voilà. Ce blog est désormais ni classé, ni référencé. Il ne devra son audience qu’à de vrais lecteurs. Merci de votre fidélité. L’aventure continue…

PS: ce blog restera, bien entendu, sans pub et sans billets sponsorisés.

40 Comments

  1. Je comprends vos démarches, la tienne et celle de Fred Cavazza, mais elles ont un revers, et pas des moindres. Celui de transformer vos blogs en “bulles”, réservées aux privilégiés et à ceux qui savent déjà (initiés à la blogosphère), excluant de fait tous les autres. Je ne pense pas que les internautes sont tous des veaux. Si je suis étudiant, internaute lambda, journaliste, bref simplement curieux de l’univers des médias, et que je fais une recherche sur un thème précis (par exemple un des ouvrages sur les médias que tu chroniques très bien), je n’ai donc plus “le droit” d’atterrir sur ton blog et de lire ton article? En somme, vous fabriquez une blogosphère et un Internet à deux vitesses. Des articles et des contenus de qualité pour une “élite” déjà informée, un contenu bas de gamme à la chauffeur de buzz pour les autres (qui lui, ne va pas se déréférencer d’ici tôt 😉 en partant du principe que la plupart des internautes sont débiles. Voilà pourquoi je trouve que c’est une très mauvaise idée, qui va à l’encontre, tout simplement, de la philosophe du net : permettre à tous d’accéder de façon égalitaire à une même connaissance gratuite. Or, si on la prolonge, cette démarche reproduit les inégalités du vieux système, en légitimant l’élitisme sans permettre à tous d’y parvenir.

  2. … et si tu exclues ton blog/site des moteurs de recherche, tu crées un rayon interdit, que seuls pourraient visiter des internautes habilités, invités, connaisseurs, autorisés

    je n’ai rien contre les “Enfers” à partir du moment où ils sont (r)ouverts, et répertoriés; par contre, en écrivant :

    User-agent: *
    Disallow: /

    dans ton robots.txt, tu te fermes au web et à la possibilité que quelqu’un, qui s’intéresserait à ce dont tu parles, puisse venir te lire

    et ça, je ne comprends pas

  3. N’oublions pas que novovision bénéficie d’une promotion et exposition très forte sur les blog du Top Wikio. A moins que ceux là décident de sortir du classement eux aussi, peu de chance que novovision devienne une bulle inatteignable…

  4. Les questions ci-dessus au sujet du passage de Novosion dans un web invisible sont pertinentes. Je n’ai pas d’avis constitué, mais c’est un point sur lequel je vais réfléchir.
    Pour ma part, j’ai “beaucoup” de visiteurs (qui ne commentent jamais …) sur la requête “consultant développement durable”. Mais je ne sais pas s’ils reviennent (m’en fiche, j’imagine qu’il y aurait moyen de savoir pourtant).

    A part la médaille en chocolat d’être en première page de la plupart des moteurs sur cette requête et donc en concurrence avec des plus gros (je suis un indépendant, à peu de choses près c’est un des seuls endroits où nous sommes réellement en concurrence, ce qui est risible), ça ne m’apporte pas d’affaires.

    Je ne sais pas (étant abonné au flux) si Novovision a une landing page. Je trouve cette possibilité intéressante pour commencer à “qualifier” l’audience.

  5. Karl de la Grange avait réalisé pareil “migration” en dé-indéxant son site et en supprimant son identité du “cloud” ( flickr, etc ).
    Lire par là : http://la-grange.net/2008/01/03/bloquer-bots
    http://www.la-grange.net/2006/03/29.html

    Bon, maintenant, ce que j’en pense vraiment :

    Avant que Google ne devienne aussi performant, l’essentiel de nos tribulations sur le Web se faisaient par rebonds. Aujourd’hui, le “Web profond” dont ton site fait dorénavant partie, est toujours accessible de cette manière. Les liens qui te relient au reste du web, si ils ont perdu dans l’opération en quantité, non rien perdu en qualité. C’est pour cela que tooptoop se fourvoie, en affirmant que ce blog devient réservé à une élite. Ce n’est absolument pas le cas.

    Après, il est vrai que les utilisateurs récents ( cad la génération ayant débarqué après la bataille google, altavista et consort ) perçois de manière erroné que le moteur de recherche est la porte d’entrée du web ( comme la génération précédente aurait pu le penser des portails, ce qui est tout aussi stupide ) et donc sera moins prédisposé à atteindre ton blog. Mais c’est là une carence grave de leur part.

    Narvic, si tu as lu mon commentaire jusqu’ici, une petite précision; Ton carnet est précieux ( du moins pour moi ), alors continue d’écrire, merci 🙂

  6. Je trouve bizarre de se déréférencer (wikio et google) mais je constate que j’ai pris connaissance de la plupart de blogs par … d’autres blogs qui les citent. Je n’ai jamais trouvé par google et je ne connaissais pas wikio.

    j’ai appris l’existence de morandini.com et aphatie-blog par Versac. Quelle ironie ?

    Donc pour moi pas de problème.

    Cela veut dire que les relations se font par des liens d’amitié plutôt que par un Haut-parleur.

    Il faut le savoir et le faire savoir.
    😉

    L’erreur n’est pas d’en sortir mais d’y être entré. Mais cette erreur a dû être salutaire.

    Bonne continuation à tous.

  7. Je plussoie tooptoop et jmm.
    J’ai moi-même connu novovision par l’intermédiaire de wikio (personne n’est parfait |)). J’espère ne pas être un visiteur polluant.

  8. En ce qui concerne le classement Wikio c’est lui prêter beaucoup d’importance…

    Fred Cavazza était déjà hyper sollicité avant que le classement Wikio n’existe et je suis prêt à parier que le fait d’en sortir ne va pas fondamentalement changer les choses.

    On a un peu tendance, dans ce débat, à réduire le problème à : Wikio = sursollicitations et trafic non qualifié.

    Sur les sollicitations : pour ma part, je suis un peu au-delà de la 100ème place, je ne m’estime pas spammé par les quelques sollicitations que je reçois en tant que blogueur même si certaines d’entre elles sont amusantes tant elles sont à côté de la plaque.

    Sur le trafic non qualifié : je vois tous les jours quelques clics en provenance de ce classement. Je pense que cela m’amène des lecteurs blogueurs. (Faut pas non plus délirer, ce sont les blogueurs qui lisent et utilisent le classement Wikio.)

    Donc en étant 118ème très exactement, je vois quelques clics et puis c’est tout. Peut-être que cela participe à faire connaître Internet et Opinion(s) à des blogueurs qui seraient passé à côté. Si le blog les intéresse, ils reviendront. Si on n’a rien à se raconter, ils ne reviendront pas. Je n’ai pas vu d’effet troll sur mon blog.

    Bien sûr ce blog est 118ème et pas 3ème comme Fred Cavazza. Mais disons qu’en demandant à être retiré maintenant pour éviter la pollution… tu anticipes un peu 😉 même si la dynamique de liens et de reconnaissance dont tu bénéficies aurait pu te propulser très haut assez rapidement.

    Plus généralement, l’exposition s’accompagne de revers comme le trafic non qualifié. Le tout est de savoir jusqu’où se servir de la “médiatisation”. Versac n’a-t-il pas bien fait d’arrêter maintenant ? Professionnellement il a profité à plein de l’effet médiatisation, qui ne lui apportera pas nécessairement grand-chose de plus, sauf les inconvénients qu’il mentionne… et qui l’ont poussé à arrêter.

  9. Voilà une décision qui suscite des réactions nombreuses…

    Tes arguments sont clairs et se tiennent. A bien y réfléchir, dans mon cas, les blogs et les sites d’information que je lis sont des blogs trouvés par “recommandation” (un billet qui y fait référence) ou par lien (dans une blogroll), et je lis peu de blogs trouvés par hasard en faisant une recherche dans google.

    Mais il n’y a pas du contenu qu’il serait intéressant d’indexer ? Autant, pour une bonne partie des billets de novövision, comme il y a beaucoup de références et de rebonds sur des billets précédents, comme ce sont le cheminement d’une réflexion, ça peut se comprendre. Mais, par exemple, pour les fiches de lecture, riches et complètes, sur lesquelles on peut tomber en faisant sur le recherche sur le nom de l’auteur ou le titre du bouquin, c’est un peu dommage, non ?

  10. Merci de vos réactions (faut que je sois très gentil et respectueux avec vous désormais, lecteurs, car ce blog n’existe plus que par vous !)

    Je les ai lues attentivement.

    – Tout d’abord, non, bellekoum, tu n’es pas une pollution !! 😉 Tous les lecteurs qui lisent, et ceux d’entre eux qui commentent : tous ceux-là sont les bienvenus, et le dialogue m’intéresse.

    – Ma démarche reste une expérience, je ne sais pas très bien quel résultat elle aura dans la pratique. Elle a pour moi, en tout cas, une valeur symbolique (une façon de marquer mon territoire. 🙂 ) et un rôle psychologique (je me sens plus libre).

    – Al Katib : je ne suis ni le seul, ni le premier à faire ça, la démarche de Karl m’a inspiré en effet : j’ai connu son blog par d’autres blogs et par les commentaires qu’il laisse sur d’autres blogs, et je le suis désormais par flux RSS. Je trouve que c’est très bien comme ça. 🙂

    – Les remarques de François sont juste : à la 255e place du classement général, je n’ai pas ressenti d’effet direct Wikio. Ma démarche est préventive… Mais comme dit gasper, je l’ai tout de même senti indirectement par les citations dans des blogs de “haut de classement”. On n’a beaucoup parlé de ça d’ailleurs (l’influence d’un blog comme prescripteur de lecture), François, ici-même et sur ton blog.

    – Alors est-ce que je passe dans le “web invisible”, que je me condamne à “l’enfer” de la bibliothèque, comme s’interrogent Tooptoop, JMM et e-cedric… ?

    Je ne crois pas. Je sors de la bibliothèque, certes. Mais je ne quitte pas le web social ! Celui des réseaux de liens. J’ai le sentiment d’avoir retranché quelque chose d’artificiel de ce blog et de rendre ainsi son fonctionnement plus naturel, car seulement humain.

    Il y a le problème des nouveaux arrivants. Comment peuvent-ils trouver le chemin de novövision ? Ben ça, c’est un peu votre boulot aussi. Amenez-les ! :)) Et puis je continue à aller moi-aussi déposer moi-aussi mes commentaires partout où je lis des choses qui m’intéressent…

    C’est ce fonctionnement-là du web que je trouve passionnant. J’ai envie de continuer à l’expérimenter en “version pure”.

    – reste la remarque d’Antoine, sur le référencement des billets “à durée de vie” un peu plus longue que les autres, ceux qui ne relèvent pas de la conversation au quotidien, ou de “mes réflexions à voix hautes”, mon “work in progress” intellectuel… 😉

    Le cas des notes de lecture : plusieurs d’entre elles sont aussi publiées sur Agoravox. Elle sont donc indexées et accessibles par Google. Je vais probablement proposer toutes les autres à Agoravox, comme ça la question sera réglée. 🙂

  11. Je remercie Pierre Chappaz et l’équipe Wikio d’avoir rapidement accédé à ma demande en toute simplicité.

    Ce blog n’est donc plus référencé par Wikio désormais.

  12. Bonjour,

    Je plussoie avec Antoine ci-dessus. Si la plupart des billets génèrent un trafic parasite (comme le billet sur 2nd life), les billets-phare mériteraient d’être indexés.

    (Edition : narvic a répondu entre temps…)

  13. @ Antoine

    Je ne crois pas : les gens qui viennent ici après avoir lu un billet sur Agoravox le font par curiosité après leur lecture. Ce n’est pas du tout un lectorat parasite, au contraire. Il fonctionne par rebond, en surfant…

  14. @ Narvic

    Je faisais cette remarque car les commentaires d’Agoravox ne me semblent pas toujours de grande qualité. Mais tu as raison, j’assimilais à tort les commentateurs “basiques” à ceux qui consultent par curiosité les fiches des auteurs et suivent ensuite divers liens.

    Ta décision me semble significative, parce qu’elle pousse à fond les principes de la “blogosphére” (ou plutôt, une communauté de blogs autour embruns, de lieu-commun et les alentours) : refus de la quantité, pas de recherche du chiffre, et surtout une forme de fonctionnement s’apparentant à de la cooptation (mais par la qualité).

  15. J’ai assez rapidement pris la décision que tu prends aujourd’hui, quelques mois après l’ouverture de mon blog.

    Google m’a semblé un danger quand j’ai vu comment, à partir d’extraits agrégés aléatoirement, le blogueur Garfieldd, proviseur de son état, a été révoqué pour pornographie. Google agrégeait des termes sans rapport les uns avec les autres mais dont la collusion faisait froit dans le dos, genre ” je rêve… de…. la grosse….. queue… de mes élèves” alors que JAMAIS Garf n’avait écrit cette phrase, mais des phrases comme : “je rêve de vacances” “la grosse femme du quatrième m’agace” “quelle queue chez le marchand de glaces!” “Aucun de mes élèves n’aura le bac si ça continue”…

    J’ai vu la souffrance de Garf’ : 6 mois sans salaire et l’opprobe jetée sur ce type sans reproches, l’obligation de faire son coming-out alors qu’il n’avait jamais parlé de son homosexualité à ses parents. Par l’absurdité des regroupements Googolesques, il devenait l’objet de soupçons infâmes, relayés par le fait que l’enseignement est un milieu qui méconnaît le fonctionnement d’Internet.

    J’ai décidé que personne ne viendrait sur mon blog par hasard, surtout pas grâce à un moteur de recherche. Parce que c’est cher payé un moment de gloriole, le risque que ta vie explose en morceaux, pour rien.

    Je crois davantage aux liens entre nous, qui “valident” un parcours de lecture. De toute façon, je n’ai rien à vendre, et je conçois mon lectorat comme un cercle de connaissances que je souhaite bienveillantes.

    En ce qui concerne les sujets que toi, Narvic, tu traites, je comprends la remarque du premier commentateur : il pourrait être intéressant que des étudiants y aient accès, sans doute est-il possible de trouver le moyen de faire connaître ton blog dans un milieu donné (par exemple, le mien est lié par les cahiers pédagogiques, j’en suis ravie, ce sont des professionnels de qualité, dans mon domaine. Il doit y avoir la même chose en matière de journalisme)

  16. J’aimerais apporter quelques éléments de discussion en rapport avec la structure du web et la place du présent site dans celui ci, car je pense que l’assertion selon laquelle novövision appartient au “web invisible” est erronée.

    Je précise qu’il existe autant de typologie/carte du web que de commentateur. Donc tout ce que j’affirme ici est sujet à contradiction ( elle est même bienvenue ).

    – Le “web invisible”, ou “dark web” ( et par extension “darknet” si l’on considère internet dans sa globalité ) correspond à la partie du web volontairement inaccessible. C’est la cas des réseaux chiffrés ou des intranets dont l’accès nécessite une identification

    – Le “web profond” correspond à la majorité du web dont les connections avec le web dit “de surface” sont faibles. C’est le cas du présent site, des bases de données, etc.

    Je généralise, car Il existe une multitude de déclinaison d’origine technique ( par exemple le flash, les images ou les vidéos ) et culturel ( web anglophone, web sinophone, etc ).

    Je répète que l’exposé ci dessus fut déjà traité de nombreuse fois. Il s’agit plus d’un rappel que d’une affirmation.

    Je profite de l’occasion pour ressortir une étude qui si elle m’avait marqué à l’époque, est assez comique aujourd’hui :
    http://www9.org/w9cdrom/160/160.html

    Pour finir, j’ajouterai que je préfère découvrir des sites/blogs/whatever en des occasions comme une république des blogs que par Google. Cela fait bien longtemps que j’ai accepté l’impossibilité de l’omniscience à la Rabelais pour me contenter du plaisir de la découverte hasardeuse.

  17. “On n’a beaucoup parlé de ça d’ailleurs (l’influence d’un blog comme prescripteur de lecture)”

    => Au boulot 😉

    Sinon je comprends très bien le raisonnement et le trouve cohérent. Pas d’enjeu de trafic, donc on ne recherche que des sources de trafic qualifié. Exit Wikio et Google. Tu as même la solution pour les notes de lectures avec Agoravox. Ca se tient très bien.

    Par contre, se pose quand même la question de savoir ce qu’est une source de trafic qualifié :

    – quand tu vas commenter sur un blog que tu as choisi et dont l’auteur et les lecteurs vont te connaître : ok, pas de problème, on est dans cette logique de “trafic qualifié”

    – mais quand tu commences à être linké par des blogs à qui tu n’as rien demandé, voire par des médias en ligne (ça va se faire de plus en plus, d’ailleurs Marianne2 et d’autres sûrement l’ont déjà fait en ce qui te concerne), est-ce qu’on reste dans le trafic qualifié ? Ces lecteurs qui arrivent d’un média en ligne, pour peu que le lien hypertexte ne soit pas totalement pertinent, qu’est-ce qui les distingue des internautes qui arrivaient ici via Google et ne revenaient jamais ?

    – si le Monde propose de t’interviewer sur une pleine page à propos de la crise et de l’avenir des médias, tu diras quoi ? si tu dis oui tu vas voir le trafic exploser MAIS tes idées seront certainement plus influentes, si tu dis non est-ce que le shmilblick avance ?

    Car finalement c’est quoi l’objectif de Novösion ? Aider à une prise de conscience dans le milieu des médias en partageant tes réflexions ? Ou avoir un blog avec une super communauté qui discute bien, mais dont on ne peut pas mesurer d’impact dans la prise de conscience de la profession journalistique ?

  18. @ Samantdi

    Laurent m’a cité ton cas aussi, quand je lui ai demandé comment procéder. Tu as donc participé toi-aussi à ma décision 😉

    Sur le réseau : il en existe un dans mon domaine, en effet, Mediachroniques, où l’on retrouve le “gratin” de la réflexion en ligne sur les médias (Pisani, Parody, Couve, Mignon…). Il est récent, et je n’y suis pas assez actif. Mais je vais me recentrer 🙂

  19. @ François

    Tu me pousses dans mes retranchements ! 😉

    Ma démarche consiste surtout à colmater des brèches… Wikio et Google étaient les plus évidentes et la solution était à portée de main.

    – un lien depuis un grand médias, ou depuis un blog “décalé” par rapport au mien : ça fait un peu partie du jeu. Je ne veux tout de même pas m’enfermer !

    Chacun doit pouvoir rester libre de lier qui il veut, selon ses propres critères. Sinon, il n’y a plus de web. Ça peut être source d’embêtements, certes. Mais je crois que je vais devoir faire avec… Et puis je dois avoir tout de même un petit peu de capacité d’intervention dans ce domaine : la nature des contenus et la manière dont ils sont formulés a tout de même un rapport avec sa capacité à être lié et le genre de personnes qui sont susceptibles de lier. A moi d’y penser en rédigeant…

    Et puis il y a des possibilités pour “neutraliser”, partiellement ou totalement, ce genre de liens pollueurs. 😉 j’ai déjà dû y avoir recours, après avoir été lié par un site raciste à fort trafic !

    – le dernier point est le plus difficile, car ma réflexion est inachevée dans ce domaine.

    Je n’ai pas répondu jusqu’à maintenant aux demandes des médias, ou de participation à des débats publics (j’en ai eu peu), en réagissant au coup par coup. Si Le Monde me fait une proposition de ce genre, j’aurais du mal à résister ! :-)) Mais je suis un peu pris au piège de mon choix d’anonymat…

    Et puis, je suis aussi très réticent dans mes contacts avec les médias, car je suis très méfiant (l’expérience aidant, et la connaissance vu de l’intérieur de “l’autre côté” du miroir) sur la manière dont ils restituent et utilisent la parole “recueillie”, comme on dit. Récente mésaventure, hier de Versac avec les Observeurs, par exemple !

    J’avais commencé à réfléchir, après une proposition d’une radio, à une formule nouvelle, passant par le web, mais j’ai laissé tomber pour d’autres raisons. La formule de tchat avec les lecteurs, ou celles d’interview par échange de mail, me conviennent si je conserve la maîtrise de mon expression et sa restitution. Si j’ai un doute, ou pas suffisamment de garanties, je laisse tomber.

    Sur le but de ce blog. Je l’ai déjà écrit quelque part : à la fois un laboratoire, le point de convergence d’un réseau en ligne, et une tribune. Pour le moment, je tiens l’équilibre. Les expériences Versac ou Cavazza m’indiquent les risques à trop sortir du “territoire” blogs pour aller vers les médias d’un côté (Versac) ou pour aller vers “l’audience Web 2.0” (Wikio, Google) comme Cavazza… Je reste donc prudent, et je continue à réfléchir. 😉

  20. Méfiance Pierre…

    Si des blogueurs zinfluents viennent mettre des liens avec vos billets, vous allez tomber dans le trou ! :-))

  21. Bonjour,

    intéressante démarche. je comprends bien pour le classement wikio (même si, venant d’arriver en place 93 en catégorie politique, ça ne m’a apporté que deux ou trois mails me proposant de faire de la pub pour un festival ou un autre blog).

    pour l’indexation google, c’est peut-être plus dommage, surtout si tu tiens à valoriser tes fiches de lecture. pour adorer cet exercice, je constate que mes fiches de lecture, qui me prennent facilement deux à quatre fois plus de temps qu’un billet normal, ne sont que très rarement commentées.

    Il n’empêche que mes stats m’indiquent que sur les dix billets les plus visités le mois dernier (over blog n’offre des stats qu’au mois le mois, c’est assez nul), cinq sont des fiches de lecture. Je suis un peu déçu qu’elles attirent aussi peu de commentaires mais si elles incitent à lire après tout, tant mieux. il y a même quelqu’un qui a mis ma fiche sur “La mort est mon métier” en lien sur wikipédia.

    j’aime bien, pour compenser “l’effet google”, l’idée de la page d’accueil (landing page).

    (et, oui, j’ai découvert Novövision non par google mais par les liens d’embruns !)

    (et, pour pouvoir faire un smiley ici même (j’adore le nez rouge), j’ai tapé “smiley novövision” sur google. comme dirait clooney “what else ?”)

    :o)

  22. mmmh… Mouais.

    Je trouve quand même ça triste. D’abord parce que sur Wikio, qui ressemble un peu à un Digg francophone, les gens peuvent s’abonner à des flux en fonction de tags… Or vos articles vont manquer (si si – je suis pas d’accord avec vous mais ça va manquer) dans les tags “journalisme” par exemple… Vous pouvez dire tout ce que tu veux, ils vont manquer, point.

    Ensuite, moi, mon mot clé star c’est “pavé de veau aux cêpes”… Ouais, ben ça me fait délirer qu’on vienne sur mes pages avec un tel mot clé et peut-être que pour 1% de ses visites, ce sont des lecteurs intéressés par mes thématiques… Google, c’est quand même une opportunité d’ouverture.

    Bon, moi à mon avis là, les Narvic, les Versac, et les Cavazza, vous nous faites un coup de calcaire estival. Vous semblez mal accepter la notion d’audience, heureux que vous étiez dans une blogosphère biberonnée et bien fréquentée…

    A mon avis, je l’espère, vous allez changer et re-venir sur le devant de la scène. Dites vous que la scène est plus grande et qu’il y aura plus de monde, c’est tout…

    Groumpf.

  23. “Sur le but de ce blog. Je l’ai déjà écrit quelque part : à la fois un laboratoire, le point de convergence d’un réseau en ligne, et une tribune. Pour le moment, je tiens l’équilibre.” (narvic, 24)

    Que vous dites !

    Je me faisais la remarque la semaine dernière : novovision n’est pas un blog, c’est un portail.

    Pas un blog

    Sur la forme : la page d’accueil typique d’un blog est à 99,9% une liste de billet en ordre antéchronologique. Si catégorie et étiquettes il y a, ces dernières ne sont que d’un usage second.
    D’ailleurs, le choix de spip qui est un outil de gestion de contenu et pas un moteur de blog (malgré le gabarit Spipclear) est sur ce point assez révélateur.

    Pourquoi un portail alors ?

    Si l’on reconsidère le contenu du site en dehors du prisme blog, que voit-on ?
    Des ressources (fiches de lectures), des liens remis en perspective (revue web), des analyses.

    En un mot comme en cent, c’est tout une porte d’entrée synthétique de toute la thématique journalistique offerte au lecteur, un agrégateur humain, quoi !

    De là le risque d’une perte de qualité du lectorat (conséquence de la massification) plus importante que sur un blog standard (si tant est qu’il en existe un).

    Exemples :
    – un lecteur qui n’accroche pas au style ou au caractère d’embruns ne restera pas.
    – l’inverse est absolument faux pour Eolas qui est un portail du droit même s’il est beaucoup plus teinté blog.

    Ma conclusion reste la même : vous devriez laisser indexable les contenus les plus technique qui, par capillarité vous ramèneront un lectorat qualifié

    NB : Et je me méfierais d’Agoravox, ils ont quelques commentateurs corsés ; j’ai notamment un souvenir affreux de Demian West… :p

  24. Je suis tombé sur ce lien
    et je me suis dit que ce ‘talk’ peut vous intéresser dans votre réflexion sur le rapport blog/journalisme et sur la révolution qu’Internet amène dans les médias.

    PS. Désolé du fait que ce commentaire ne soit pas dans la discussion de ce billet, mais je ne savais pas où le poster.

  25. Mais Pierre, on se comprend pas : je n’ai pas l’intention de quitter le devant de la scène.

    Il s’agit juste de reprendre le contrôle des choses, en faisant un peu de ménage. 🙂

    Le but est de faire le tri parmi les “visiteurs” entre les vrais lecteurs et les “erreurs de parcours”. (c’est “tout bénef” pour tout le monde 🙂 )

    Et de prouver (enfin c’est le but) que ces “outils 2.0” n’apportent rien à un projet comme le mien, et lui nuisent plutôt.

    Y a un petit côté militant, aussi, c’est vrai. La course à l’audience qui sévit ailleurs est une course à l’audience volatile, futile, bref, une audience de m… Moi, j’essaie de mener une autre course : celle de l’audience qualifiée. On verra bien si je me plante. Mais je vous assure que je suis aussi sérieux et réfléchi dans ma démarche que Fred Cavazza ou Versac dans la leur, et que ce n’est que l’aboutissement de quelque chose qui mûrit depuis longtemps…

  26. J’aime (et retiens) l’idée de revenir à une navigation non balisée, non mesurée, non qualifiée et orientée par des acteurs économiques.

    Mais pour mon blog (ré-ouvert depuis peu, je suis un ex-shadow blogger donc), c’est un peu plus compliqué, je blogue sous mon identité et donc en tant qu’acteur économique (j’ai beaucoup de requêtes sur mon nom-prénom, sans doute des clients/prospects/étudiants).
    Je suis fait comme un rat. %-/

    @ Al Katib :
    J’avais utilisé “un web invisible”, effectivement, en faisant un léger abus de langage. Et ça ne fait pas de mal que rappeler le contenu historique de certains termes. 🙂

  27. Narvic : tu réponds parfaitement à ms questions.

    Je crois que la question, globalement, est moins de savoir quel trafic une opportunité de visibilité peut apporter, mais :
    – quelle est sa pertinence et sa cohérence par rapport à sa ligne rédactionnelle, son message
    – quel niveau de maîtrise on estime avoir sur la restitution de ses propos

    Il faut se sentir à sa place. La pollution, elle arrive quand on n’est pas à sa place.

  28. Et en plus, Geabulek, j’ai un peu “re-bloguisé” la page d’accueil récemment : auparavant les “rubriques” avaient une zone et un rythme d’affichage spécifique (3 dernières “notes de lecture”, à variation lente, 2 deux derniers “Salons”, à rythme plus rapide, intégrale des cinq dernier “Revue web”). J’ai beaucoup simplifié !

    Et je n’ai toujours pas aboutit ma réflexion sur la suppression pure et simple de la page d’accueil ! Là j’hésite encore.

    Le web 2.0 pousse à transformer les sites en simples bases de données, diffusant à l’unité des billets par flux RSS et par référencement sur moteur de recherche. Cette logique me gêne, car les moteurs de recherche sont en réalité très peu efficaces. Il brasse une proportion énorme de vent (90 ou 99% ?).

    Ça m’amène à laisser cette piste en suspens pour le moment. Et à me recentrer sur une logique plus “site”, en effet.

    L’avantage, qui m’échappait un peu en réalité, c’est celui de la conversation ! Pour que la conversation se développe, le site doit rester “identifié”, de manière à ce que le lecteur sache à qui il s’adresse. Sinon il parle dans le vide. (donc souvent, il s’abstient)

    Enfin, ce qui maintient tout de même novövision “du côté blog” plutôt que le portail, ce que ça reste une vision personnelle (même si elle est polyvalente. Un jour je me suis fait traiter d'”hybride polyvalent”, en raison de mon profil professionnel !)

    C’est une vision finalement très “journalistique” que d’appréhender la réalité de manière “cubiste”, par l’accumulation d’angle d’approche variés, ce qui n’est pas du tout l’approche académique 🙂

    Et puis, vous avez remarqué, j’ai décidé d’accorder plus de place aux commentaires… C’est très blog aussi, ça. Non ? :o)

  29. Vous couper des répercuteurs comme Wikio et refuser de jouer le jeu de la notoriété artificielle est une chose, interdire les moteurs de recherche en est une autre qui pénalise une part (infime certes) de votre lectorat potentiel.

    Vous devriez laisser faire la nature du Web et accepter que certains lecteurs arrivent chez vous au hasard d’une requête maladroite : certains de ces égarés reviendront et prendront leurs habitudes chez vous.

    Vous limiter aux liens posés volontairement par d’autres sur d’autres sites, c’est ni plus ni moins qu’une forme d’élitisme.
    Laissez donc au badaud la chance de vous découvrir.

    Mais si vous tenez vraiment à vous couper des moteurs, vous aurez à coeur de ne pas vous contenter de balises d’exclusion : demandez le retrait des pages déjà indexées. C’est une mesure radicale dont un site ne revient pas.

  30. google vs liens… je viens de me rendre compte que j’avais déjà mis de côté un article de novövision, pour une utilisation professionnelle (l’hyperlocal expérimente en ligne).

    je ne sais plus quelle était la requête qui m’y avait conduit…

    bref. ç’aurait été une perte de ne pas tomber dessus, et je pense que c’était une visite qualifiée (ayant un rapport avec la thématique générale du blog et encore plus avec le sujet du billet).

  31. Samantdi : Google agrégeait des termes sans rapport les uns avec les autres mais dont la collusion faisait froit dans le dos, genre « je rêve… de…. la grosse….. queue… de mes élèves » alors que JAMAIS Garf n’avait écrit cette phrase,

    Sur le fond, c’est exact ou à peu près, mais cela demande beaucoup de sérieux correctifs. Un article de Libé en ligne (et rien d’autre publiquement) avait mis en avant les propos dits pornographiques de Garfieldd. Je m’en étais indigné et j’avais été relayé par Dangereuse Triligue car il s’agissait des “requêtes Google à la con” que l’on trouvait en fin de billet et qui étaient attribuées alors par le journaliste aux prétendus lecteurs et commentateurs de Garfieldd. Le texte outrageant de Libé a été retiré dans la nuit même. La presse a fait part ailleurs de contenus pornographiques, mais sans jamais citer ce genre de texte et on ne connaît pas le dossier à propos de sa révocation (Garfieldd n’a parlé que de quelques photos de slips masculins ou naturistes). Les gentils collègues qui ont dénoncé Garfieldd auprès du rectorat ne sont pas tombés sur lui en faisant ce genre de recherche de mots vicieux, mais tout bêtement parce qu’un commentateur a écrit le nom de la ville où Garfieldd était proviseur et qu’il n’a pas pensé à supprimer ce mot. Il suffisait simplement de chercher proviseur et nom de ville. Bref, il y a aussi une autre histoire.

  32. Dominique, “on” ne connaît pas le dossier à propos de sa révocation : l’accusation de pornographie est celle qui avait été retenue par la commission. Si en effet, l’affaire a démarré sur une dénonciation, ce n’est pas elle qui a débouché sur la révocation mais l’enquête
    diligentée par le Rectorat et les conclusions d’une commission mixte paritaire.

    Je renvoie les lecteurs que cette affaire intéresserait au billet de Maître Eolas :
    http://www.maitre-eolas.fr/2006/01/18/272-lettre-a-gilles.

  33. Samantdi, je ne dis pas que les “requêtes Google à la con” ne faisaient pas partie du dossier, je n’en sais rien, je sais qu’elles ne se sont retrouvées citées que dans un seul article de journal en ligne, durant moins de douze heures, et ce ne sont pas elles qui ont amené de sympathiques collègues à dénoncer Garfieldd, car ils sont arrivés par un autre chemin. Selon Garfieldd, il n’y avait que six feuilles A4 tirées de son blogue comme chef d’accusation et c’était surtout des photos (dont certaines dignes du catalogue de La Redoute) . Je pense qu’il ne faut pas tout mélanger : c’est vrai que l’on peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui à partir d’un moteur de recherche et j’ai aussi des requêtes absurdes, mais ce n’est pas ce genre de phrase qui a conduit nos très gentils collègues et le fort agréble rectorat de Montpellier à le désigner comme un pornographe notoire ou à savoir qu’il était proviseur quelque part dans le Massif Central. Cela s’est juste ajouté aux éléments plus identifiants et si cela a joué un rôle dans la décision administrative, c’est alors dans le silence du cabinet du recteur mais qui n’a pas produit ces phrases devant la commission paritaire (puisqu’une accusation sur ce type de requête ne tient pas la route).

  34. bonjour,

    je suis tombe sur ce blog en exactement 3 clics ….

    WEB profond .. suis profond .. je ne sais .

    de mon cote , ce jour , suis oblige de faire construire ma machine a ecrire … car la machine n existe pas encore ..
    javascrip , vu d un systeme de syndication et hyperliens sous forme graphique ( en en javascript … pour etre libre et ouvert )

    google nous prend pour des cons …
    mais bon c est normal .. la tele a fait cela il y a 20 ans …merci la gauche … et jack lang et ces copains ..qui avait dejas 10 ans de retard ….

    j espere que microsoft comprendra asse vite qu il doit se lancer dans le peer to peer .. si il ne veut pas mourir d ici 5 ans …

    depuis bientot 10 ans je ne trouve pas d informations hors de ce web profond …
    faisons une recherche sur google et une recherche par hyperlien communautaires ….. et bien … le resultat est clair …. les hyperliens donnent des resultats extremement precis et grande qualite.

    Alors soyons realiste .. faire de l argent sur le web est une escroquerie ou bien un leurre .. que certains ont payes et/ou payeront.

    ce qui est mis en hyperlien est gratuit
    celui qui en fera un service ou une production le sera aussi .
    lorsqu il y aura travail .. il y aura argent .

    toutes ces pubs , ces tarifs au clic etc… sont des arnaques de premiers ordre.

    google serait une societe qui concentre les hubs , aurait des contrats avec des publicitaires , nos bon vieux capitalistes auraient le tube et le sans fil ..
    il me semble que tout ceci est une belle fumisterie …qui ne durera que 3 a 5 ans peut etre encore peut etre moins …. ( car qui paye tout ceci car c est jolie le fric en bourse … amis c est du vent ).
    Pour en revenir au blog .. celui ci que je ne connais pas , je trouve qu il faudrait relever le debat en discutant de ce que le web est …. et de ce qu il peut faire et ne peus faire .
    je trouve que peu de gens connaissent la technologie qui est utilise , comme pour les voitures …
    et dans le meme temps de parler et de s eduquer .

    le mot amateur …. ( j adore le TLF un dictionnaire fantastique mis en ligne il y a si longtemsp dejas …..http://atilf.atilf.fr/)

    amateur ce jour en france est connote d amateurisme .. dans le parle quotidien , tout simplement car les professionnels sont arrives …

    ce mettre a distance de google est louable et sympa
    mais toutefois il y faudra y laisser votre ego .. le 20 e siecle est termine et la revolution psychanalitique est passe par la.

    je m etonne enfin sur un point …

    Pourquoi les blogs .. ne sont pas de fait le google news , le google searchs , et autre ligne de codes gratuites ( pas plus de 500 000 ) pour chacun de leur services …… ( et je ne sui pas un gourou de la ligne de code )
    si quelqu un a le chiffre …. je ne le connais pas

    car il faut etre realiste le cervage existe, et il faut faire deuil de son histoire souvent ou bien recevoir les foudres de ces encetres et de ces maitres ………..pour rejoindre le web profond qui est a quelques centimetres de faits .. ou nanosecondes .

    bonne journee

  35. @ personne

    Je ne saurais que trop vous conseiller de commencer par lire ce qu’il y a sur ce blog (que vous reconnaissez ne pas connaître), avant de poster un long commentaire assez obscur, qui tombe du coup malheureusement bien loin de la conversation engagée ici.

    Merci.

Comments are closed.