sur le web

Mediapart : si le site saute, c’est bon signe

C’est Edwy Plenel qui le dit aujourd’hui sur Libération.fr : «La Netscouade m’a dit un truc terrorisant pour un journaliste, remarque Edwy Plenel. Si le site saute, c’est bon signe.»

On verra bien demain, dimanche 16 mars, à 13 heures, avec le lancement officiel du projet de journal en ligne Mediapart.

Ensuite ?

“Trois éditions quotidiennes sont prévues (à 9 heures, à 13 heures et à 19 heures)”, lit-on sur Libé.

Un système de gestion des commentaires innovants, promet François Bonnet, sur le pré-site de Mediapart :

(noir)Chaque article, chaque contribution pourra donner lieu à commentaire. Les commentaires ne seront pas enfouis en fin d’article, en une longue traîne chronologique, mais accessibles par un onglet, laissant plus facilement le choix à chacun de lire ou de ne pas lire. Et puis pour mieux organiser les dialogues, les réponses à l’un d’eux et les réponses aux réponses seront regroupées, mieux ordonnées.

(/noir)

Un développement important des espaces participatifs ouverts aux lecteurs-abonnés, ajoute François Bonnet :

(noir)Dans notre site où le participatif est au cœur du dispositif, nos abonnés pourront faire bien plus que commenter. Chacun, comme les membres de l’équipe Mediapart, disposera d’un espace personnel où seront proposés plusieurs fonctions rédactionnelles et plusieurs systèmes d’échange et de message avec les autres membres du Club. C’est là que seront créées les contributions personnelles les plus diverses et sur des formats multiples : possibilité de mettre, outre des textes, du son, des images, des photos.

(/noir)

On regarde ça en détail dès demain. D’autant que l’accès au site sera gratuit “pendant trois jours” , selon Libé.