sur le web

Mallarmé, combien de backlinks ?

Le grand bazar foutu méthodiquement (et je sens même poindre chez lui une certaine jubilation) par Jean Véronis dans le classement Wikio des blogs prétendus zinfluents provoque une véritable tempête dans un verre d’eau ces jours-ci, qui me fait sortir de ma propre torpeur bloguesque.

Je ne parle plus guère ici du machin depuis que j’ai décidé d’en sortir, si ce n’est pour regretter son effet toxique sur le fragile écosystème de la blogalaxie. Je fais aujourd’hui une exception…

Le machin se fait plus discret aujourd’hui sur ce thème, mais on se souvient qu’il s’était prétendu capable – dans sa phase d’autopromotion – de proclamer qui était – et qui n’était pas – un blog zinfluent. Après avoir bien profité de la supercherie sans s’en plaindre sur le fond, les blogs de gadgets de garçons sont donc aujourd’hui sérieusement talonnés par les blogs de fanfreluches de filles. Ça les surprend, ça les agace, ou même ça les déprime. Heureusement d’autres sont meilleurs joueurs, et savent prendre un peu de recul.

A part la remarque d’Olivier Bonnet, toujours utile à rappeler, qui souligne que ce classement ne tient compte que des backlinks et pas de l’audience (ce qui illustre l’une de ses limites fondamentales (Et encore la question de l’audience versus le nombre réel de lecteurs mérite-t-elle à elle seule un véritable débat…) ), je n’ai à vrai dire – pour le moment – lu que deux choses vraiment intéressantes à ce sujet :

• Eric Mainville, sur Crise dans les Médias, remarque que “Wikio aime les blogs de M. et Mme tout le monde” et il s’interroge en commentaire sur la question, qui est – à mes yeux – la seule vraiment digne d’intérêt dans ce débat : Stéphane Mallarmé, combien de backlinks ? (Pour ceux qui préfèrent les gadgets et les fanfreluches, ce qui est bien leur droit: Stéphane Mallarmé est ce poète français franchement génial, mais totalement hermétique, qui a écrit : “La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres.”. Il est considéré par un tout petit nombre de spécialistes et de passionnés de littérature comme l’un des maîtres absolus de la poésie, mais il reste parfaitement ignoré du grand public, qui ne trouve pas le moindre intérêt à son oeuvre pourtant immense… mais totalement hermétique. B-)) Après, on reparlera d’influence

• Martine Silber de son côté fait aussi une remarque très intéressante, que feraient bien de lire nos garçons férus de gadgets : “Quand les blogs remplacent la presse disparue”. Si les blogs de tricot prospèrent à ce point (ce que Wikio ne fait finalement qu’entériner), c’est peut-être qu’ils occupent un espace qui intéresse bien des lectrices… et que la presse écrite a déserté. Après, on reparlera de pertinence

J’ajouterai une remarque personnelle, puisque ça me démange : je veux bien admettre – à la rigueur – l’intérêt des classements thématiques de Wikio, si l’on multiplie par deux, trois ou dix le nombre de catégories, et que les classements ne tiennent comptent que des backlinks internes à chacune des catégories de blogs. On saura ainsi à quel blog de fanfreluche ou de gadget, mais aussi de cinéma, de politique, etc. se réfèrent les autres blogs de fanfreluche ou de gadget, mais aussi de cinéma, de politique, etc. Ce qui a un certain sens à mon avis.

Un classement général me semble en revanche fondamentalement absurde. J’ose une comparaison : les classements des meilleurs ouvriers de France. Ça a un sens de classer les boulangers par rapport aux autres boulangers et les cuisiniers par rapport aux autres cuisiniers. Mais quel sens pourrait avoir un classement qui dirait qu’untel est meilleur boulanger que tel autre est meilleur cuisinier ? Une pomme peut-elle être une meilleure pomme qu’une poire serait une meilleure poire ? Ça n’a proprement aucun sens. C’est pourtant ça le classement général Wikio, une pure absurdité. (Et je m’étonne encore qu’un scientifique avisé comme Jean Véronis n’ait toujours pas proposé de purement et simplement le supprimer au profit de la multiplication des catégories… 😉)

Le monde des blogs est caractérisé par sa profonde diversité. Toute tentative de le ramener à un étalon unique est non seulement absurde et vaine, mais elle lui est aussi toxique.

—-

Complément (samedi) :

Fred (Fredzone) avait déjà fait la même suggestion que moi : supprimer le classement général de Wikio.

Roger (Cocktail de Web News) propose une anthologie de ce qu’on en dit dans les blogs…

C’est tout de même un peu étonnant ce que ce machin peut faire causer…

—-

Complément (lundi) :

Lire aussi cette très intéressante réflexion et remise en perspective :

Olivier Le Deuff (Le Guide des égarés) : “Classement wikio : quand il n’y a que la maille qui m’aille”.

• Sur ces blogs de filles qui “scandalisent” tant les garçons ( 😛 ) :

(noir)Il est intéressant de voir que ces blogs mêlent diverses qualités qui démontrent que ces blogueuses ont une culture parfois supérieure à certains blogueurs masculins.

(noir)Elles s’expriment aussi bien voire mieux. Elle décrivent leurs activités, partagent photos et s’échangent fréquemment des patrons parfois complexes sur certains sites notamment anglosaxons, voire asiatiques.

(noir)Nous sommes clairement dans ce que Simondon nomme la culture technique. En effet, ces blogueuses n’en restent pas au simple usage, elles créent et ne se contentent pas toujours de refaire à l’identique mais innovent aussi. Une culture pas si éloignée de la culture hacker d’ailleurs.

(noir) (…) La même démarche se rencontre en cuisine et dans d’autres arts qui sont loin d’être mineurs et qui dépassent la kyrielle de blogs “techno” et pseudo branchés qui ne sont que le reflet de simples usages irréfléchis et de pression de la consommation.

(/noir)

• Sur le classement Wikio, fondamentalement basé sur la popularité, ignorant la notion de pertinence (vous savez ? Mallarmé… :o) ) :

(noir)Sur wikio, le lien fait par un éminent chercheur à moins de valeur que celui d’un blogueur professionnel. C’est Mallarmé qu’on ignore au profit de Johnny.

(noir)C’est le triomphe de la doxa. Le classement wikio est donc pertinent au sens sociologique pour connaitre ce qui est populaire et non pour décider de ce qui a de la valeur.

(/noir)

Lire la suite…

15 Comments

  1. Toxique: lu un post outragé ce matin proposant de faire la distinction entre blogs amateurs (fanfreluches) et professionnels (gadgets, politique, etc). Vaux mieux en rire mais c’est inquiétant. Pourquoi pas un conseil de l’ordre?

  2. suis-je vraiment le seul pour qui ces classements ne donnent qu’une envie: foutre le bordel dedans

    le fait que l’idée traverse si rarement l’esprit des blogueurs révèle peut etre, malheureusement, la seule leçon que l’on peut en tirer: les blogueurs aiment les classements, les blogueurs bloguent trop souvent pour y trouver un débouché à leur ego, les blogueurs en mal de reconnaissance se ruent vers les miroirs aux alouettes

    si je n’avais la flemme, je créerais un groupe de pourrisseurs de classement: ce groupe choisirait au hasard (un vrai hasard random et tout) 10 blogs à faire monter, et ensuite, passez vous le mot, tout le monde linke, puis les mois d’après on recommence, pas avec les mêmes…

    ça donnerait plus d’originalité au net, plutot que de singer les phénomènes sociaux bien connus irl

  3. Sur la fatuité du classement wikio (ou autres blogonets), il faut reprendre l’excellent billet de Lâm concernant l’absence des skyblogs de ces classements, alors que leurs audiences – visiblement fidèle – ferait palir d’envie le plus “populaire” d’entre nous.

  4. Juste une chose, je viens de lire en entier (pfiou!) l’article sur Nowhere Esle et mon dieu quel horreur. Des gens comme ça existe ? Quel triste personnage. Le monsieur n’est pas content que ces articles copie conforme de tout blog “geek” (entre guillemets hein) se voient bouté en touche par des gens qui, malgré leur méconnaissance des techniques web actuelles, arrivent à engendrer plus de trafic grâce à leur seul talent d’écriture ou, pour éviter tout conflit, leur manière de toucher plus de personnes que lui. Permettez moi du peu, j’écris peut être un peu sous la colère mais ce monsieur est fort minable et doit avoir un ego démesuré. Et ce n’est pas son petit speech en préambule qui fera illusion. Je trouve ça franchement triste, malheureusement il ne semble pas avoir assez de courage ou de conviction et d’honnêteté avec lui même pour vous suivre mon cher Narvic. On ne sait jamais, quelques fieffés crétins seraient assez stupides pour cliquer sur son lien mis à mal dans les profondeur d’un classement qui semble lui tenir si à coeur (malgré son blabla vide de sens). Si c’est ça être PRO BLOGEUR (je ne savais même pas que cela existait), et bien on lui laisse à lui et son melon proche de l’explosion. Merci pour ce billet, une fois de plus j’ai bien ris, et une fois de plus j’en conclu la même chose qu’il y’a déjà quelques temps, quel triste “blogosphere”. RI-DI-CULE ahah.

  5. @ Eric (#1)

    Bien vu 😉

    @ Martine

    Un conseil de l’ordre ? C’est ce qu’il pensait peut-être avoir avec ce classement Wikio qui lui était si favorable avant d’être envahi par les fanfreluches. 🙂

    @ Martin

    Si tu t’y colles, j’adhère au groupe de pourrisseurs de classement. Même si je dois me faire référencer à nouveau par Wikio pour le pourrir de l’intérieur. :-))

    @ Ydikoi

    Le post de Lâm est en effet très bien vu : je lis fort peu les skyblogs (mais j’y plonge quand même de temps en temps), et c’est dommage car le phénomène est très intéressant. Comme Lâm le suggère : il y a dans les Skyblogs un aspect laboratoire des pratiques de demain par la jeune génération qui est totalement sous-estimé.

    @ Keufran

    J’ai voulu être charitable avec Stagueve, alors je n’ai pas ajouté de commentaire. Il s’enfonce bien tout seul… 😉

    @ #6

    L’observation des backlinks reste très intéressante, c’est tout de même le carburant de la blogosphère. C’est utiliser cette donnée pour faire des classements qui est stupide, à mon avis.

  6. En même temps, les consommateurs (les “gens”, les “citoyens”, appelez-les comme vous voulez, l’important c’est qu’ils viennent) sont grégaires (c’est des trouillards, la foule les rassure) et ils ont besoin de repères pour tout, d’un bout de leur vie à l’autre.

    Ajoutez à cela l’esprit de compétition (“se débrouiller pour répandre ses gènes le plus joyeusement possible”) et on comprend que les classements sont non seulement utiles mais indispensables.

    Et vous savez quoi ? Peu importe sur quels critères ils sont fondés, les classements. Et tant mieux si on peut discuter de la pertinence des choix, ça alimente la machine à parlottes … et s’il en résulte un changement, ce sera toujours un classement.

    Tiens, ça me fait penser à la “méritocratie républicaine”, ahah 🙂

    SEO berSZerkers

  7. @narvic Billet très intelligent, comme toujours 🙂 Je te rejoins complètement sur le classement général (les carottes et les navets), et la nécessité d’ajouter de nombreuses catégories !

  8. (disclosure) Le début de ce commentaire reprend des parties d’un commentaire posté chez Olivier Le Deuff(/disclosure)

    Ce que révèle Wikio dans son dernier classement, c’est l’existence d’un continent tout entier qui s’est construit en parallèle de la blogosphère dite influente, ce petit-monde de technophiles, de communiquants, de journalistes et de politiques qui depuis quelques années pensait être LE web et en incarner sa seule influence. Hors il n’existe pas un seul web tout comme il n’existe pas une seule influence. Le web, comme le tricot, est réticulé, en réseau, distribué selon ses communautés affinitaires. L’influence n’existe qu’au sein de ces multiples communautés mais n’existe pas sur “le web” qui est un non-lieu.

    De plus poser une mesure de l’influence qui soit trans-communautaire tend à imposer un étalon surplombant à toute pratique éditoriale sur les blogs. Hors les pratiques éditoriales sont variées et l’économie du lien hypertexte varie selon les normes et conventions à l’oeuvre au sein de chaque communauté. Pour donner un exemple concret, nous pouvons remarquer que certaines communautés sont quasi boulimiques dans leur production de liens, ceci dans un but commun de maximiser leur visibilité (freemen) alors que d’autres lient avec mesure et ne dispensent de leur pouvoir prescriptif qu’avec économie. La pratique est différente, et en aucun cas les premiers devraient être évalués comme supérieurs aux seconds …

  9. Bien vu, Guilhem. Une autre différence de pratique étonnante. Les “geeks” linkent principalement des billets (donc des infos précises), les “tricoteuses” principalement des “home pages” (donc des gens)…

    Ca en dit long là aussi sur les pratiques, les différences de réseaux.

  10. @ Tous (les commentateurs qui suivent ce fil par mail) :

    J’avais rajouté tantôt, en complément de ce billet, un lien (et des extraits) vers le billet d’Olivier Le Deuff que cite Guilhem, et qui est en effet passionnant. Et le commentaire de Guilhem aussi. 😉

    @ Jean Véronis

    Tu as encore en besaces combien d’autres continents inconnus – de nous – de la blogalaxie que te révèlent tes outils mystérieux ? 🙂

  11. Eh bien, honnêtement je ne sais pas. C’est vraiment comme Christophe Colomb. On part pour un continent et on en découvre un autre…

  12. Vous ne pouviez certes pas faire le tour de la blogosphère ayant parlé de la chose, mais vous mentionnez bel et bien les “zinfluentrucs” et pas les “petits”. Est-ce symptomatique ?

    La refonte par Jean Véronis n’est pas si mauvaise que ça dans le sens où elle fait moins la part belle aux auto-proclamés.

    Ceux qui dénigre tant Wikio – d’où j’ai disparu – : quelle est leus place dans Google ; pas forcément en PR ; mais sur une recherche ?

  13. Il est évidemment possible (et permis) d’envisager le positionnement de ses productions en utilisant peu ou prou les différents outils de promotion qui eux-mêmes ont besoin de se mettre en valeur.

    Comme tous les winners, Wikio agace et malgré son âge il continue à susciter des questionnements (comme dans ce fil : Le cas Wikio: Comment Wikio parvient-il à se référencer aussi bien ? – monsieur Véronis pourrait faire le déplacement pour éclairer les lanternes).

    Ce qui signifie qu’il est bien vivant.

Comments are closed.