Blogueurs invités

Ma vie, mon oeuvre

Seconde contribution d’e-Cedric, qui dispose désormais lui aussi sur novövision de son espace perso en tant que “blogueur invité”.
—-

(modèles économiques inside, ou pas)

Une phrase inoffensive a priori, laissée par Cédric ChouingMédia Motte sur Contre-feux, à propos de la valeur d’usage créée par le journaliste, est à l’origine de ce billet.
“Pendant longtemps cette valeur a été purement géographique et temporelle.”

Exact. Et pour moi, il s’agit de quoi, plus précisément ?

J’ai longtemps lu des journaux. Pour satisfaire mon besoin d’être avec et dans le monde.
Ce besoin est fonction de mon éloignement perçu et supposé, des distances à parcourir, franchir, en effet géographiques et temporelles, mais aussi sociales, culturelles, etc.
Un “enclavement vécu”.(Par hasard Cédric Motte est venu titiller cette notion d’enclavement vécu, sur laquelle je travaille actuellement, dans un cadre qui n’a rien à voir.)

Je ne lisais jamais les journaux en entier, esclave de ce désir d’échapper à mon sentiment plus ou moins conscient et exact d’isolement.
Rapidement d’ailleurs, je trouvais un peu stupide de devoir acheter plusieurs journaux pour satisfaire ce besoin. Quand, de plus, je devais endurer une info augmentée d’une ligne éditoriale éditorialisée, voire bidonnée, je me suis mis à ne plus rien acheter du tout : la satisfaction de mon besoin s’accommode mal de la recherche exagérée, chez l’autre, de la satisfaction du sien.

Car avec Internet, les blogs notamment, mes besoins de reliance, parfois de rassurance, se sont trouvés beaucoup plus satisfaits : je lis, écris, agrège, discute, apprends, change d’avis, désagrège, désapprends, me laisse surprendre, m’agace, glousse, éprouve mes préjugés ; ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux, ou quelque chose dans le genre. Gratuitement par défaut.

Ma réalité, à moi. Ma vie. Mon œuvre.

Sauf que. Comment être certain que ce monde reconstitué n’est pas totale fiction, m’éloignant trop des autres, m’en rapprochant trop ? La flippe (ou pas).

Alors amis journalistes, désenclavez-moi. Désenclavez-moi.
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite.
Sachez m’accompagner.

Car vous n’en savez pas plus que moi sur la marche du monde et l’endroit où je suis.

Ce que je veux finalement est très simple : me passer de vous, c’est-à-dire faire l’économie de vos besoins, qui me parasitent. Mais pour ça j’ai besoin de vous.

Demandez-moi à quelles distances des autres je pense et souhaite me tenir, puis proposez-moi du contenu approprié, et alors faisons vivre ensemble, par itérations, ces distances enclavantes ou supposées comme telles, en fonction de mes besoins, de ma vie qui passe, de la marche des mondes.
Je serai prêt à payer pour ça. Pour de vrai. Pour rien d’autre.

Dans le vilain facebook, on trouve une console de mixage permettant de doser les types de contenu ami que je souhaite privilégier. Riche idée.

J’adorerais un site média me proposant explicitement ou symboliquement une telle console de mixage, permettant de régler le volume de différentes voies (voix de journalistes, bloggers, commentateurs ? texte/vidéo/photo/bookmarks ?), les aigus/graves (institutions vs déviants ?), la balance (gauche/droite ?), d’insérer des effets sur chacune des voies et/ou le mix final (plus de réverbération = plus de liens ? plus de saturation = plus d’éditorialisation ? plus de phaser = moins d’instantanéité ? …).

J’attends. 🙂

12 Comments

  1. “Comment être certain que ce monde reconstitué n’est pas totale fiction,”

    Voilà le malentendu fondamental. Notre monde reconstitué est FORCÉMENT total fiction. Il n’y a nul part un VRAI monde. Tout est illusion.

    Relire à ce sujet, “le monde comme volonté et comme représentation” de Schopenhauer.

  2. Bonjour la Mouche.

    Oui, en effet. J’ai beaucoup hésité sur ce passage, central, et hop, le premier commentaire s’y réfère. C’est limite vachard de citer cette phrase en enlevant ce que j’ai mis après. 😉

    Mon tout n’étant qu’illusion, l’idée que je développe est de tenter de la circonscrire du mieux possible. Mais c’est d’abord un trip personnel, une autre illusion. Voire une névrose.

    Et vous, puisque lucide également sur le fait que tout est fiction ?

  3. L’idée de mixer l’info pour la lire à travers son propre prisme existe déjà d’une certaine manière grâce aux agrégateurs de flux rss. Je pense que ce que tu exprimes est véritablement nouveau et est en partie responsable du grand bouleversement dans les médias.
    Il y a une dizaine, une vingtaine, une trentaine d’année lorsque l’on souhaitait être informé, nos choix était limités. Peu de chaîne télé, moins de stations radio, pas plus de papier mais surtout pas d’internet. L’offre conséquente qui est disponible aujourd’hui a fait de nous des lecteurs exigeant car disposant de multiples points de comparaisons. Notre point de vue sur les médias s’est du coup expertisé. Face à cette offre pléthorique, la réaction de beaucoup est de vouloir personnaliser leurs sources d’infos.
    Le JT du soir n’est plus autant regardé de ce fait. Tout comme le téléspectateur se fait son propre programme grâce au dvd, au câble, à l’internet, tu éprouves le besoin de te construire ton info, pour ne plus la subir mais pour l’adapter à ton mode de vie.

  4. Bonjour Ceucidit.

    Bien vu. Ne pas subir, l’info comme les journalistes, les autres, mais aussi mes préjugés et ignorances. 😉

    Au-delà de mon propre prisme, je serais également fana de découvrir ceux des autres. Si l’on file la métaphore “console de mixage”, “socialiser” autour de différentes consoles peut m’intéresser : mon point de vue, le plus construit, alimenté et autonome possible, confronté à d’autres points de vue aux mêmes caractéristiques.

    Les flux RSS offrent des possibilités finalement limitées : je m’abonne, je me désabonne. Dans google reader, je peux être abonné à ce que d’autres partagent et commentent (Guillaume, d’ailleurs, c’est peut-être une possibilité à expérimenter, avec un flux publique, tant que delicious ne permet pas de commenter).

    @+

  5. @ e-cedric,

    “tout n’étant qu’illusion, l’idée que je développe est de tenter de la circonscrire du mieux possible. ”

    Pourquoi la circonscrir ? Voilà ce qui a fondamentalement changé pour moi avec internet. Autrefois notre monde (notre représentation du monde) était dicté par les journalistes qui nous donnaient des infos sans que l’on puisse choisir. Maintenant, cela a explosé. Chacun se fait sa propre liste de flux rss, souvent de blogs inconnus, et suit son trip. C’est angoissant je le reconnais, mais comme c’est exaltant ! Nous sommes libres !

    On le voit déjà à l’école : les enfants à la récré n’ont plus vu les mêmes films, les mêmes émissions le soir d’avant, et ne se retrouvent plus sur les mêmes expériences. Les conversations en sont transformées.

    Il va y avoir un immense changement c’est certain, mais lequel ? voilà ce qui est difficile de définir.

    Par comparaison, nous allons nous retrouver comme au Moyen-Age où chaque village ne savait pas ce que vivait son voisin un peu lointain. Et le Roi, dans son trip lui aussi, allait faire la guerre. Et le pays n’était pas forcément au courant de ce qu’il faisait.

    C’est paradoxalement le contraire du “global village” qui se prépare. Les premiers penseurs du web ont cru que nous allions tout savoir sur tout, mais je pressent que c’est l’inverse qui va se produire : Tout bêtement par manque de temps, on ne pourra pas s’informer sur tout. Chacun suivra ses propres centres d’intérêts et “la grande messe du 20 heure” n’existera plus. Les audiences de TF1 le montre à l’évidence. Il n’y aura plus de “grand rendez-vous”. Un “évènement important” pour certains n’en sera absolument pas pour tous les autres. Chacun suivra son histoire. Cela pose plein de questions : Demain qu’est-ce que ce sera d’être “célèbre” si personne ne vous a vu ? Où faut-il aller se montrer pour être “connu” d’un grand nombre de gens si les sites d’information sont dispersés ? etc. Tout deviendra diffus. Il nous restera à suivre la maxime voltairienne : “cultivons notre jardin”. Et malheur à ceux dont la richesse intérieure ne sera pas assez grande pour se créer leur propre monde de bonheur. Ceux-là souffriront encore plus demain qu’aujourd’hui.

  6. @ La mouche

    Cette idée que le village globale va se réaliser en fait par des millions de villages au lieu d’un seul est séduisante. C’est une autre formule pour parler de la dislocation / désagrégation / fragmentation…

    Mais est-ce que la désagrégation d’un côté ne donne pas lieu à réagrégation de l’autre ?

    L’essentiel de l’audience dans la blogosphère est concentrée sur un petit pourcentage des blogs les plus visibles (c’est la fameuse “loi de puissance” ou du partage 20/80 : 20% des blogs récupèrent 80% de l’audience, et les 80% des autres autres se partagent les 20% restant).

    La loi de puissance semble se vérifier dans tous les cas où un grand nombre de gens sont libres de leurs décisions. C’est la mise en équation de l’instinct grégaire. 🙂

  7. La Mouche,

    amusant comme nous pourrions nous connaître. 😉

    Je suis d’accord avec vous sur tout sauf sur un point que je développe plus loin (et ce peut être un quiproquo du fait d’un mauvais choix de mot).

    Le Moyen-Age est effectivement la bonne comparaison (vous avez sans doute lu Muchembled). Société polysegmentaire, cercles locaux de solidarité. Tout ce qu’ont consciencieusement cassé plutôt avec succès différentes institutions verticales et verticalisantes en occident (Etat, église, grands groupes de médias, etc.).

    Mon point de désaccord porte sur le terme “circonscrire” finalement. Je souhaite coûte que coûte conserver la possibilité de “savoir” ce qui se passe en dehors de mon “local”. Le mot “circonscrire” est finalement peut-être mal choisi.

    Je ne crois pas à la génération spontanée d’une aptitude à comprendre quelqu’un qui n’appartienne pas à “mon (petit) monde”. J’ai besoin de calumets de la paix conversationnels, et c’est le vertical qui les apporte. Aujourd’hui, c’est TF1 et la météo (j’exagère), ce qui ne me satisfait pas du tout.

    Et puis il y a des “enjeux globaux”, même si le terme est un peu tarte à la crème (par exemple la puissance que détiennent désormais science &technologie). On ne pourrait plus ne plus avoir de sujets de discussion massivement commun, n’être que dans son “local”.

    Je suis d’accord pour le délire “global village” un peu Larzac sur les bords. Mais tout ce qu’a permis Internet par exemple en terme de modifications (timides) des jeux dominants/dominés ne devrait pas conduire à ce que le roi parte en guerre sans que personne ne le sache. 😉

    Plutôt que circonscrire donc, c’est cette histoire de réglage local/global, horizontal/vertical qui traîne dans mes propos. Et je flippe un peu d’un retour en arrière, en effet, en quelque sorte réalisation totale de l’individualisme sur lequel j’ironise dans mon titre. D’où un possible lapsus dans l’utilisation de “circonscrire”. Et je somme par conséquent les journalistes de se bouger.

    Je suis un libertaire angoissé. :o)

    “Il va y avoir un immense changement c’est certain, mais lequel ? voilà ce qui est difficile de définir.”

    Merci de votre commentaire (oui oui, je suis oldschool).

  8. Narvic : “L’essentiel de l’audience dans la blogosphère est concentrée sur un petit pourcentage des blogs les plus visibles”;

    Cette phrase sonne juste, mais est-on bien sûr qu’elle soit vraie ? Les indicateurs intègrent-ils bien les nombres de pages vues, et pas seulement les liens, des blogs pour faire leurs comptes ? En d’autres termes, ces compteurs balayent-ils bien les skyblogs, les forums de discussions, les réseaux sociaux, les jeux en ligne, tous ces lieux “sans grade” qui abondent sur le net et occupent les cerveaux disponibles ? Il faudrait en être sûr pour ne pas refaire comme ces journalistes qui vont sonder les gens en arpentant les trottoirs du café de Flore parisien, et extrapolent ensuite au reste de la France.

    @ e-cedric,
    “J’ai besoin de calumets de la paix conversationnels, et c’est le vertical qui les apporte.”

    Pas forcément. On peut maintenant rencontrer des gens partageant vos intérêts en passant de blogrolls en blogrolls sans passer par le figaro.Fr. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pour arriver sur ce site.

    “c’est cette histoire de réglage local/global, horizontal/vertical qui traîne dans mes propos. Et je flippe un peu d’un retour en arrière,”

    Voilà qui me semble le vrai enjeu. A partir du moment où nos flux rss se remplissent sans fin et en continu, il nous faut trouver un moyen de les trier. Je n’ai pas la réponse et c’est pour cela que cette note m’a intéressé.

    L’individualisme n’est pas du tout flippant, c’est le contraire. il faut se méfier de cette “inquiétude” qui n’est qu’une vision inventée par les politiques, qui ont besoin de nous transformer en moutons pour exister.

    Voyons par exemple comme les américains sont très individualistes, et comme parallèlement leur société transforme en démocratie chaque pays où son armée pose le pied. Qui peut être contre cela ?

    L’enfer est pavé de bonnes intentions. Le XXème siècle, que l’on dira plus tard être le siècle des massacres, a créé avec ses mouvements de masses devant nous assurer le bonheur (communisme, nazisme, hippismes, maoisme, etc.) les pires horreurs que le monde n’ait jamais connu. Ce n’est pas parce que l’on se rassemble et que l’on se dit que l’on s’aime tous, que cela va aller mieux. L’histoire nous le montre suffisamment.

    Ayons donc joyeusement chacun de mauvaises intentions envers notre prochain. Surtout ne pensons qu’à nous et nous créerons le paradis entre nous ! Je vais finir par voter à droite, moi si ça continu. Allez, je vais m’occuper de moi, j’ai bien envie de m’acheter un 4×4.

  9. “J’adorerais un site média me proposant explicitement ou symboliquement une telle console de mixage, permettant de régler le volume de différentes voies”
    Je te conseille de jeter un oeil au site de Pressdisplay, qui non seulement te permet de consulter tous les journaux du monde, mais propose justement un curseur (cf. colonne de droite), pour personnaliser la home en fonction des ‘choix du lecteur’ OU ‘du choix des éditeurs’.

    http://www.pressdisplay.com/pressdisplay/fr/viewer.aspx

  10. Stan “Je te conseille de jeter un oeil au site… ”

    Merveille d’internet qui vous trouve toujours quelqu’un pour répondre à votre question. Oh joie, félicité, saint denis, jérusalem. Merci Stan.

  11. @ La mouche

    “Voyons par exemple comme les américains sont très individualistes, et comme parallèlement leur société transforme en démocratie chaque pays où son armée pose le pied. Qui peut être contre cela ?”

    M’est avis que tout le monde ne saisira pas le second degré de votre commentaire. :o)

    @ Stan

    Excellent. Et la vitesse de mise à jour est bluffante. J’étudie la chose, si elle peut “apprendre” et comment, puis revient demain. Comme quoi, techniquement, c’est possible. Même que ça pourrait faire un excellent billet.

  12. @ e-cedric,

    Ben non il n’y a pas de second degré dans mon commentaire. 🙁

    e-Cedric, quels sont les pays sous influence américaine qui ne sont pas devenus des démocraties ? :-/

    et incidemment vous pouvez aussi vous demander quels sont les pays sous influence française qui sont devenus des démocraties ?

Comments are closed.