la chambre

Les mystères de la requête T

Billet très anecdotique, où l’on parle surtout de la lettre T et de Google, et d’autres choses aussi étranges qu’étonnantes, mais malgré tout très insignifiantes…

Bref, c’est un billet qui ne retiendra votre attention que si vous portez vraiment un intérêt très particulier à “la 20e lettre et 16e consonne de l’alphabet français”… et à Google…

Il s’agit accessoirement d’une expérimentation en ligne, invitant au débat sur une question pas si anecdotique pour le coup : écrire pour Google, est-ce se prostituer ?Je constate, avec surprise, qu’un de mes très honorables et respectés lecteurs est parvenu à l’un de mes billets en lançant sur le moteur de recherche Google une requête ainsi libellée : T.

J’ai fait cette étonnante découverte à l’occasion de la rédaction d’un autre billet, présentant quelques “Variations sur la sérendipité”, où je m’amuse du caractère parfois très déroutant des requêtes lancées par les internautes sur les moteurs de recherche, et qui ont pu les amener jusqu’à des billets traitant parfois de thèmes vraiment très éloignés de ce qui semblait être leur préoccupation initiale…

Je souhaitais faire un sort particulier à la requête T, ce pourquoi je lui consacre maintenant un billet pour elle toute seule.

Il est peu de dire que cette requête T m’intrigue. En réalité elle m’obsède. Je me suis donc lancé dans des recherches approfondies…

A vrai dire, je ne m’étais pas un seul instant imaginé que l’on pouvait poser à Google une telle question. Je ne me suis donc jamais demandé ce que pouvait renvoyer une telle requête. Et j’étais bien loin de m’attendre à ce qu’elle renvoie sur novövision un lecteur si improbable. S’il revient par ici et se reconnait, qu’il n’hésite pas à me contacter, j’aimerais faire sa connaissance…

D’autant que, et c’est encore plus surprenant, cette requête T devait renvoyer ce curieux lecteur vers mon cabinet aux images, sur une série de photographies consacrée au quartier de la Défense

La lettre “T” figure bien dans le court texte d’introduction à la galerie de photo, mais pas plus que dans… n’importe quel texte. J’en suis tout troublé, je ne comprends pas… |-)

(noir)

Que dit Google de la requête “T” ?

(/noir)

Le réflexe était naturel, j’ai donc interrogé Google à mon tour sur la même requête T

Le moteur m’assure qu’en moins de 1,12 secondes, il a déjà trouvé plus de 5,3 milliards de réponses à ma question. En 97 pages, il me propose d’en consulter les 964 premières. Ce que je me suis empressé de faire avec patience… Mais ça n’a malheureusement donné aucun résultat.

Novövision n’est en effet nullement référencé pour l’heure par Google sur cette fameuse requête T. Il ne renvoie vers aucun des mes billets, pas plus vers mes photos de la Défense que vers aucun autre… Le mystère s’épaissit.

Il y a pourtant du beau monde déjà placé sur la requête T

Comme attendu, Wikipédia truste les bonnes places et propose (en n°1) une liste d’acteur dont le nom commence par T, ainsi qu’un article (en n°2) spécifiquement consacré à la lettre T, “la 20e lettre et 16e consonne de l’alphabet français”.

Sans surprise, Google me renvoie vers un certain nombre de vendeurs de T-shirts. Je ne suis pas surpris non plus de trouver le site du musicien “Admiral T”. Et j’apprends l’existence du “T Magazine”, “The New York Times Style Magazine”, sans être franchement étonné de son bon référencement…

Les “sapeurs-pompiers professionnels de Genève”, en revanche, figurent étonnamment bien placés sur cette requête à la seconde page de résultat. “Paris blogue-t-il?”, “la Rencontre de blogueurs parisiens” est étrangement très bien placé aussi sur cette requête.

Mais tout cela nous égare… Je ne comprend toujours pas ni l’objectif de ce mystérieux lecteur à la requête T, ni pourquoi ni comment il a pu débarquer par ce chemin sur novövision…

(noir)

Monsieur Google, je t’écris une lettre…

(noir)

J’espère au moins, après tous les efforts que j’ai déployés dans ce billet pour appliquer les méthodes conseillées de référencement dit “naturel” sur un mot-clé déterminé, lui permettent de figurer désormais en bonne place sur Google, dans le “Top 1000”, sur cette fameuse requête T. (J’espère avoir bien compris ces conseils et les avoir bien appliqués… Si ça ne marche pas, je réviserai mes leçons… 😉)

Si d’aventure un lecteur revenait sur novövision par le même chemin, j’espère que cette fois il arriverait au moins directement sur ce billet. Et je n’en serais plus du tout surpris. Au contraire, un peu flatté même…

Voilà tout ce que j’aurais gagné avec ce billet, qui, vous l’avez bien compris, ne s’adressait pas à vous. Il ne visait qu’un seul et unique lecteur, et ce n’est même pas un humain ! Dis-moi Google, est-ce que tu apprécies mon style ?

Question subsidaire : écrire pour Google, est-ce se prostituer? Un vaste débat que, pas du tout subsidiairement en réalité, ce modeste billet souhaitait aborder… par la lettre “T”

Les commentaires vous sont ouverts… 😉

2 Comments

  1. Encore faudrait-il savoir quel google vous avez utilisé. Entre Google.com, google.be et Google.fr les résultats sont différents.

  2. En effet, vous faites bien de demander la précision. L’adresse de requête à laquelle je me réfère est celle-ci. San aucune garantie que c’était la même que mon lecteur mystère…

    Vous constaterez, comme moi, que la recherche est effectuée sur google.com, mais que ce dernier semble tenir compte de ce que le navigateur que j’utilise pour l’interroger (Safari) me parle en français…

    Mais au fond, c’est pas tellement de ça que je voulais parler avec vous 😉

    Devoir se plier aux règles d’écriture imposées par Google pour réussir à être lu par ceux auxquels on souhaite s’adresser, qu’est-ce que ça vous inspire ?

Comments are closed.