le salon

lepost.fr : populaire ou populiste ?

Lepost.fr, le site “expérimental” d’information en ligne édité par Le Monde Interractif (filiale du Monde et de Lagardère) revient au centre de la polémique.

Dans une très violente charge, un blogueur porte un jugement qui fait mal : populisme et médiocrité. “Populaire” se défend le rédacteur en chef du site.

Au delà de la regrettable erreur dans un titre d’article mal fichu, qui a mis le feu aux poudres (mais ce n’est pas la première difficulté de ce genre), c’est la politique éditoriale elle-même du post.fr, et la nature même de son projet, qui est remise sur la sellette : racolage éditorial, course à l’audience, confusion des genres, défaillance déontologique…

Et si le post.fr était, pour ces raisons mêmes, ce laboratoire qui préfigure le journalisme du futur ?La ligne éditoriale du post.fr, et la nature même du projet, posent-elles problème ? Le Petit Champignacien Illustré attaque sans détours en tout cas, dans un post qui fait du bruit :

Le Petit Champignacien Illustré :

(noir)Le Post est la poubelle par excellence de l’Internet francophone : on y trouve tout, du foot, des peoples bling-bling et cocaïnés, de la Nouvelle Star Academy Eurovision, un peu de politique politicienne par petites phrases sans grandes analyses, du spectaculaire pour beaufs, du vidéo-gag à deux balles, et puis surtout du fait-divers bien trash (un peu comme dans l’Oignon où l’on consacre chaque jour une demi-page à la femme qui a coupé le sexe de son compagnon), parce que le fait-divers fait vendre ! C’est un mélange de Bild, du Mirror, du Sun, d’Ici-Paris, de Détective, de l’Equipe et de Podium ou de Hit-Magazine.

(/noir)

“Le Petit Champignacien Illustré est finalement parvenu à condenser toutes les critiques faites à l’encontre du Post depuis ses débuts en un seul poste” estime Off The Record..

C’est que la critique ne date en effet pas d’hier. Laurent Gloaguen, sur Embruns, le 14 février dernier :

(noir)LePost.fr est une poubelle du Monde, pire encore, une poubelle démago et marketing de ce qui ne peut paraître sur LeMonde.fr. Une question de “ciblage”, de “tranche d’âge”… Et ses défenseurs de me dire “une poubelle, oui, mais une poubelle expérimentale 2.0”.

(/noir)

La colère du Petit Champignacien est suscitée par le titre d’un article du post.fr. “Le Post est notamment accusé pour un titre accrocheur et faux, à propos du meurtre de l’étudiante suédoise Sussana Zetterberg, “Si la loi Dati était passée, elle serait encore en vie” “, résume la rédaction [email protected]êt sur image.

Le titre a été modifié depuis (“La mort de l’étudiante suédoise relance la polémique sur la récidive”), et Benoît Raphaël s’en est expliqué en commentaire chez le Petit Champignacien (comme sur @rrêt sur image). L’article portait sur les réactions au fait-divers, et pas sur le faits-divers lui-même, ni sur la loi Dati, le titre était une citation reprise d’un commentaire :

Benoît Raphaël (rédacteur en chef du post.fr ):

(noir)Sur l’article en question. Je reconnais une erreur de notre part dans l’absence de contextualisation de cette réaction d’internaute. Et donc dans sa reprise en Une. Nous l’avons rectifié depuis, comme nous le faisons à chaque fois que l’on nous fait remarquer une erreur, une imprécision, ou une coquille. Je n’ai pas de problème avec ça.

(/noir)

Quant à l’accusation contenue dans le titre du Petit Champignacien (“Le Post, ou l’extrême droite décomplexée”), elle me semble un peu mal visée (Benoît Raphaël la juge, pour sa part, “calomnieuse”). C’est bien plutôt de populisme qu’il s’agit (et il y a aussi du populisme de gauche !). (mise à jour: voir en commentaire une précision sur mon propos : à mon avis, le Petit Champignacien a tort quand il parle d’“extrême droite”).

Manque de rigueur ?

Il reste que ça commence à faire beaucoup…

Comme d’autres (ici ou ), j’ai observé avec intérêt se développer ce projet, que je juge toujours comme le plus original mis en place par un média traditionnel sur internet, le premier à tenter de prendre profondément en compte la nouvelle donne de l’info en ligne, devenue liquide : participation des internautes, pratique de l’info zapping, généralisation de l’effet buzz, ouverture sur le reste du net… Bref l’exact opposé de la philosophie du projet Mediapart

Mais je me pose tout de même moi-aussi, depuis un certain temps, des questions

Il y a la question de la modération des contenus apportés par les internautes sur lepost.fr, qui a déjà posé un sérieux problème par le passé. Un billet d’internaute diffamatoire envers Versac est resté en ligne deux semaines avant d’être retiré, en février dernier, à la suite du billet sur Embruns et non parce qu’il avait été repéré par la rédaction ou l’équipe de modération.

Il y a aussi la question de la qualité du traitement de l’info par la rédaction du post.fr. A l’occasion de ce nouveau couac: un “erreur” reconnaît Benoît Raphaël. “Une équipe de jeunes journalistes plus ou moins illettrés” accuse le Petit Champignacien. “Absence de rigueur éditoriale” pointait Laurent Gloaguen dans un autre cas… Alors ? Travail éditorial bâclé, sous la pression du rendement, rédaction insuffisamment expérimentée, un affaiblissement de l’exigence déontologique ?

Racolage éditorial ?

Mais au delà de ces incidents, c’est bien tout à la fois la ligne éditoriale, et à travers elle la nature même du projet, qui pose problème. Sous l’accusation de populisme (titres accrocheurs, info ultrabrève sans contexte, mélange des genres entre la politique, le pipole, le sexe, le sport et les faits divers), c’est la logique même du projet qui est mise en cause : populiste ou populaire ?

Le Petit Champignacien Illustré:

(noir)Bref, les choix éditoriaux du Post (foot, gonzesses, sexe, people, politique de caniveau, starac, blagues de potes, faits-divers trash et casimirisme généralisé) portent en eux-mêmes de futures dérives populistes, populacières et putassières.

(/noir)

Benoît Raphaël :

(noir)Est-on un média populiste lorsque l’on traite beaucoup de faits-divers ? Et (…) quelle différence fait-on entre média populiste et média populaire? Voilà un vrai débat (…)”.

(/noir)

Chiche ! Ouvrons-le donc ce débat. En réalité, il est déjà ouvert depuis un moment, quand Laurent Gloaguen mettait à jour la curieuse politique des “meta keywords” utilisés par lepost.fr (et retirés depuis). “Astro, sexe, celebrite, people, star”… Ce choix de meta-keywords traduisait-il autre chose qu’une intention claire de racolage éditorial ? Populaire, ou populiste ?

« Ce n’est pas mon univers, je m’interroge », disait du post.fr Jean-Michel Dumay ex-président de la société des rédacteurs du Monde (dans une interview à @si), en tombant, “en deux clics”, “sur une video d’un joueur argentin qui se masturbait devant une webcam”.

La sélection – édifiante – des “posts les plus chauds” du moment (capture d’écran réalisée cet après-midi) : populiste ou populaire ? Comme me disait un rédacteur en chef de ma connaissance, quand j’étais jeune journaliste, et qu’il me renvoyait ma copie avec dédain : “Où est l’info ?”

Le “caca” de la Nouvelle Star méritait bien une explication, c’est certain. Des fausses blondes au gouvernement ? Ça demande une investigation. Qui veut aller vérifier ? Le tout entre un fait-divers et un sondage anxiogène. Populaire, ou populiste ?

« Un laboratoire pour le journalisme du futur »

La course effrénée à l’audience, entre des sites d’info en ligne placés en concurrence acharnée pour se partager un “gâteau” publicitaire pas assez gros pour nourrir tout le monde, ne peut-elle conduire qu’au nivellement par le bas de la qualité de l’information et de son traitement ?

Ne trouve-t-on, avec lepost.fr, la plus exacte illustration de ce “Journalisme après internet”, décrit par le chercheur Yannick Estienne, dans un livre dont je viens de faire la note de lecture sur novövision) ? (lepost.fr n’existait pas encore quand le chercheur a réalisé cette enquête)

(noir)Yannick Estienne avance la thèse que le journalisme en ligne est « un laboratoire pour le journalisme du futur », « sous l’emprise du marketing », effaçant peu à peu les frontières entre professionnel et amateur, entre publicité et rédactionnel, entre information et divertissement, qui anticipe une révision en profondeur de la culture du métier, dont « les ambitions pédagogiques et citoyenne doivent être revues à la baisse » au nom de la logique consumériste.

(/noir)

Avec lepost.fr, n’y est-on pas déjà ? En réalité, je ne m’interroge plus. Je crois qu’on y est.
—-
Complément (lundi 5 mai 2008) : une pièce supplémentaire au procès en populisme. Si vous avez le coeur bien accroché : Vox Populi, sur novövision.
—-

On en parle aussi ici :
@rrêt sur image : Le Post, “extrême droite décomplexée” ? (avec réponse de Benoît Raphaël).
Vicastel : Remous dans le microcosme du web politique français (par lequel je suis remonté à la source 😉 )
Off the record : Le Post, « extrême-droite décomplexée » ?
Bozarblog : Le Post, Birenbaum et les BlingBling cocaïnés
Embruns: Poubelle de l’info ?

On parlait du post, il y a quelques temps :
novövision : Où va le post.fr, dans tout ça ? (1er mars 2008)

Cup Of Tea : Lepost.fr : pourquoi j’y crois (11 septembre 2007)
ecosphere : Crise au Monde: Dumay cible LePost.fr et l’activité web (18 janvier 2008)
Embruns : Branle-toi avec lepost.fr (31 janvier 2008)
Embruns : L’actu sexe avec LePost.fr (14 février 2008)
Embruns : « Xénophobe, négrophobe et antisémite » (17 février 2008)

4 Comments

  1. Hey 😉 Je viens de poster un petit article (bien moins fourni que le tien, on est dimanche !) à propos de cette note…

    Bon billet comme d’habitude.

  2. Narvic,
    J’ai déjà répondu à plusieurs reprises, sur le blog que vous sourcez ainsi que sur Arrêt sur Images.

    J’aime beaucoup votre blog, je vais donc vous répondre brièvement (enfn, je vais essayer… je suis bavard)

    – Je pense que vous vous trompez.

    – Je regrette que vous abordiez cette analyse en utilisant un effet loupe: un post d’un blogueur sur un seul article (sur 700 écrits par mois par la rédaction).

    – Vous utilisez à titre de second exemple, un “zeitgeist” (les posts les plus chauds) qui correspond non pas à la Une du site, mais aux articles les plus lus par les internautes, qui sont forcément les plus insolites. Allez jeter un oeil sur le top de la très sérieuse BBC… Je n’ai pas de problème avec ces articles, mais ils ne sont pas représentatifs de la diversité des contenus traités sur le Post.

    – Vous citez ensuite, comme éléments à charge, trois posts d’Embruns, qui a une dent personnelle contre le Post et contre moi. Même si ses interrogations étaient parfois (pas toujours) pertinentes: notamment une erreur de modération sur un article diffamatoire (sur 3000 posts publiés par les internautes chaque mois).
    J’en profite pour souligner que le post du “Petit Champignacien”, que vous relayez, est, au plan légal, diffamatoire et injurieux.

    – Vous mettez en avant des meta-keywords qui, vous devriez le savoir, ne servent strictement à rien. Ce sont des lignes oubliées, posées avant le lancement du site et que nous avons supprimées sans les remplacer.
    Pour connaître la ligne éditoriale du Post, il suffit de lire les quelques 50 posts mis en Une du site, en semaine.
    C’est une ligne assez proche de celle
    du Parisien ou de RMC info (faits divers, politique, local, témoignages) avec une dimension buzz/internet plus importante, et un lectorat relativement plus jeune (mais il est finalement assez large)

    – Le Post a une dimension pédagogique forte. Chaque jour, nous publions un ou plusieurs posts résumant et expliquant l’actualité avec des mots simples.

    (Et je réponds toujours à tout le monde. Sur tous les blogs. Quelle que soit la qualité du blogueur. Il se trouve que j’aime bien le vôtre, mais
    inutile, comme le blogueur du Petit Champignacien d’en tirer une quelconque gloire en déclamant comme lui, qu’il a mis le Post à genoux, sans doute parce que j’ai fait l’effort de lui répondre dans les commentaires. C’est mignon, mais bon…)

  3. @ Benoît Raphaël

    Merci de me lire et de me répondre posément 😉

    – Vous avez bien le droit de penser que je me trompe, et vous avez peut-être raison.

    – Je n’aborde pas la question du post.fr ici pour la première fois (le lien vers mon premier billet est dans le texte, et à la fin). Cela dit, j’ai plutôt choisi de laisser votre projet vivre et se développer avant de me prononcer, car son caractère expérimental m’intéresse beaucoup (mais je le suis très attentivement depuis l’origine, croyez-moi).

    Sur un projet comme celui de Mediapart, qui me paraissait, sur bien des points, mal parti depuis le début, j’ai choisi d’en parler beaucoup et souvent. Et il me semble qu’un ou deux de mes arguments ont réussi à percer la paroi du bocal

    – Aujourd’hui, je commence à me faire un avis. C’est à l’occasion du billet de ce blogueur que je l’exprime, mais vous voyez bien que ce n’est pas sur cet incident-là que s’appuie ma réflexion.

    Il y a eu erreur sur un titre, vous l’avez reconnu et corrigé rapidement. Je n’ai rien de plus à redire là-dessus. Ce blogueur a tort sur le terme d'”extrême droite” (si mon avis n’était pas totalement clair ci-dessus, j’espère qu’il l’est maintenant…). Je fais d’ailleurs part de votre réponse, quand vous jugez ces propos “calomnieux”.

    Je vous laisse juger de l’ensemble de son billet, mais ceux de ses propos que je relaie ici ne me semblent nullement diffamatoires.

    – Les “posts les plus chaud” : ça me semble tout à fait significatif de quelque chose. Je ne lis pas la même chose sur les sites que vous citez. C’est quand même un peu votre spécialité maison… Même si les autres s’alignent peu à peu sur ce modèle, à coup de SMS à sensation (NouvelObs) et de vidéos “Pov’Con” anecdotiques (Le Parisien). Et c’est bien là le problème que je pointe.

    Certes cette sélection des lecteurs n’est pas directement le résultat d’un choix de votre rédaction… Certes les mots-clés soulignés par Laurent Gloaguen ont été retirés depuis (et en plus vous me dites qu’ils ne servaient à rien), mais il y a avait bien quelqu’un qui les avait choisis (ils témoignent clairement d’une intention qui est très exactement… éditoriale). Il me parait significatif de relier les deux : l’intention (même velléitaire) et le résultat (le choix des lecteurs) : la convergence est étonnante.

    Au passage, les posts de Laurent Gloaguen ne me paraissent pas marqués par une quelconque animosité envers votre site (je les ai relus tous aujourd’hui) et les questions qu’il pose sont pertinentes à mon avis.

    – La dimension pédagogique : j’avoue qu’elle m’échappe. Je ne lis guère sur lepost.fr de contextualisation de l’information, de mise en perspective, ni de documentation. Et c’est dommage.

    – Enfin, quand je lis l’étude de Yannick Estienne, je ne peux m’empêcher de penser qu’il décrivait finalement, par avance, le site que vous avez monté. Et ça me trouble profondément.

    – Je ne crois pas qu’une telle évolution du post.fr est inéluctable, et inscrite dans ses gênes… Je n’ai pas sur votre site un regard corporatiste de la presse papier (même si j’en viens moi-aussi), ni parisien (sur le sujet, je suis provincial moi-aussi, et c’est dans la presse régionale, notamment aux faits-divers, que j’ai appris ce qu’était la proximité avec son lecteur : celui que l’on croise “en vrai”, dans la rue et au café !).

    Je crois qu’il est possible de faire autrement que vous le faites. Prendre acte de l’info liquéfiée, du zapping, du buzz, comme vous êtes les premiers à le faire. Mais profiter de ce que l’on a réussi à “capter” ce lecteur insaisissable en s’adaptant à sa pratique, pour lui proposer une réelle plue-value éditoriale.

    Je viendrais voir volontiers comment vous fonctionnez, si vous m’y invitez ;-)… J’aimerais bien voir, par exemple, quels sont vos moyens humains réels pour faire de la contextualisation, de la mise en perspective et de la documentation de l’info…

    Je continue à croire que lepost.fr est le seul site d’info qui a “compris” le nouveau régime de l’info en ligne. Mais quand on passe à la pratique, il y a un gros problème qui ne va plus. C’est ça que je dis aujourd’hui.

Comments are closed.