sur le web

Lemonde.fr et lepost.fr se mettent au journalisme de liens

Les pratiques semblent évoluer rapidement dans la presse en ligne française : lemonde.fr et lepost.fr proposent désormais chacun leur “revue web permanente” en ligne, sélectionnée et actualisée par leur rédaction, pour le suivi “à chaud” de ce qui se publie en ligne sur la crise économique :

Le Monde.fr : la crise financière sur le Web

La crise financière sur Le Post

Le journalisme de liens fait décidément une percée…

L’expérimentation semble en partie s’inspirer de celle de Matt Thompson (en anglais), sur la même thématique de liens sur la crise économique :

The Money Meltdown. Everything you need to know about the global money crisis of 2007- ?

Une expérience signalée par Jeff Jarvis, sur BuzzMachine (“The building block of journalism is no longer the article”), dont je parlais ici dans “L’article n’est plus la pierre angulaire du journalisme”.

Elle s’inspire également de la page de liens politiques du Washington Post, “Political Browser”, pour la réactualisation tout au long de la journée des liens sélectionnés par la rédaction (voir “Journalisme de liens : le Washington Post s’y met”, et les liens réunis en fin de ce billet à propos de la problèmatique du journalisme de liens).

Benoît Raphaël, le rédacteur en chef du post.fr (une publication, comme lemonde.fr, du Monde Interactif, filiale du groupe Le Monde et de Lagardère) faisait état récemment, sur son blog Demain tous journalistes ?, de sa réflexion sur “l’article en réseau”. La mise en application concrète n’aura pas tardé. Belle réactivité.

10 Comments

  1. Hello,
    je suis désolé, mais je ne peux pas m’extasier devant ces pratiques considérées comme novatrices. Lorsque je bossais sur le site web de france 3 pendant la guerre du Kosovo, nous faisions systématiquement une revue de web. Sans compter un flux d’information permanent – une sorte de twitter.

    Yahoo faisait ça très bien aussi.

    Bref, on parle de journalisme de lien en se disant qu’on approche du nirvana, mais les sites web actuels des journaux sont des p… de vitrine marketing.

    Pendant 15 ans ils ont simplement essayé d’attirer des visiteurs pour faire du fric avec des pubs. Ils s’aperçoivent qu’il faut commencer à utiliser le média internet parce qu’on les pousse dans leurs retranchements.

    Sincèrement, je n’arrive pas à être de la fête… Je dirais même “Quel gâchis !”

  2. @ Cedric

    Allez, ne faisons pas la fine bouche, et saluons la sortie, enfin !,de ces sites d’infos de l’ornière des culs de sac du web dans laquelle ils s’étaient tous enfermés depuis des années.

    Il ne font que prendre la leçon des blogs qui n’ont jamais eu peur pour leur trafic de mettre des liens externes partout ! :-))

  3. effectivement belle réactivité du Monde.fr et de LePost.fr …

    néanmoins, je pense qu’il faut donner un bon point supplémentaire à LePost.fr qui publie quelques mots de commentaires pour habiller et éditorialiser le lien suggéré…cela n’a l’air de rien mais cela rajoute une valeur ajoutée pertinente au choix d’article car cela rajoute une mise en contexte nécessaire afin d’expliquer au lecteur ce qu’il va trouver s’il décide de cliquer dessus…

    la simple suggestion d’un lien par un site de presse ne me paraît pas un apport de valeur suffisant pour en dériver une valeur pérenne à long terme pour les journaux en ligne…car l’optimisation progressive du process de suggestion de liens va aboutir à la génération d’un flux RSS des bookmarks du journaliste qui perdra petit à petit de sa valeur informative et de sa pertinence…

    d’ailleurs on voit bien que The Money Meltdow rajoute un bloc recommended où il donnes des informations :

    * d’usage :
    * d’émetteur

    toutes ces informations rajoute une valeur ajoutée qui positionne le journal et le journaliste comme un intermédiaire de lecture dont le rôle n’est plus de réécrire un article déjà écrit mais de pointer le lecteur vers la valeur ajoutée de ce qui est écrit ailleurs…

    c’est d’aillleurs une critique que je souhaitais t’adresser à propos de ta sélection de liens sur ton blog…il manque le commentaire de Narvic qui nous dit pourquoi tu sélectionnes ce lien…quel paragraphe il faut lire, à quel timecode de la vidéo ca devient intéressant, qui est le mec qui a écrit cela…quand on connaît bien ton blog, on a une confiance aveugle dans ton choix…mais un nouveau lecteur peut-être très peu enclin à suivre les liens…

    de mon expérience Facebookienne, où je suis un addict de share on facebook…j’ai l’impression que l’on voit apparaître la valeur du journalisme de liens à travers trois éléments :

    * l’identité du sélectionneur de lien (qui permet aux lecteurs d’évaluer dans le temps la pertinence du sélectionneur sur un sujet donné)
    * la capacité du sélectionneur à commenter (sélectionner un lien ne suffit pas il faut pouvoir dire à ces lecteurs pourquoi il faut cliquer)
    * la capacité des lecteurs à commenter le lien (comme dans un blog, le lecteur doit pouvoir commenter le choix)

  4. @ Remi

    Le “lien sec” me semble aussi insuffisant. Pourtant, c’est le choix de Drudge Report, qui semble très bien fonctionner aussi… Peut-être parce que l’identité éditoriale de ce blog est forte (c’est un blog engagé politiquement).

    Le principe de la sélection, c’est de toute façon qu’elle ait un sens, et que le sens soit perceptible par le lecteur, sinon c’est juste… une liste de liens quelconque…

    Sur ma propre liste : je suis preneur de toutes les critiques pour améliorer le dispositif. 😉

    J’aimerais bien qu’on puisse commenter les liens, mais je n’ai pas encore trouvé de solution technique pour y parvenir (cette liste n’est pas gérée depuis mon blog, mais publiée automatiquement depuis mon compte delicious, car c’est beaucoup plus simple et rapide pour moi…).

    Les textes d’accompagnement des iiens sont en effet purement descriptifs et très brefs. Je pourrais faire plus long (delicious m’autorise désormais 1000 signes) et ajouter des commentaires à la description, mais ça rendrait le traitement plus long.

    Mais si c’est vraiment une demande insistante de mes lecteurs, je m’y plierai… 🙂

  5. @narvic : comme tu le dis pour le drudge report c’est effectivement l’identité de l’émetteur et sa charte implicite de sélection qui asurre une partie du succès…cela est cohérent avec le premier élément de valeur du lien qui est l’identité de l’émetteur….

    on peut néanmoins aussi noter qu’il ne s’agit pas d’une simple sélection de liens, il y a des couleurs, des différences de taille de police, des points de suspension rajoutée au tire des articles pour construire une histoire à travers un blocs de lien, l’usage de photo ou non…pour moi c’est une forme de commentaires ou d’éditorialisation des liens qui est la source de valeur de Drudge Report…il serait d’ailleurs intéressant de voir quel est le taux de click sur les liens plus standard en bas de page en comparaison avec les headlines..

    Facebook a mon avis a créé la killer application du journalisme de liens…tu es sur une page web…tu appuies sur un bouton share on facebook…il ouvre une boite de commentaires avec le titre de l’article original (que tu peux modifier), la description de l’article fourni par le site d’origine (modifiable), l’url (non modfifiable), une sélection de photos de l’article à chosir, une boite de commentaires (ou tu peux déverser tes pensées, analyses,…)…une fois que le lien est posté sur ton profil les lecteurs peuvent commenter ton choix ou ton analyse et peuvent a leur tour partager le lien…si j’étais eux je pousserais même le vice à pouvoir partager l’éditorialisation de la sélection de lien originale…

    si je savais programmé, je m’attellerais à réaliser un tel plugin pour WordPress et consorts…

  6. @ Remi

    Ce qui me gêne avec facebook, c’est que c’est un univers fermé (sur inscription) et puis le positionnement n’est pas si clair dans l’esprit des gens: est-ce un site social “entre amis”, une autre sorte de plate-forme de publication, un peu tout et un peu… rien…

    @ Pascal

    Je ne dis pas le contraire. 😉 Et c’est aussi ce que je fais sur ce blog… 🙂 C’est ce que font depuis toujours les blogueurs et les internautes sur delicious…

    Ce qui est nouveau, c’est que les journalistes refusaient carrément cette logique auparavant, et qu’ils s’y mettent enfin…

  7. @ Rémy > “je pense qu’il faut donner un bon point supplémentaire à LePost.fr qui publie quelques mots de commentaires pour habiller et éditorialiser le lien suggéré”

    > c’est même essentiel et j’abonde en ton sens. Cet éditorialisation es,t selon moi, le fondement de la valeur ajoutée d’une telle démarche. Reste le choix des papiers et le rythme d’actualisation. Bon point au monde sur la sélection, mais rythme en déçà de ce que l’on pourrait espérer. Ils comprennent doucement 🙂

    @ Narvic > si tu es prêt à abandonner del.icio.us (ce qui serait dommage compte tenu de “l’intelligence derrière l’outil”) DamDam a créé des outils qui, sauf erreur de ma part, permettent de commenter à partir de microblogging… je pense que si tu glisse ta requête jusqu’à lui il devrait trouver solution à ta problématique 😉

  8. @ Narvic : en fait quand je parlais de Facebook, je ne parlais pas de la plateforme mais plus du widget et de la technologie qui permet de partager les liens de façon efficace pour effectuer du journalisme de liens…

    un des pbs quand on est bloggeur ou même journaliste, c’est que l’effort de partage d’URL qui est très coûteux en temps…ouvrir son wordpress (ou systeme redactionnel)…copier coller le titre, copier coller l’url, télécharger l’image, uploader l’image, écrire un texte, faire un preview, confirmer est un processus pénible et couteux en temps…(le mec qui n’a jamais galéré pour centrer une photo sur wordpress n’a qu’a me lancer des pierres)…je trouve que Facebook en rajoutant l’élément photo à perfectionner le système delicio.us pour produire un output directement exploitable en front-office d’un site d’actualités ou d’un blog….

    je rêve donc du même plugin pour wiordpress qui me permette d’uploader directement dans mes posts wordpress les liens….

    je voulais juste rajouter, il y a une vision fausse sur la fermeture de Facebook….si tu ouvres le lien suivant avec ton feedreader ou ton Netvibes, tu as accès à tous mes liens postés avec les commentaires, etc… http://www.facebook.com/feeds/share_posts.php?id=575849602&viewer=575849602&key=d26026dae2&format=rss20 sans avoir besoin d’être connecté à Facebook ou être mon ami… c’est moi personnellement qui décide de rendre visible à l’extérieur ce flux ou non en le reprenant sur mon blog ou ailleurs…le fait d’être un de mes amis ne te donne que la possibilité supplémentaire de laisser des commentaires sur ma sélection…ce qui est en fait l’équivalent de la modération à priori…

    pour finir et sans aucun parti pris (à part celui de passer bcp de temps dessus en ce moment), la critique que tu fais sur Facebook est un peu trop rapide…”est-ce un site social « entre amis », une autre sorte de plate-forme de publication, un peu tout et un peu… rien…”

    je pense que l’on pouvait faire la même critique aux blogs il y a 5 ans…que les usages de Facebook ne soient pas stabilisés j’en conviens…mais on peut prédire que cela devrait suivre la même évolution que les blogs…..je crée un blog, mes amis et ma famille sont au courant alors de temps en temps ils viennent lire ce que j’écris (phase 1), puis comme mon nom est sur mon blog je retrouve des vieux amis de maternelle, college, lycee, fac, service militaire (phase 2), comme il faut que je trouve un axe éditorial(sujet, ton , forme) qui me permette de maintenir l’audience et mon envie d’écrire je choisis un sujet précis et j’agrège l’audience intéressée par ces sujets (phase 3) si je suis bon je deviens une référence et j’essaye de monétiser sinon je ralentis ma cadence de production et je reviens aux phases précédentes (phase 4)….si tu regardes la blogosphère aujourd’hui, tu t’apercevras que chaque phase est encore représentée dans la blogosphère…on pourrait alors dire que c’est aussi un mélange de tout et de rien 😉 comme facebook à l’heure actuelle…;

    @toutlemonde : je suis d’accord, il n’y a rien de nouveau dans le journalisme de liens…cela décrit des pratiques déjà bien répandues sur Internet…néanmoins regrouper ces pratiques sous le terme journalisme de liens est une façon de formaliser un process afin qu’il soit identifié, évalué, implémenté et adopté par des organes de presse qui sont des petites bêtes bcp moins flexibles au quotidien que les internautes lambda…

  9. désolé de squatter ce lieu…mais je viens de tomber sur une nouvelle forme de journalismes de liens…

    dans le nouveau projet presse de Tina Brow …. http://www.thedailybeast.com … un nouvel aggrégateur de news en ligne aux US… il faut aller voir la section…

    http://www.thedailybeast.com/beast-board/

    intitulé The Buzz Board – Smart People Recommend où les personnes qui partagent leurs liens sont : Bill Clinton, Madeleine Allbright …

    comme quoi l’identité de l’émetteur du lien est peut-être ce qui a le plus de valeur dans le journalisme de liens ?

    promis il s’agit de mon dernier comment en ces lieux…

Comments are closed.