sur le web

Le meilleur du mieux sur le web (édition du 09/01/09)

Sélection du meilleur du mieux, parmi ces liens que j’ai sélectionnés dans ma revue web au jour le jour (depuis la dernière édition du 01/01/09).

Pour ceux qui ne suivent que les billets de ce blog, et n’accordent pas d’attention à ma revue web ou à ma contribution à aaaliens.com (ce qui est bien leur droit…).

16 liens vers des articles à lire, ou à relire, sur ce que j’ai retenu du web depuis une semaine…- L’information sur Internet gagne en crédibilité

(Le Figaro) D’après le dernier baromètre TNS Sofres sur la confiance dans les médias, un Français sur trois pense que le web diffuse des informations fiables (loin derrière la radio). Mais la confiance dans les journalistes va de mal en pis.

Pour en finir avec le journalisme citoyen

(Après la télé…) Aurélien Viers (citizenside) redéfinit clairement la contribution des amateurs à l’information, comme des témoins avant tout, et non des journalistes citoyens, dans le cadre d’une co-production de l’information entre professionnels et amateurs. Il estime qu’en dénonçant l’UGC, la profession a voulu se faire peur…

Blog : la théorie du puzzle…

(Espritblog.com) Intéressante “théorie du puzzle” du journaliste Serge Michel : le blog comme outil pour faire un journalisme impressionniste, par petites touches successives, des pièces successives d’un puzzle qui révèlent peu à peu une image d’ensemble.

Etats-Unis : Quand la presse vacille

(Le Point) Emmanuel Saint-Martin dresse un tableau des difficultés de la presse quotidienne américaine, l’échec total de la stratégie de Sam Zell, et celle de Ruppert Murdoc (Wall Street Journal) qui pourrait se révéler au contraire plus intelligente…

Un statut pour les éditeurs de presse en ligne sans les bloggeurs

(Numerama) Guillaume Champeau estime que la proposition des états généraux de la presse est destiné essentiellement à ” limiter l’influence et les parts de marché des bloggeurs et des journalistes amateurs”. “Les critères définis par les Etats généraux excluent tout un pan de nouveaux médias qui ne pourraient pas en bénéficier, et se retrouveraient de fait dans un rapport de force déséquilibré.”

Eric Schmidt wishes Google could save newspapers (en anglais)

(money.cnn.com) (via Davduf) Le patron de Google Eric Schmidt reconnaît que le problème économique de la presse est grave et structurel. Il envisage que Google puisse jouer un rôle, mais écarte l’option de racheter purement et simplement les journaux ou de les financer lui-même par la philanthropie. Il prône plutôt des formes à inventer – de rapprochement, “d’intégration” souple (“fusionner sans fusion”), mais il est toujours “à la recherche de la bonne réponse”…

La presse en quête d’un nouveau monde

(Le Monde) Constat presque méditatif de la journaliste Pascale Santi, dans la rubrique Opinions : un ancien monde de l’information meurt, un nouveau peine à naître, ce sera aux journalistes de s’adapter s’ils veulent continuer à défendre “une information de qualité.

Micro, méso et macro-net : les médiasphères et le moteur.

(affordance) Via Hubert Guillaud, qui résume : Intéressante analyse d’Olivier Ertzscheid qui distingue les unités de publication selon leur taille : le micro-net de type twitter et de nos profils ; le meso-net de type blogs et pages personnelles et le macro-net de types presse et institutions. Trois médiasphères qui ont chacune une granularité documentaire et un rythme propre. Si le macro-net semble stabilisé, le meso et le micro net sont encore en pleine explosion. Des granularités qui se superposent à la granularité des médias qui les composent.

10 conseils pour aider les médias à devenir numérique

(Michelle Blanc) Michelle blanc signale (via Jeff Mignon), et elle traduit, les 10 excellentes et “lumineuses” recommandations d’Edward Roussel (Nieman Fondation For Journalism at Harvard) aux journaux “pour s’adapter au tsunami qu’on ne cesse de voir arriver”. (je souscris à tout ce véritable programme !)

La crise économique menace les médias

( La Croix) La crise encourage la concentration dans le secteur , mais ce n’est pas la seule cause à la réduction du pluralisme. “Le nombre n’induit pas le pluralisme” quand se développe le conformisme et la “circulation circulaire” de l’information.

Mais alors, c’est quoi l’information ?

(Marianne2) D’Aristote à l’informatique, en passant la cybernétique et McLuhan, une petite histoire de la notion d’information, de plus en plus “mathématisée” et automatisée, mais qui s’éloigne du sens et ne se confond pas avec la compréhension.

Journalisme de liens : 1 – Aaaliens, le laboratoire

(Moktaramablog) Analyse critique intéressante de différents projets d’agrégation de liens en ligne et surtout d’aaaliens. Moktarama souligne à la fois l’originalité et certaines ambiguïtés du projet. Ça mérite réflexion 😉

En 2008, l’info entre craquements et nouvelles aventures

(Eco89) Tableau dressé par Pascal Riché de l’évolution des médias : déclin des médias traditionnels (presse écrite et télévision), montée d’internet où les nouveaux médias réalisés par des journalistes professionnels ont du mal à trouver un équilibre. Trois mouvements de fond simultanés sont à l’oeuvre : démédiatisation, désynchronisation et déprofessionnalisation de l’information.

Un journalisme suicidaire

(Journalistiques) Plaidoyer au vitriol d’Alain Joannès contre la dérive du journalisme qui a renoncé “à traiter l’actualité comme l’Histoire en train de se faire”, ce qui conduit à ” la dévalorisation accélérée de l’information et la dévaluation de ceux qui la font”.

Message aux journaux français : essayez de vivre sans Google

(Jeff Jarvis sur Rue89) Traduction du billet de Jeff Jarvis en réaction après l’attaque en règle de Google par les éditeurs français de médias en ligne, à l’occasion des Etats généraux de la presse.

Le Web change la donne dans l’information

(Le Figaro) Marie-Catherine Beuth signale “une étude de l’université Harvard (qui) détaille les mutations du marché de l’information”. L’étude relève notamment que la prolifération d’information en ligne accroît la responsabilité du public lui-même “pour localiser les informations crédibles et assembler un produit informatif cohérent et complet”. Elle souligne également que «à mesure que l’Internet se développe, il y a un risque que des communautés, des sujets, des points de vue, qui ne sont pas représentés en ligne, deviennent moins visibles pour un public en général. Exister sur le Net revient à exister dans la société.»