sur le web

Le lamento de Mediapart, victime de lui-même

Encore une fois, le “site privé” (sur abonnement) d’information en ligne Mediapart se lamente et accuse : il serait pillé en silence par les autres médias.

Avec une pointe de cruauté, Gilles Klein, sur Arrêt sur Images, donne une présentation des faits un peu différente :

(noir)“Sous le titre « Mediapart, le mur du silence et le marché aux voleurs » le site en ligne créé par Edwy Plenel accuse longuement l’Agence France Presse à propos d’une information exclusive « pillée dans une allègre sauvagerie » par l’AFP qui n’aurait pas mentionné Mediapart alors que le site considère avoir sorti telle ou telle affaire le premier.”

(/noir)

(noir)“Finalement on constate dans ce billet que Mediapart s’inquiète de sa « faible notoriété » et accuse l’AFP d’y contribuer en ne citant pas Mediapart.”

(/noir)

Cette lamentation permanente de Mediapart est pénible. Cette position victimaire et imprécatrice me dérange. Car, il ne s’agit au fond que de déporter sur autrui les conséquences et la responsabilité des insuffisances de son propre modèle.
—-
Lire aussi, au sujet de médiapart sur novövision

2 Comments

  1. Sauf que Gilles Klein traduit, et mal, la position de Médiapart pour donner son propre avis sur le sujet…

    Médiapart se plaint que l’AFP et d’autres médias reprennent ses infos sans le citer, ce en quoi il a raison : si je blogue à partir d’une info de novovision, je cite d’où vient l’info, c’est le minimum…

    Sur cette réflexion, Gilles vient plaquer le fait que le site est en accès payant et profite donc moins de la viralité, ce qui est vrai, mais qui n’a rien à voir avec le sujet dont se plaint médiapart…

    Tout média, journaliste, blogueur a le droit de demander à être cité lorsqu’on lui pompe / reprend une info…

  2. @ MMDP

    Sauf que, comme le souligne GK, l’AFP “qualifie” ses sources (à défaut de les citer) et désigne pour la même info une source qui n’est pas Médiapart.

    Rien ne permet d’assurer que l’AFP se soit même aperçue que Mediapart avait sur le sujet une info “exclusive”. 😉

    Le doute est permis au sujet de Mediapart, dont on a déjà relevé qu’il était prompt à crier avant d’avoir mal 🙂 (cf. par exemple le procès du Grand Kapital dont il était menacé au sujet de la propriété de son nom).

    Ce qui est pointé ici, et ce à quoi je souscris, c’est que Mediapart se débat dans sa propre contradiction, et se plaint d’une invisibilité dont le fonctionnement du site est lui-même la cause. Il avait déjà fait le coup avec sa campagne sur le taux de TVA appliqué aux sites de presse pur web.

Comments are closed.