sur le web

Le grand marais de la vidéo en ligne

La mésaventure de FullHDReady, ce “serial zappeur” qui avait mis en ligne des centaines d’extraits vidéo repiqués de la télévision sur le site Dailymotion et dont le compte vient d’être fermé à la suite de l’intervention des chaînes TV en question, est bien révélateur du marais actuel de la vidéo en ligne.

L’hypocrisie est générale dans tous les domaines : le prima du buzz sur l’info, les dessous pas nets de la question de la propriété intellectuelle, comme l’escroquerie du contenu généré par les utilisateurs en matière de vidéo.

Vidéo et stratégie du buzz

– Après avoir été fort laxistes, les chaînes de télé semblent donc “se réveiller” (selon Martin Rogard, le patron de Dailymotion, joint par 20minutes.fr) et se lancer désormais dans une chasse systématique à la diffusion virale des contenus dont elles détiennent la propriété intellectuelle.

– On peut y voir une stratégie de tentative de contrôler le “buzz” et de l’orienter à son profit vers son propre site (et sa propre pub). On s’est déjà interrogé sur la pertinence de cette stratégie à l’occasion de la vidéo “Casse toi” du parisien.fr : contrôler le “buzz”, c’est le tuer ; concentrer le trafic vers un seul site de diffusion, c’est le contraire même de l'”effet viral” de reprise libre du contenu sur les sites de partage et dans les blogs, qui est à l’origine même du fonctionnement du buzz. (cf. “Les médias déclarent la guerre du buzz”)

– On peut même s’interroger sur les conséquences d’une stratégie “éditoriale” axée sur le buzz : si l’effet de la vidéo “Casse-toi” est bien visible sur les statistiques de fréquentation sur site du parisien.fr, selon Google Trends for Websites (cf. “L’audience de l’information en ligne”), toute la question est bien celle que pose Emmanuel Bruant en commentaire de ce billet : “quid de la transformation du buzz en lectorat régulier ?”. Emmnauel voit “un (très léger) effet cliquet” là ou je ne vois pas grand chose… Or s’il n’y a pas de transformation du buzz en lectorat régulier, la seule stratégie d’audience qui reste est celle du “buzz permanent”, de la multiplication des “coups”, bref une stratégie éditoriale finalement pas très nouvelle et qui s’appelle… le sensationnalisme…

Vidéo et propriété intellectuelle

– Bien des hypocrisies tournent autour de cette notion de propriété intellectuelle des vidéos en ligne. D’abord et surtout de la part des plates-formes de partage vidéo qui sont les premières à savoir pertinemment que la majeure partie de l’audience enregistrée par leurs sites est directement liée à une exploitation illégale des contenus qu’elles diffusent. C’est le fond même de leur business qui est en cause, et leur propre bonne foi.

– Ce débat n’est d’ailleurs que la poursuite de celui engagé sur le “piratage” depuis le développement massifs des appareils de reproduction bon marché (ce qui a commencé bien avant le web, avec les magnétophones pour le son et les magnétoscopes pour la vidéo. Le même débat a eu lieu pour le texte avec la photocopie). Le fond du débat, que l’on n’entend guère aborder par les “propriétaires” de contenus, c’est la possibilité même de maintenir une économie de la rareté artificiellement construite par une mesure juridique (le droit d’auteur), que l’on est plus capable de maintenir sur le net (cf. “Economie du Web 2.0 : ce que cache la gratuité apparente “), quand d’autres groupes économiques puissants ont des intérêts contraires (l’industrie de l’électronique grand public hier, les “grands” du Web 2.0 aujourd’hui).

– L’enjeu fondamental est bien celui soulevé par Kevin Kelly (traduction sur biologeek) :

(noir)“L’économie digitale surfe sur une vague de copies. Contrairement aux copies issues des productions de masse, ces copies ne sont pas juste bon marché, elles sont gratuites.”

(/noir)

(noir)“Lorsque les copies sont très nombreuses, elles perdent leur valeur. Lorsque les copies sont surabondantes, les choses qui ne peuvent être copiées deviennent rares et précieuses. Lorsque les copies sont gratuites, vous devez vendre des choses qui ne peuvent être copiées.”

(/noir)

Les producteurs de contenu (qu’il s’agisse de musique, d’image, de vidéo, ou de texte) semblent donc s’en tenir à une stratégie d’endiguement (avec la future loi Olivennes pour la musique, à travers le procès des éditeurs belges contre Google News, etc.), quitte à prôner la mise en place de mesures de filtrage coûteuses et liberticides, qui se révéleront vraisemblablement inefficaces. Cette manière de construire des barrages contre le Pacifique est-elle autre chose qu’une politique à courte vue, vouée à l’échec ?

– Cette entreprise de “restauration” de la propriété intellectuelle est d’autant plus difficile à comprendre et à admettre pour les internautes avec le contenu de la télévision, qu’il ne peut l’être avec la musique, car le modèle économique traditionnel de la télévision est déjà celui de la diffusion “gratuite” de ses contenus (financés indirectement par la publicité ou la redevance), alors que l’industrie musicale ou le cinéma se sont toujours basés sur un modèle de paiement direct.

Vidéo et contenu généré par l’utilisateur

– Autre hypocrisie de ce “marais” de la vidéo en ligne : où est le fameux “contenu généré par les utilisateurs” (UGC) ? La quasi totalité de ce qui tourne sur les plates-formes de partage vidéo est du contenu professionnel “mis en ligne” par les utilisateurs (et contre la volonté de leurs propriétaires). Le bilan de l’UGC en matière de vidéo est proche de… rien du tout ! Les sites de partage vidéo ne sont donc pas en mesure de tourner avec un réel contenu UGC.

– La qualité de ce contenu, quand bien même il est professionnel, mérite qu’on se pose des questions : c’est le règne du zapping, du contenu de quelques secondes, qui privilégie le totalement anecdotique, le spectaculaire, le sensationnel et le people, tiré le plus souvent du pire de la trash TV.

– Dernière hypocrisie enfin, mise en évidence par Benoît Raphaël, sur Demain tous journalistes ? : si FullHDReady a rencontré un tel succès sur Dailymotion, c’est que le zapping qu’il proposait répondait un besoin des internautes, et que personne ne le faisait à sa place (même si on peut s’interroger au fond sur la “qualité” de ce besoin, et sur la dérive générale de l’information, sur le net comme ailleurs, vers la “fast-news”, superficielle et anecdotique).

– Les contenus mis en ligne par FullHDReady étaient repris par nombre de blogs et même des sites d’information professionnels, comme 20minutes.fr ou lepost.fr, qui en faisaient grand usage. C’est cette possibilité de reprise, qui permettait que ces contenus donnent lieu à des billets et des commentaires, et animent la vie sociale du net (à défaut de réellement nourrir l’information ou la réflexion, à de rares exceptions près…). Où veulent en venir les chaînes de télévision en bloquant ce processus ? Je ne suis même pas sûr qu’elles y aient réfléchi…

2 Comments

  1. Merci Narvic pour ton billet tres complet.
    Pour ma part , je penses totalement tomber dans la categorie buzz sensationaliste puisque plus d’un billet sur deux que je publies le relais de ce genre de video tres “zapping”… En meme temps c’est un format que j’assumais que ce soit pour diffuser de l’anecdotique rigolo ( le stylo roumain de sarkozy) ou des sujets pretant a plus de reflexion ( Les echanges verbaux entre bayrou et bertrand a propos de la laicite).

    Mais effectivement comme je le soulevais dans un billet a propos de FullHDReady , il est temps que je remette en cause le fonctionnement, le contenu de mon blog.

    A propos de ton questionnement sur l’objectif des tele a faire retirer ses videos, je penses que incessement sous peu TF1 , F2 et les autres chaines pratiqueront des zapping du style de ce que faisait FullHdReady sur leur propre plateforme et a la destination des blogs tout en y integrant de la pub..

    Un detail cela dit , FullHdready a souligne que dans le cadre de la fermeture au prealable de son compte youtube les ayant droits n’etaient pas les tele, mais plutot des vendeurs de contenu exclusif au tele tel la ligue de footbal

  2. @ Garçon

    Que les blogs reprennent, rediffusent et commentent ce qui est en ligne, c’est un peu le but du jeu, et je n’y vois rien à redire… du moment qu’ils apportent quelque chose de plus… :o)

    le +, ça peut être :

    – le rôle de veilleur : repérer avant les autres ce qui peut intéresser d’autres, le mettre à disposition (comme FullHDReady), ou le diffuser (comme toi). Mais ceux qui relaient des vidéos déjà vues partout, pour grappiller un peu de trafic via Google n’apportent pas grand chose…

    – le rôle de commentaire : drôle ou profond, intelligent ou absurde… Peu importe, du moment qu’il y a un regard, une idée, une réflexion, un rapprochement, enfin quelque chose de +. Ceux qui se contentent de relayer la vidéo brute n’apportent rien non plus…

    Mais il y a tout de même lieu de s’interroger sur le cadre légal de toute cette affaire… Même si le cadre actuel me semble trop rigide… La question du droit de citation n’est pas très claire, à mon avis, en matière de vidéo. Moins claire à mes yeux, en tout cas, que la citation pour le texte…

    Il faudrait mettre un peu plus de clarté dans tout ça… 😉

    Et puis surtout, ce serait bien que tout le monde réalise que l’info, c’est pas des vidéos de 45 secondes. Ça, c’est juste du buzz pour rigoler (et c’est pas mal de rigoler !). L’info, c’est ce qui aide à comprendre !

Comments are closed.