sur le web

Le Figaro fait passer les blogs à la caisse !

Via Tubbydev, j’apprends la nouvelle assez étonnante : le Figaro entend désormais faire payer la reprise en ligne de ses articles, et envoie la facture de la pige aux blogueurs !

La première “victime” signalée de cette pratique nouvelle est le blog Impôts utiles, qui mentionne l’histoire, à l’occasion d’un billet sur le coût des mesures policières du passage de la flamme, reprenant des informations du Figaro.

Impôts utiles indique avoir reçu du Figaro le message suivant :

(noir)Vous avez reproduit, semble-t-il, sans autorisation préalable un article issu du fonds du Figaro. Il manque par ailleurs, le crédit auteur : JM Leclerc/ Le Figaro
Les droits de reproduction pour un tel usage sont de 150 euros HT.
Merci donc de me confirmer vos coordonnées afin que nous puissions vous faire parvenir une facture. Sans réponse de votre part sous huitaine, Je transfererai votre dossier à notre service contentieux avec la mention: contrefaçon.

(/noir)

Le blog a donc retiré les éléments tirés du Figaro, et renvoie désormais vers… Le Monde et Wikipédia. 😛

Même si Tubbydev s’en étonne, rappelons que le Figaro est en effet parfaitement dans son droit, si la reprise de son article excède la courte citation avec mention de la source (le “crédit auteur”, comme dit le jargon du message du Figaro).

La plupart des blogueurs l’ignorent, mais les articles de presse sont couvert par le droit d’auteur. Leur reprise (en ligne ou ailleurs) est donc bel et bien soumise à autorisation, et elle n’est pas gratuite ! On connait désormais le tarif de la pige du Figaro (le “droit de reproduction”), soit 150 € HT.

(Edit (22h00) : il conviendrait toutefois de vérifier que Le Figaro est bien le détenteur des droits d’auteurs pour les articles de son journaliste de la rédaction papier publiés sur internet, ce qui ne va pas de soi. Cette “transmission” du droit d’auteur n’est pas acquise pour les journalistes embauchés “avant” le net. Elle doit faire l’objet d’une modification du contrat de travail initial du journaliste, ce que tous n’ont pas accepté (moi, par exemple !). Pour les “jeunes” journalistes, la question ne se pose plus, elle est réglée dès l’origine, à leur embauche…)

Ce qui est très nouveau et étonnant, c’est qu’un site de presse entende désormais faire respecter ce droit, au sujet d’un blog, alors que les journaux ne semblaient pas du tout se soucier de cette question auparavant.

S’agit-il d’un cas isolé, ou bien du début d’une offensive de la presse contre les blogs ? Devrons-nous dans ce cas, nous aussi, soumettre à la taxe les journaux qui reprennent nos billets de blogueurs ?

Post-scriptum : les billets de novövision sont placés sous un autre régime que ceux du Figaro… La licence Creative Commons sous laquelle ils sont placés vous autorise à les reproduire gratuitement, mais à certaines conditions : pas de modification, mention obligatoire de la source et surtout pas d’utilisation commerciale… :o)

Complément (22h00) : je reprends ici une partie de mon commentaire chez Tubbydev, qui complète ce billet :

(noir)Sur la motivation du Figaro:
Je l’ignore, mais c’est en effet très étonnant. Il faut peut-être prendre en compte l’ampleur de la citation sur le blog en question : c’était l’intégralité de l’article ou juste une citation ? Sachant qu’à ma connaissance l’adaptation du concept de citation du papier vers le net n’est pas encore réellement claire : il n’y a pas vraiment de “lignes” pour du texte en html 😉

(noir)D’un autre côté, ça me fait un peu penser à l’épisode de la vidéo “Pov’Con”: le parisien.fr a tenté de faire la chasse à tous ceux qui reprenaient sur les sites de partage (sans beaucoup de succès d’ailleurs). Les journaux commencent à voir l’intérêt du buzz autour de leur contenu pour créer du trafic sur leurs sites, mais ils comprennent mal son fonctionnement et sont très maladroits dans leurs tentatives de le contrôler. C’est peut-être juste ça : une tentative très maladroite de ne pas laisser s’échapper le bénéfice du buzz. Sans réaliser l’ampleur du buzz négatif que ça va provoquer maintenant :-))

(/noir)

Mise à jour (15 avril) : je ne découvre qu’aujourd’hui la réponse du Figaro à ce sujet, interrogé par Blogonautes, “Le Figaro rappelle à l’ordre des blogueurs qui avaient recopié sur leur blog un article dans son intégralité”.

On apprend donc que trois blogueurs sont concernés, et que le Figaro leur reproche une reprise intégrale de son article (ce qui n’est pas bien !). On retiendra également qu’il s’agit de la part du journal d’une manière d’avertissement :

(noir)“On ne va pas les poursuivre en justice si ils enlèvent l’article. Je veux juste leur faire comprendre que ce qu’ils font n’est pas bien”, précise Marie-Céline Courtet (du Figaro), qui justifie ce choix de parler de facturation en disant : “C’est en touchant les gensau porte-monnaie qu’on les convainc le mieux !” Elle ajoute que son mail a été efficace : les trois blogueurs qu’elle a contactés lui ont répondu dans les deux heures, et tous ont retiré l’article.

(/noir)