sur le web

Le blog d’Eolas, le premier média du deuxième type

Tournez-vous en ce moment vers le blog d’Eolas. Il s’y passe quelque chose d’inédit et d’assez fascinant pour un observateur des médias : quand un vrai blog, pour la première fois dans l’espace francophone, acquiert un statut de média à part entière, contribuant à déterminer l’agenda de l’information politique pour l’ensemble de l’espace médiatique, car c’est bien là que ça se passe…

J’avais déjà souligné ici ce “jour où Maître Eolas est devenu un média de référence”. Le rôle joué par ce blog actuellement dans la fronde des milieux judiciaires contre la politique de la ministre de la Justice Rachida Dati, lui fait franchir une étape supplémentaire.

Comme le souligne Pascale Robert-Diard dans Le Monde, dans un véritable hommage qui a valeur de consécration médiatique en soi, le blog d’Eolas est devenu un point de rencontre – et de mobilisation – des avocats et des magistrats de ce pays dans leur révolte contre la politique du gouvernement.

D’ailleurs, le porte-parole de la ministre, Guillaume Didier, doit aujourd’hui se déplacer lui-même en personne , en humble commentateur, pour défendre chez Eolas – comme dans les autres médias !- le discours dont il est porteur.

Ce blog prend la forme d’un “cahier de doléance” ouvert, comme le souligne un commentateur habituel, car c’est bien là que les avocats d’abord, les magistrats désormais, ont choisi d’exprimer leur colère et non dans les médias traditionnels, par le relais des canaux habituels de leurs syndicats et autres représentants. Et s’ils continuent de le faire tout de même par ce biais, ils semblent croire aujourd’hui que ce sera plus efficace chez Eolas, ce qui témoigne tout de même d’un véritable renversement…

Anatole Turnaround, chez Eolas :

(noir)C’est le tsunami des citoyens éclairés !

(noir) Les nouveaux cahiers de doléances de 1789!

(noir)Venez-tous ! Citoyens, gendarmes, avocats, policiers, juges, avoués, jurés, procureurs, éducateurs, greffiers, médiateurs, enquêteurs sociaux, gardiens de prison, délégués des procureurs, huissiers audienciers, concierges des palais de justice, chauffeurs des premiers présidents, expert auprès des tribunaux, femmes de ménage dans les tribunaux, et pardon à ceux que j’oublie … Venez raconter ce que vous vivez, ce que vous voyez ! BAc + 8 ou Bac -2. Heureux, soupçonneux, furieux, tout est bon. Eolas nous offre une occasion en or de parler, d’apprendre et de construire. Venez-tous !

(noir)Ici, on vous attend.

(/noir)

Les magistrats invités d’Eolas, tels que Gascogne et Dadouche, prennent le relais de l’avocat pour tirer à boulets rouges sur Rachida Dati. Lulu les rejoint aujourd’hui. Et les commentaires par centaines accompagnent cette véritable libération de la parole des robes noires.

Aucun média traditionnel n’était parvenu à recueillir cette parole, avec toute sa véhémence et sa sincérité, à traduire cette colère qui monte et menace aujourd’hui d’exploser. C’est un blog qui le fait.

Du point de vue de l’observation des médias, il est bel et bien en train de se passer quelque chose.

—-

Mise à jour (jeudi 16h00) : lire la suite…

“Eolas est un média. La preuve par 57”

6 Comments

  1. Je ne connais pas tout, mais Maître Eolas est un des plus grands intervenants sur la toile et justement parce que son travail ne se limite pas à l’encerclement idéologique de Rachida Dati.

    C’est justement parce que son travail d’explication de la justice française peut être jugé d’utilité publique.

    S’opposer ou non à RD ou à NS,c’est s’abaisser au niveau du people.

    Et il me semble qu’Eolas a une dimension supérieure à ce simple travail idéologique.

    Ce qui est intéressant chez Eolas, c’est qu’il ne se réfléchit pas en journaliste ou en blogueur, mais comment il peut être utile à son concitoyen avec ses connaissances.
    Cette attitude est juste car elle élimine en fait tout effet de “posture” lassant pour le public.

  2. La proto-presse pré- et pér-irévolutionnaire a fonctionné exactement pareil. Les types commençaient par se publier des éditoriaux rageurs seuls, sur un sujet politique précis, puis ils publiaient des gens aux idées proches. Tout ça malgré le mépris actif des “philosophes” comme Voltaire qui réclamait qu’on fasse taire les journalistes de ce type, car ils étaient vulgaires (ils s’adressaient à tous et non seulement aux dirigeants et aux autres philosophes) et non inféodés au pouvoir. Voir les querelles Voltaire-Fréron.

  3. Je ne cherche pas à minimiser le blog d’Eolas, bien au contraire, mais il me semble que dire çe que vous dites c’est balayer d’un revers de la main tous le travail fait par beaucoup d’autres blogueurs.

    Et, comme ça, sans me creuser trop la mémoire, je citerai au moins un blog qui mériterais aussi votre appréciation: celui d’Étienne Chouard.

Comments are closed.