sur le web

Journalistes versus blogueurs : Le Monde remet ça (re-publié)

—-

Mise à Jour (dimanche 21 h30) :

Après avoir publié ce billet samedi, puis l’avoir retiré et remplacé dans l’après-midi (je m’en explique ici), je le republie à la demande très aimable et générale de Laure (en privé), de Palpitt (sur Twitter) et de Marc Vasseur (sur son blog), pour venir en soutien à Stanislas Magniant (sur PR2Peer). Oui, en plus, c’est très inconstant, un blogueur. 😛

—-

Lecture dispensable d’un article de Xavier Ternisien dans Le Monde, un peu rapidement qualifié d’“enquête” à mon goût. Abordant la question sous l’angle “Les blogs : info ou influence ?”, le journaliste se livre plutôt en filigrane à un plaidoyer en défense d’un journalisme imaginaire, accumulant poncifs et préjugés sur les blogueurs.

D’un autre côté, il est amusant de voir ces journalistes à l’ancienne (Xavier Ternisien est à peu près de mon âge 😛 ), multiplier les attaques contre les blogueurs (dans Le Monde récemment encore), mais ne suscitant plus vraiment autre chose chez ces mêmes blogueurs qu’un sentiment partagé entre l’indifférence (on ne relève même pas) et l’ironie (lire sous cet angle : Vinz : Les journalistes : cocus ou aigris ? ou – plus acide – Eolas)…

Inconséquence et confusion

Ce qui est déconcertant dans le propos de Xavier Ternisien, c’est de dire que les blogueurs ne sont pas des journalistes, d’indiquer que “la plupart des blogueurs ne se considèrent pas comme journalistes”, alors que le fond de sa critique est de leur reprocher justement de ne pas se comporter… comme des journalistes ! M’est avis qu’il y a comme une inconséquence dans le raisonnement, peut-être même un peu de confusion…

Le journaliste annonce dans son premier paragraphe qu’il va s’intéresser aux relations des blogueurs avec les entreprises, mais il parle aussi beaucoup de leurs relations avec les politiques et aussi avec la presse et les journalistes, au risque de mélanger tout et sans signaler que tous ces blogueurs qu’il met dans le même sac sont des blogueurs différents, que la “blogalaxie” est un monde d’une infinie variété. Bref, il se livre là à une généralisation, abusive à mon sens. Une véritable enquête sur les blogueurs l’aurait rapidement conduit à considérer le sujet dans toute sa complexité.

Opération de promo et service après-vente

Je relève quelques passages savoureux.

Ainsi une publicitaire se désole, et le journaliste s’en fait l’écho comme avec gourmandise : “Doit-on envoyer des produits, des livres aux blogueurs, les inviter aux voyages de presse, en sachant qu’il faudra tout payer, car ils ne sont pas défrayés ?” Tandis que lorsque les publicitaires invitent les journalistes et leurs offrent des cadeaux, on n’a donc pas besoin de “tout payer”, car ils sont “défrayés” (un peu)… Ça sonne presque comme un aveu.

La bonne question n’est-elle pas : pourquoi des journalistes acceptent de se laisser inviter par des publicitaires et de recevoir leurs cadeaux ? Avant de reprocher aux blogueurs de se faire agents de publicité, le journaliste ferait bien de faire le ménage devant sa porte : la quasi totalité du “journalisme” portant sur les bien culturels (livres, musique, cinéma…), surtout à la télévision et à la radio, mais pas que, n’est-il pas aujourd’hui autre chose qu’une gigantesque opération publicitaire permanente ? Les artistes ont au moins cette franchise de reconnaître que tout ça n’est rien d’autre que “de la promo”. Simone Signoret utilisait, en son temps, la jolie formule de “service après-vente”… Les journalistes sont-ils fidèles à leur éthique professionnelle d’avoir accepté de marcher comme un seul homme dans cette vaste combine médiatico-publicitaire ?

“Un rôle de prescripteurs décisifs”

Le journaliste relève que “dans certains secteurs, les blogueurs jouent un rôle de prescripteurs décisifs”. Ce qui doit certainement expliquer l’intérêt dont ils sont l’objet, en effet, de la part des publicitaires. Mais la bonne question n’est-elle pas de se demander pourquoi les blogueurs jouent un rôle de prescripteurs si “décisifs”, que les journalistes, eux, ne semblent plus guère avoir ?

Le journaliste manque peut-être de peu une réponse possible à la question qu’il ne s’est pas posée, quand il fait parler un autre publicitaire qui remarque : les blogueurs “sont dans une subjectivité totale par rapport à leur sujet. Ils vivent leur activité comme une passion. Ils se racontent.” Il est peut-être là le secret de leur “rôle de prescripteurs décisifs”, précisément…

Et si la subjectivité revendiquée de ces blogueurs venaient, en quelque sorte, pallier le manque de distance et d’objectivité des journalistes, ressenti par le public, vis à vis de cette vaste mise en scène publicitaire, dont les journalistes acceptent d’être les acteurs, sans reconnaître jouer un rôle ? Comme le dit le sociologue Denis Muzet, dans “La Mal info” : à défaut d’une relation de confiance distendue avec les médias et les journalistes, le public renoue dans les blogs avec les blogueurs une relation de connivence.

Encore le coup du “chirurgien-citoyen”

Plus agaçant, le journaliste Eric Marquis nous refait le coup du “chirurgien-citoyen” : “A force de dire que tout le monde peut être journaliste, on dévalorise ce métier et on occulte le fait que la bonne information a un coût. Après tout, on ne parle pas de “chirurgien citoyen”.

L’argument est éculé et faux. Il n’y a pas de “chirurgien-citoyen” car l’exercice de cette profession requiert des compétences techniques précises et codifiées, sanctionnées par un diplôme d’Etat obligatoire. Les pratiques éthiques de cette profession sont également codifiées, contrôlées et sanctionnées par une instance déontologique qui peut aller jusqu’à interdire l’exercice de cette profession à ceux qui sont pris en défaut. Toutes choses qui font totalement défaut dans le journalisme.

—-

Complément (dimanche 21h30) :

Lire également à ce sujet :

Le journalisme, ou le professionnalisme du flou (juillet 2008)
L’introuvable déontologie des journalistes (avril 2008)

—-

Réaction et correction

Comme le signale Versac en fin d’article : “L’espace public numérique joue un rôle de complément, il est donc assez logique qu’il soit en réaction et en correction”. Je suis assez d’accord avec ça. C’est d’ailleurs de ce rôle “en réaction et en correction” que relève ce présent billet dans sa totalité. Ne surtout pas aller y chercher du journalisme. Ni de l’“info”, ni de l’“influence”, mais du commentaire et de l’opinion, en toute subjectivité et en pleine sincérité. Je me désole juste un peu que l’article de Xavier Ternisien soit présenté comme une “enquête”, sous l’égide du journalisme, alors qu’il ressemble plus, à mon avis, à un billet de blog comme celui-ci, exprimant, en toute subjectivité, rien d’autre que sa propre opinion, en toute subjectivité, avec tous… ses préjugés.

Et voilà pour mon billet de mauvaise humeur d’un week-end à la météo déplorable… 😛

—-

Compléments (dimanche 21 h30) :

Pour documenter un peu la véritable enquête – à venir – de Xavier Ternisien sur la question blogueur/journaliste, je me permets de lui indiquer quelques pistes de lectures tirées de ce blog, sur lequel on a abondamment traité et débattu de cette question depuis près de deux ans :

Blogeurs vs journalistes : à la fin les blogueurs gagnent, par e-Cédric (juillet 2008)

par narvic :

Blogueurs et journalistes : premières leçons d’une Odyssée de l’info (janvier 2009)
Le blog est l’avenir du journalisme (janvier 2009)
Les sites d’info doivent-ils migrer sur Facebook et dans les blogs ? (janvier 2009)

Les blogs de journalistes grillent les hiérarchies de la presse (novembre 2008)
Eolas est un média. La preuve par 57 (octobre 2008)
La liberté retrouvée ou la naissance d’un néojournalisme dans les blogs (septembre 2008)
La responsabilité du blogueur et du journaliste (septembre 2008)

Les blogueurs sont déjà des journalistes, et ils ne le savaient même pas (juillet 2008)
Tous les journalistes feraient bien de tenir un blog… (juillet 2008)

Le blogueur a tué l’éditorialiste et c’est tant mieux (mai 2008)
Journalistes vs blogueurs ? (juin 2007)

narvic sur Transnets : « Blogalaxie/2 : collisions et métissages » (juillet 2008)

2 Comments

  1. Marrant je suis également tombé sur cet article. Totalement d’accord avec toi Narvic. C’est consternant. Ca reprend en résumé ce qu’on disait la semaine dernière.

Comments are closed.