la cuisine

Je vais mettre de la pub sur ce blog

J’y réfléchissais depuis un moment et je suis bientôt prêt à la faire : je vais mettre de la pub sur ce blog. Je vais le faire par provocation 😛 et comme expérimentation B-) …

Une provocation, un peu dans même la démarche, mais à l’inverse, de celle qui m’a fait sortir du classement Wikio des blogs : il est bien plus confortable de le critiquer de l’extérieur. :o) Si je trouve ça nul en effet, pourquoi rester dedans ? Pour la pub, c’est l’inverse : me placer justement dans la position inconfortable de celui qui en croque comme les autres, pour être en meilleure posture pour parler du sujet.

Un expérience ensuite, pour observer des mécanismes et apprendre de leur fonctionnement, une expérience comme mise à l’épreuve de mes propres théories aussi et de ma propre capacité à tenir une ligne peut-être pas aussi facile à tenir que je le prétends pour les autres…

C’est une manière de reconnaître aussi une position peut-être un peu idéaliste, voire intégriste, parfois, j’avoue : dénoncer les dérives des billets publicitaires dans les blogs et celles du marketing rédactionnel et de la course à l’audience dans les médias, en me drapant dans la vertu du blogueur pur et sans tache : ni pub, ni classement. C’est quand même un peu too much… :))

Une expérimentation surtout. Autant, pour la question plutôt futile des classements de blogs, il ne me semblaient pas spécialement indispensable d’étudier ça de l’intérieur, autant pour la pub l’affaire s’avère nettement plus compliquée…

Votre avis m’intéresse sur cette expérimentation, à laquelle vous êtes invités à participer. Je vous présente donc en détail, avant de lancer cette opération, mes objectifs, mes engagements, le dispositif envisagé. A vous de me dire ce que vous en pensez…

La pub, comment ça marche ?

L’enjeu vaut le coup, à mon avis. On a beau, sur ce blog et un peu partout ailleurs, tourner la question dans tous les sens, la pub semble bel et bien pour le moment le seul avenir du journalisme en ligne et du financement de la production des contenus en général. Google a pris une place absolument centrale sur le web, et Google, c’est surtout… une énorme régie publicitaire. Les rapports, parfois difficiles entre blogueurs et journalistes semblent tourner pour l’essentiel autour de la question de la professionnalisation des blogs (ce qui revient à la question de savoir comment et à quelles conditions on peut tirer un revenu de cette activité) et de la déontologie des journalistes, qui les mettrait, parait-il, à l’abri des tentations face auxquelles les blogueurs seraient, quant à eux, désarmés.

Toute une série de questions se posent, et c’est bien moi qui suis, pour le moment, plutôt désarmé pour y répondre. La pub en ligne, comment ça marche ? Combien ça rapporte ? Qu’est-ce qui rapporte et qu’est-ce qui ne paye pas ? La pub exerce-t-elle une réelle pression sur les contenus qu’on produit ? Est-ce qu’on écrit pour la pub, comme on écrit pour Google et le référencement ? Quelle est la réaction des lecteurs ? La pub les fait-elle fuir ? Les rend-elle suspicieux sur la qualité et l’honnêteté du contenu qui va avec ?

Je n’ai pour le moment que des sources indirectes pour aborder ces questions, et, vu la discrétion bien française sur les affaires d’argent, les blogueurs comme les médias sont finalement fort discrets et évasifs quand on aborde le sujet…

Une expérience de laboratoire

Justement, ce blog est pour moi depuis l’origine… un laboratoire. C’est à travers l’expérimentation en labo que j’ai abordé jusque-là les questions de l’audience, du buzz, du référencement, de la relation aux lecteurs et aux commentateurs, du fonctionnement de la blogosphère, du rapport blogueurs-journalistes, du partage de liens ou de la question de Google, etc. Et la pub ? Il va falloir que j’y passe aussi.

Gagner de l’argent dans l’affaire ? Je ne me fais aucune illusion sur ce que peut rapporter de la pub dans un blog tel que novövision. :)) Si elle me rembourse les frais que j’engage pour l’hébergement du blog et la location de son nom de domaine, soit quelque dizaines d’euros à tout casser, je pourrais au moins dire que je blogue vraiment… gratuitement, et pas à mes frais. 😉

Comment va donc se dérouler l’expérience ? Tout tient dans l’objectif que je me fixe : continuer à bloguer autant que possible comme avant, mais avec de la pub dedans, et voir ce que ça change. Ce que ça change à la fois pour moi : ma ligne rédactionnelle sera-t-elle modifiée, même imperceptiblement ? Serais-je soumis à des tentations ? Placé devant des dilemmes ? Contraint à des compromissions ? Et dans la relation aux lecteurs, c’est à dire à vous, et aux commentateurs, c’est à dire vous aussi ? Est-ce que je modifie en profondeur le contrat de lecture – implicite – qui nous unissait jusque-là ? Serez-vous intéressés par l’expérience ou la prendrez-vous comme une trahison ? Ce sera à vous de me le dire (mes statistiques me donneront quelques indications également)…

La règle du jeu

Puisque l’objectif est de changer le moins possible, un certain nombre de règles s’imposent, qui forment une ébauche de charte de la publicité sur ce blog, une sorte d’engagement initial de ma part, auquel vous comme moi pourrons nous référer tout au long de l’expérience :

Le refus catégorique et irrévocable des billets publicitaires. D’abord et avant tout. Ce serait un tel revirement vis à vis de tout ce qui fait ce blog, que ça n’aurait aucun sens.

La stricte séparation des espaces rédactionnel et publicitaire (dont le refus des billets publicitaires n’est qu’une illustration). Cela signifie qu’une place précise sera réservée à la publicité, bien différentiée de celle réservée aux contenus : les billets, les photos, les commentaires et les revues de liens. Outre le refus des billets publicitaires, cela veut dire aussi le refus des liens publicitaire intégrés au texte des billets (oui, oui, cette formule odieuse existe, même si elle est finalement peu utilisée, fort heureusement !).

L’indication claire et sans ambiguïté de ce qui est de la publicité, avec la mention explicite “Publicité”, ou “Liens commerciaux”.

Refuser l’envahissement par le pub et la pub intrusive : rester très mesuré et prudent, en ne transformant pas ce blog en sapin de Noël, refuser les popups, les “habillages” de toute la page du blog, refuser les publicités recouvrant le texte, bref toutes les formules agressives (couleur, animation, son…) qui détournent et dispersent l’attention du contenu réel de ce blog.

Refuser de solliciter la publicité, ce qui implique que je n’entreprenne pas moi même de démarche auprès d’annonceurs ou de régies publicitaires, en dehors d’une affiliation initiale, ou d’un changement éventuel de prestataire. Il ne s’agit pas pour moi de développer une nouvelle activité de démarcheur publicitaire amateur, en marge de la rédaction des billets et de la conversation sur ce blog.

Tenir mon projet éditorial en dehors de la publicité. J’entends par là que la publicité ne doit pas intervenir dans mes choix rédactionnels ni en amont : écrire pour la publicité, ni en aval : chercher de la publicité en fonction de ce que j’écris.

Refuser les cadeaux, les essais de produits, les envois gratuits, les invitations à des opérations promotionnelles (qu’elles soient franches ou déguisées). Cela veut dire notamment un engagement personnel à ce que je continue de payer moi-même les services ou les produits payants dont je peux parler sur ce blog (des livres par exemple). Il faudra peut-être que je vous scanne mes tickets de caisse en librairie pour que ce soit clair. Pourquoi pas ?

Notez au passage que cette règle du jeu n’est rien d’autre que la stricte application de ce que demande, fort classiquement, la déontologie des journalistes. Je ne m’engage finalement à rien d’autre que de la respecter. 😛

Une expérience participative : votre rôle est essentiel

Tout ça me fait un peu de boulot à mettre au point, mais c’est surtout à vous que ça va en donner : cette expérience est en effet participative. :o) Je me place sous votre surveillance. Ce sera à vous d’observer et de m’avertir si je ne respecte pas la règle du jeu, ou même si, malgré cette règle du jeu, le contenu de novövision dérive imperceptiblement, sans que je m’en rende compte.

Une certain nombre des points de cette règle du jeu sont précis et faciles à vérifier. Mais d’autres sont plus subjectifs et constituent surtout des engagements de ma part. L’esprit humain est ainsi fait, je ne l’ignore pas, que l’on est pas toujours soi-même le meilleur juge de ses actes… C’est là que votre rôle est essentiel.

Les commentaires de ce billet resteront donc ouvert comme une sorte de forum permanent d’alerte des lecteurs sur mon respect de la charte publicitaire de ce blog.

Deux formules répondant à ce cahier des charges

Après un survol des formules publicitaires existantes, je suis amené à sélectionner deux formules qui me semblent répondre au cahier des charges que je viens de définir.

Publicités contextuelles Google AdSense :

Avantages :

Une formule très répandue, pas trop intrusive, mais qui doit être signalée clairement comme « publicité » ou “liens commerciaux”, avec une charte graphique qui ne fasse pas passer la pub pour du contenu en créant une confusion.

Un choix de pub censé être en rapport avec le contenu (contexte), mais qui reste à vérifier (c’est pas toujours une réussite, à ce que j’en vois ailleurs). Un choix de pub effectué par la régie pub de Google et pas par moi (avec possibilité tout de même pour moi de bloquer certains annonceurs).

Une rémunération liée aux clics, donc au choix des lecteurs, en fonction de l’intérêt que cette pub représente pour eux.

Inconvénients :

J’ai observé, déjà B-), que Google offrait des outils d’observation très sophistiqués de l’impact de ce type de publicité et la manière de l'”optimiser”.

Ça ne semble pas être seulement une question d’emplacement et de présentation (manifestement, Google encourage tout de même à “fondre” la publicité dans le contenu, mais sans aller trop loin dans cette direction. Cette affaire est… toute en subtilité !).

C’est aussi une question de mots-clès, déterminés par le contenu de la page (le “contexte” qui conditionnent la nature des publicités qui sont affichées). Et ces mots-clés n’ont pas tous la même valeur (et n’entraînent pas le même revenu !). C’est bien là que l’exercice devient périlleux. Je ne vais pas vous garantir que je ne vais pas regarder ça de très près, puisque c’est justement l’objet de l’expérience. Cette observation des mots-clés, de leur prix, de leur évolution, de ce sur quoi on clique et de ce qui “ne vend pas”, c’est précisément ce qui m’intéresse dans l’opération !

Cela va-t-il me pousser à orienter les thèmes de mes billets vers ces mots-clés qui payent mieux que les autres ? Vous le saurez en suivant les prochains épisodes… Et c’est vous qui me le direz !

Dispositif envisagé :

Je m’oriente vers un ou deux espaces de type “boîtes de liens commerciaux” sur chaque page d’article, mais je n’ai pas encore déterminé ni leur taille ni leur emplacement. Je serais vraisemblablement amené à faire des essais, puisque c’est une expérience ! L’intérêt de la démarche est précisément d’observer comment le revenu évolue selon le format et l’emplacement, en tâchant de ne jamais toucher à cette limite ou la publicité devient un repoussoir pour le lecteur. Peut-être aussi un ou deux blocs de ce type sur la page d’accueil… Ça reste à voir. L’objectif n’est pas de maximiser le revenu, mais d’observer comment fonctionne le système…

Partenariat Amazon pour la vente de livres :

Avantage :

Il s’agit de présenter des encarts publicitaires pour des livres, proposant un lien vers une librairie en ligne permettant de les acheter. Il s’agit plus de partenariat commercial que de publicité, la rémunération étant une commission sur les ventes (de 5 à 10% selon le nombre de ventes). L’observation de cette autre formule de monétisation me semble donc intéressante, à titre comparatif. On peut considérer cette publicité comme un service rendu au lecteur, qui ne donne lieu à rémunération que si le service est rendu.

Il me semble que l’on reste dans la thématique de ce blog, où je présente souvent des livres pour en recommander la lecture, ce qui est une manière – gratuite pour le moment – de vous en suggérer l’achat. Puisqu’il ne m’est jamais arrivé jusqu’à maintenant de parler de livres que je déconseillais (dans ce cas, je n’en parle pas, et je vous fais l’économie d’occuper votre attention sur quelque chose qui, justement, ne vaut pas le coup), il n’y a donc pas, me semble-t-il, à redouter de changement dans ma ligne rédactionnelle.

Questions :

Vais-je écrire plus souvent sur des livres ? Probablement oui. J’ai plusieurs dizaines de notes de lecture “en retard” à rédiger pour ma bibliothèque, sur des livres que j’ai lus ces derniers mois, qui sont tous en rapport direct avec la thématique de novövision. Cette expérience contribuera peut-être à ma motivation pour vous les écrire.

Cela va-t-il changer ma ligne éditoriale ? Dans le choix des livres, je ne crois pas. Mais ce sera à vous de me le dire. Il ne me semble pas que votre intérêt pour la bibliothèque de novövision soit qu’elle s’oriente vers la liste des meilleures ventes d’Amazon.com. Mais que je reste au contraire sur ma ligne : vous faire découvrir des livres intéressants sur ma thématique habituelle, qui ne sont guère défendus dans les médias traditionnels (et pas plus dans les blogs).

Les notes de lecture seront-elles plus courtes ? Probablement. Je m’aperçois que mes notes à rallonge me demande tellement de temps de rédaction et de concentration, que ça en limite finalement le nombre et la fréquence. Et j’accumule du “retard”…

Reste un engagement fondamental : vous assurer que j’ai lu, et que j’ai lu en entier, les livres dont je parle. Là, il faudra croire en ma bonne foi. Mais je vous crois assez intelligents pour détecter rapidement des fraudes éventuelles de ma part sur cet engagement. Et que ceux qui ont un doute m’interpellent directement à ce sujet : on en discutera entre grandes personnes. 😉

Dispositif envisagé :

J’envisage de faire appel à trois formules proposées par Amazon :

Un encart, avec une photo et un lien, pour chacun des livres présentés, permettant son achat en ligne. Présenté sur la page du billet parlant de ce livre, probablement disposé en pied de billet (je serai peut-être amené à tester différents emplacements).

Une page spéciale, la “librairie de novövision”, récapitulant l’ensemble des livres que j’ai sélectionnés et permettant de les acheter.

Un widget, probablement présent sur plusieurs pages (à déterminer), présentant une sélection de la “librairie” et lui donnant accès.

Votre avis m’intéresse…

Si j’écris ce billet avant de lancer mon opération “De la pub sur mon blog”, c’est pour vérifier avant, avec vous, si cette expérimentation reste conforme dans votre esprit au contrat de lecture que nous avons établi depuis quelques mois et qui fait le succès d’audience de novövision (un succès qui ne se dément pas d’ailleurs, de mois en mois, je vous le confirme, l’audience de ce blog étant en croissance continue depuis l’origine).

La publicité n’a jamais été un tabou sur ce blog : j’en parle souvent, je relève un grand nombre de liens à ce sujet tous les jours dans ma revue web, et je n’oublie jamais de traiter ce thème de l’avenir des médias et du journalisme sous l’angle économique, c’est à dire celui de l’argent.

Je m’attends, bien entendu, à entendre l’argument selon lequel mettre de la publicité sur mon blog serait un reniement ou une trahison, ou même tout simplement une mauvaise idée. J’attends donc cette argumentation, je tâcherai de l’écouter, et d’y répondre. Peut-être ceux qui la défendent parviendront-ils à me dissuader de mon projet…

Mais d’autres seront peut-être aussi intéressé par l’expérience, l’observation participative à laquelle je vous convie, les enseignements que j’en tirerai et dont je vous ferai part.

Le débat est ouvert : à vos claviers…

—-

Mise à jour (23/11/08) :

Lire aussi :

– Titiou Lecoq, Girl and geek : Les blogs, la pub et Narvic

29 Comments

  1. Bonjour

    Tout d’abord, j’adore ce blog pour la qualité et la pertinence de ses billets.

    Bien que j’apprécie beaucoup le design du site (sobre, beau, classe), je viens rarement sur le site car le le lis la majeure partie du temps via mon lecteur RSS. Donc à priori, dans l’état actuel des choses, je ne devrai pas être impacté par les AdSense.

    Concernant Amazon, je suis très partagé. Je suis très attaché à l’existence d’un réseau de libraire indépendant, qui permettent une offre diversifiée de livres.

    Bien cordialement et merci beaucoup pour votre blog.

  2. Ph|re : je n’ai jamais autant acheté de livres d’occasion chez des libraires indépendants que depuis que j’ai un compte sur Amazon. Ces petites librairies locales, ou je n’irais jamais physiquement parce qu’aux quatre coins du pays (les US dans mon cas), mettent leurs catalogues, avec souvent des vieux trucs épuisés et introuvables, sur Amazon et Abebooks (et d’autres), et ils vendent des centaines de livres chaque jour par ce moyen.

    Narvic : je ne verrais jamais tes publicités, grace a Adblock pour Firefox. Je suis allergique. Ton site, contrairement a la plupart des affreux blogs modernes gonflés d’air et tueurs de bande passante, a peu de liens externes, mais un coup d’oeil sur mes filtres montre que je bloque deja les liens vers “addthis.com” et “mybloglog.com” (trois liens en tout, c’est tres peu).

    Cela dit, ta “regle du jeu” me parait relativement convenable et reflechie.

  3. SIC a dit :

    ” La publicité est une maîtresse exigeante, et qui dort avec un chien attrape ses puces. ”

    Je ne saurais mieux dire 🙂

    Dans la série “Le saviez-vous ?” :

    “On a le droit d’avoir plusieurs sites : certains avec pub, d’autres sans.”

    Méditez …

    Et tiens, je vais laisser l’adresse de mon blog, pour les téméraires : SEO berSZerkers

  4. blablabla … déontologie des journalistes … blabla

    tout est résumé pour moi, dans ce cadre là, je ne remarque même pas les pubs à l’écran, même pas besoin d’adblock 🙂

  5. Je comprends bien la volonté d’aller voir au-delà d’une frontière, pour mieux se mettre dans la peau des blogueurs à pub. C’est le côté Luke Skywalker explorant le côté obscur avant de revenir au côté lumineux… Sauf que c’est une fable et que dans la vie réelle nous savons bien que ce qui caractérise l’innocence, c’est l’irréversibilité.

    Je pense que tu es toutefois suffisamment sage pour savoir où tu mets les pieds, et les revenus trop faibles pour faire tourner les têtes.

    Quitte à essayer, autant passer par Google : les risques pour les thèmes abordés seront plus grands (insertion plus ou moins claire, variété des messages publicitaires), alors autant se mettre en danger un peu plus qu’avec Amazon.

  6. super idée, on va suivre cela comme le déroulement d’une enquête cqfd
    ps pendant combien de temps, allez vous poursuivre cette expérience ?

  7. Bonne idée cette enquête sur la pub. Tiens cela me donne envie de faire la même chose sur la prostitution. Allez hop ! Immersion pendant 2 ans et je vous fais un article. On en reparle.

    Plus sérieusement, un jour viendra où un site qui n’aura PAS de pub paraitra suspect. On lui demandera : ” Comment vous financez-vous ? Pourquoi écrivez-vous ? ” On craindra que ce blog soit le sous-marin d’un groupe d’influence.

    Je ne vois pas trop le problème avec des pubs Adsences sur un blog ( j’en ai sur le mien). Je ne comprends pas comment elles peuvent influer sur la ligne éditoriale. Elles me semblent le type de publicité le plus “clean” puisqu’on ne les maitrisent pas. Le malheur est qu’elles ne rapportent pas grand chose. 🙁

    @ Narvic, curieusement l’émoticone “qui pleure” d’Agoravox ne fonctionne pas ici. Or j’en ai bien besoin vu la façon dont vous me traitez. Pourriez-vous rectifier cela ? Merci d’avance.

  8. Moi, je dis enfin 🙂

    Je suis un adepte du click sur une pub quand j’ai trouvé l’article bien/intéressant/passionnant etc.

    La pub n’a rien pour moi d’honteux tant qu’elle reste “polie” c’est à dire qu’elle reste dans son coin, pas trop intrusive (mais pas non plus invisible).

    Et la pub, c’est tout de même le moyen de vie de beaucoup de monde sur le net. D’où mon refus tout net d’AdBlock… qui est une forme de projection sur internet de la théorie du passager clandestin en politique.

    Bonne chance Narvic, et franchement, vu que ton blog est il me semble très lu, je pense que tu peux espérer gagner plus que quelques 10aines d’euros…

  9. j’aime ce blog pertinent, aux avis tranquilles, calmes et mesurés, et je ne suis hostile ni à la pub ni aux billets sponsorisés… mais là, je dois dire que je trouve ça pour coup assez drôle… Enfin, tu es libre, c’est ton blog, et je ne vois pas où est le mal de vouloir gagner de l’argent (l’argent sert à faire toutes sortes de choses essentielles). La pub ne va pas changer ta façon de réfléchir, mais ces arguties intellectuelles me semblent un peu compliquées. Très françaises, très catho, très… Mais ce n’est pas une critique, je comprends, il est dur de sembler vouloir tirer un parti rémunéré de son intelligence. Enfin, c’est difficile en France. On doit flotter dans le monde idéal des idées. Je ne voudrais pas sembler trop lourde, mais qui peut se passer d’argent? Pourquoi finasser? Pourquoi ne tirerais-tu pas un profit de tes analyses, nom d’un chien? L’obsession du désintéressement m’écoeure un peu, parce que l’on retombe dans un travers intellectuel que je trouve pire : l’orgueil – l’orgueil du pur esprit. (Et dieu sait que des esprits désintéressés et supérieurs abondent sur la blogosphère, et ne me paraissent pas plus sympathiques que les petits garçons qui veulent gagner des sous et des gadgets – en revanche, ils sont plus intéressants).
    Bref. J’espère que ces remarques ne semblent pas désagréables. Je ne veux pas l’être. Vraiment j’aime beaucoup ce blog (même si – en comparant avec le mien – on ne le croirait pas – où la curiosité va-t-elle se nicher !)

  10. Narvic : Mettre de la pub sur un site qui n’en avait pas avant est une expérience nécessairement participative : si le contrat de lecture est un jour rompu (si la ligne éditoriale change, si tu sors des billets sponsorisés) enre toi et nous, tes lecteurs, nous ne manquerons certainement pas de te le faire remarquer – ou dans les commentaires ou via le nombre de pages vues. Et puis c’est ton blog, après tout, tu fais bien ce que tu veux.

    Ceci dit, c’est sympa de prévenir 😉

  11. Pourquoi pas ? j’espère que vous avez les nerfs plus solides que le maheureux Presse Citron !

    Mais c’est vrai qu’on peut faire très attention à ne pas lire les Ad pachins de Google : c’est suffisament discret !

    Cela dit, quelle est la motivation ? Avez vous vraiment besoin de fric ? Ou testez-vous votre propre notoriété ?

  12. J’ai vraiment du mal à lire les commentaires dans ce noir-au-blanc ou les lettres sont trop fines ! Vous y êtes vraiment attaché ? Question ergonomie pour vos lecteurs, ça ne me parait vraiment pas la meilleure solution !

  13. Des nouvelles du front :

    Premier essai avec un encart Amazon sur les pages d’article : il mène à une page “librairie” avec ma sélection de livres.

    Dans la bibliothèque : un encart est ajouté à la fin de chaque note de lecture, avec un lien pour acheter le livre.

    Je vais en rester là pour le moment. On verra plus tard pour Google AdSense… 😉

  14. J’ai l’impression que la fonctionnalité Amazon peux fonctionner vraiment comme un service. Adsens je doute énormément.

    + 99999999999999 pour la lisibilité des commentaires. Si au moins il y avait un bénéfice à cette expérimentation ca serrai bien celui là. Car pour Addword je doute.

    Par rapport à ton public la question de tes feeds est une question pertinente à mon avis.

  15. @ Benoît et Jean-Baptiste

    Je vais travailler à cette question de l’affichage des commentaires. Mais j’apprends en marchant et je ne suis pas un gourou des feuilles de style en cascade (CSS). 😉

    Sur Amazon : le résultat me semble plutôt pertinent pour le moment. Il est en tout cas totalement maîtrisable. Reste à voir si mes lecteurs sont réellement intéressés par un tel service. En tout cas, j’ai nourri la bête, et comme ça, vous saurez ce que je lis en plus de mes notes de lecture. 🙂

    Pour AdSense, ça se révèle déjà beaucoup plus compliqué. Google a réagit très rapidement pour me fournir le code à insérer dans mes pages, mais le résultat est… catastrophique !

    novovision.fr a fort à faire pour lutter contre les concurrents de novovision.com ! Les annonces ne sont pas du tout contextuelles, par rapport à MON contexte, et s’arrêtent uniquement sur l’activité de novovision.com, une société liée à l’ophtalmologie. Intéressant de remarquer cet aspect de la concurrence entre firmes commerciales !

    Je suis obligé de creuser le sujet, pour décortiquer en profondeur les solutions proposées par Google Adsense pour résoudre ce genre de problèmes…

    Quand je vous disais que cette expérience se révélerait très intéressante (et pleine de chausse-trappes… 🙂 )

    Je continue à bricoler pour apprivoiser le machin ! :-))

  16. Quel revirement de situation !
    Je ne vois pas quelle est l’expérience sous-jacente. A quoi t’attends-tu en faisant cela ?

    Je serais étonné de voir la ligne éditoriale changer à cause de publicités que tu ne vois pas en tant que rédacteur. Si j’ai bien compris les formules choisies, tout est dynamique et tu n’as pas de choix à faire.
    Ce qui risque de changer, c’est que les lecteurs cliquent sur des offres Amazon car les choix d’affichage ont l’air bien en phase avec les billets et la ligne éditoriale du blog.

    Enfin, pour ce qui est de l’affichage, je ne le trouve pas gênant du tout, pas intrusif et le fait de ne pas en afficher en “home” est une excellente chose à mon goût. Les affichages en “home” sont en général peu pertinents et gênants pour un lecteur qui arrive pour la première fois sur le site. A mon avis, les blogs ne devraient jamais afficher de publicités en home (même si cela est moins rentable) s’ils veulent affecter le moins possible le perçu du lecteur sur le contenu, sur sa qualité.

    Pour finir, j’espère que tu publieras les revenus que cela génère, histoire de savoir si le jeu en vaut la chandelle. Cela sera à mettre en relation avec le nombre de visites, la proportion de lecteurs qui arrivent via moteur de recherche, etc.

  17. Cher Narvic,

    Je te souhaite plein de succès — sincèrement — mais, je le crains, tu risques de vite déchanter.

    Contrairement à ce que tu écris («la pub semble bel et bien pour le moment le seul avenir du journalisme en ligne et du financement de la production des contenus en général»), je ne crois absolument pas en ce discours. Beaucoup d’articles récents aux E-U, notamment, ont prouvé que la pub n’était pas au rendez vous (sauf pour Google, évidemment). En France, on pourra lire ce qu’écrit Emmanuel Parody
    http://ecosphere.wordpress.com/2008/11/18/etats-generaux-de-presse-toujours-la-pub/

    Mais, surtout, le risque ultime de la pub est quand celle-ci devient le moteur principal voire unique d’un organe de presse (qu’il soit papier ou autre). Nous en reparlerons.

    A dire vrai, tout dépend, et c’est ce qui manque à ton billet, me semble-t-il, de tes objectifs. J’emploie ce mot à dessein, puisque de la pub tu as choisi d’en prendre le chemin. Ton désenchantement éventuel dépend, évidemment, de cela. Si tu comptes vivre de novovision, ce que je comprendrai fort bien, je crains que Google Ads et autres amazoneries ne t’apportent que de bien modestes revenus. S’il s’agit de «revenus de complément», alors de quoi l’expérience sera-t-elle signifiante?

    Là où je te rejoins, c’est dans l’aspect laboratoire ouvert de ton projet. Tout est là. Mais, pour bien faire, il faudra l’ouvrir jusqu’aux chiffres. Pour savoir de quoi on parle vraiment.

    Bien à toi,
    David

  18. @ David

    Je le dis dans ce billet, je ne me fais aucune illusion sur ce que peu rapporter un blog. Il n’est donc pas du tout question d’en vivre. :))

    Mais comment fonctionne la pub en ligne m’intéresse. Je suis persuadé que c’est très riche d’enseignement de regarder ça de près, et de préférence de l’intérieur, en expérimentant.

    Comment marchent pub et contenu, pub et audience, pub et mise en page, la mécanique de Google AdSense, etc.

    Je ferai des petits bilans de temps à autres, notamment, bien entendu, sur ce que ça rapporte. 😉

    C’est aussi un moyen de plonger dans un web que j’ignorais assez largement et qui est très intéressant : tous ces blogs et forums tournant autour de ces questions de monétisation, et tous ces gens derrière que je ne croise pour ainsi dire jamais dans mon surf habituel. C’est éminemment instructif sur la vision du web de certains… Et les questions posées sont souvent bien plus révélatrices que les réponses… 🙂

    Quand j’aurais l’impression d’avoir fait le tour de ce petit monde, je lance une autre expérience et j’ouvre un Skyblog ! 😛

    PS: On a déjà eu l’occasion d’en parler, mais je ne crois pas du tout à des formules d’abonnement pour obtenir de l’information livrée en paquet. Cette logique, issue du papier, n’est pas transposable à internet. La monétisation doit s’adapter à la circulation liquide de l’information désormais, avec des sources démultipliées et fragmentées. C’est le modèle issu de la radio et de la télé qui semble pour le moment le plus adapté, c’est à dire la pub. Jusqu’à ce qu’autres formules soient inventée, avec des systèmes mixtes, peut-être…

  19. Bon, bon, je ne voudrais pas trolliser ton billet. Mais le modèle issu de la radio et de la télé dont tu parles n’est pas nécessairement, et loin de là, celui de la pub seule. Je pense à la redevance, aux subventions, voire au mécénat (les premières radios libres, dont certaines sont toujours là), etc. En clair, les formules mixtes ont, justement, été inventées avant les mono formules. Prenons la presse écrite: les lecteurs par le paiement, les annonceurs (par la pub), les petites annonces, voire les publications de carnets mondains, etc, tout cela remonte à il y a fort longtemps…

    Nous en reparlerons, pour sûr. 🙂

    En attendant, un lien amusant:
    La blogosphère francophone se surestime-t-elle ?

  20. Nous sommes des grands garçons, tu as raison de faire de la pub.

    Les lecteurs que tu vas faire fuir seront peu nombreux, et puis tu pourras aller te payer un petit voyage au Brésil tous les ans!

    J’en suis un grand promoteur. Je pense que mon article “18 raisons qui expliquent pourquoi il faut mettre de la pub dans son blog” n’a pas été écrit pour rien

  21. une expérience comme le journaliste qui a vécu un an avec les préceptes de la bible! très drôle
    en faire un concept : faire une critique d’un produit vanté par la pub par semaine!

    f20ab

  22. Avançons donc pas à pas 🙂

    Nous avons appris par votre commentaire chez Titiou Lecoq que

    “A cette heure j’ai déjà gagné 1,18 dollars. :-)))”

    Bravo ! Vous savez donc déjà comment relever les compteurs.

    Et je vois des AdSense, là à gauche, ciblées fort justement sur “publicité”.
    Voilà qui ajoute du sens à votre propos ! (c’est pour rire)

    Et bien sûr, vous avez installé Analytics ou un autre traceur de visiteurs, un profileur, oui ?

    Dites-nous TOUT 🙂

    Il n’est pas trop tôt pour songer à l’aspect fiscal de l’expérience.

    Savez-vous dans quelle case de votre déclaration vous indiquerez ces rentrées ?
    Quel sera l’impact de ces rentrées sur votre statut fiscal ?
    … (laissez voguer le bateau de l’angoisse).

    Avez-vous bien conscience que vous venez de vous charger d’obligations nouvelles et chronophages ?

    A ce niveau, le poids est le même pour des fortunes et pour des clopinettes …

    Courage, Narvic, ce n’est qu’un long et horrible moment à passer 🙂

  23. Tu me permettras de sourire à la lecture de ce long mail compliqué pour une annonce somme toute très simple.

    Mais finalement c’est assez symptomatique du non-dit de notre profession. Résultat on tortille du croupion pour expliquer ce qu’il n’y a pas a expliquer mais juste à assumer.

  24. @ Tous

    Je ne suis guère étonné de lire la variété des réactions suscitées par ma petite initiative sur ce blog. Hé hé…

    J’en retiens que pas mal de commentaires y voient matière à interprétation, voire à des conjecture sur mes intentions. B-)

    On interprète même, j’ai vu ça, les smileys dans ce billet. :o) Et certains ne peuvent croire que la motivation annoncée soit la bonne, la vraie. Il doit forcément en exister une autre inavouée, car probablement inavouable.

    Le fait même de donner des explications est considéré par certains comme une tentative de justification, qui ne saurait être que maladroite, bien entendu. 😉

    J’en tire pour ma part une première confirmation : le terrain de la publicité (donc de l’argent) est bien aussi glissant que je m’y attendais.

    J’ai assez le sentiment qu’il suscite aussi pas mal de fantasmes.

    Je sens dans quelques réactions une sorte de malaise…

    J’aurais dit : je veux gagner de l’argent avec ce blog, alors je mets de la pub dedans. Je crois que le message serait passé comme une lettre à la poste, alors que c’est justement ce message-là qui n’aurait pas été très crédible. On ne gagne pas d’argent avec la pub dans les blogs. En tout cas pas avec les formules que j’ai choisies et la règle du jeu que je me suis donnée. 🙂

    Alors que dire : c’est une expérience, suscite aussitôt chez certains comme un soupçon. Cette position est jugée comme “pas claire”. Ça doit être parce qu’il ne faut pas jouer avec l’argent. C’est pas bien. Surtout avec de telles sommes !

    Pour info : 1,29$ à cette heure, depuis le début de l’expérience. :)) (@ Szarah : je potasse déjà l’aspect fiscal du sujet en effet).

    Je vous tiens au courant de la suite. L’expérience continue…

  25. AH… On s’auto-commente simultanément.
    Evidemment, tu es le bienvenu. Et on peut poursuivre la discussion sur novövision si tu préfères.
    Dis-moi que tu as gagné quand même 3 dollars depuis hier…

  26. Narvic: En lisant ton billet, j’avais pensé à un truc qui pourrait être intéressant, marrant, même si je doute que ça soit possible techniquement et que ça respecte les conditions préalables que tu as fixé : des liens contextuels, à la Adsense, mais dont le contenu serait déterminé par le nuage de tags de ta revue de web…

  27. C’est une démarche originale et novatrice que d’essayer de maitriser un domaine aussi complexe et plein d’obscurs dangers! Toutefois il est certain que c’est la seule issue pour échapper à la rapide décadence et à la mort programmée de la presse écrite, prise en tenaille entre la publicité et la “police de la pensée”.Les journalistes à venir sont condamnés à suivre la voie que vous empruntez. Il n’y a dans votre entreprise ni trahison ni reniement de votre idéal,mais un courage que je salue en vous souhaitant bonne chance!

Comments are closed.