sur le web

Impact de la crise sur les modèles économiques du web

Chris Anderson, l’inventeur de la théorie de la “longue traine” (présentation sur Wikipédia, et traduction en français de cet article fondateur sur InternetActu), passe en revue sur son blog l’impact de la crise économique sur les trois modèles économiques du web basés sur la gratuité (“free-based business models”) : 100% publicité, modèle “freemium” ou “économie du don”.

100% publicité : hors ligne, la pub va chuter. En ligne, Chris Anderson s’attend à ce qu’elle continue à progresser, mais en ralentissant considérablement. Les entreprises qui envisageaient de s’appuyer sur un boom de la pub en ligne risquent d’être déçues. Résultat : négatif.

Modèle “freemium, modèle mixte payant/gratuit (voir sur InternetActu : “Les modèles d’affaires du web 2.0”) : un modèle qui devrait progresser. Ceux qui proposaient déjà une offre économiquement équilibrée entre gratuit et payant devraient s’y retrouver. Ceux qui n’avaient développé qu’une offre gratuite auront plus de difficulté à trouver ce qu’ils peuvent ajouter à leur produit qui justifie un paiement… Résultat : positif modeste.

Economie du don (présentation sur Wikipédia) : avec la montée attendue du chômage, on peut s’attendre à un boom dans ce domaine. Ceux qui se trouvent “entre deux jobs” ont tout intérêt à investir dans leur réputation en ligne, ils en toucheront les dividendes avec un meilleur emploi quand l’économie redémarrera. Résultat: positif.

—-

(orange)Lien commercial(/orange)

4 Comments

  1. @ Leopold

    J’observe avec amusement depuis quelques temps le lancement de ce nouveau site d’information.

    Mais je me demande si votre humour n’est pas un peu trop subtile… N’auriez-vous pas avantage à mettre carrément le paquet, un peu dans le style du défunt “Infos du monde” ?

  2. @ Narvic

    Infos du monde n’avait aucune déontologie : la plupart de leurs informations étaient fausses.
    Blague à part, tu as raison c’est + subtile, mais pourquoi refaire la femme à 5 têtes…..

  3. Publicité en ligne ?
    AMHA Trop général comme association de terme, pour la raison suivante.

    Il n’y a déjà plus d’utilisation unique du Web, et majoritaire pour l’avenir.
    Tout va devenir en ligne, la question est sur quel écran et avec quelles assurances sur l’identité du spectateur ? sur l’ordinateur personnel, la télé “à-la-demande” du salon ? les reader ? les smartphones ?
    Dans le dernier cas, le public est beaucoup plus clairement identifiable que sur ordinateur familial personnel ou de travail.

    Sur les smartphones un boom notable est en prévision (et normalement explosion de la publicité) ceci semble-t-il, pour l’instant, en dépit de la crise, avec une opposition prévisible et classique entre informatique ouverte et populaire (Android) et propriétaire orienté “élite” médiatique et financière (Iphone).

    Excellent début aux US pour la première plate-forme d’accueil d’Android avec plus d’1,5 millions de pré-commandes.

    La seconde guerre d’influence du Web se situe donc bien sur “l’embarqué”, après celle des navigateurs sur les postes fixes.

Comments are closed.