net et news

E-Blogs, un média ovni : la voix des blogueurs européens en cinq langues

E-Blogs, c’est un tout nouveau média européen d’information, mais il ne ressemble pas vraiment à quoi que ce soit qui ait existé auparavant. Il préfigure même un des avenirs possibles du blog, du journalisme et de l’information, sur un mode à la fois numérique, international… et “pro-am”, comme on dit, c’est à dire en collaboration entre des journalistes professionnels et ces journalistes amateurs que sont bien des blogueurs (Les blogueurs sont déjà des journalistes, et ils ne le savaient même pas – juillet 2008).

We ? blog par tarop (cc)
We ? blog par tarop (cc)

Le principe est simple, mais la mise en œuvre est plus laborieuse : sélectionner tous les jours des billets de blogueurs de cinq pays européens différents, qui pourraient intéresser un public lui-aussi européen, et les faire traduire dans les autres langues par des traducteurs professionnels. Ça donne cette “revue européenne des blogs par Wikio”, en français, en italien, en espagnol, en anglais et en allemand, qui s’étoffe chaque jour un peu plus.

L’opération est lancée par Wikio depuis trois mois et prend gentiment de l’ampleur pour atteindre peu à peu sa vitesse de croisière… L’opération est pilotée par une équipe formée majoritairement de journalistes et de traducteurs multilingues, sous la houlette de la journaliste Cathy Nivez. Les blogueurs s’inscrivent volontairement (et bénévolement) au projet, la seule condition demandée étant de figurer parmi les 1000 premiers blogs du classement Wikio des blogs dans son pays.

Une relation donnant-donnant

Cathy Nivez m’avait proposé de participer à ce projet il y a quelques mois, et j’ai accepté, car je trouve l’idée intéressante et innovante. Autant, par le passé, j’avais pu avoir quelques doutes sur la démarche de Wikio, notamment dans ses relations avec les blogueurs (n’y revenons plus), autant cette fois, je suis partant dans une relation que je trouve vraiment basée sur un principe de donnant-donnant. On pourrait donc voir très bientôt du novövision, en allemand ou en espagnol sur E-Blogs…  Pour ce qui est de l’italien, j’ai déjà fait l’expérience de me lire dans une langue que je ne parle pas… 😉

Les premiers qui “donnent” dans cette affaire, ce sont les blogueurs, bien entendu, qui fournissent la “matière première”. Ce qui fait d’E-Blogs un média entièrement rédigé par des blogueurs. Mais Wikio fournit pour sa part un service à valeur ajoutée très réelle, la traduction professionnelle (ce qui représente un investissement financier, et donc une prise de risque). Au final, si l’opération fonctionne, c’est à dire si elle trouve un nouveau lectorat européen pour les blogs, tout le monde y gagne : Wikio en audience et en affirmation de son rôle de service d’accès aux blogs, et les blogueurs s’y retrouvent dans la reconnaissance de la qualité de leurs contenus, mais aussi en touchant un public international qu’ils ne pourraient pas atteindre seuls, ce qui ne peut qu’être bénéfique à leur notoriété. 🙂

Prendre les blogueurs au sérieux

E-Blogs est bien un projet qui vise à faire la promotion des blogs comme une source d’information (de témoignages, d’analyses, de commentaires, etc.) légitime, valable et de qualité, au niveau international. Ça démarque d’un certain discours de journalistes “old fashion”,  qui seraient seuls à même de fournir des contenus de qualité en matière d’information. Ça nous change aussi d’un discours plus général, mais systématiquement relayé dans les médias traditionnels, sur l’internet “tout à l’égout”, foyer de toutes les rumeurs et repère de tous les pédo-nazzis !

La démarche d’E-Blogs n’est donc pas sans rejoindre celle qu’avait eue l’hebdomadaire Vendredi, en version papier quant à lui : un projet de journalistes qui prend les blogueurs et les blogs au sérieux et leur propose un travail en partenariat. Sauf que Vendredi n’a pas rencontré le succès espéré en diffusion. Pour une raison, à mon avis, surtout éditoriale dans le choix des articles repris (une question de “format éditorial”, comme on dit). Mais Jacques (Rosselin) [fondateur de Vendredi, avec qui j’ai travaillé. NDB/”Note Du Blogueur”] , si tu passes par ici, tu as peut-être un avis, avec quelques mois de recul ? 😉

Le nœud, où se joue la réussite ou l’échec de tels projets,  c’est donc vraiment la question de la ligne éditoriale. E-Blogs est certes un média d’agrégation de contenus, mais cette agrégation n’est pas automatisée, effectuée par des ordinateurs et des algorithmes (contrairement à Wikio… ou Google News/Google Blogs). C’est de l’agrégation “à la main”, effectuée par une équipe formée, notamment, de journalistes professionnels (comme Vendredi).

“Le reflet de la société civile européenne”

Il est encore un peu tôt, pour le moment, pour juger de la ligne éditoriale que l’on pourrait dégager des sélections effectuées par l’équipe de Cathy Nivez, mais on sent déjà nettement qu’elle se démarque de celle de Vendredi, qui était très axée sur la politique française.

Cathy Nivez s’en explique, sur le blog de Wikio : Pourquoi E-Blogs ? Donnons du sens à nos liens…

“L’objectif d’E-Blogs ?

Faire circuler les contenus de la blogosphère au delà des frontières et des barrières linguistiques, leur donner une dimension européenne .

La sélection des billets traduits se fait sur une dizaine de critères comme : quel est l’intérêt du sujet traité par le blogueur pour les internautes des autres pays ? Quelle est la valeur ajoutée du blogueur ? Son regard est-il différent d’un article de presse ou d’un communiqué ? De quoi parlent les blogueurs aujourd’hui en Italie, en Espagne, en France… ? Les blogs sélectionnés doivent aussi être classés dans le TOP 1000 Wikio de chaque pays.

Au delà de la barrière linguistique et au delà de la valeur des liens (page rank), c’est cette prise de parole qui nous intéresse. E-Blogs se veut le reflet de la société civile européenne . Notre regard est forcément subjectif et vivant. Cette revue de blogs évoluera au fil des semaines en fonction de vos retours… pour trouver on l’espère, un sens commun, un lien commun entre tous les blogueurs européens.”

On verra ce que ça donne en pratique. Pour info, le billet de novövision en cours de traduction (dans une version réduite de moitié par mes soins, pour des raisons de coût de traduction que je comprends) est celui que j’ai récemment consacré à l’iPad : On vous avait bien dit que l’iPad ne sauverait pas la presse.

Ce n’est pas moi qui vais dire que c’est un mauvais choix. 😉

Mise à jour (vendredi 30 juillet 2010) : Lire la suite…

E-Blogs, un hybride sans rédaction, un média en réseau

29 Comments

  1. Merci pour ce joli papier qui creuse un sujet ayant de l’avenir. Moi-même agrégateur « à la main » mais version UK, j’éprouve un plaisir non dissimulé à 1/découvrir 2/choisir 3/faire traduire 4/relire 5/publier des billets de blogs divers et variés mais surtout très riches. Et du lien qui jour après jour se noue entre une équipe, des traducteurs, des blogueurs, des lecteurs. Ton billet bientôt en ligne chez nos amis britanniques. Et la blogosphère britannique est carrément dynamique. Cheers!

  2. Oui, je suis étonnée que personne n’ait eu cette démarche avant nous. Il ya tellement de contenus intéressants dans la blogosphère… Sans doute le ticket d’entrée est-il trop élevé pour les traductions ? Et faire lever la pâte à contenus à la mano est aussi un savoir-faire pas très new school.
    Finalement avec E-Blogs : on marie les 2 savoir-faires : éditing old school appliqué à un contenu nouvelle génération.
    Et tous les jours, on est étonnés du résultat. Ca fonctionne bien. Reste plus qu’à trouver notre audience, pour exister économiquement.
    Merci de ta participation à ce beau projet Narvic !

  3. Bonjour. Connaissez-vous Cafebabel.com ? Ils existent depuis bientôt 10 ans et publient des articles écrit par amateurs et journalistes et les font traduire en six langues pour six versions du même site, chaque version étant adaptée à sa cible locale. Et ils existent depuis 2001 ! Plus q’un agrégateur de contenu, c’est un vrai magazine de qualité.

  4. @ Cathy

    On en revient souvent-là, avec internet : c’est moins un nouveau monde qui se substitue à un ancien, que des hybridations fécondes qui émergent un peu partout (et souvent pas où on les attend). 😉

    @ Jean

    Café Babel est un beau projet en effet, qui a eu le grand mérite d’être pionnier dans sa dimension multilingue, et en faisant sauter la barrière (très forte dans le journalisme français) entre amateur et professionnels.

    E-Blogs apporte une dimension nouvelle et intéressante dans sa relation avec les blogueurs. C’est une forme d’organisation d’un média différente de Café Babel, qui, lui, reprend l’organisation traditionnelle des magazines, avec une rédaction.

  5. Merci Narvic, pour tous ces parallèles et rappels historiques (je n’avais pas pensé travailler comme à Hollywood mais why not !)
    Et merci pour ton enthousiasme sur le projet, un sentiment très partagé en interne chez E-Blogs ! J’ajouterai que oui : si il n’y a pas de noyau chez nous (au sens de la centralisation), il y a bien un ADN : les contenus des blogueurs. Le noyau biologique de notre projet part effectivement de la blogosphère. Les éditeurs (5 personnes pour 5 pays, 5 langues), puis les traducteurs (une trentaine en ce moment sur E-Blogs) sont l’enveloppe de la cellule, ce qui rend possible la connexion avec d’autres lecteurs. Ce qui rend l’organisme vivant…

    Comme tu dis, ce projet, c’est une greffe, les greffes, ça fonctionne si la relation fonctionne. On espère pouvoir fonctionner avec la blogosphère… pour longtemps !
    So long !

    Commentaire posté sur narvic

  6. Bonjour

    Je me permets simplement de vous signaler un autre média de qualité beaucoup plus vieux qui fonctionne sur ce principe (traducteurs, réseau, blogueurs-rédacteurs) depuis beaucoup plus longtemps. Je m’étonne d’ailleurs qu’il ne soit pas cité plus souvent.

    http://fr.globalvoicesonline.org/

    Au plaisir de vous lire

    Commentaire posté sur narvic

  7. @ Jean

    Global Voices est tout de même connu de quelques uns…

    Le site figure dans mon annuaire du web, sur ce blog, par exemple. Certains de ses fils RSS sont dans mon agrégateur, et je relève régulièrement certains billets liés aux médias et internet dans ma revue web. Certains de ses billets sont également régulièrement republiés sur le site ReadWriteWeb France…

    Il y a une différence de fond entre Global Voices et E-Blogs : Global Voices est un projet politique, qui vise au « rééquilibrage » de l’information mondiale apportée par les grands médias internationaux (c’est à dire, pour l’essentiel, ceux des grands pays industriels), en s’appuyant sur les blogs, dans les pays qui sont peu ou mal couverts par ces médias, ou qui subissent une forte censure locale. Global Voices ne s’intéresse donc pas, ou très peu, aux blogueurs d’Europe de l’Ouest (ou des USA).

    C’est une démarche très salutaire pour la liberté d’expression et d’information, et je la soutiens.

    Il me semble clair que’E-Blogs est un projet d’une toute autre nature.

    Commentaire posté sur narvic

  8. Un agrégateur, papier ou électronique, pose toujours la question du choix éditorial.
    – Pour Courrier International, le filtre était formulé ainsi a l’origine : les grandes tendances de l’actualité par les journaux de référence étrangers. Plus prosaïquement, la question était triple : comment parle-t-ils de l’actualité, de quoi parlent-ils chez eux, et comment parlent-ils de nous.
    – Pour Vendredi, c’était un peu pareil. Comment les sites d’info et les blogs parlent-ils de l’actualité (différemment en tous cas, c’était l’hypothèse de base, ou même plus librement) et de quoi parlent-ils (les buzz qui font le principal de la conversation).
    Vendredi a eu une trajectoire comparable a Courrier en matière de diffusion pour les premiers moi, même meilleure. La diff payée a fini a 14 000 ex. après 8 mois et un premier numéro a 52 000 ex. Mais les moyens étaient
    bien moindre pour Vendredi. Notre erreur au début a été de faire dire au Net ce que nous avions envie de lui faire dire.

    La question de la ligne éditoriale est la clé de l’intérêt d’un agregateur. C’est pour cela que les humains doivent y jouer un rôle essentiel.

    Jacques Rosselin

Comments are closed.