bibliothèque

Dans ma bibliothèque aujourd’hui. Notes de lecture en retard et à venir…

J’écris moins sur ce blog ces derniers temps, vous l’avez peut-être constaté. C’est que je lis beaucoup et du coup… je n’écris pas…

Je vous rends compte de mes lectures sur le web, en tenant à jour – plus ou moins au jour le jour – ma revue web. Mais je continue aussi à lire des livres, car on y trouve des choses qui ne sont pas sur le web.

Voici donc un petit tour d’horizon des mes lectures achevées, en cours et à venir, pour vous donnez une idées de ce qui vous attend sur ce blog dans les semaines à venir.

La plupart de ces livres, qui s’accumulent dans ma bibliothèque, concerne les thèmes habituels de ce blog, mais d’autres s’en écartent. C’est que j’ai d’autres préoccupations qu’internet et les médias… Je m’intéresse aussi aux idées et à la politique dans un sens plus large. Je réfléchis donc à une formule nouvelle pour donner une place également dans le projet de ce blog pour cette réflexion. J’y travaille…

Internet, médias et journalisme : livres déjà lus, notes à venir…

Qu’est-ce que le virtuel, Pierre Lévy, 1995.

Homo sapiens 2.0, introduction à une histoire naturelle de l’hyperinformation, Gérard Ayache, 2008.

Pourquoi et comment le monde devient numérique, Gérard Berry, 2008.

La face cachée de Google, Ippolita, 2007.

Sociologie du journalisme, Erik Neveu, 2004.

Internet, médias et journalisme : livres à lire (urgent !)…

Communautés virtuelles, penser et agir en réseau, Sous la dir. de Steve Proulx et alt., 2006.

Cyberdémocratie, Pierre Lévy, 2002.

Le journalisme à l’ère électronique, Alain Joannès, 2007.

Le village numérique mondial, Didier Lombard, 2008.

Culture Web, sous la dir. de Xavier Greff et alt., 2008.

Internet, médias et journalisme : à lire…

Médias, votre public n’est plus dans la salle, Marie-Laure Sauty de Chalon, 2007.

Les nétocrates, A. Brard et J. Söderqvist, 2008.

La révolte du pronétariat, Joël de Rosnay, 2006.

Le peuple des connecteurs, Thierry Crouzet, 2006.

Internet, et après ?, Dominique Wolton, 2000.

Idées, politique et société : livres déjà lus, notes à venir…

Problèmes de la démocratie grecque, Jacqueline de Romilly, rééd. 2006.

Après la démocratie, Emmanuel Todd, 2008.

Révolte consommée, le mythe de la contre-culture, J. Heath & A. Potter, 2005.

Les utopies posthumaines, contre-culture, cyberculture, culture du chaos, Rémi Sussan, 2005.

D’une révolution conservatrice, et de ses effets sur la gauche française, Didier Eribon, 2007.

Génération 69, les trentenaires ne vous disent pas merci, L. Guimier & N. Charbonneau, 2005.

Le destin des générations, structures sociales et cohortes en France au 20e siècle, Louis Chauvel, 1998.

Idées, politique et société : livres à lire (urgent !)…

L’avenir est une exception, Hakim El Karoui, 2006.

L’individualisme est un humanisme, François de Singly, 2004.

Les classes moyennes à la dérive, Louis Chavel, 2006.

Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Christian Salmon, 2007.

Vous voyez qu’il y a du boulot… D’autant que plusieurs de ces livres nourrissent – ou même m’amènent déjà à modifier – en profondeur le discours que je tiens sur ce blog depuis l’origine…

Tout cela m’achemine à envisager une sorte de “version 2” de novövision, qui germe actuellement : moins me focaliser sur l’avenir des journalistes et des médias et me pencher plus à fond sur la question de l’information elle-même et sur les implications politiques et sociales des changements qui sont en cours. Moins de corporatisme, plus de philosophie, de sociologie et de politique…

Je défends beaucoup sur ce blog l’idée que les mutations induites par les développements d’internet sont très profondes et leurs conséquences importantes dans notre société. Je commence à voir qu’elles sont plus profondes encore que je ne l’imaginais, et que, bien souvent, elles révèlent, expriment, ou permettent de s’épanouir, des mouvement plus profonds et plus anciens qui sont de véritables lames de fond.

La période hivernale est propice pour moi à une sorte d’hibernation méditative pour intégrer ces nouvelles approches. Je vais revenir vers vous petit à petit, à mesure que j’aurais digéré ces nouvelles idées qui me travaillent : ce n’est pas tant le journalisme qui est agité et bouleversé par internet que la nature même du rapport à la connaissance, la nature humaine, la relation sociale et, donc, la politique. Internet n’est pas seul en cause, et ses usages ne prospèrent bien souvent que parce qu’ils rencontrent des mouvements plus profonds, liés à la globalisation de l’économie et de la culture et à notre rapport à la technique et à la connaissance, notamment…

Donc, à bientôt et bonne année. :-))

4 Comments

  1. C’est effectivement une des difficultés : le journalimse s’intègre dans une crise plus vaste de la démocratie qu’il n’est pas facile d’appréhender dans son ensemble.

    Concernant la liste : il s’agit de Dominique Wolton – et non Thierry pour «Internet et après» 😉 et c’est un bon livre qui soulève nombre de problèmes toujours pertinents (solutions à trouver donc).

    En revanche, le «Story telling» est assez décevant au final et peut se satisfaire de la lecture d’un résumé critique (pas assez argumenté pour être enrichissant).

    Mais «La planète des esprits» de Quéau m’avait beaucoup marquée par sa richesse et son mélange des genres (politique, science, histoire) inattendu et des plus bénéfiques (traitant de la nouvelle ère à venir).

    Bonne lecture avec les questions sans réponses qui iront nécessairement avec. Sinon cela ne serait pas drôle 😉

  2. @ Sandrine

    Je corrige de suite pour Wolton, merci. 😉

    Le Storytelling traîne en effet depuis quelques mois dans ma bibliothèque : j’ai lâché au premier chapitre. Mais j’y reviendrai…

    Je vais me renseigner sur le Quéau. Merci du conseil.

  3. Bon courage et merci d’avance….je lis bcp aussi mais je suis tombée dans mes romans en retard, et donc je me désintéresse momentanément de ce qui devrait m’intéresser.
    A vous lire donc pour faire session de rattrapage

Comments are closed.