la cuisine

Coup de vent sur novövision

novövision vient de subir aujourd’hui un coup de buzz…

Une expérience étonnante (du moins pour moi), dont l’observation dans le détail réserve bien des surprises. Découvrez donc, en exclusivité chez narvic…

… trente secondes de célébrité, ou l’effet magique d’Embruns !Ça arrive comme ça, sans prévenir… Aujourd’hui jeudi, un billet qui sommeillait gentiment dans mes archives depuis trois semaines, avec sa petite dizaine de lecteurs quotidiens bien tranquilles, explose en quelques heures et voit sa fréquentation multipliée tout à coup par soixante…

Novövision, victime d’un coup de buzz… Etrange phénomène, qui touche ce petit site personnel pour la première fois, vous imaginez bien. Il me prend de court, je l’avoue. Rendez-vous compte, près de six cent personnes qui s’invitent sans prévenir, toutes en même temps, dans les dix mètres carrés de votre petite chambre meublée sur internet… il y a de quoi se sentir rapidement débordé. 😉

Je ne sais pas, pour l’heure (jeudi soir), si le phénomène est terminé (on verra bien demain), mais comme je me suis senti concerné, je l’ai observé de près. J’en ai constaté des aspects surprenants et j’en ai tiré quelques enseignements .

Anatomie d’un coup de buzz

Comme tout bon blogueur (avouez-le, je sais que vous faites comme moi), je me suis d’abord tourné vers mes outils statistiques de mesure de fréquentation. L’interface de gestion de mon site m’en propose plusieurs, qui donnent, bien entendu, des résultats très sensiblement différents (celui qui a dit que les statistiques étaient une science exacte est prié de prendre la porte).

Pour le besoin de la démonstration, je me concentrerai sur un seul, qui n’est pas celui qui me donne les meilleurs chiffres (si, si!), mais qui me propose des résultats détaillés (il s’agit de PHPMy Visites, qui est un logiciel libre).

Le phénomène avait commencé à frémir mercredi.

Je lis, un peu étonné, en consultant mon agrégateur RSS dans l’après-midi, que le blog Crise dans les médias, d’Eric Mainville, que je consulte régulièrement, pointe un de mes billets vieux de trois semaines et qui n’avait intéressé que peu de gens jusqu’à maintenant (quelques dizaines de lecteurs, une mention sur le blog de Jean-Marc Manach (Rewriting.net) et une autre de Luc Beestar (Rezoleo), qui s’était signalé dans les commentaires). Et Eric de pointer la source de “sa découverte”, en renvoyant vers le blog Internet&Opinion de François Guillot, que je lis sur Agoravox.

Rien que de très normal dans le petit monde des blogs. C’est même ça le jeu ! Bref, je vais poster un petit commentaire gentil sur mes referer du jour, et je regarde amusé ces liens me ramener gentiment un peu de trafic vers ce billet oublié…

C’est un phénomène d’une toute autre ampleur qui devait se produire le lendemain…

Une hausse vertigineuse de la fréquentation

– Brutalement novövision s’est mis çà chauffer ce matin. Le petit compteur situé en pied de page (et qui donne au passage des résultats assez farfelus, me semble-t-il) a commencé à s’affoler, passant de mes modestes 40 à 50 visiteurs par jour (les bons jours, quand j’ai posté un billet sur Agoravox renvoyant vers la maison), à 100, 200, 300…

Probablement plus réaliste, le graphique de PHPMy Visites (ci-dessus) évoque plus modestement un trafic moyen ces derniers temps bien inférieur… Quoiqu’il en soit, la courbe qui se dessine est littéralement exponentielle… Un vrai décollage !

Un afflux soudain en quelques heures

– Poursuivant mon enquête, je constate que cet afflux a débuté brutalement, après 11 heures du matin, atteignant une pointe entre 12 et 13h, pour redescendre lentement jusqu’à l’heure où je vous écris.

Le phénomène horaire est inhabituel. En journée normale, le trafic commence à augmenter à partir de 9 heures, quand vous êtes arrivés au bureau et que la première chose que vous faites, après le café, c’est allumer l’ordinateur pour aller faire un tour sur internet avant de commencer à travailler. Ne niez pas, les graphiques de PHPMy Visites vous trahissent.

Qui se concentre sur une seule page…

– Curieusement encore, ce trafic se concentre sur une page et une seule, le vieux billet dont je vous parlais plus haut.

Cet afflux soudain de lecteurs ne débarquait sur novövision que pour une seule chose. Directement pour ça. Sans passer par la page d’accueil. Sans la moindre curiosité pour le reste de ce qu’on trouve ici. Et qui n’est pas mal non plus, vous le savez bien. 😉

Et y reste moins de trente secondes

– Encore plus déroutant.

Un véritable petit vol de moineaux, tous arrivés d’un même coup d’aile, pour se poser sur la même branche…

… et qui s’est envolé aussi vite qu’il était venu, en moins de trente secondes chrono !

Mais qu’est-ce que c’est que ça ?

Qui sont-ils ?

Que me veulent-ils ?

Qu’est-ce qu’ils sont venus faire ici ?

L’effet magique d’Embruns

Encore une fois, l’analyse des referer me donnera un indice… Je sais d’où venait ce vol de moineau.

Merci Laurent, qui me gratifiait ce matin d’un billet sur Embruns… au sujet du billet que vous savez. Il est daté de 11h19 et la volée a pris aussitôt le chemin qu’on lui indiquait…

C’était donc ça. J’expérimentais ainsi le fameux “effet magique d’Embruns” : Soudain un inconnu vous offre des fleurs… Alors que ce n’est même pas encore la saint Valentin.

Puisque je suis polyglotte, je vous le fait en langage Embruns, et ça donne : “Laurent Gloaguen m’a explosé le compteur”.

Je me frottais donc pour la première fois à l’étonnante force de frappe d’un blogueur influent. Quelqu’un capable de renvoyer d’un léger coup de doigt sur le clavier des centaines de lecteurs vers un blog inconnu (pour ma part, je préfère dire “un blog discret”).

Voilà donc ce qu’est un buzz. Comment il naît, qui est derrière.

Et voilà aussi, la réelle nature du phénomène : une volée de moineaux…

Je ne me fais guère d’illusions. Ces moineaux n’ont même pas lu mon billet. S’envoyer plusieurs milliers de signes en moins de 30 seconde… Je n’y crois guère. Surtout que les phrases sont attrocement longues, avec de vrais morceaux de propositions relatives dedans. Bref tout le contraire de ce que conseillent les gens qui s’y connaissent en “écriture web” !

Il me reste un sentiment tout de même agréable de cet épisode, avec… Comment vous dire ? Un petit quelque chose qui me turlupine…

Le quart d’heure de célébrité promis par Andy Wharol aurait donc fondu au soleil avec internet… Putain, quand même ! Trente seconde !

Journalisme bashing

Un dernier mot tout de même. Hier déjà, Embruns avait pointé un autre de mes billets sans provoquer la même volée de moineaux. Il s’agissait pourtant bien d’un sujet proche : la presse et les journalistes. Mais au lieu de se laisser aller à du “journalisme bashing” bien de saison, il s’agissait de prendre le défense des journalistes du journal Le Monde, menacés de perdre les derniers lambeaux d’indépendance dont ils jouissent encore. Dans ce cas-là, on ne retrouve pas grand monde… Peut-être les volées de moineaux n’ont-elles que la presse qu’elles méritent, finalement…

9 Comments

  1. 500 visiteurs seulement ? C’est assez minable, je peux faire beaucoup mieux. Tout dépend du contexte de la citation, du nombre de liens dans le billet, du jour de publication, du nbre de billets par jour, etc.

    Si j’avais mis un lien “sexe avec chat”, tu aurais eu 4 000, et avec “sarkozy nu” au moins 10 000 🙂 Il faut croire que la corruption des journalistes intéresse moins, et l’avenir du Monde, encore moins.

    (Bien noté pour la bière.)

  2. Non, non, Laurent. Envoie moi 10.000 lecteurs sur “qualité de la presse” et “journalistes honnêtes et indépendants” 😉

    Même pas cap !

  3. Je confirme, mou du Buzz sur ce coup le Laurent.

    Autrement Narvic, si vous avez un visiteur qui est resté plus de 7 heures sur la page, ne cherchez plus, sur les articles longs, j’ai tendance à les laisser ouverts en arrière plan et y revenir de nombreuses fois pour prendre le temps de lire.

  4. Avec un article dans le forum de Categorynet, je doute que le phénomène s’arrête avant quelques jours si pas plus ! En tout cas, j’ai beau être d’accord pour le principe des cadeaux… Il n’empêche qu’on ne peut pas non plus tout refuser. Et comme le budget des rédactions est plus que restreint, il est toujours utile de recevoir les livres, cosmétiques, cd ou encore places de cinéma gratuites.. Avec parcimonie bien sûr ! Sinon adieu “l’indépendance journalistique” (si tant est qu’elle existe encore…)

  5. J’étais déjà passé. Là, je suis resté, j’ai visité et j’ai recommandé. Aujourd’hui, je reviens. Et je reviendrai encore pour la qualité de l’écriture, et de l’objet (objet-mise en page et objet-sujet). Une publication de bonne qualité. Un lecteur de plus, donc.

  6. @ journaliste presse féminine
    j’ai jeté un coup d’oeil sur le forum ouvert sur catégorynet. Triste illustration, selon moi, du dérapage de la profession : ces jeunes journalistes ne voient même pas où est le mal et quel danger il représente… Je suis accablé 😉

    @zelda
    je vais tâcher de m’occuper de ce problème de RSS (qui n’est pas d’hier, j’avoue), mais pour moi le cambouis informatique reste très salissant…

    @jrm
    merci 😉
    Bienvenu quand vous voudrez (et tous les autres aussi !).

  7. Up !

    Cinq mois après, après diverses citations chez Embruns, Éric et autres, je suppose que comme moi quelques lecteurs de plus se sont abonnés au flux de syndication de votre site.

    Je me demandais si votre fréquentation journalière de 40 à 50 visites a évolué de manière significative, ou avait reçu des nouveaux pics de visites.

  8. @ Bob

    Audience multipliée par 10 à 40 selon les jours !

    Plusieurs gros pics d’audience des derniers temps, sous l’effet conjugué de la force de frappe Embruns + Versac + Birenbaum + Authueil et quelques autres.

    Avec les vacances, ça devrait se calmer 😉

Comments are closed.