sur le web

Comment protéger sa réputation en ligne

Après les excellents billets de Me Eolas sur la responsabilité des blogueurs face à ce qu’ils écrivent ( “Blogueurs et Responsabilité Reloaded” et “Que faire quand on reçoit un courrier d’avocat ?”), l’un de ses confrères avocats, Me Vincent Dufief, à l’invitation d’Ecrans.fr se place “de l’autre côté du miroir”, et nous explique, avec beaucoup de pédagogie également, que faire lorsque l’on s’estime, à l’inverse, victime d’une atteinte à sa réputation sur le net :

(noir)Le premier réflexe doit être de conserver les preuves de la situation, idéalement par constat d’huissier, et d’identifier l’éditeur et l’hébergeur du site incriminé. Il convient ensuite de qualifier juridiquement la publication ; dans la plupart des cas, il s’agira d’atteinte à la vie privée, à l’image, ou de délits dits « de presse » tels que l’injure ou la diffamation. L’appréciation du caractère illicite des propos sera souvent délicate, surtout la diffamation, qui exige l’imputation d’un fait précis et non une simple accusation vague et générale.

(noir)Cette qualification des propos est fondamentale car elle détermine la date jusqu’à laquelle il est possible d’agir en justice. Les délits de presse se prescrivant en trois mois à compter de la diffusion, il est nécessaire d’agir très rapidement et, pour ne pas risquer d’arriver trop tard, de surveiller régulièrement ce qui est publié sur le net. Il n’est en effet pas rare que des victimes découvrent des propos diffamatoires bien après expiration du délai d’action.

(/noir)
La suite sur Ecran.fr…