la chambre le meilleur de novövision

Chronique d’un immigrant du numérique (2)

(noir)“Il me semble que je n’aimerais pas avoir le téléphone à domicile. Le premier amusement passé, cela doit être un vrai casse-tête.”

(noir)Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard,(/noir) (bleu)1919.(/bleu)

Je me souviens de la télévision en noir et blanc, des téléphones à cadran, des ordinateurs sans disque dur, des magnétoscopes à K7, du minitel et de mon premier mobile qui ne tenait pas dans la poche…

Je me souviens du temps d’avant internet…

J’appartiens à la génération de la transition. Un pied dans chacun des deux mondes : celui qui s’en va et celui qui vient… Je suis de cette génération à la charnière, si différente de celle d’avant, si différente de celle d’après…

Qu’avons nous conservé en héritage, que laisserons nous à hériter ?

Un témoignage. Juste un moment, un passage…Episode précédent : Le spleen d’un immigrant du numérique (mars 2008)

—-

Je me souviens de la télévision en noir et blanc. Ce poste blanc aux formes plutôt rondes avec un “pied tulipe”, un design ultra seventies comme l’appréciaient mes parents à l’époque. Mais je n’ai pas tellement été marqué par l’arrivée de la télé couleur… Je me souviens surtout que l’arrivée de ce nouveau poste en couleur fut l’occasion pour les enfants d’hériter de l’ancien dans notre chambre. Mes souvenirs d’enfant du mercredi après-midi sont toujours en noir et blanc : Zoro et Les Mystères de l’Ouest…

Je ne me rappelle pas l’arrivée du téléphone, mais je me souviens des postes gris, à cadran circulaire. Tout le monde avait le même chez mes copains…

Je me souviens du premier ordinateur à la maison, mais j’étais trop jeune et c’était pas mon truc. Il fonctionnait couplé avec un magnétophone et les données étaient stockées sur une K7 audio standard, on le branchait sur un écran de télé…. Mais on ne pouvait pas faire grand chose que je comprenne avec ça… Mon frère l’avait reçu par la poste en pièces détachées et l’avait monté tout seul avec son fer à souder. Je n’ai pas compris sur le moment ce qu’il pouvait bien faire avec… Plus tard, il est devenu… informaticien. Et moi je me suis tourné vers les livres, les langues anciennes, les tessons de poteries et les archives…

Je me souviens de mon premier Walkman, à K7…

Je me souviens du minitel. Premières conversations sur le réseau. Ça draguait déjà sec… mais c’était super cher…

Je me souviens de mon premier lecteur de CD, en 1988. J’avais dû racheter tous mes titres préférés pour remplacer les vinyles et les K7…

Je me souviens de mon premier répondeur téléphonique. C’était trop cher en France et une copine nous en ramenait pour le quart du prix du Canada, où elle allait une ou deux fois par an…

Je me souviens de mon premier ordinateur perso. Un peu plus tard encore, en 1991. Un petit Mac SE/30 en noir et blanc sans disque dur : on les appelait “grille-pain” car il fallait sans cesse les nourrir en disquettes, un coup pour le système d’exploitation, un coup pour le logiciel, un coup pour sauvegarder ses données. Mais on pouvait pour la première fois réaliser entièrement à la maison un vrai journal avec les premières versions d’X-Press piratées (car le programme valait plus de deux SMIC à lui tout seul !), un copain qui avait une imprimante, et une copine qui squattait la photocopieuse de son boulot…

Je me souviens de mon premier modem, un 14400 bps (Ma connexion actuelle est plusieurs milliers de fois plus rapide aujourd’hui…). Et ma première connexion à internet, dès que ce fut possible dans ma ville de province, alors qu’on entendait déjà parler de ça depuis un petit moment, mais c’était seulement… en Amérique et à Paris… Première adresse mail (mais je ne me souviens pas laquelle), premier téléchargement de logiciel, premier navigateur (il s’appelait Mosaic), premier tchat…

Je me souviens de mon premier téléphone mobile. Il ne tenait pas dans la poche… Je m’éparpillais entre plusieurs villes à l’époque, et du coup, j’avais coupé mes lignes fixes pour devenir “un vrai nomade”, ce qui épatait vraiment mon entourage pour qui j’étais le premier à “oser” faire ça…

Je me souviens de mon magnétoscope… Je l’ai toujours et il fonctionne encore. Je n’ai pas racheté les films de ma vidéothèque cette fois-ci, quand je suis passé au DVD un peu plus tard. Je les regarde toujours à l’occasion, avec ce rythme si lent et particulier du rembobinage, et ce bruit aussi…

Tiens… Maintenant, je ne compte plus mes ordinateurs au fond, où mes écrans, où mes claviers, ou mes souris, ou mes iPods, ou mes mobiles, ou mes télés… Je les remplace. Quand ils lâchent ou quand j’ai trouvé mieux… Ça commence à faire un petit moment, au fond, que les vrais changements de mon petit univers ne sont plus de nouveaux matériels…

Mon iPod Touch, certes… Mais je ne suis même pas passé directement à l’iPhone… J’attends. Ça ne presse pas…

Ce dont je me souviens désormais ? Mon premier blog… Mon inscription sur Facebook… Ma première utilisation de Twitter… Ma découverte de Delicious…

Il me semble que quelque chose à changé… Mais je ne sais pas encore très bien dire quoi…