diversion

Ceci n’est pas un blog !

A propos de novövision, de moi, de tout, du reste, etc.

Il y a donc eu un novövision – saison 1, dont la trace est conservée au fond de mes archives. Nous voici donc à la saison 2 de cette aventure personnelle en ligne débutée à la fin 2006…

-* Qu’est-ce que c’est que novövision ?

J’hésite à qualifier ce site de blog. C’est un moyen personnel d’expression sur internet que j’utilise pour fait part et partager avec qui veut mes réflexions à haute voix. C’est mon média personnel, la plateforme en ligne à partir de laquelle s’organise mon réseau. C’est un laboratoire où j’expérimente de nouveaux outils, où je tente d’apprivoiser des techniques qui me sont nouvelles. C’est mon point d’observation privilégié de ce qui se passe autour de moi sur internet. C’est aussi le point de départ de ma navigation, de mes explorations en ligne. C’est une base de replis aussi, un refuge. novövision, c’est la maison de narvic.

-* Qui est narvic ?

narvic est le pseudonyme que je me suis choisi pour “apparaitre” et “exister” en ligne (dans la vraie vie, je m’appelle Guy Bordessoule). Je viens du journalisme professionnel, ce qui se sent toujours dans la thématique des sujets que je peux aborder sur novövision, mais je peux dire aujourd’hui que j’ai quitté cette “profession” qui n’en est pas une.

Je parcours désormais le net en dilettante, animé surtout par ma propre curiosité et les rencontres que je peux y faire, dont certaines se prolongent dans la vraie vie, à l’occasion…

Ce que que pouvais écrire de narvic en 2007 est encore assez valable : Guillaume Narvic n’existe pas. Même si le personnage a évolué avec le temps et qu’il aura été marqué par cette expérience virtuelle d’immersion dans les réseaux du net depuis maintenant trois ans…

-* novövision, comment ça marche ?

Ce site est propuslés par le logiciel libre de publication d’origine française Spip 2, pour lequel j’ai une tendresse particulière. Le “modèle de base” a été très largement reprofilé par mes soins et je continue à le modifier en permanence.

Ce site est hébergé par OVH. Les indications publiées ici-même dans le règlement intérieur de la saison 1 restent aujourd’hui valables :

-** la reproduction des textes publiés ici est soumise à mon autorisation préalable ; elle sera accordée généralement sans difficulté, notamment pour des reproductions à des fins non commerciales.
-** je suis personnellement responsable de la modération des commentaires sur ce site : je l’effectue dans le respect de la loi et selon mes propres critères quant au respect d’autrui et ce premier “autrui” est bien entendu… moi-même. Dit autrement : je censure sans état d’âme tous ceux qui me gonflent ! Et qui peuvent aller se faire voir… ailleurs.

-* Qu’est-ce qu’on peut faire ici ?

Sur novövision, on peut lire, avant tout et surtout. Je suis toujours, et même plus que jamais, un homme de la culture écrite.

-** On peut donc lire mes billets (les nouveaux sont désormais regroupés dans la rubrique éditö).
-** On peut lire les notes de lectures que j’ai rédigées sur les livres qui m’intéressent. Elles sont regroupées dans la bibliothèque.
-** On peut lire des livres en papier, en les achetant directement en ligne, depuis ma sélection personnelle (dans la librairie en ligne de novövision).
-** On peut lire ce que je lis en ligne moi-même. Je regroupe les liens vers mes lectures sur la plateforme de partage delicious. Les derniers sont affichés sur chaque page d’article de ce site : là, dans la colonne de droite, Mes lectures sur le Web.
-** On peut lire les commentaires de ceux qui ont été assez gentils ou intéressés par ce qu’ils ont trouvé ici pour apporter leur pierre à la réflexion collective…

-** … donc on peut écrire aussi ! Vous êtes invités à commenter à votre tour. Et même, pourquoi pas, à me proposer des articles. Vous ne seriez pas le premier blogueur ou blogueuse invité(e) sur novövision…

-* Pourquoi ça s’appelle novövision ?

N’y voyez-là aucune prétention de ma part à proposer ici une quelconque “novö” vision, et même pas une “vision”… J’ai juste emprunté ce titre à un livre qui m’est cher et qui a beaucoup marqué ma jeunesse : NovöVision et les cobayes d’un nouveau siècle, d’Yves Adrien.

1 Comment

Comments are closed.