Comment la Chine dévoile les points faibles de Google

Victime de pirates chinois, Google menace de se retirer de Chine et engage un bras de fer avec le gouvernement chinois sur la censure de son moteur de recherche… A lire les commentaires un peu partout en ce moment, j’en aurais presque l’impression que {“Google attaque !”}, que {“Google vient de déclarer la guerre à la Chine !”} J’ai pourtant nettement l’impression que c’est exactement l’inverse qui se passe. C’est Google qui est attaqué. Et si l’affaire prend une telle ampleur, c’est que l’attaque est réellement sérieuse et Google très embarrassé.

Mes 994 livres, internet et la mémoire universelle…

Pour le philosophe Michel Serres, nous sommes bien entrés aujourd’hui, avec les nouvelles technologies de l’information, dans une révolution de la connaissance d’une ampleur au moins comparable aux deux précédentes rencontrées par l’espèce humaine dans son histoire : l’invention de l’écriture, puis celle de l’imprimerie.

Mais pour l’heure, et c’est là qu’en vient ma propre réflexion, cette révolution débute à peine. Tenter de la penser aujourd’hui, alors même qu’elle aura vraisemblablement pour conséquence de transformer notre manière même de penser, nous plonge dans un vertigineux paradoxe : comment penser la possibilité de penser autrement qu’on pense ?

Web de flux contre web de fond ?

Nous sommes en train de passer insensiblement sur le web d’un modèle dominant de diffusion de l’information à un autre. Du “modèle Google”, construit autour d’un “web de fond” et de l’analyse algorithmique de la popularité des contenus, à un “modèle Twitter”, construit autour d’un “web de flux” et de la recommandation sociale des contenus…

Hadopi : après la défaite ?

Le vote aujourd’hui de la loi Hadopi me laisse un goût d’amertume et de colère, qui ne fait que nourrir un peu plus encore mon sentiment désabusé vis à vis du fonctionnement politique de mon pays. A quoi bon voter, si c’est pour élire des représentants qui rédigent la loi de cette manière, avec autant…

Ministère du Rationnement de la culture

[Nicolas, sur Meilcour.fr->http://www.meilcour.fr/general/leconomie-de-la-culture-seule-dictee-par-son-industrie.html], attire mon attention sur ce petit billet de [Mathieu, dans ses Notes d’un économiste->http://www.leconomiste-notes.fr/dotclear/index.php?2009/03/18/155-une-perle], à propos de la politique du livre du ministère de la Culture, à la lecture du Rapport Gaymard sur le prix unique du livre.

[noir]Que dit donc cet argument ? Il dit que d’après les entreprises du secteur, le prix unique du livre maintient un équilibre qui leur est favorable. Aurait-on pourtant idée de se fonder sur le seul avis de Total pour savoir si le marché des hydrocarbures en France fonctionne bien, ou l’avis de Casino et Carrefour sur la grande distribution ? Au contraire, cette unanimité des professionnels autour de cette loi devrait plus que tout autre chose attirer l’attention du régulateur et éveiller le soupçon d’un secteur où le fameux équilibre pourrait se faire au détriment du consommateur.[/noir]

Nicolas n’hésite pas à qualifier de {“jeu incestueux”} les relations avec les industries culturelles d’un ministère de la culture devenu {“autiste”}.

On parle ici du livre, mais ça m’évoque immédiatement la question de la musique et du cinéma… et le projet de loi Hadopi.

Où sont les consommateurs dans les réflexions du ministère, demandent Nicolas et Mathieu ? J’ajoute : où est la politique d’accès à la culture, la politique de promotion de la diffusion populaire de la culture dans cette approche strictement mercantile que l’on voit s’illustrer sur la question du livre, comme sur celle d’Hadopi ? Faut-il rebaptiser aujourd’hui le ministère de Malraux{ “ministère des Industries culturelles”} ?