le salon

Anatomie du lynchage d’Olivier Martinez

Le buzz “On aime pas Olivier Martinez” restera comme une des dérives les plus odieuses d’une blogosphère irresponsable, stupide et cruelle. En prétendant défendre la liberté d’expression, une meute de blogueurs immatures et moutonniers aura activement creusé sa tombe.

Anatomie de ce fiasco, qui aura transformé le web français en torrent de boue… Et aveu d’impuissance des rares quidams qui ont tenté sans succès, dès l’origine, d’enrayer la machine infernale qui se mettait en place.Vous voulez savoir à quoi ressemble un lynchage en ligne ? Quand des dizaines de blogs s’en prennent en meute à la même personne, pour la descendre en flèche en usant de tous les moyens, de tous les arguments… Quand on s’en prend à la personne, à son physique, à son travail, à sa moralité…

Et bien vous allez voir à quoi ça ressemble !

Je rappelle pour mémoire que l’acteur Olivier Martinez se trouve emporté dans ce torrent de boue à son propre sujet, pour avoir simplement mandaté un avocat pour tenter d’endiguer les ragots et le rumeurs qui se répandent sur internet au sujet de sa vie privée. J’évoquais cette affaire ici-même dès le 13 mars : “Le web 2.0 est-il irresponsable ?”

Dans l’ordre d’apparition sur wikio sur la requête “Olivier Martinez” et sur la discussion correspondante, pour les pages que j’ai consultées avant de m’arrêter pour indisposition personnelle à la lecture d’une telle désolation…

On s’en prend à la personne

“Ce mec semble être prêt à n’importe quoi pour qu’on parle de lui”
“Le nom oliviermartinez est devenu dans les premiers mois de 2008, un nom commun désignant une personne utilisant la régle de droit de façon abusive pour imposer silence et censure à quiconque sur le web. Autres exemples de noms propres devenus communs : poubelle et vespasienne.”
“Je le trouve degueu.”
” Tout ce que je sais c’est qu’il est procédurier et qu’il en veut à la terre entière.”
” Olivier Martinez est une nouille.”
“Je ne l’aime pas, je me demande comment j’ai fait pour le supporter jusque là!”
“J’entends dire que c’est un artiste super mignon etc. Personnellement je ne trouve pas…”
“Olivier Martinez est un nain…”

… à son travail

“J’ai eu le déplaisir de le voir jouer dans quelques films”
“L’acteur de seconde zone”
“Un pseudo acteur qui nous a souvent montré qu’on accepte vraiment de tout dans le cinéma”
“Cet acteur à la belle gueule mais peu talentueux”
“J’ai adoré ce film et je ne me souviens pas de lui.. Peut-être y jouait-il un pot de yaourt ou un abat-jour?”
“Un acteur sombrant dans l’anonymat”
“Olivier Martinez lui, j’aime pas son jeu.”
“En plus de n’avoir jamais été un acteur brillant…”
“Un pseudo acteur de pacotille qui ne tourne plus depuis longtemps”
“Le jeu d’acteur d’Olivier Martinez est vraiment mauvais.”
“Un acteur dont la carrière s’essouffle”
“Franchement, je n’aime aucun film dans lequel a joué l’acteur Olivier Martinez”

… à sa moralité

“Olivier Martinez est il un escroc ?”

Un mouvement collectif sur le thème diffamatoire de “l’escroc” avait commencé a être lancé, avant que quelques grandes personnes un peu raisonnables ne dissuadent ses promoteurs de poursuivre leur aventure, qui a finalement tourné court… Il en reste hélas des traces si l’on interroge un moteur de recherche tel que Google…

Le Buzz, le blogeur et le truand ?
“Mr martinez a trouvé une idée pour se faire plus d’argent”
“il faut bien qu’il mange”

… ou un peu tout à la fois

“Eh beh aujourd’hui, certainement faute de projets cinématographiques, il essaye de se faire du fric avec le web”
“Je n’aime pas Olivier Martinez, j’aime pas ce qu’il fait, j’aime pas ce qu’il joue, j’aime pas ses films, je l’aime vraiment pas.”
“Je confirme que je n’aime pas Olivier Martinez, pas son style, pas sa philosophie, ni ses films…”

… avec parfois des mises en garde sybilinnes:
“Alors, sauvez au moins votre honneur en ne vous créant pas une foule d’ennemi…”

… et toute la blogosphère est enrôlée de force dans l’entreprise

“Toute la blogosphère francophone s’aligne derrière Eric… “
“Olivier Martinez contre le reste du monde”
La blogosphere n’aime pas Olivier Martinez”
“Comme tous le web, J’aime pas Olivier Martinez !”
“La blogosphère n’aime pas Olivier Martinez”

Un stratégie de défense bien orchestrée

La plupart des blogueurs qui ont marché dans cette combine sont jeunes, et n’ont pas plus de notion de droit que de leur propre responsabilité sociale. Ça n’excuse pas, mais ça atténue…
Il est temps de souligner que ce mouvement a été encouragé, on ne sait à quel dessein mais on devine, par l’une des personnes directement visées par l’assignation en justice de l’acteur.

Le debugger procède à un déboguage en règle du procédé employé :

(noir)Éric Dupin a finalement livré le nom de l’acteur qui l’attaque en justice. (voir mon billet précédent), certains passages et certaines allusions me laissent quelque peu perplexe…

(noir)D’abord on rabaisse l’homme :

(noir)Acteur qui eut son heure de gloire éphémère dans Le hussard sur le toit, puis entra rapidement sinon dans l’anonymat.

(/noir)

(noir)Ensuite on y va des allusions peu flatteuses, voire misérabilistes :

(noir)qu’est-il devenu ? Pourquoi il ne tourne plus ? De quoi vit-il ? Si je n’ai pas de réponse aux deux premières questions, j’ai en revanche ma petite idée sur la troisième…

(/noir)

(noir)Après le mépris, la condescendance au sujet de la news incriminée :

(noir)Vous voyez le truc : vraiment pas de quoi fouetter un kangourou…

(/noir)

(noir)(…) Et puis il y a cette terrible conclusion :

(noir)Bien sûr inutile de vous préciser que tout commentaire injurieux, diffamatoire, portant atteinte à l’image ou à la vie privée du plaignant (ou d’un autre) sera impitoyablement effacé. Sur vos blogs en revanche vous faites ce que vous voulez hein, c’est pas moi qui vais vous apprendre des trucs sur l’identité numérique…

(/noir)

(noir)En deux mots : Lâchez-vous ! Et ça n’a pas tardé, le Google bombing est en place.

(/noir)

La fin de la récré

Certes, certains avaient bien tenté de tirer la sonnette d’alarme :
Le Pilori : “J’aime pas les étoiles jaunes” :

(noir)La torchère blogosphérique qui agite les blogs à coups de “J’aime pas Olivier Martinez” est nauséabonde. Ca pue ! Et pourquoi pas “J’aime pas les portos” ou “J’aime pas les beaux gosses” ?

(/noir)
Chamallowblog ::

(noir)Le Web français s’est trouvé un bouc-émissaire: l’acteur français Olivier Martinez. (…) La blogosphère lance une fatwa”.

(/noir)
Sitenreveuxyenrena :

(noir)Et des milliers de personnes enfoncent le clou. C’est pas malin, c’est même très con. Que fait on du respect de l’autre? Depuis quand on se fait justice soit même sur le web? C’est quoi ce bordel? Vous avez rien de mieux à foutre que de buzzer comme des cons?

(/noir)

Mais il aura fallu que des “grand frères” du web, des blogueurs plus anciens, reconnus et respectés, interviennent violemment pour siffler la fin de la récré et faire – un peu – cesser la curée :

Versac :

(noir)Evidemment, Olivier Martinez attaque fort et lourd. Mais les lynchages en réponse, même virtuels, me semblent relever d’un comprotement tout à fait moutonnier et détestable. Comme aux pires heures des google bombings sans réflexion.

(/noir)

Vinvin :

(noir)Je trouve ce lynchage odieux. Il y aurait donc un Groupe Facebook dédié à cette thématique ?
(noir)Lynchage numérique comme un jeu. Un grand jeu pas grave, allez hop. Attends, moi aussi je vais m’y mettre, je vais créer un groupe. “J’aime pas les lynchages et les mouvements de foule, ça me rappelle trop de trucs pas jolis…”

(/noir)

Embruns aussi, même s’il est un peu en retrait, après avoir lui même mis le doigt dans le pot de confiture :

(noir)Critiquons Olivier Martinez et son conseil juridique dans leur discernement dans le choix de cibles, sur le bien-fondé de leur réclamation, argumentons, mais n’attaquons pas gratuitement sur la carrière artistique du comédien, et sur l’homme dans sa globalité, cela n’a rien à voir, et son itinéraire d’acteur de cinéma, même de second plan, est loin d’être méprisable.

(/noir)

Amende honorable et rétropédalage

L’alerte n’aura pas été vaine et certains ont reçu le message, publiant un nouveau billet ou modifiant celui qui était en ligne (mrboo, L-tz, Startup’z, Mik-Matt). Le blog de Denis résume cet état d’esprit :

(noir)Je viens de retirer ma note intitulée pourquoi je n’aime pas Olivier Martinez. Pourquoi ? Tout simplement grâce à cette excellente note de Cyrille qui explique que nous avons peut-être eu tord de nous emballer si vite pour Lyncher Olivier Martinez.

(/noir)

Trop tard ! Le mal est fait

Un peu soulagé que des gens sensés soient intervenus dans ce délire et qu’ils soient parvenus à ramener à la raison au moins quelques égarés. Mais c’est bien tard, car le mal est fait…

Je me suis senti bien seul à prêcher dans le désert, pour tenter, avec mes maigres moyens, d’enrayer la machine infernale qui se mettait en place.

Ici même :
“Colporter des ragots sur le net, cémal ! “, le 14 mars,
“Petits et gros poissons”, le 15 mars,
“Droits et devoirs du libre blogueur”, le 18 mars,
“Agrégateurs, nouveaux maîtres du net”, le 19 mars.

Ou bien en commentant de manière – j’espère – argumentée chez les autres :
– Sur Ecopshère, d’Emmanuel Parrody,
– sur Adscriptor, de Jean-Marie Le Ray,
– et chez Eric Dupin lui-même, sur Presse-Citron, dès le 14 mars :

(noir)Bonjour Eric,

(noir)Votre appel à la communauté internet, qui serait attaquée et qui devrait se mobiliser, me gêne, car si je fais partie de cette communauté, je ne me sens pas du tout attaqué par l’affaire qui vous concerne.

(noir)Je ne vois nulle part rappeler que ce qui est à l’origine de l’affaire est bel et bien que quelqu’un (on ne sait pas qui et c’est vraiment pas le problème) se plaint qu’on a colporté des ragots à son sujet sur internet, et qu’il paye des avocats pour rechercher qui sont les responsables.

(noir)J’ai deux questions pour vous Eric :
– s’agissait-il bien de ragots colportés sur le net ?
– avez-vous, par l’intermédiaire de Fuzz, contribué à les répandre sur internet ?

(noir)Il me semble qu’il et temps de revenir à ces questions simples, car ce sont celles-ci que vous posent ces avocats, il me semble, et pas celle de la liberté d’expression sur internet.

(noir)La défense de liberté d’expression sur internet ne consiste pas, me semble-t-il, à se battre pour la liberté de colporter les ragots, sans en assumer les conséquences.

(noir)Voilà. C’est dit. Que ma position, un peu à contre courant du buzz général (je m’en aperçois bien) trouve elle-aussi son petit espace de liberté d’expression ici

(noir)narvic

(/noir)

La blogosphère est incontrôlable !

Mais aujourd’hui le mal est fait ! Cette fameuse blogosphère s’est montrée stupide, immature, cruelle, bref dangereuse…

Je laisse le dernier mot à Versac :

(noir)Répondre à des attaques abusives par un comportement de masse et de noircissement de réputation, c’est jouer le jeu de ceux qui construisent peu à peu une image de netbashing. La réponse à ce type de comportements, c’est la perspective d’un durcissement, encore, de la législation sur la liberté d’expression. Parce que “ces blogueurs sont vraiment incontrôlables” ne sera que ce qu’on en retiendra…

(/noir)

J’ai bien peur qu’il ait raison, et ça me désole…

13 Comments

  1. Le plus drôle dans cette histoire c’est que la procédure engagée par martinez avait peu de chance d’aboutir à des dommages et intérêts mais si on considère le torrent d’insultes il peut désormais prétendre à de solides réparations voire plus.
    Il ne le fera probablement pas, pour de mauvaises raisons…

  2. La plupart de ces “gamins” n’a toujours pas réalisé que la réaction de “solidarité” de la blogosphère, dont ils sont si fiers, ne consiste à rien d’autre que de se tirer une balle dans le pied.

    Espérons que les juges n’en aient pas la main d’autant plus lourde contre Eric Dupin, même s’il a joué lui-même avec le feu…

    Si la demande de 30.000€ était tout de même disproportionnée avec les faits de départ, elle l’est peut-être un peu moins aujourd’hui, après ce torrent d’insultes…

    Si j’étais avocat d’Olivier Martinez, je ne me gênerais pas pour enfoncer le clou !

  3. et si l’on faisait, ensemble, une bombe qui porterait haut et fort l’idée “j’aime pas les la “Blogosphère immature”, ou alors, “Les bloggeurs sont des crétins”, “la liberté tue la liberté”…
    Un lynchage…
    J’ai envi à mon tour de lyncher…

    On y va ?

    Qui me suit ?

    Hooo, et…
    “les bloggeurs en ont une petite”
    “le seul cerveau du bloggueur est son unité centrale”

    Je suis tout ouie pour d’autres idées aussi bête et idiote que le lynchage en question !

    Et là, je défie quiconque de se battre contre ça, parce que c’est tout autant injuste et infondé…

  4. Voilà un post bienvenu 😉
    Si l’on parlait de liberté d’expression ET de responsabilité.
    Un blogueur ne doit-il pas se considérer comme responsable de ce qu’il publie ou republie (dans le cas des flux RSS). Sinon à quoi bon se réclamer de la liberté d’expression si c’est pour devenir un simple hébergeur (au sens de la loi sur l’économie numérique)

  5. @ Philipe Couve

    C’est une véritable mission d’évangéliser le web et les blogueurs sur ce sujet… Je rends grâce à Me Eolas de prendre plus que sa part du fardeau pédagogique. Mais il est bien seul…

    Web, terre de mission…

    Mais j’en reviens aussi à mon idée fixe : il est temps de remettre en cause cette disposition de la loi qui permet aux agrégateurs de flux de se retrancher derrière le statut d’hébergeur, alors qu’ils sont réellement devenus des éditeurs, à mon sens…

    Le régime ancien imprimeur/éditeur/rédacteur a été transposé sur le web tant bien que mal, et plutôt mal que bien finalement…

    L’état actuel n’est pas satisfaisant : il ne protège pas bien ni les victimes, ni les rédacteurs, et laisse la part belle à des “éditeurs” qui n’en assument pas la responsabilité…

    On ne peut guère compter sur les ados geeks fans de buzz, on l’a vu sur cet épisode, pour faire avancer la question… C’est un boulot de “grand frère”, probablement…

  6. “mis le doigt dans le pot de confiture” – Comment ça ? Mon billet, même ironique, demeure très factuel. Je n’ai jamais dire que c’était un pauvre nul.

  7. /* Je crois que mon commentaire n’est pas passé, peut-être est-il en modération, peut-être est-il trop long, cependant le titre est affiché lui à la 7eme place, lui, et je n’ai pas eu de message. Donc devant ce comportement étrange je reposte, désolée si doublon se fait */

    /* Au fait les commentaires passent extrêmement mal sous IE7 (texte noir sur fond noir, certainement un conflit CSS, une bordure autour des images liées, là encore un ptit coup de css devrait arranger le tout) */

    Il me semble que des raccourcis ont été faits aussi bien dans l’article que dans les commentaires. Déjà globaliser le status de “bloggueur”.
    Blogguer n’est pas un métier, vous ne signez pas de charte, de contrat, de réglement. Ce sont des gens normaux, des cons, des sympas, des ados, des vieux qui se font chier, des gens qui travaillent. Sommes-nous en droit d’attendre un certain comportement de leur part ? Je pense que c’est là aussi la liberté que de laisser quelqu’un passer pour ce qu’il est. Mais la définition d’un blog (peut-être la vulgarisation du mot blog l’a-t-elle fait oublier ?) est JOURNAL PERSONNEL EN LIGNE. Vous l’aurez compris le mot important est “personnel”. Est-ce que donner son avis personnel sur quelqu’un peut être considéré comme de la diffamation ? Il a une différence à faire entre dire “je n’aime pas untel” et “untel est un con c’est prouvé”.
    Je pense aussi qu’il y une différence entre les propos d’un particuliers et les annonces d’une agence qui se fera du pognon dessus.

    Enfin le problème n’est pas que “quelqu’un (on ne sait pas qui et c’est vraiment pas le problème) se plaint qu’on a colporté des ragots à son sujet sur internet, et qu’il paye des avocats pour rechercher qui sont les responsables.”

    Le problème c’est que ce “quelqu’un” n’a pas que cherché à connaitre les diffuseurs de l’info. C’est qu’il a voulu en retirer une compensation financière aveugle. Ca fait très bête et méchant.
    Si aujourd’hui, à la machine à café je dis à mes collègues : Olivier Martinez s’est remis avec Kilye Minogue je l’ai lu dans Voici (ou autre). Suis-je condamnable ? Parce que j’ai relayé un ragot.
    Enfin, êtes-vous responsable de mon commentaire ? Allez-vous modérer/censurer sur les noms cités précedemment ?

    Le réel problème dans cet affaire c’est un manque d’intelligence des deux côtés, mais dans les 2 cas y’a pas de quoi fouetter un chat.

    Faudrait-il encore avoir une mentalité qui ne pousse pas les gens à se regarder le nombril et à chercher conflits à tout propos.

    Je suis tombée dans Internet ado et j’aime le Net, littéralement. J’en ai fait mon métier. Ce qui m’a plus c’est que c’est un espace d’expression, et qu’il y a du bon comme du mauvais.
    Quand je lis “évangéliser” le web et ces acteurs, je prend vraiment peur et je m’indigne.
    D’une qui à un égo assez démesurer pour se targuer être plus malin que son voisin ?
    De deux à vouloir tout régencer on va vraiment finir par perdre spontanéité, innovation, originalité.
    Est-ce que ça vaut vraiment le coup de porter autant d’importance à des comportements certes puérils mais pas bien méchants ?

    A bon entendeur…

  8. @ Laurent

    Certes, toi, tu n’as jamais versé dans l’insulte ni la diffamation contre Olivier Martinez.

    Mais ton ironie ne consistait-elle pas à contribuer à détourner le débat sur le colportage de ragot et de rumeur sur internet, vers une mise en cause de l’acteur Olivier Martinez lui-même ?

    @Sandrine

    Ton message est bien passé 😉 Le problème est probablement technique. Je vois deux bonnes solutions pour le régler (vu que je ne suis pas du tout un gourou des CSS et que ce site est en effet assez bricolé): abandonner IE et passer à Firefox ou Safari…

    Sur le fond de ton commentaire : il n’y a aucun espace public où l’expression soit totalement libre. Il y a des limites à cette liberté, tout simplement pour que la vie en société reste… vivable.

    Si on veut s’exprimer dans l’espace public, il y a une condition : assumer la responsabilité de ses actes. Ce n’est pas nouveau avec le web, il n’y a aucune raison, à mon avis, de remettre en cause cette règle de vie en société à cause du web.

  9. Qu’on dise n’importe quoi…
    Je vois que mon blog est le premier cité ( ce qui me rapporte des lecteurs merci ! ), je tiens à préciser que celui ci a été écrit dans une totale connaissance de l’affaire Martinez et non pour suivre une colonie de moutons.
    Ce que je retiens c’est que tu oublies les conséquences d’une telle affaire. Si elle te semble anodine tant pis pour toi ! mais de mon côté ( et je sais que pour Miss Vitriol, la personne ayant écrit l’article, c’est la même chose) le net est et doit rester un espace de liberté complet. Si cet acteur gagnait cela deviendrait un exemple pour beaucoup. Je pense qu’en tant que personnalité publique il sait à quoi s’attendre : à ce qu’on parle de lui !!! Ben c’est ce qu’on fait. Si on le fait pour de mauvaise raison, c’est un peu de sa faute je pense….

  10. @J’m pas…

    Voilà donc un point sur lequel nous sommes clairement en désaccord : la réaction consistant à s’attaquer à la personne en prétendant défendre la liberté d’expression est, à mon sens, une erreur profonde.

    Cet épisode ne pourra avoir que l’effet inverse de ce que vous semblez croire : inciter certains à poser toujours plus de limites à la liberté d’expression, à cause justement de ces dérapages dans l’insulte et la diffamation dont a été victime cet acteur.

    Voilà où je vois, moi, les principales conséquences de cette affaire.

    Quant à internet “espace de liberté complet”, il ne l’a jamais été que dans l’imagination de certains qui ignoraient que le droit s’y applique comme partout, et sont aujourd’hui tout surpris de le voir les rattraper.

    La liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas, disait l’autre… Elle s’use encore plus vite et encore plus sûrement quand on en abuse…

  11. Article surprenant. Totalement à charge.
    Que l’on condamne un comportement puéril, soit. Que l’on réduise le comportement de Martinez à “le pauvre, qui n’a fait que défendre sa vie privé” est une belle escroquerie. “Pour avoir simplement mandaté un avocat”. Tu oublies surtout de mentionner la somme demandé, totalement disproportionnée à l’ “organisme” attaqué.
    Son attaque – sans tentative de conciliation – initiale, avait 2 buts : tuer et se remplir les poches. C’est beau, hein.
    Je n’approuve pas spécialement ces lynchages puérils, mais je ne peux pas m’empêcher de trouver ça moins haïssable qu’une attaque violente destinée à vider les poches de ses concitoyens et de les laisser sur le carreau ensuite.

  12. @ Gil

    Ce billet ne concerne que la réaction odieuse qui a conduit à ce lynchage. Sur le fond de l’affaire Fuzz/Martinez, vous trouverez sur ce même blog un certain nombre d’autres billets qui abordent la question sous bien des aspects différents.

    Cela dit, je préfère autant vous prévenir que mon point de vue est qu’il est détestable de répandre des ragots sur quelqu’un sur le net, même si ce quelqu’un est Olivier Martinez (au sujet duquel je n’ai pas le moindre avis personnel, ne l’ayant jamais rencontré).

    Pour ce qui est de la conciliation : le droit ne fonctionne pas comme ça, désolé pour vous. Olivier Martinez ne demandait pas seulement que le lien sur Fuzz soit retiré, il demandait aussi réparation pour le préjudice subit sur la totalité de la durée où il a été en ligne.

    Quant à la somme demandée par l’avocat, ben… ce n’est qu’une demande. C’est son jeu de demander le maximum possible et même au-delà.

    On a toujours su qu’Eric Dupin ne risquait pas une seule seconde d’être condamné à 30.000 € de dommages et intérêts. D’ailleurs en référé, il a été condamné à 1000 €, me semble-t-il. Et de toute façon il annonce qu’il fait appel.

Comments are closed.