bibliothèque

A lire : La société de l’hyperinformation

Selon Jannis Kallinikos et José-Carlos Mariátegui, “une étude (…) réalisée par l’International Data Corporation prédit que d’ici 2010, les informations numériques seront multipliées par 6, passant de 161 exabytes à environ 1000 exabytes (un exabyte représente un trillion de gigaoctets).” A ce niveau, les chiffres n’ont plus de sens pour moi…

“Les chiffres donnent le vertige et dépassent toute capacité humaine de représentation, reconnaissent d’ailleurs les deux universitaires, mais la croissance exponentielle de la quantité d’information disponible ne se réduit pas à une multiplication de données. Où nous conduit cette société de l’hyperinformation ?”

Plus troublant encore, cette croissance de la quantité d’information dans notre société s’auto-entretient en quelque sorte : “La croissance de la quantité d’information exige des outils qui permettent de la gérer. Les moteurs de recherche sont aujourd’hui indispensables pour « organiser l’information globale », comme le dit la devise de Google ; ils offrent une aide précieuse pour s’orienter dans la déroutante matrice de données et d’images qui peuplent l’infospace de la vie contemporaine. Pourtant, même si cela peut sembler contre-intuitif, le fait d’ordonner et de gérer l’information n’en réduit pas la quantité mais au contraire l’augmente. Car l’organisation des données est en elle-même de l’information – au sens strict, une mise en forme.”

Lire la suite sur Telos, pour comprendre comment “jadis simple description de la réalité, l’information devient de plus en plus la réalité elle-même.”