la cuisine

67% des visiteurs de ce blog ne sont (peut-être) pas des lecteurs (MàJ)

Lecteurs de novövision, combien êtes-vous ? La question paraît simple, en réalité, elle ne l’est pas du tout.

Visites, visiteurs, pages vues, etc., toutes ces notions proposées par les outils statistiques de fréquentation des sites (et ils sont nombreux, et ils donnent tous des résultats différents) ne me disent pas combien de ces visiteurs sont des lecteurs, et combien de ces pages vues ont été lues ?

Je vous concède que vos visites sur ce blog m’enchantent, mais tout de même, je vous l’avoue, je n’écris pas sur ce blog pour que ses pages soient vues, mais avec le secret espoir que ce qu’elles contiennent soit lu. C’est ma vanité de blogueur.

Comment faire ?

Il y a bien un compteur en bas de cette page, pour l’ensemble du site, et un autre ci-contre à gauche, uniquement pour cette page. Il s’agit d’un outil statistique intégré au système de publication de ce blog (SPIP), mais je ne sais pas en réalité ce qu’il mesure. Et puis ces “informations” sont bien sommaires et je suis bien en peine d’en tirer des conclusions.

J’ai donc fini, il y a deux mois, par installer l’outil statistique de Google, Google Analytics, qui est autrement plus perfectionné. Avec deux mois de données désormais engrangées, il commence à me répondre des choses très intéressantes.

Je savais déjà que 80% des visiteurs de ce blog ne sont pas des lecteurs, puisqu’ils restent moins de 10 secondes et que la plupart de ceux-là ne sont venus qu’une seule fois et ne reviendront probablement jamais. Donc, ils ne comptent pas. Ce ne sont donc pas eux “mes” lecteurs.

Ce que j’ai appris c’est que vous êtes plus nombreux que je ne le redoutais à être de véritables lecteurs. Ce blog réussit même à intéresser un joli groupe de lecteurs réguliers qui viennent chaque semaine, et même un super groupe de lecteurs assidus, qui viennent lire ici au moins deux fois par semaine. Ce blog s’est donc construit une audience fidèle. A vous tous, merci. C’est pour vous que je fais tout ça. 😉

(bleu)Mise à Jour (Samedi : 18h00): le riche débat en commentaire de ce billet me montre que j’ai fait une erreur méthodologique, dans le maniement de chiffres de fréquentation de ce blog, et que mon interprétation n’est pas bonne. Ne vous arrêtez donc pas sur le début de ce billet, qui est faux. 🙁 Je mets en fin de billet, une mise à jour, avec une autre approche, qui donne d’ailleurs des indications bien plus encourageantes sur le nombre des lecteurs fidèles de ce blog. Donc, c’est encore mieux ! :-)) (/bleu)Comparés sur deux périodes de 30 jours successives (mi-janvier/mi-février et mi-février/mi-mars), les résultats sont assez similaires, donc cohérents entre eux. Je vais donc me concentrer sur ces derniers 30 jours pour entrer dans le détail. (ces chiffres ne tiennent pas compte des abonnés au flux RSS de ce blog qui lisent les billets sans venir sur le site.)

Graal des sites internet, semble-t-il, parlons donc visites, visiteurs et pages vues.

Google Analytics a compté sur ce blog, du 17 février au 19 mars :

– 17.444 “visites”
– 12.106 “visiteurs uniques absolus”
– 25.279 “pages vues”

Soit, une moyenne de 562 visites par jour, une moyenne de 1,45 page vue par visite, et un temps moyen passé sur le site par visite de… 1 minute et 47 secondes !

Voilà où est mon problème : 1’47” par visite, vu la longueur habituelle de mes billets, il est clair que ces chiffres ne m’indiquent nullement combien sont… mes véritables lecteurs. Le problème est connu. Christophe D., de Ouinon (l’autre blog au petit singe 😉 ) le soulève depuis longtemps : Audience du net : pourquoi ne pas publier un taux de lecture ?

(noir)Tandis que le monde de l’imprimé raisonne en lecteurs, tandis que les radios raisonnent en auditeurs et la télévision en téléspectateurs, les sites internet publient leur nombre de « visiteurs ». Visiblement, sur le net, on ose pas trop parler de lecteurs. À juste titre d’ailleurs, puisque pour le cas de ce petit blog, par exemple, plus de 81,80 % des visites ne durent pas 10 secondes. Difficile donc, d’affirmer que tous mes visiteurs sont des lecteurs.

(/noir)

Une audience “en volée de moineaux”

Et chez moi, c’est tout pareil : 80, 41% des visites sur novövision ne durent pas 10 secondes…

Je ne sais pas réellement expliquer le phénomène, probablement dû à de nombreuses fausses routes de visiteurs qui ne tombent pas là où ils s’attendaient et qui repartent aussi vite qu’ils sont venus. Mais peu importe en fait. Ces “visites” ne sont pas des lectures, je les retranche des statistiques (Google Analytics me le permet avec quelques paramétrages), puisque ça ne compte pas.

Je note tout de même au passage, comme j’ai toutes les raisons de penser que le phénomène ne se produit pas uniquement chez Ouinon ou chez moi, mais partout ailleurs sur le web, qu’il conviendrait peut-être de diviser systématiquement par cinq les chiffres de fréquentation affichés par tous les sites, pour commencer à parler un tout petit peu… d’une audience ou d’un lectorat ! La douche froide ne vaut pas que pour moi et Christophe, elle est bonne à prendre pour tout le monde.

Les “moineaux égarés” de Google

Je relève aussi que l’analyse des visiteurs par provenance (accès direct, depuis un site référant ou bien un moteur de recherche) ne donne pas des résultats significativement différents par rapport au temps passé sur le site : ces visiteurs de moins de 10 secondes forment une proportion à peu près constante (77% en accès direct ; 80% depuis les sites référents ; 82% depuis les moteurs de recherche).

Google ne m’envoie donc pas une proportion de “moineaux” significativement supérieure aux autres sources de trafic, comme j’aurais été tenté de le penser.

La seule différence significative, dans l’analyse selon la provenance et le temps de visite, tient à la proportion de “nouveaux visiteurs” issus des moteurs de recherche : 80% de l’ensemble des visites issues des moteurs proviennent de “nouveaux visiteurs” (contre 60% de nouveaux visiteurs depuis les sites référents ; 57% en accès direct), mais cette proportion tombe à 57% pour les visites de plus de 10 secondes depuis les moteurs de recherche ; 51% depuis les référants ; 47% en accès direct).

Google m’envoie donc significativement plus de “jeunes moineaux égarés” que les autres sources, même si le total est comparable.

Ces “jeunes moineaux égarés”, les “nouveaux visiteurs” qui restent moins de 10 secondes, comptent pour 55% du total des visites de ce blog, mais ils forment 69% du trafic issu des moteurs, et seulement 46% du trafic direct. On peut estimer que les “moineaux égarés de Google”, ceux qu’il a envoyés là “par erreur” à 21% du trafic total de ce blog. Alors que les “moineaux” qui se sont “égarés tous seuls” (nouveaux visiteurs de moins de 10 secondes en accès direct) sont 9% du total. L’ampleur du nombre de ces “faux clics”/”fausses visites” sur le web laisse tout de même songeur…

Retranchons, divisons, révisons…

Quoiqu’il en soit, oublions les “moineaux”, passons aux choses sérieuses, retranchons, divisons sans états d’âmes, puisque l’objectif reste bien de connaître le nombre de lecteurs…

Chiffres révisés (portant uniquement sur les visites de plus de 10 secondes) :

visites : 3.416
pages vues : 10.897
– visiteurs uniques absolus : donnée non disponible avec le paramètre requis

visites/jour : 110
pages vues/visite : 3,19
temps moyen/visite : 9.52

Il y a une mauvaise nouvelle dans ces chiffres mais surtout plein de bonnes ! La mauvaise nouvelle, c’est la douche froide consistant à diviser l’audience initiale par 5. Mais les bonnes nouvelles, c’est que les visites que l’on tient-là commencent un peu plus à ressembler à des visites de véritables lecteurs, qui voient trois pages par visite et restent sur ce blog près de 10 minutes à chaque fois. C’est déjà un peu plus consistant.

En admettant que ces visiteurs de plus de 10 secondes, et qui restent en réalité – en moyenne – 10 minutes par visite, peuvent être qualifiés de lecteurs, ce blog a donc compté 3400 lecteurs ces 30 derniers jours, et vous êtes en moyenne 110 lecteurs à venir me lire chaque jour. Ce qui n’est pas rien…

Poussons un peu plus en profondeur… Sur 3.416 lecteurs, 1.767 ne sont venus qu’une seule fois, soit 51% de mes lecteurs, (10% de mes visiteurs). Mais ils ont lu ce qu’il y avait en magasin, peut-être reviendront-ils s’ils ont été intéressés…

Parmi ces lecteurs, 1.152 sont venus au moins 4 fois sur ce blog ces 30 derniers jours. C’est vous que je décide d’appeler mes lecteurs réguliers, qui viennent ici au moins une fois par semaine et vous formez 33% du lectorat de ce blog (et 7% de ses visiteurs). Merci à vous, vous êtes toujours les bienvenus. 🙂

Il existe parmi mes lecteurs réguliers de véritables accros, qui sont venus lire sur ce blog plus de 8 fois ces 30 derniers jours, soit deux fois par semaine. J’ai décidé de vous appeler mes lecteurs assidus : vous êtes 867, soit le quart de mon lectorat (et 5% de mes visiteurs). Et là, carrément, je vous embrasse. :-))

Les résultats sont tout à fait équivalents sur la période de 30 jours précédents, ce qui m’incite à penser que ce blog s’est construit une audience fidèle et solide. Tout ça en ne “jouant” que sur le contenu, en bénéficiant uniquement d’un “effet de recommandation” entre lecteurs, et en me refusant à “aller chercher” le trafic sur Google ou sur des digg-like. Comme quoi c’est possible de ne pas être Google-dependant pour son audience… 😛

Et tout ça sans compter les lecteurs abonnés au flux RSS de ce blog, qui le lisent sans venir sur place (je n’ai pas les outils pour les tracer). Ce qui veut dire que les chiffres que je vous donne sont en réalité sous-estimés, et que vous êtes encore plus nombreux que ça. 🙂

Voilà, j’ai le sentiment d’enfin savoir combien ce blog compte réellement de lecteurs, et ce résultat ne me semble pas du tout décourageant. Vous savoir plus de 1000 à connaître cette adresse et à y passer très régulièrement, pour y lire vraiment et pas en simple coup de vent, me paye assez de la peine que je me donne pour vous écrire tout ça. Je vais donc continuer, très fier de vous savoir fidèles, mais avec le sentiment que ça me donne un peu plus de responsabilité envers vous tout de même… :o)

—-

Mise à jour (samedi: 18h00) : refaire tous les calculs !

Le débat très intéressant en commentaires, avec Mathieu et Ouinon, montre que je me suis trompé dans mon approche. J’ai fait une erreur méthodologique dans ce billet. Mon interprétation est fausse.

Il semble en effet que Google Analytics ne calcule le temps passé sur une page qu’à partir du moment où un visiteur aura visité au moins deux pages sur le site. Le temps passé qu’il calcule est ainsi celui entre la visite de ces deux pages. Cela exclut donc les visiteurs qui ne visitent qu’une seule page à chaque visite, et dont un certain nombre doivent en réalité être de véritables lecteurs.

Sur les blogs que je visite très régulièrement, il est en effet fréquent que je ne visite qu’une page à chaque visite : celle du nouveau billet, dont le flux RSS m’a averti.

La mauvaise nouvelle, c’est donc que mon billet est faux. La bonne, c’est que le nombre de mes “vrais” lecteurs est donc probablement bien plus grand que je ne le pensais. :-))

Nouvelle approche : mes lecteurs sont ceux qui reviennent

Ces débats me suggèrent une nouvelle approche de la question du nombre de lecteurs : le nombre de visites par visiteur.

Sur cette période de deux mois, je constate ainsi qu’un très grand nombre de visiteurs ne sont venus qu’une seule fois (67%). Parmi ceux-là, certains sont probablement mal comptés, car ils ne viennent pas toujours depuis le même ordinateur (Nicolas signale par exemple son cas personnel d’internaute interplanétaire extrêmement… mobile 😉 ) et ils ne sont donc pas “agrégés” à chacune de leur visite.

Malgré tout, on peut considérer que la grosse majorité de ces visiteurs ne sont pas très intéressés par ce blog, puisqu’il n’y reviennent pas. On peut donc tout de même considérer qu’ils ne font pas partie de “mes” lecteurs. Tandis que pour des visiteurs qui reviennent, et qui savent donc où ils arrivent, on peut supposer que c’est pour lire…

Au lieu de 80% de visiteurs non-lecteurs, on baisse un peu à 67%. Je ne divise plus l’audience initiale par 5, mais plutôt par 3. C’est un peu mieux, mais ça ne casse tout de même pas des briques…

Reprenant ma distinction entre lecteurs réguliers, qui viennent une fois par semaine en moyenne, et lecteurs assidus (au moins deux fois par semaine), j’obtiens avec cette approche de bien meilleurs résultats que précédemment : vous êtes beaucoup plus nombreux que je ne croyais !

Lecteurs réguliers (8 visites et + en 2 mois) : (rouge)4.310(/rouge)
Lecteurs assidus (15 visites et + en 2 mois) : (rouge)2.923(/rouge)

Vous n’êtes donc pas 1000 lecteurs fidèles de ce blog, mais plus de 4000 ! Raisons de plus pour vous embrasser une seconde fois. :o)

Raison de plus pour vous prier tous d’excuser la première version de ce billet, manifestement pas à la hauteur de votre fidélité ;-). C’est que j’ai bien envie que vous reveniez… :-))

54 Comments

  1. Bonjour et bravo pour ce blog. Lecteur rapide, mais assidu, je ne suis pas sûr de rester 1 minute 47 ! 🙂
    Par ailleurs je lis parfois seulement par RSS. En passant votre flux chez Feedburner, vous auriez aussi des statistiques du flux RSS.

  2. sans compter que les lecteurs “accro”, voire même les occasionnels, suivent (et donc lisent) peut être / parfois / souvent le site via les RSS. ce que ne comptabilise pas Google (mais SPIP, si).

    donc il ne s’agit pas tant de diviser les chiffres spip par 5 pour obtenir l’audience, que faire une belle louche 🙂

  3. @ Philippe et ydikoi

    j’ai rajouté quelques lignes dans le texte suite à vos remarques sur le non-compte des RSS. 😉

    et aussi un commentaire sur le fait que cette audience a été construite uniquement par la recommandation entre lecteurs, sans aller la “chercher” sur Google, dans les digg-like, ou dans les classements foireux de blogs. :-))

  4. Normalement, l’outil Google pour Webmaster permet de connaître le nombre d’abonnés à ses flux RSS (au moins par GoogleReader).

    Et, sur le flux RSS novovision/free/fr/spip.php?page=backend ; mon Google Reader m’informe que vous avez 217 abonnés (et que vous publiez 5.8 articles par semaine).

    En espérant avoir été utile. Une chose me surprend beaucoup : il semble que les flux RSS soient bien moins utilisés que ceux qui les utilisent pourraient croire.

  5. est-ce que vous avez pu identifier l’effet aaaliens sur les visites (et notamment sur les visites qualifiées) ?

    et y a t il un rapport entre le type de lecture et la pratique du commentaire (a priori le commentateur devrait plutôt être un lecteur assidu)

  6. @ Moktarama

    Il y a aussi que le flux RSS a changé fin août. Le flux principal depuis cette date est celui-ci :

    http://novovision.fr/spip.php?page=backend

    @ Jephte

    Pas eu le temps d’éplucher cette question, mais je compte bien tenter de différentier les flux d’agrégateurs de liens collectifs (aaaliens, smalbrother, vendredi) et individuels (Google Reader, Netvibes…).

    En chantier aussi, bien entendu, la relation entre la source du trafic, la nature du lectorat et ce qu’il lit…

    Y a de quoi m’occuper un peu… 😉

  7. Décompte intéressant et bien détaillé, comme je n’en avais vu nulle part ailleurs.

    Mais les résultats sont un peu décevants, surtout pour un lecteur assidu de mon espèce : 80% de visiteurs-éclairs, c’est aussi attristant que 0,1% (ou même 1%) de commentateurs.

    Le net a encore du chemin à faire pour attirer de vraies masses de lecteurs et les faire réagir. Le web 2.0, y sommes nous vraiment?

    Au plaisir de te lire,
    Zelittle.

  8. Hello Narvic,

    Tu peux compter 1000 +1 : je suis un lecteur assez assidu mais mobile : la meilleure solution c’est google reader embeded dans igooge sur Mobile : cela permer de consulter les posts par ordre ante chronologiques comme des mails ou twitter. Par contre en mesure d’audience c’est dommage (cela étant dit on pourrait imaginer un marqueur dans le texte de chaque billet)

  9. Non seulement ça compte pas les lecteurs rss, mais en plus certains de vos lecteur bloque votre beau jouet google analytique, vous n’allez pas pous en sortir avec vos stats (:

    Et sinon, on peut être un lecteur assez régulier, et aussi ne passez que 10s certaine fois, c’est juste le temps de voir si le sujet du jour est intéressant ou non, le temps aussi de jeter un oeil vite fait au commentaire sur une note lu plus tôt. Ce n’est donc pas forcément que des internaute cherchant leurs chemin.

  10. Salut narvic,

    Je me connecte à chaque fois avec une IP et des plateformes différentes (donc problème de cookie). En plus, je lis tout par RSS et quand je viens sur le site pour lire les commentaires, GAnalytics met mon temps de visite à 0:00 puisque je ne consulte qu’une page. Ce qui fait de moi un moineau alors que je lis tous les billets ou presque.

    Conclusion: les outils site-centric ont encore pas mal de progrès à faire, et les mesures d’audience user-centric de beaux jours devant eux.

    La question est maintenant: pourquoi est-ce que Nielsen et consorts ne se focalisent pas plus sur la notion de lecteur plutôt que de visiteur? L’avancée qu’a été le calcul du temps passé sur les sites n’est toujours pas intégrée par tout le monde (dans les pitch des commerciaux c’est toujours la dernière donnée présentée).

    Le cynique qui sommeille en moi aurait tendance à penser que c’est parce que les commanditaires des études de lectorat ont beaucoup à perdre si on devait publier ces chiffres. Mais ça serait faire la part belle à la théorie du complot et pas assez à l’inefficacité des instituts de sondage.

  11. Bonsoir Narvic,

    Merci pour cette analyse détaillée et trés intéressante, pas forcément surprenante.
    Vu la densité des billets, et la thématique fort ciblée, il me semble normal d’avoir un lectorat plus ciblé, plus qualifié que certains autres.
    Pas surprenant non plus d’avoir 80% de moineaux. Ce qui serait marrant, c’est de nous donner les mots clés de recherche les plus originaux ayant amenés des lecteurs sur ton blog.

    Je ne suis pas un lecteur aussi assidu que certains. Je choisis les articles que je veux lire. Parfois le temps me manque. Ma fréquentation n’est pas quotidienne.
    Connaissant la longueur des billets, ce qui est certain, c’est que j’y passe 10 minutes à chaque fois…le temps de m’imprégner de ce que je lis 😉

    Mais au final, j’en sors forcément enrichi, c’est ce qui est agréable.
    La seule chose, c’est que tes billets sont tellement riches, que je n’ose jamais commenter, me demandant souvent ce que je pourrai bien ajouter de pertinent ou d’intéressant 😉

    Enfin, j’allais parler du fait que je te lis souvent à travers Google Reader, et que je n’étais pas certain que ceci soit pris en compte dans ton analyse. Mais d’autres l’ont fait avant moi.

    En tout cas, Bravo et Merci pour ton travail.

  12. Bonsoir et merci pour tous les excellents billets. Lecteur assidu, comme Laurent je n’ose pas commenter devant la richesse des articles et des commentaires, rien de pertinent à ajouter 🙂

    Comme Nicolas, j’avais remarqué que beaucoup de visites de moins de 10 secondes étaient en fait des visites de 0 secondes (http://www.google.fr/search?q=%22google+analytics%22+%220+second%22)

    Du coup, si cela est seulement du au fait que Google Analytics ne mesure pas le temps passé si l’on ne visite qu’une page, vous avez beaucoup plus de lecteurs !
    Si un connaisseur de GA a plus d’explication…

  13. On peut avoir les mots-clés qui amène les gens sur le site, s’il vous plaît, s’il vous plaît !
    Quand je vois quelles recherches amène les gens sur mon (très modeste) site, je pense que ça peut être drôle ici !

  14. Merci à tous :-))

    • Ce n’est finalement pas si grave que les lecteurs RSS ne soient pas bien comptabilisés, car ce défaut tend à sous-estimer les chiffres de Google Analytics, et je les trouve par ailleurs plutôt bons. 🙂

    • Sur les mots clés de Google : j’avais déjà fait un petit point amusant l’an dernier sur ce sujet (lire ici : Variations sur la sérendipité). A la demande générale, je vais vous en refaire un autre rapidement. 🙂

  15. Bonjour,

    J’ai mis mon blog sur SPIP depuis moins d’une année. Depuis, je suis en progression constante, alors que je publie plutôt moins qu’avant, et même carrément pas beaucoup ces derniers temps! J’en conclus que cela est dû au référencement qui se fait bien mieux qu’avant, car je n’avais alors pas de mots clés. J’ai bien sûr aussi ces moineaux qui ne font que picorer. Mais ce qui me préoccupe le plus, ce sont les différences considérables de fréquentation entre les statistiques de SPIP et celles fournies par mon hébergeur (AWStats) J’obtiens systématiquement entre la moitié et un tiers de moins de visiteurs avec AWStats qu’avec SPIP. Quand je cherche à étudier ces différences je trouve des concordances de chiffres qui indiqueraient qu’elles pourraient provenir des crawlers des moteurs de recherche (sur AWStatt, ils sont traités séparément). Cela expliquerait aussi, en partie, les visites très courtes, car ces machines lisent très vite, elles! Donc SPIP nous mène un peu en bateau.

  16. À Jo : « on peut être un lecteur assez régulier, et aussi ne passez que 10s certaine fois, c’est juste le temps de voir si le sujet du jour est intéressant ou non »

    Ok, mais toujours est-il que le nombre de pages vues ou le nombre de visites ne signifient pas nombre de lectures, tu nous en donnes toi même un témoignage dans la citation ci-dessus 😉 Et pourtant, ce sont bien ces chiffres qui sont diffusés par les instituts de mesure d’audience internet. D’autant que les chiffres d’audience s’adressant principalement aux annonceurs, je ne vois pas bien comment la pub peut être consommée dans une visite de moins de 10 secondes ?

    Concernant le rapports visites furtives / visiteurs furtifs, c’est plus compliqué mais on peut déjà se faire une idée en calculant le nombre de visites par visiteurs. Chez moi, sur un an de mesures, un visiteur unique absolu fait 1,2 visite (ouch, ça fait mal aussi, ça 😉 ). Ça signifie, en gros, une toute petite partie d’habitués, qui peuvent effectivement parfois passer beaucoup de temps et parfois revenir jeter un œil vite fait 3 fois par jour pour voir s’il y a du neuf. Mais autant dire qu’à 1,2 visites par visiteurs, et sachant que 81 % des visites durent moins de 10 secondes, soit les habitués sont très minoritaires, soit ils ne viennent pas si fréquemment que ça.
    On pourrait aussi faire l’expérience en analysant sa propre pratique du web : sur combien de sites que vous avez visité aujourd’hui (RSS compris) avez-vous lu un article en entier ? 10 % ? 20 % 30 % (plus, j’ai du mal à y croire, sauf si vous avez un carnet d’adresses très restreint).

    Concernant les RSS, personnellement, je ne sais pas si cela est compté en 0 secondes ou non sur GA. Quoi qu’il en soit, comptez combien de temps vous passer à « lire » 50 billets dans votre flux : et oui, vous y passez généralement moins de 50 minutes (sauf si vous avez vraiment beaucoup de temps devant vous et si ces billets sont tous intéressants et/ou courts). On survole les titres ; lorsqu’on le peut, on prend le temps de lire quelques articles qui nous ont interpelé… et on ne lit pas la majorité. Au final, je suis sûr qu’on retrouve dans nos flux RSS, nos 80 % de survols en moins de 10 secondes. Dans tous les cas, les flux RSS ne sont utilisés que par 11 % des internautes (selon Forrester), c’est donc très relatif par rapport à ces fameux 80 % de visites furtives. Enfin, la plupart des sites qui vivent de la pub ne publient en RSS qu’un extrait de leurs articles, ce qui oblige l’internaute à visiter le site pour voir la suite.

    Bref, tout comme Narvic, je pense que le nombre de lectures est TRÈS inférieur au nombre de visites — trop pour continuer à être ignoré — et que, d’une manière générale, les chiffres qui concernent le web sont un peu trop flatteurs par rapport à la réalité. Si on virait des statistiques publiées toutes les visites de moins de 10 secondes, je crois qu’on ne s’en porterait pas plus mal. Je précise que je ne suis pas un grand spécialiste des metrics, juste un simple observateur qui s’intéresse à la question. Et qui peut se tromper 😉

  17. Il faudra que tu m’expliques comment paramétrer google analytics, pour que je sorte mes chiffres de fréquentation selon les mêmes méthodes que toi. Il faut complètement me guider, je ne suis pas franchement doué pour les manips…

    Une comparaison (pas qu’avec moi d’ailleurs) serait sans doute instructive.

  18. À Authueil : dans GA, onglet Visiteurs > Fidélité des Visiteurs > Durée de la visite.

    (Dans ce cruel onglet « Fidelité des visiteurs », on a d’ailleurs accès à d’autres données intéressantes comme le nombre de visiteurs qui ne sont venus qu’une seule fois.)

  19. @Ouinon pour les visites de moins de 10s, quel est le % à 0s? après la question c’est : qui sont ces visiteurs à 0s?

    à savoir : des personnes qui n’ont visités qu’une page et dont GA n’aurait donc pas pu mesurer le temps passé (dans ce cas de vrais lecteurs), des crawlers (qui font donc augmenter les moineaux), des personnes qui ferment la page avant qu’elle soit chargé, autre…

    le 80% de visiteurs qui passent moins de 10s sur une page me parait très bizarre quand même : même s’il m’arrive souvent de ne pas lire un article en entier ou de fermer une fenêtre, je suis très très loin des 80% !

  20. À Matthieu : ben justement, je ne sais pas d’où il sort ce nombre de visites à 0 secondes puisqu’il n’est visiblement pas dispo sur GA (qui ne donne que le nombre de visites entre 0 e 10 secondes, 11- 30 secondes, 31-60 secondes, etc. sans entre dans les micro détails). De plus, je ne vois pas trop l’intérêt qu’aurait GA à compter à 0 secondes les lectures venant de flux RSS… Ils auraient plutôt intérêt à les compter comme « temps inconnu » ou à ne pas les compter du tout si on ne peut pas les compter, sinon, ça flinguerait bêtement les mesures. Je ne saurais pas en dire plus (avis aux pros) mais je ne pense pas que les lectures RSS soient comptées en 0 secondes.
    Peut être que les visites à 0 secondes, si elles existent, correspondent plutôt à ceux qui ont zappé avant que la page ne soit totalement chargée ? (pour les sites qui ont un temps de chargement plus long ?). Je ne sais pas.

  21. en effet je ne retrouve pas l’accès direct aux visites à 0 secondes sur GA.

    par contre, je viens de voir un moyen détourné d’y accéder : http://www.awe.fr/2009/01/temps-passe-par-vos-visiteurs-actifs-sur-votre-site/ en créant un segment avancé supérieur à 0sec

    et sur mes chiffres (je n’ai pas de blog, mais j’ai accès à ceux de l’ancienne boite ou je faisais un stage), on arrive bien à 80% des visites à 0sec

    aussi j’ai regardé les stats de temps passé et de nombre de pages :

    665 visites entre 0 et 10 secondes
    658 visites à 1 page

    ce qui montrerait ce que j’ai lu ailleurs : les visites à une seule page sont comptabilisé à 0 secondes (correspondent au taux de rebond) : les 80% sont donc “normal” et narvic a beaucoup plus de lecteurs

    ceci dit, je trouve en effet stupide que GA attribue 0 seconde aux visites dont le temps ne peut être mesuré, ça fausse tous les statistiques…

    pour les lectures RSS, ça doit être un autre problème : GA ne les compte pas

  22. À Matthieu :

    « On arrive bien à 80% des visites à 0sec »

    Ça signifierait que toutes les visites qui ne comptent qu’une seule page vue seraient comptées à 0 seconde de temps de visite ?! Ça me parait très gros de la part de GA (ou alors il y a une finesse quelque part).
    En tout cas, dans ma pratique personnelle, les visites furtives (sur tous types de site ou en RSS) sont très majoritaires par rapport au visites ou je prends le temps de lire complètement un article.

    Bon, en attendant que Narvic soit levé 😉 je vais voir si je trouve des choses à ce sujet car tout cela me parait vraiment bizarre. De toute façon, si tout cela est vrai, ça ne nous dit pas que ces visiteurs-qui-ne-visitent-qu’une-seule-page restent plus de 10, 30 ou même ne serait-ce que 60 secondes sur le site (j’ai d’autres arguments sur le sujet, voire notamment l’exemple de Rue 89 qui m’avait mis la puce à l’oreille, dans ce billet).

  23. Bonjour,

    Je fais partie de vos lectrices régulières. Et je dois même parfois dépasser les 10 minutes de visite, car il m’arrive d’interrompre ma lecture pour d’aller me préparer un thé..!
    Félicitations pour votre esprit de synthèse très enrichissant et vos écrits qui donnent toujours matière à réfléchir.

  24. Une première observation : sur l’aide contextuelle de la page des durées de visite par paliers de GA, il est écrit :

    « La durée de la visite constitue un indicateur de la qualité des visites. Un nombre élevé de visites prolongées est le signe que les visiteurs de votre site y sont très actifs. Au lieu d’une simple indication de temps moyen global passé sur votre site, ce graphique vous permet d’obtenir une vue d’ensemble de la répartition des visites. N’oubliez pas que cet indicateur peut être faussé par des visiteurs laissant une fenêtre de navigation ouverte sur une page de votre site sans pour autant la consulter ou l’utiliser. Vous pouvez ainsi savoir si un petit nombre de visites augmente artificiellement la durée moyenne des visites ou si l’ensemble des visites de votre site se caractérise par une durée élevée. »

    Google précise donc que les chiffres des temps de visites par paliers peuvent être faussés (augmentées) par les fenêtres laissées ouvertes en arrière plan, mais ne préciserait pas que les rebonds (visites sur une seule page) sont comptés d’office dans le palier 0-10 secondes. D’après cette première observation, soit Google nous prends pour des imbéciles (ou nous cherche à nous cacher quelque chose ; ou alors, c’est vraiment un gros oubli dans l’aide, de la part de l’équipe de GA), soit les rebonds ne sont pas comptés d’office à 0 secondes.

    Bon, je continue mes recherches sur le sujet…

  25. @Ouinon

    apparemment oui. en replongeant dans mes stats, et sur une plus large période, j’ai ces résultats :
    – 3854 visites :
    – dont 2710 visites de 0s à 10s
    – dont 2638 visites à 0s

    donc il y a 72 visiteurs qui ont cliqués en moins de 10 secondes sur une autre page du site

    GA un taux de rebond de 68,97%, en divisant les visites par le nombre de visites à 0s, j’arrive à 68,44% : je n’explique pas la légère différence mais les chiffres sont très proches !

    Donc si c’est bien ce maudit taux de rebond, les outils user-centric type nielsen devraient avoir un temps moyen de lecture beaucoup plus important (pas plombé par les 0 secondes, car ils peuvent tout mesurer), je crois que c’est le cas.

    Par contre ça serait cool qu’ils diffusent ces chiffres (par tranche comme GA) 🙂 et sans doute on verrait que beaucoup de gens survolent sans lire (50%? 80%? aucune idée, les éditeurs n’ont peut-être pas intérêt à divulger ces chiffres…). Et donc la pub est vendu moins cher…

    Excellente idée les vidéos vues sur Rue89 : un bon indicateur de lecture réelle! Dommage qu’il n’y ait pas les stats seesmic, on aurait pu voir ça sur leurs chats (http://www.rue89.com/2009/03/20/pourquoi-ne-pas-participer-au-front-de-gauche), avec des articles réduits à la vidéo :-/

    Il faudrait une grande enquête participative sur ce fameux taux de lecture réelle 🙂

  26. À Matthieu :

    Et oui, ce serait bien que les instituts publient leurs résultats par tranches, mais pas sûr que ça arrange leurs clients 😉 Surtout s’il s’avère que Google Analytic nous trahit sur la question.

    Arf, je m’aperçois que je me suis planté sur le lien de mon précédent commentaire, sur l’exemple de Rue 89 : c’est ce billet qui est le bon (2e paragraphe du billet). Désolé 😉

  27. J’ai trouvé ça dans leur aide (bien caché!) :

    Les rebonds peuvent également figurer dans vos rapports en tant que visites d’une durée de 0 seconde, car Google Analytics calcule le temps entre deux chargements de page afin de déterminer la durée d’une visite.

    http://www.google.com/support/googleanalytics/bin/answer.py?hl=fr&answer=74949

    ils nous prennent pas pour des imbéciles mais c’est limite je trouve : pas très explicite comme formulation ! ils disent pas si visites à 0sec = tx de rebond…

    C’est plus explicite ici ou encore et

    je n’ai pas trouvé de réponse officielle et claire de google, mais pas mal d’avis qui assimilent taux de rebond avec visites à 0 secondes, comme mes chiffres

  28. no problem, j’ai découvert des billets que je n’avais pas lu 🙂

    peut-être GA veut pas trop communiquer sur cet indicateur : il peut pas trop se vanter du fait que le temps de visite ne veut rien dire (si le temps n’est mesurable qu’à partir de 2 pages vues)

    ça va encore plus loin que les 80% pour l’exemple de rue89 alors : seulement 5% ont vu la vidéo!! et 7% lisent les commentaires (j’imagine que rue89 compte le pourcentage de gens qui développent les commentaires pour ne pas lire que la sélection proposée)!

    les 2 chiffres sont très proches, peut-être que l’on tient un taux de lecture “véritable”? ça me semble très bas quand même… peut-être que leurs stats de visite par article ne correspondent qu’à des visites et non des visiteurs uniques?

    enfin, pour ces lectures à l’article, on est très loin des chiffres triomphaux des VU par mois annoncé par tous les médias 🙂

  29. À Matthieu :

    Oui, c’est fou cette histoire ! Google indique effectivement sur cette page que « Les rebonds peuvent également figurer dans vos rapports en tant que visites d’une durée de 0 seconde, car Google Analytics calcule le temps entre deux chargements de page afin de déterminer la durée d’une visite. » mais « omet » de le préciser dans l’aide contextuelle de l’outil (qui reprend pourtant tout de début du paragraphe de cette page). C’est assez inouï, mais ça semble vrai !

    (Dans cet échange que tu à mis en lien, la personne de chez Google finit même par lâcher dans son dernier message que « Les visites avec rebond ne sont pas incluses dans le nombre total de visites! », chose qui ne figure nulle part dans l’aide, y compris sur le précédent lien. Et chose qui n’est d’ailleurs pas possible puisque si les rebonds n’étaient pas comptés dans le nombre de visites, j’aurais au moins une moyenne de 2 pages vues par visiteurs, pour ce qui concerne mon blog — au lieu d’1,2. Mais ça c’est un autre sujet.)

    Bon… qu’en conclure ? Ça signifie que 80 % n’est peut être pas le chiffre exact, mais ça signifie surtout qu’avec Google Analytic, on ne connait pas vraiment le nombre de visites qui ne durent pas plus de 10 secondes (et on ne peut avoir accès à cette donnée sur aucun rapport publié par les instituts de mesure d’audience). En attendant, comme j’en avais fait l’expérience sur un billet de Rue 89, on peut toujours s’amuser à comparer les nombre de visiteurs revendiqué mensuellement par le site ; avec le nombre de vues par billet ; et même, lorsque cela est pertinent, avec le nombre de vues d’une vidéo qui figure dans ce billet (lorsque la vidéo est un élément essentiel du billet). Dans ce cas, on voit clairement que le nombre de visiteurs revendiqué semble très au dessus du nombre de personnes qui ont lu un billet en entier (même sans passer par la vidéo, juste en comparant nombre de visiteurs et nombre de vues d’un seul billet, c’est déjà très parlant — et encore, un même visiteurs peut faire plusieurs visites sur un même billet).

    La question du rapport visiteurs/lecteurs reste donc entière, cela ne fait que renforcer ma conviction que le détail de temps de visite par paliers soit publié par les instituts de sondage comme Médiamétrie/Nielsen (ou alors que les visites de moins de 10 secondes ne soient pas comptabilisées — et encore, je suis gentil en ne prenant que 10 secondes comme limite, et l’on pourrait facilement pousser jusqu’à la minute pour trier les lecteurs des visiteurs). Au lieu de mesurer l’activité de chaque site (site-centric), les instituts de mesure d’audience utilisent des applis qui tracent les visites de leur panel d’utilisateurs (user-centric). Des outils qui sont donc plus aptes qu’un Google Analytic à recueillir ce genre de données de manière fiable.

    (Dans ce commentaire, je répète un peu ce qui a déjà été écrit dans le fil, c’est juste pour faire un synthèse qui soit un minimum compréhensible, pour ceux qui n’ont pas tout suivi 😉 ).

    En tout cas, Matthieu, merci pour ces explications et ces liens qui permettent d’affirmer que les applis « sites-centric », de type GA, ne sont pas extrêmement fiables sur la question (et semblent même nous le cacher).

  30. Bon, c’est pas que je suis levé (hein, ouinon 😉 ), c’est que je suis revenu du parc où je lisais au soleil, pendant que vous bronziez devant votre écran. 😉

    Votre débat est intéressant et je crois qu’on avance un peu : l’un des liens postés par Mathieu nous donne une piste : il semble bien que GA ne calcul le temps passé sur une page qu’à partir du moment où il y a 2 pages consultées, car c’est le temps entre ces deux consultations qu’il mesure.

    Ça fausse une bonne partie de ce que je dis dans ce billet ! Il va falloir que je le mette à jour.

    j’ai probablement fait une erreur méthodologique. Les chiffres relatifs au temps passé ne sont pas le bon moyen de “traquer” le nombre de lecteurs.

    La piste proposée par Ouinon est peut-être plus prometteuse : exclure plutôt des chiffres les visiteurs qui ne sont venus qu’une seule fois, en prenant une période de référence plutôt longue.

    Je refais mes comptes, et je vois ce que ça donne… 😉

  31. À Narvic :

    « La piste proposée par Ouinon est peut-être plus prometteuse : exclure plutôt des chiffres les visiteurs qui ne sont venus qu’une seule fois, en prenant une période de référence plutôt longue. »

    Ah mais je n’ai jamais écrit ça moi 😉 Je pense (sans être un spécialiste des metrics, je le répète) que la connaissance du taux de visites courtes reste plus intéressante que jamais, sauf qu’il faudrait, du coup, oublier GA (cf. les infos de Matthieu) et opérer cette mesure à partir d’un outil qui soit plutôt user-centric. Sur la forme, Google Analytic nous a « trahi » mais sur le fond, je pense qu’un Médiamétrie est parfaitement capable de faire cela (enfin j’espère) et que notre piste n’est pas si mauvaise que ça.

  32. @ Ouinon

    Ta remarque plus haut sur le nombre de visite par visiteur sur ton blog (1,2), m’a suggéré de regarder de ce côté : j’ai mis à jour le billet avec ces nouveaux résultats.

    65% des visiteurs ne sont venus qu’une seule fois en 2 mois.

    Mais 4.310 sont venus 8 fois et + (une fois/semaine) ; 2.923 sont venus 15 fois et + (deux fois/semaine), ce qui est bien plus encourageant que l’approche précédente – qui était fausse ! 🙂

  33. Bonjour à tous,

    Je n’ai pas tout lu, mais je me permettrais quand même d’intervenir. (désolé, message long – toutes mes excuses anticipées pour l’orthographe et pour le fait que l’auteur a corrigé son post pendant que je tapais mon message)

    Il n’existe pas de moyen technique de calculer vraiment la durée d’une visite sur un site, c’est une contrainte quasi-ontologique du protocole utilisé par le web (HTTP) ; En résumé, ça ce passe comme çà :
    – Moi (enfin mon navigateur) : Je voudrais voir la page http://novovision.fr
    – Narvic (enfin, son serveur web) : voilà : ‘DOCTYPE html (très long blabla technique incluant une référence à Google Analytics)
    -Moi : Salut Google, sache que je visite le blog de Narvic – la home!
    – Google : Merci de me le dire, tu as de très saines lectures et je t’en félicite (J’aime à imaginer que Google me dit ça mais en fait ce n’est pas vrai, il reste plus neutre… Désolé)

    Voilà, c’est tout; durée: une poignée de millisecondes. A la fin, votre navigateur affiche la page, et que vous passiez votre après-midi à la lire en prenant des notes, ou que vous éteignez votre ordinateur 3 secondes après, ni le serveur de Narvic, ni celui de GA ne peut le savoir.

    Le truc qui est utilisé, et qui permet d’afficher des durées de consultation aussi passionnantes que fantaisistes, c’est que si je reclique sur un lien d’une page (chez Narvic ou, en théorie, sur un autre site avec GA), GA voit ma seconde requête. Et en déduit que j’ai passé x secondes (la différence entre la seconde et la première requête) sur la première page. C’est bien sûr complètement faux dans l’absolu, je peux très bien (je le fais, je suis sûrement pas le seul) ouvrir une page liée dans un autre onglet au bout de 30″ et poursuivre ma lecture. GA sait que j’ai ouvert une autre page, pas que j’ai poursuivi ma lecture. Si je n’ouvre aucune autre page, GA ne peut pas savoir combien de temps j’ai vraiment passé sur la page.

    En clair, pour résumer : Dès qu’un logiciel de stat commence à vous parler de durée de visite sur le web, vous sortez du champ de la science et vous entrez dans le monde de Mme Irma…

    Pourquoi tous les logiciels donnent cette info si elle ne peut pas être fiable ? Pour le savoir, il faut avoir connu la vie d’un geek au début du web, quand nous dépiautions presque à la main des logs Apache pour proclamer fièrement à nos patrons que leur site web avait fait 12.000 pages vues (ils s’empressaient de traduire çà en : 12.000 personnes, et nos dénégations n’y changeait rien) ; Puis après, ils demandaient : et ces 12.000 personnes, ils restent combien de temps ? Notre réponse (on peut pas le savoir, on le saura jamais) les énervait; Au bout d’un moment, un type qui en avait marre de se faire engueuler et d’expliquer que le web, c’est pas du téléphone, a inventé cette histoire de différence de temps entre deux pages, et hop!
    [C’est la démarche que raille Voltaire chez Saint-Augustin, dans l’article “Antitrinitaires” de son Dictionnaire Philosophique: “on a pourtant dit trois personnes, non pas pour dire quelque chose, mais parce qu’il faut parler et ne pas demeurer muet” ]
    Et depuis, de pauvres blogueurs se lamentent parce que les gens restent moins d’une seconde chez eux, alors que si ça se trouve ils y ont passé la journée 😉

    Désolé de la longueur de ce billet. Vous pouvez me compter parmi vos lecteurs fidèles, même si je serais bien en peine de vous dire combien de temps j’y passe, et surtout à quel point la lecture de vos billets est intellectuellement stimulante!

  34. @ vainsdieux

    Très intéressante (et instructive) mise au point. J’espère que la mesure du nombre de visites par visiteur n’est aussi fantaisiste elle-aussi… 😉

  35. Oui, décidément pas mal d’infos dans ce fil !

    En fait, que GA ne puisse pas connaitre le temps de visite, je peux comprendre (enfin, depuis aujourd’hui 😉 ), mais ce que je trouve un peu limite, c’est qu’au lieu de le signaler ces rebonds comme « temps inconnu », Google leur attribue directement 0 seconde. C’est assez dommage et je pense que beaucoup de monde doit tomber dans le panneau. Bon, passons…

    Sinon Vainsdieux, une question, si jamais tu repasses dans le coin : on ne peut pas vraiment connaitre la durée des visites sur un site, mais sais-tu si l’on peut la connaitre à partir d’outils « user-centric » (des « logiciels-espions » qui observent non pas l’activité des sites mais l’activité des gens qui constituent le panel Médiamétrie/Nielsen) ? C’est juste une question, pour être sûr d’avoir bien compris 😉

  36. de retour du parc aussi 🙂 bon on a les explications complètes et l’histoire qui plus est 🙂

    @Ouinon Comme quoi même à Google ils ne comprennent pas totalement le bouzin!

    D’ailleurs cela me fait penser que cette histoire du temps de visites est peut-être une des raisons pour lesquelles les éditeurs préfèrent un outil user-centric : le temps passé est plus important et surtout ils peuvent le mesurer. Resterait à être plus transparent sur ce temps par visite, plutôt que de nous donner des moyennes 🙂

    Comme tu dis, virer les visites de moins de 10 secondes (pour nielsen) permettraient d’avoir une vue plus pertinente du nombre de lecteur (et pourquoi pas combiner user-centric et site-centric d’ailleurs?).

    @narvic ça me semble très pertinent de prendre les lecteurs selon le nombre de visites (si les cookies “vivent” assez longtemps, vaindieux si tu es au courant pour GA…) , du coup les chiffres sont très bons!Tout ça montre qu’on pourrait avoir des chiffres très précis, pour les sites d’information par exemple

  37. (désolé pour le flood)

    À Narvic :

    De mon côté, dans l’onglet Visiteurs > Fidélité des visiteurs > Fidélité, GA m’indique, sur une période de 1 an, 83,05 % de visiteurs qui ne sont venus qu’une seule fois (adieu monde cruel !) et 5,43 % qui ont poussé le vice jusqu’à revenir 2 fois (sympa).

    Au final, il ne me reste que 4,91 % de visiteurs qui sont venus plus de 50 fois sur 1 an,soit un peu plus d’une fois par semaine, et que je peux à peu près considérer comme habitués. Bon, pour me remonter le moral, j’ai fini par compter ce que ça faisait par rapport à mes 85 329 visiteurs uniques absolus sur l’année et ça fait quand même plus de monde que je ne l’imaginais : 4 189 habitués ! Avec les 300 petites visites par jour que m’indique GA, je ne sais pas trop d’où ils sortent mais bon, c’est effectivement réconfortant 😉

  38. … et 2,28 % de visiteurs qui sont passés plus de 200 fois dans l’année, soit 1 975 visiteurs uniques absolus… alors que sur la même période, GA m’indique précisément une petite moyenne de 260 visites/jour… Mmmhhh. Des visiteurs qui ne visitent pas ?

  39. @ Ouinon

    Tu es en train de casser mon nouveau jouet. :-))

    Alors, le nombre de visite par visiteur, ça ne voudrait pas dire grand chose non plus ?! 🙁

  40. À Narvic : Ah, non je ne me mouille plus 😉 D’ailleurs, en fait, c’est juste impossible : 1 975 visiteurs ayant chacun à leur actif (au moins) 200 visites sur l’année, ça fait 395 000 visites minimum à eux seuls, alors que sur 1 an, GA ne m’en indique que 101 629 au total. Je ne sais pas, il doit surement il y avoir encore un truc caché. Ou alors, comme écrit dans un des liens de Matthieu (dernier message), si ça se trouve, les rebonds ne sont même pas comptés dans le nombre de visites affiché sur le tableau de bord de GA… Je ne sais pas.

  41. Mmmh… j’ai bien aimé ce qu’a dit vainsdieux…

    Pour la méthode des panels, je crois que cette dernière est hautement problématique pour la mesure d’audience, étant donné qu’on projette un comportement télévisuel sur le Web…
    Les sites à “petit” public ou faisant partie de l’a longue traine, doivent passer à la trappe, ou alors hériter de statistiques invraisemblables…

    De plus le Web n’est pas accessible que de chez soi… le logiciel espion devrait être installé au bureau de l’utilisateur panelisé, et je vois mal un CTO ou CIO accepter de plein gré qu’on dépose des spywares sur des ordinateurs de ses employés.

    Sans compter que des panelistes comme Nielsen et Comscore n’ont jamais vu leurs méthodes validées par un acteur indépendant. Mais on se doute bien que leur méthode est une extrapolation statique de leur panel et ils sont bien en dessous de la fourchette raisonnable des mesures d’audiences par log serveurs qui ne sont pas fiables non plus.

    D’après un long papier intéresant de la techreview du MIT, il parait que des compagnies comme Quancast ont des techniques beaucoup plus fiables ; ils publient d’ailleurs leur méthodologie sur leur site.

  42. (désolé pour tous mes commentaires, j’expérimente en même temps que je commente 😉

    D’ailleurs, sur cet onglet Visiteurs > Fidélité des visiteurs > Fidélité, il est indiqué dans la colonne du milieu que ces 2,28 visiteurs qui sont venus + de 200 fois dans l’année ne génèrent que 2 335 visites… Dans ce cas, je ne vois plus trop ou est le rapport avec les 85 329 visiteurs uniques absolus affichés sur la même période (la page est pourtant bien titrée « fidélité des visiteurs » et encore une fois, pas plus de précision dans l’aide contextuelle)… Il doit encore y avoir un truc qu’on ne sait pas !

  43. @ouinon: Je ne voudrais pas faire croire que je suis un cador de la mesure d’audience sur le web, même si j’en sais assez pour en voir certaines limites… Je ne me prononcerai pas sur le débat user/site centric, ça ne mesure vraiment pas la même chose… Les méthodes par panel ont pour elles de s’appuyer sur une logique d’échantillonnage, et donc d’être théoriquement plus scientifiques; Ca n’exclura pas les approximations, et les tentatives de trucages, cf le billet d’Emmanuel Parody que vous référencez.

    @Narvic: je dis en substance qu’en ce qui concerne les durées de visites, et en attendant qu’un expert me démontre le contraire, il y a une bonne dose de bullshit; Pour le reste, GA est un bon outil qui est très pratique pour mesurer des tendances dans le temps, ou comparer (with a grain of salt) des sites qui l’utilisent. Il faut éviter de plaquer les nombres absolus qu’il donne sur le monde réel sans prendre le recul nécessaire. (Parody, op. cit : “Ben où est le problème alors? Ben on ne peut jamais connaître avec certitude le nombre de lecteurs d’un site. Rien que ça…”)

    Puisque le sujet vous intéresse, quelques liens pour creuser (pour ceux qui lisent l’anglais):
    – l’article Wikipedia sur le Web analytics
    Blog Metrics: Six Recommendations For Measuring Your Success vous donnera des pistes de reflexions pour mouliner du chiffre. tout le blog vaut le coup, et son auteur n’est pas mal placé pour parler
    – J’ai aussi ce lien à vous proposer

  44. @Ouinon

    ça montre d’autres limites de la mesure d’audience. pour les visiteurs uniques, je pense qu’il faudrait prendre une échelle de temps courte pour avoir une “bonne” fiabilité.

    il y a 2 manières de savoir si un utilisateur est déjà venu :
    – son adresse IP. problèmes : beaucoup d’utilisateurs ont une adresse IP changeante au cours du temps (dépend du FAI, apparemment Orange par exemple), l’adresse IP est attribué à la connexion internet, pas à l’ordinateur (plusieurs personnes peuvent utiliser la même connexion)

    -les cookies, utilisés par GA. problèmes : l’utilisateur peut bloquer les cookies, les effacer, réduire leur durée de vie, utiliser 2 navigateurs, 2 systèmes d’exploitation (les cookies sont attachés au navigateur, non à l’ordinateur), les cookies ont une durée de vie limitée…

    bref, cela fait beaucoup de sources d’approximation, sans compter les gens qui bloquent le javascript ou utilisent des proxies (très fréquent au travail)… qui s’additionnent au cours du temps pour fournir beaucoup de visiteurs uniques supplémentaires.

  45. @ Kaulitz

    C’est gentil de venir faire une petite visite ici. Mais je ne suis pas sûr que c’est sur ce blog que tu vas réussir à recruter beaucoup de monde pour aller lâcher des com sur ton Skyblog… :-))

  46. À Vainsdieux et Matthieu : merci pour les liens et les éclaircissements. Tout cela semble bien plus compliqué qu’il n’y parait et je comprends mieux pourquoi même les spécialistes s’affrontent sur le sujet de la mesure d’audience ! Ce n’est pas seulement une question d’intérêt à protéger ici ou là, c’est aussi une question de challenge technique difficilement surmontable.

  47. Arrivant sur le tard, je pense à quelque chose à propos de ces visiteurs rapides.

    Quand on rédige un billet (et parfois un tweet) en faisant un aparté ou une référence sibylline (un simple lien sans préciser “à lire chez Narvic”, par exemple), tu peux avoir un visiteur qui clique sur la source, voit que c’est un billet de novövision, qu’il a peut-être déjà lu et donc qu’il quitte ou referme immédiatement. Il s’agit donc parfois de lecteurs qui t’ont déjà lu mais qui sont comptés deux fois : une chez les fidèles, une chez les visiteurs-en-coup-de-vent.

    Réflexion tirée de ma pratique personnelle : il m’arrive parfois de cliquer sur un lien sans regarder à l’avance dans la barre de tâche vers où il pointe.

  48. Eh dis donc Narvic, avec ton système « lire la suite » lorsqu’on arrive par ta homepage, tu dois générer plus de visites sur 2 pages (qui ne sont donc plus de rebonds). Ce qui doit interférer au moins sur le nombre de page pas visite. Tricheur va 😉

Comments are closed.